1. //
  2. // Gr. A
  3. // France-Albanie (2-0)

Stéphane Moulin : « On n'a pas une équipe pour faire le jeu »

Une nouvelle fois poussive dans le jeu face à l'Albanie (2-0), l'équipe de France a désormais assuré son billet pour les huitièmes de finale de son championnat d'Europe avec quelques premières certitudes et le retour en indiscutables de Griezmann et Paul Pogba. Stéphane Moulin, entraîneur d'Angers et consultant des Bleus pendant l'Euro, revient sur cette deuxième sortie française.

Modififié
516 11
Après un premier match compliqué contre la Roumanie, Didier Deschamps avait décidé de modifier son approche et d'aligner un 4-2-3-1 au coup d'envoi contre l'Albanie. Était-ce une bonne option selon vous ?
Non, mais ce n'était pas la bonne solution parce que je pense que ce n'était pas la volonté réelle de Deschamps. Mais bon, tout le monde a tellement poussé pour que Payet soit en numéro dix et pour qu'on ait deux joueurs rapides sur les côtés, qu'il l'a fait, sachant qu'il n'y avait pas beaucoup de risques face à cet adversaire. La vérité, c'est que ça nous a donné un jeu trop figé, trop statique, avec des joueurs sur les côtés qui cherchent simplement à faire des différences individuelles, des milieux défensifs Kanté-Matuidi, incapables de se projeter vers l'avant, et des latéraux qui ne participent pas au jeu, car ils sont bloqués par les joueurs de côté. Au final, ça nous a donné une première mi-temps apathique et insipide. C'est donc une confirmation que, compte tenu des joueurs dont dispose Didier Deschamps, son système de jeu, il l'avait bien trouvé et il avait son équipe en tête depuis longtemps. L'équipe qui fonctionne le mieux est celle alignée en seconde période.

Le totem de Matuidi


Est-ce que selon vous, dans une compétition comme un championnat d'Europe, il faut proscrire les changements de schéma tactique d'un match sur l'autre ?
Il peut le faire en cours de match. Sur une fin de match, par exemple, où il faut perturber les défenseurs adverses, mais on a bien vu que ce n'était pas dans l'ADN de cette équipe de jouer dans ce 4-2-3-1. C'est un système qui demande beaucoup de combinaisons sur les côtés, du jeu, et c'est ce qu'on a du mal à faire. C'est aussi une mise en place qui empêche nos deux milieux axiaux de participer au jeu, parce qu'on a bien vu qu'ils étaient simplement là pour récupérer et faire jouer, alors qu'en deuxième mi-temps, Pogba et Matuidi se sont énormément projetés dans les seize mètres. Je crois que cette équipe a besoin de ça, car on n'a pas une équipe pour faire le jeu. Si on pense qu'on a une équipe qui peut faire le jeu face à une équipe supposée plus faible, on n'y arrive pas, parce que ce n'est pas dans l'ADN des joueurs. Ils sont faits pour se projeter vers l'avant, à l'image du deuxième but marqué ce soir : une récupération, jeu vite vers l'avant, on accompagne et après c'est la qualité individuelle des joueurs qui fait la différence. Ce sont des phases d'attaques rapides, on est bien plus performant dans ce domaine là. C'est ce 4-3-3 qui apporte ces possibilités car on a des attaquants sur les côtés, Griezmann et Payet, qui n'en sont pas forcément, donc leur liberté est plus importante.

L'autre point d'inquiétude, après le premier match contre la Roumanie, c'était la relance. Que peut-on en retirer après ce match contre l'Albanie ?
C'était difficile, car on savait qu'on était attendus et qu'il fallait relancer plus vite et plus juste. Ça n'a pas été le cas, mais les solutions étaient peu évidentes. À partir du moment où chacun reste dans sa zone, personne ne pose de problèmes à son adversaire direct, donc c'est le manque de mouvements qui a aussi fait, qu'à un moment donné, les relances n'étaient pas tranchantes. Il n'y avait pas les solutions donc, quand c'est comme ça, on cherche, on fait tourner dans sa moitié et on ne fait pas avancer le jeu. Quand on joue de cette manière, on ne peut pas bouger une belle organisation. Et surtout : on ne met pas l'adversaire en difficulté. Il y a eu quatre tirs en première mi-temps. C'est d'une faiblesse incroyable, compte tenu du potentiel offensif de cette équipe.

« Les buts arrivent tardivement, mais honnêtement, les Albanais ne savaient plus où donner de la tête. Ce n'est que justice cette victoire et c'est ce qui est intéressant : certains diront que c'est de la chance, moi je dirais que c'est de la persévérance. » Stéphane Moulin

Le constat statistique est assez terrible : 15 tirs, deux cadrés, deux buts.
Moi, je considère que quand on est capable de tirer autant en deuxième mi-temps, on a plus de chances de marquer. Et même si on en a cadré que deux, ce qui n'est pas normal, vu le niveau des joueurs, on a eu des occasions. C'est un autre problème. La première des choses, c'est qu'il faut frapper au but. La seconde, c'est qu'il faut être beaucoup plus juste, parce qu'à ce niveau-là de compétition, c'est insuffisant.


Finalement, ce mercredi soir encore, on s'en sort avec deux buts dans les arrêts de jeu. Quels points positifs faut-il garder de cette deuxième rencontre de poule ?
Sincèrement, c'est logique. Oui, les buts arrivent tardivement, mais honnêtement, les Albanais ne savaient plus où donner de la tête. Ce n'est que justice cette victoire et c'est ce qui est intéressant : certains diront que c'est de la chance, moi je dirais que c'est de la persévérance. Cette équipe ne lâche pas, ils vont jusqu'au bout et à un moment donné, ce n'est pas de la chance, c'est croire en soi jusqu'au bout, y compris quand ça ne tourne pas rond. C'est encore ce qu'il s'est passé ce mercredi soir. Aujourd'hui, on a enlevé Pogba et Griezmann de l'équipe, parce qu'ils ont raté leur premier match, mais ce sont des joueurs essentiels à l'équipe de France. On a besoin d'eux et ils l'ont prouvé dès qu'ils sont rentrés. Il y a eu une telle campagne contre eux... Je pense que Deschamps sait très bien quelle est sa meilleure équipe, dans quelle organisation et il y est revenu en deuxième mi-temps. Je pense qu'à un moment donné, il y a un homme qui décide de comment doit fonctionner l'équipe de France, c'est Didier Deschamps. Il connaît mieux ce groupe que personne, il fait toujours les bons choix.

On est maintenant qualifié pour les huitièmes de finale. Il reste un match contre la Suisse pour la première place. Comment aborder cette dernière rencontre ?
Je ne sais pas quelles vont être ses options. Après, je sais qu'il va vouloir gagner. Je pense qu'il va continuer de faire jouer la défense ensemble pour qu'elle continue de travailler, parce que, même si l'adversaire était assez faible, je trouve que la charnière est en nette progression. On commence à voir des choses plus rassurantes. Est-ce qu'il va faire souffler des joueurs ? Moi, je continuerais de peaufiner tout en continuant de bosser avec ce milieu à trois, où Kanté a encore été très bon. Je pense aussi qu'offensivement, je protégerai Payet parce qu'il ne faut pas le perdre.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Bootsy Bubbles Niveau : Loisir
Le "Système de jeu", c'est le thème qui donne l'impression à tous, de 3 à 99ans, qu'on connaît le foot. Pourtant bien que ça soit vendeur, c'est la pire des manières pour analyser le problème des bleus. Le fait est que personne ne bouge et ne donne de solution au porteur du ballon. Combien de fois hier le porteur avance, les autres s'éloignent et restent figés : impossible de combiner, que ça soit du 3-5-2, du 6-9 ou de la 8-6 . Donc forcément, le seul moyen de ne pas rater une passe est de la faire en retrait, le jeu est lent, stéréotypé donc prévisible.

Ce qui m'interpelle, c'est que les joueurs répondent sans avoir l'air de savoir pourquoi, qu'ils "peuvent faire mieux" . Ca, ça fait peur. En vérité, il n'ont qu'à se bouger, proposer, se démarquer, suivre, ensuite il arrive ce qui est arrivé en 2ème mi-temps : un dribble raté peut devenir une passe décisive . Toute la différence est là . Pourquoi aucun journaliste n'a le courage ou la lucidité d'en faire le constat, et préfère tirer à boulet rouge sur des performances individuelles? wtf? Comme s'il fallait absolument relayer la même analyse banale pour être crédible aujourd'hui. Quel consultant aurait... dit quelque chose de différent? C'est quoi ce monde insipide. Etre consultants/experts pour asséner les mêmes sottises, je pense sincèrement que vous avez un rôle dans leurs mauvaises performances. Arrêtez de baisser vos frocs. Vous avez peur de qui? vous avez peur de quoi ? j'vous le dis, vous allez perdre les gars . Qu'un journaliste muscle son jeu, il aura tout mon soutien . La bise
Cabaye titulaire face à la Suisse à la place de Matuidi ?
Message posté par Bootsy Bubbles
Le "Système de jeu", c'est le thème qui donne l'impression à tous, de 3 à 99ans, qu'on connaît le foot. Pourtant bien que ça soit vendeur, c'est la pire des manières pour analyser le problème des bleus. Le fait est que personne ne bouge et ne donne de solution au porteur du ballon. Combien de fois hier le porteur avance, les autres s'éloignent et restent figés : impossible de combiner, que ça soit du 3-5-2, du 6-9 ou de la 8-6 . Donc forcément, le seul moyen de ne pas rater une passe est de la faire en retrait, le jeu est lent, stéréotypé donc prévisible.

Ce qui m'interpelle, c'est que les joueurs répondent sans avoir l'air de savoir pourquoi, qu'ils "peuvent faire mieux" . Ca, ça fait peur. En vérité, il n'ont qu'à se bouger, proposer, se démarquer, suivre, ensuite il arrive ce qui est arrivé en 2ème mi-temps : un dribble raté peut devenir une passe décisive . Toute la différence est là . Pourquoi aucun journaliste n'a le courage ou la lucidité d'en faire le constat, et préfère tirer à boulet rouge sur des performances individuelles? wtf? Comme s'il fallait absolument relayer la même analyse banale pour être crédible aujourd'hui. Quel consultant aurait... dit quelque chose de différent? C'est quoi ce monde insipide. Etre consultants/experts pour asséner les mêmes sottises, je pense sincèrement que vous avez un rôle dans leurs mauvaises performances. Arrêtez de baisser vos frocs. Vous avez peur de qui? vous avez peur de quoi ? j'vous le dis, vous allez perdre les gars . Qu'un journaliste muscle son jeu, il aura tout mon soutien . La bise


Justement, le système de jeu a notamment pour objectif de faciliter les mouvements des joueurs.

Si tu joues ailier en 4-2-3-1 et que tu as comme impératif de défendre sur les montées du latéral, tu es inhibé dans tes mouvements puisque si tu dézones trop, tu risques de ne pas être présent là où il faut à la perte de balle (cf Arda Turan face à Srna). Par ailleurs, comme Moulin l'explique, quand tu as des ailiers ET un 10 qui joue très haut, les ailiers sont gênés pour faire des appels vers l'axe par la présence du 10 dans cette zone, donc il colle à la ligne, et bloquent les tentatives de montées des latéraux, ça fige un côté entier. Evidemment qu'il faut du mouvement, mais du mouvement intelligent, coordonné, bouger pour bouger à la Valbuena ou comme le faisait Schweini en début de carrière, ça ne créé pas de déséquilibre hcez l'adversaire s'il défend en zone.
@ Bootsy Bubbles

"Pourquoi aucun journaliste n'a le courage ou la lucidité d'en faire le constat, et préfère tirer à boulet rouge sur des performances individuelles? wtf?"


Pointer une performance individuelle, c'est focaliser le débat sur quelque chose de simple et identifiable. Résultat: cela permet de créer facilement du débat, même auprès des gens qui n'y connaissent rien. Or, du débat = des gens qui veulent y participer = des coms, des clics, des achats de média.

Quel est le métier d'un journaliste? Rapporter de l'info?
Non. C'est d'écrire des articles qui fassent vendre.

Donc pour faire vendre, mieux vaut-il un article détaillé sur la tactique, fouillé et donc complexe, que même des connaisseurs auraient du mal à suivre, ou bien une Une façon l'Equipe "Y a-t-il un problème Pogba"?

Faire vendre se fait en générant du débat, ce qui oriente totalement la lecture journalistique: poser un débat malhonnête (genre "pourquoi Pogba est pas aussi bon en EDF qu'à la Juve") ou un débat "identitaire" (genre sur les bi-nationaux) est plus clivant encore qu'un débat fondé et objectif => c'est totalement positif pour un journaliste que d'écrire un article posant un débat malhonnête, puisque ça fait encore plus vendre.

Pour info, le journal l'Equipe qui s'est le plus vendu, ce n'est pas la Une "Pour l'éternité" du lendemain de 98, mais bien la "Va te faire enculer espèce de fils de pute" de Knysna.

Regardes simplement quels sont les articles les plus commentés (FranceFootball, qui a une audience bien plus large que Sofoot, avait notamment publié son top 10 2015), c'est quoi? Ben c'est les articles de faits divers (la sextape, cette machine à clic...) pas les articles de fond.

Donc le constat est affreux, les journalistes écrivent de la merde pour pouvoir vendre. Mais si c'est la merde qui fait vendre, ça veut bien dire que, sur la quantité, c'est bien la merde que les gens veulent lire.

J'espère que ça répond à ta question.
Je rebondis en citant un forumeur sur un autre article:
La désastreuse illustration du tas de merde qu'est le journalisme sportif de masse:

http://www.lequipe.fr/Football/Actualit … sse/695467
Message posté par Bootsy Bubbles
Le "Système de jeu", c'est le thème qui donne l'impression à tous, de 3 à 99ans, qu'on connaît le foot. Pourtant bien que ça soit vendeur, c'est la pire des manières pour analyser le problème des bleus. Le fait est que personne ne bouge et ne donne de solution au porteur du ballon. Combien de fois hier le porteur avance, les autres s'éloignent et restent figés : impossible de combiner, que ça soit du 3-5-2, du 6-9 ou de la 8-6 . Donc forcément, le seul moyen de ne pas rater une passe est de la faire en retrait, le jeu est lent, stéréotypé donc prévisible.

Ce qui m'interpelle, c'est que les joueurs répondent sans avoir l'air de savoir pourquoi, qu'ils "peuvent faire mieux" . Ca, ça fait peur. En vérité, il n'ont qu'à se bouger, proposer, se démarquer, suivre, ensuite il arrive ce qui est arrivé en 2ème mi-temps : un dribble raté peut devenir une passe décisive . Toute la différence est là . Pourquoi aucun journaliste n'a le courage ou la lucidité d'en faire le constat, et préfère tirer à boulet rouge sur des performances individuelles? wtf? Comme s'il fallait absolument relayer la même analyse banale pour être crédible aujourd'hui. Quel consultant aurait... dit quelque chose de différent? C'est quoi ce monde insipide. Etre consultants/experts pour asséner les mêmes sottises, je pense sincèrement que vous avez un rôle dans leurs mauvaises performances. Arrêtez de baisser vos frocs. Vous avez peur de qui? vous avez peur de quoi ? j'vous le dis, vous allez perdre les gars . Qu'un journaliste muscle son jeu, il aura tout mon soutien . La bise


Tout a fait, on se focalise sur UN mauvais système ou UN mauvais joueur, mais c'est l'ensemble collectif qui manque de fluidité.

A propos des "consultants" qui se focalisent sur une seule individualité, qui serait soit disant le problème (soit sur un joueur, soit sur DD à travers LE système de jeu), je tiens a souligner la pertinence des analyses de Youri, après le match sur TF1. Il élève pas mal le niveau, entre leboeuf et brognard...
got_feu_dami Niveau : CFA
Message posté par Phil...
Je rebondis en citant un forumeur sur un autre article:
La désastreuse illustration du tas de merde qu'est le journalisme sportif de masse:

http://www.lequipe.fr/Football/Actualit … sse/695467


oh my god... ils sont devenus fou...
got_feu_dami Niveau : CFA
moi ce qui m'a le + déplu dans leur jeu d'hier, c'est l'absence d'engagement, de grinta en phase sans ballon. ils étaient loin du porteur de balle et laissaient tranquillement les albanais construire.
on a des pit bull pour perturber le jeu adverse, ils étaient assez sage hier soir...
Je vois pour ma part bien peu d'équipes qui proposent du jeu, l'approche "négative" me semble prévaloir, et beaucoup de rencontres qui doivent attendre l'heure de jeu pour se débrider un peu, s'ouvrir..
Message posté par got_feu_dami
oh my god... ils sont devenus fou...


Au-delà d'aspects purement mercantiles, ces formes d'acharnement sont parfois intéressées, téléguidées..? Dans le cas d'espèce je le propose sans conviction aucune, c'est tellement consternant..
Là où je ressens une certaine frustration au niveau de "faire le jeu" c'est certaines séquences de possession, de décalages, d'activité balle au pied véritablement impressionnante contre notamment les Pays-Bas et la Russie : C'était une équipe de France qui semblait être un rouleau compresseur capable de mettre un but sur chaque possession parce qu'elle semblait avoir pléthores d'options DANS le jeu (je ne parle pas de profils de joueurs), et franchement c'était quand Griezi était sur son côté un peu plus bas que contre la Roumanie par exemple, il distribuait, rythmait le jeu et renversait sur l'autre joueur capable de le faire : Payet. J'aimerais bien retrouver ça parce qu'il y avait un vrai fond de jeu qui semblait faire de chaque qualité individuelle un ensemble bien rôdé et dangereux, peut-être que c'est également la nature des adversaires de la France dans ce début d'euro qui ont contredit cela, peut-être par rapport au fait qu'ils jouait en bloc et en pressing au milieu/devant la défense de manière assez intensive et que le pont milieu/action franche avait du mal à être franchi...En tout cas, j'aime à le croire, j'espère voir un autre visage contre une équipe avec un jeu et une tactique différente : La Suisse.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le totem de Matuidi
516 11