En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. A
  3. // France-Roumanie (2-1)

Stéphane Moulin : « Commettre une telle erreur sur le penalty est anormal »

Victorieuse dans la douleur d'une valeureuse équipe de Roumanie (2-1) vendredi soir, l'équipe de France a lancé son Euro entre crispation et manque de sérénité. Stéphane Moulin, entraîneur d'Angers et consultant des Bleus pendant la compétition, décrypte cette entrée en matière qui s'est terminée dans les larmes.

Modififié
En première période, l'équipe de France a perdu 94 ballons. On a senti les joueurs stressés, mal à l'aise techniquement, ces statistiques vous ont-elles inquiété ?
Je ne peux pas dire que c'était quelque chose de prévisible. On s'attendait à souffrir, mais de manière aussi flagrante... C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de fautes techniques, beaucoup de crispation, et on voyait même que Didier Deschamps n'était pas très serein. Il y avait un peu de retenue, peu d'enchaînements.

France-Roumanie débriefé par Florin Raducioiu

C'est surtout cette crispation qui a été marquante. Peut-on parler d'un problème dans l'approche et la gestion de l'événement ?
Globalement, on a quand même des joueurs qui ont une expérience en club, mais, en équipe nationale, peu l'ont. Ce n'est pas forcément quelque chose d'anormal. Après, malheureusement, parfois, l'expérience on l'a, mais on fait quand même des erreurs, à l'image du but qu'on encaisse. C'est un truc incroyable. Pour le reste, déjà pour un joueur expérimenté, rentrer dans une compétition est quelque chose de difficile, donc pour des joueurs peu expérimentés, c'est quelque chose de compréhensible. Ce qui est important malgré tout, c'est qu'ils ont réussi à rectifier le résultat, à montrer autre chose par séquences.

Pendant la préparation, on avait largement évoqué nos problèmes défensifs. Vendredi soir, rien n'a changé et on a même vu des latéraux inquiétants, à l'image d'un Patrice Évra souvent dépassé.
On parlait de la défense centrale, mais, moi, je suis plus inquiet par les côtés, notamment le côté gauche. Le danger est quasi exclusivement venu de ce côté. Pour un joueur de ce niveau-là, avec l'expérience qu'il a, commettre une telle erreur sur le penalty est anormal. Sur le plan défensif, c'est insuffisant, car on a souvent été trop facilement éliminés. On commet une erreur où il n'y a pas de danger, il n'y a pas à commettre cette erreur. C'est quelque chose qui aurait pu coûter très cher.


On a aussi clairement eu dans ce match d'ouverture un problème dans l'animation du jeu. À plusieurs reprises, on a vu Kanté et Matuidi se marcher dessus. La question de leur association est posée assez clairement.
Le problème, c'est qu'en première mi-temps, tout le monde venait au ballon. Griezmann a peiné à prendre de la profondeur, Giroud à se montrer dans son rôle de point de fixation, alors que Payet venait chercher les ballons. Derrière, Pogba, Matuidi et Kanté allaient au ballon. On avait l'impression qu'ils n'arrivaient pas à enchaîner pour aller vers l'avant et qu'ils bougonnaient par moments, notamment Kanté et Matuidi. Je trouve qu'on n'est pas assez allé dans le dos des défenseurs, on n'a pas assez cherché la verticalité, surtout en première mi-temps.

« Il faut allonger les temps forts pour prendre de la confiance. C'est une question de pression, car on sait qu'avec nos joueurs offensifs, plus on va passer de temps chez eux, plus on va être dangereux. » Stéphane Moulin

Le gros point positif, c'est Payet, qui a été assez énorme tout au long de la rencontre. Pendant l'ensemble du match, on a définitivement vu se dessiner le 4-4-2 aperçu en préparation avec Dimitri Payet dans un rôle de meneur de jeu libéré.
Il faut savoir que l'équipe de France ne joue jamais en 4-3-3 quand elle a le ballon. Elle se replace dans un 4-3-3 avec deux joueurs sur les côtés, car après, Griezmann et Payet dézonent systématiquement. C'est une animation à l'inspiration, on l'a encore vu vendredi soir.


Les Bleus ont maintenant cinq jours avant d'affronter l'Albanie à Marseille. Sur quoi va-t-il falloir insister jusqu'à mercredi selon vous ?
J'ai trouvé l'animation offensive un peu plus défaillante qu'habituellement, moins de fluidité, moins d'enchaînements, ce qui est peut-être lié aussi à la qualité défensive de la Roumanie. Je n'ai pas souvent trouvé non plus un Pogba en position de marquer, sauf sur le centre de Payet. Il faut qu'il soit prudent, pas qu'il participe de trop, mais du coup, j'ai trouvé l'attaquant un peu isolé parfois. On a clairement manqué de présence devant le but, on a réussi à marquer, mais sur un exploit individuel. C'est là-dessus qu'il va falloir insister pour avoir des temps forts un peu plus longs.

La Roumanie était le test attendu, car la plupart des rencontres du premier tour seront comme ça : un bloc compact, regroupé et qui se projette peu.
Je pense qu'on a les qualités individuelles et collectives pour les contourner. Contre la Roumanie, on a quand même eu des occasions. Après, on a eu des moments creux, il faut allonger les temps forts pour prendre de la confiance. C'est une question de pression, car on sait qu'avec nos joueurs offensifs, plus on va passer de temps chez eux, plus on va être dangereux. On ne l'a pas été aussi souvent que Didier Deschamps aurait aimé.



Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9