1. //
  2. //
  3. // Lazio-Juventus

Stephan Lichtsteiner, le cœur à l'ouvrage

Stephan Lichtsteiner retrouve ce vendredi soir la Lazio qu’il a quittée en 2011 pour la Juventus. Un bon prétexte pour parler du défenseur suisse toujours aussi satisfaisant à Turin, qui nous a fait une belle frayeur en début de saison avec une alerte au cœur.

1 8
23 septembre dernier, Juventus-Frosinone. La Vieille Dame est accrochée au bout du temps additionnel par le surprenant promu (1-1). Rageant, mais à vrai dire, ce n’est pas ce qui préoccupe le plus le vestiaire turinois. L’enjeu sportif est même relégué au second plan. Car un vaillant soldat bianconero manque à l’appel. Stephan Lichtsteiner, pris de grosses difficultés respiratoires, a effectivement été contraint de quitter ses partenaires après seulement 45 minutes. Les examens ne tardent pas à révéler une arythmie cardiaque, soit un battement de cœur irrégulier. On craint alors le pire pour le Suisse et une absence d’au moins six mois est même évoquée par la presse transalpine. Heureusement, le verdict est finalement plus clément. Lichtsteiner doit certes passer sur le billard le 2 octobre pour une ablation par cathéter - une opération qui consiste à insérer une petite sonde flexible dans une veine du haut de la cuisse afin de rejoindre le cœur et de détruire les tissus défectueux -, mais il n'est tenu à l’écart des terrains qu'un mois. Mieux, son retour sur la pelouse du Borussia Mönchengladbach le 3 novembre se passe comme dans un rêve. Licht’ inscrit le premier but de sa carrière en Ligue des champions - et de quelle manière ! - et permet à la Juve d’éviter la défaite (1-1). Une belle histoire et surtout une récompense méritée.

Un symbole du renouveau de la Juve


Depuis son arrivée à la Juve en juillet 2011, Stephan Lichtsteiner a pris une tout autre dimension. Lorsque la Vieille Dame posait dix millions sur lui, il y a un peu plus de quatre ans, beaucoup avaient trouvé le pari très osé. Certes, le latéral suisse révélé au Grasshopper Zürich et à Lille s’était imposé comme une valeur sûre de Serie A avec la Lazio, mais il affichait souvent de grosses lacunes techniques. C’était bien mal connaître celui qu’on surnomme à Turin le « Swiss Express » que de douter de sa réussite avec les Bianconeri. Lichtsteiner a même fait mieux que simplement s’imposer avec la Juve. Il est devenu l’un des symboles de son retour au sommet. Quand il est arrivé, la Vieille Dame restait sur deux 7es places de Serie A et n’avait pas posé le moindre orteil au Juventus Stadium. Depuis, elle a remporté quatre Scudetti consécutifs et fait de son antre une forteresse quasi imprenable. C’est d’ailleurs le Suisse qui y a inscrit la première banderille, lors de la crémaillère face à Parme le 11 septembre 2011. Un but sur une passe de Pirlo. Une action là aussi symbolique qui s’est répétée tant de fois avec brio par la suite. « Une question de timing et d’œil » , confiait le Suisse en 2014 à la Gazzetta dello Sport. Celui de Pirlo, rajoutait-il : « Avec d’autres, ce genre de ballons n’arrive que rarement. Mais avec Andrea, la balle arrive, arrive et arrive encore… »

Humblement, Stephan ne vantera pas ses mérites. Pourtant, ils sont nombreux. Que ce soit avec Antonio Conte ou Massimiliano Allegri, Lichtsteiner n’a jamais démérité. Ce n’est pas dans son vocabulaire, comme il en faisait part en septembre dernier, lors d’un entretien sur le site officiel de la FIFA : « La rage de vaincre et la passion sont deux valeurs essentielles à mes yeux. Je joue au football parce que j'aime le football. Je joue au football parce que c'est ce que je souhaite faire par-dessus tout. J'ai toujours voulu prouver que je pouvais évoluer au plus haut niveau. Je suis prêt à défier n'importe quel adversaire pour faire gagner mon équipe. » En témoignent ses prestations avec la Juve. Travailleur infatigable sur son flanc droit, Lichtsteiner a prouvé qu’il savait aussi se servir de ses pieds. Aussi bien pour finir les actions que pour les initier. Ses 13 buts et 21 passes décisives en 4 saisons avec la Juve imposant le respect. Comme ses 49 apparitions au compteur la saison dernière. Le Suisse a d’ailleurs été justement récompensé par le titre de meilleur footballeur helvète de l’année 2015. « Une reconnaissance du travail que j'ai accompli au cours des 12 derniers mois et tout au long de ma carrière » , a-t-il apprécié. Juste avant la peur de sa vie.

Pas encore à 100 %


Après son retour de rêve contre Gladbach, Lichtsteiner a effectivement confié à Tuttosport avoir songé à une retraite anticipée : « Avant l’opération, j’ai pensé à beaucoup de choses, et également au fait que j’aurais pu devoir arrêter le football. Ça a été un moment très difficile. Mais j’ai eu la chance d’avoir le soutien de ma famille, amis, coéquipiers, tifosi bianconeri et même ceux des autres équipes. » Reste désormais au Suisse à retrouver sa forme optimale. Car cette saison, mis à part son but en Ligue des champions, il n’a pas encore marqué ni distribué la moindre passe décisive. Sans doute aussi est-il celui qui a le plus pâti du départ d’Andrea Pirlo. La Juve aura en tout cas besoin du meilleur Lichtsteiner pour continuer à remonter son retard en Serie A et pourquoi pas rêver de prendre sa revanche sur la scène européenne. Peut-être le Suisse sera-t-il capable de montrer la voie dès ce vendredi soir face à la Lazio. Encore ses coéquipiers devront-ils le suivre...



Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Grande Stephan :)
Avec Rodriguez a gauche la Suisse tient du lourd en latéraux...
FinoAllaFine Niveau : DHR
Une mobylette, il ne s'arrête jamais. Par contre, ses centres ne sont pas des plus précis, mais il court tellement qu'on ne lui en veut pas trop !
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Tellement sous côté ce joueur....
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Synonyme de Lichteiner: Darmian.
Lichtsteineir restera dans l'histoire. C'est un des piliers du retour de la Juve aux sommets (même si c'est pas toujours bien admis) et véritablement un des plus grands latéraux de sa génération.

Ce mec, c'est un peu Thomas Muller en défense. Il ne paye des de mine par rapport aux Dani Alves et consorts supposés meilleurs techniciens, mais une qualité d'appels redoutable, beaucoup d'intelligence dans les choix et une grande application dans la réalisation. Il a surtout ce truc des joueurs extra-lucides, capable de continuer à créer et aller de l'avant dans les situations bouillantes, - comme si le temps était pour lui extensible et lui permettait d'y voir clair, là où la plupart des joueur réagissent par réflexes et selon l'option la plus simple. C'est ce qui fait de lui un joueur hors du commun.
(Ses quatre poumons lui permettant de mettre tout ça l'ouvrage aident aussi)
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Thefifthbeatle

Ouais tout à fait, ce qui me frappe le plus chez le Licht (et qui est aussi présent chez Darmian, d'où mon analogie plus haut) c'est l'aspect ultra incisif de ses appels. Sa complémentarité et son entente, grâce à ça, avec Pirlo étaient hallucinantes.
C'est très intéressant car cela demande une vigilance supplémentaire permanente de la part de la défense adverse.
Message posté par Ichiban
Grande Stephan :)
Avec Rodriguez a gauche la Suisse tient du lourd en latéraux...


Quel dommage que leurs défeseurs centraux soient tout pourris. Le 6-2 face à la France était symptomatique du niveau de faiblesse de l'axe suisse.

Sinon pour l'entente Lichsteiner - Pirlo, c'est vrai c'était beau :

http://www.dailymail.co.uk/video/footba … us-ad.html
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1 8