1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 4e journée

Statu quo pour les gros, sauf Séville qui part en vrille

Une nouvelle fois défait au Sánchez-Pizjuán, le FC Séville pointe en queue de peloton d'une Liga toujours menée par le Barça. En soi, la seule surprise d'une journée de championnat qui a vu Villarreal et Celta se faire une place au milieu des gros.

7 18

L'équipe du week-end : Villarreal

Ce dimanche, le Madrigal a enfilé son smoking pour un choc qui ne dit pas son nom. Pour sûr, la réception de l'Athletic de Bilbao, également en course en Ligue Europa, offrait à Villarreal un sérieux test. Un test réussi haut la main tant le sous-marin jaune à surclassé de timides Leones. Après le penalty du capitaine Bruno Soriano en fin de premier acte, Mario, d'une mine en lucarne, et Leo Baptistão, à la conclusion d'un contre d'école, y sont allés de leur banderille durant le second. Cette nouvelle victoire, la troisième consécutive en Liga, permet ainsi aux hommes de Marcelino de recoller au groupe de tête. Seconds ex-aequo avec le Real Madrid et le Celta de Vigo, ils renvoient même l'image d'une certaine escouade dirigée par Manuel Pellegrini et d'un sérieux prétendant pour la Ligue des champions. Un objectif pas si utopique que cela : armé aussi bien en quantité qu'en qualité, Villarreal peut concurrencer Séville FC et Valence. Senna et Riquelme ont trouvé leurs successeurs.

Les Don Quichotte du week-end : Fernando Torres et Ángel Correa

Son appel ramène les supporters matelassiers en 2008. Sa subtile balle piquée renvoie, elle, carrément au 29 juin de cette même année. En une chevauchée et un but face à Eibar, Fernando Torres a rappelé à tous qu'il n'est pas à conjuguer au passé. Un joli clin d'œil à un Diego Simeone qui croit toujours autant en lui. Une confiance rendue du tac au tac : entré en jeu à la mi-temps, le Niño attend l'heure de jeu pour parfaitement servir Ángel Correa dans la surface. Le jeune Argentin, sur la pelouse depuis trente secondes, convertit l'offrande après une bien belle feinte de corps. Bien élevé, ce dernier rend la pareille à Fernando Torres qui inscrit un copier-coller de sa réalisation en finale de l'Euro 2008. Tous deux remplaçants, tous deux buteurs, Torres et Correa font ainsi le bonheur de leur coach. Un Cholo qui a d'ailleurs tenu à rendre hommage à son compatriote qui, il y a de ça un an, ne savait pas encore s'il pourrait continuer à jouer au football : « Fernando Torres nous a permis de rompre les lignes adverses. L'entrée de Correa a, elle, déséquilibré un match difficile. Les joueurs sont là pour ça ! »

Vous avez raté FC Séville - Celta de Vigo et vous n'auriez pas dû

Assurément les quatre-vingt-dix minutes les plus alléchantes de ce début de Liga. Programmé à un horaire inhabituel - à midi, autant dire de bon matin en Andalousie -, ce duel entre Sevillistas et Celtiñas a fait mieux que tenir ses promesses. Il les a bonifiées. Le premier acte se limite à un récital galicien. On fire depuis le début de saison, les hommes de Toto Berizzo martyrisent la défense sévillane. Entre deux combinaisons, Nolito en profite lui pour inscrire un nouveau pion - son quatrième cette saison. Une démonstration de force et de jeu qui fait craquer une seconde fois Sergio Rico. Comme un poisson dans l'eau, l'ancien de l'ETG, Wass, reprend un centre de volée et trouve le petit filet. Un break de bon goût puisque les champions de la petite Europe reviennent des vestiaires avec d'autres intentions, en atteste l'entrée de Fernando Llorente. Une grande gigue basque qui, à peine dix minutes après son entrée, réduit l'écart. En ébullition jusqu'au coup de sifflet final, le Sánchez-Pizjuán, jadis forteresse imprenable, doit pourtant s'incliner devant un Celta leader et joueur.

La polémique de la machine à cafe con leche

« Je voulais gagner, gagner, gagner et gagner. Il était difficile de venir au Bernabéu quand tout le monde nous sous-estimait, même le Real Madrid qui, sur son site internet, invitait les gens à parier sur la taule qu'il allait nous mettre. Ce club nous a manqué de respect. » Visiblement agacé, José Ramon Sandoval n'a pas mâché ses mots devant le parterre de journalistes présent en salle de presse de l'antre madridista. Une saillie compréhensible tant les hommes de Rafa Benítez ont pris de haut leurs adversaires d'un après-midi - qui avaient pris un sévère 9-1 la saison passée. Une polémique qui en amène une autre, puisque le Real Madrid doit son succès sur la plus petite des marges à deux erreurs arbitrales. En première mi-temps, El Arabi, placé derrière le cuir au moment du centre de Success, aurait dû fêter l'ouverture du score, tandis que Benzema, servi par un Isco hors-jeu, aurait dû voir son quatrième but en autant de rencontres refusé. Pour sûr, avec de tels cadeaux des hommes en noir, les haters des Merengues ne vont pas se calmer.

Le golazo du week-end : Leo Messi

Lionel Messi n'aime pas les penaltys. Avec un ratio de 50% de réussite face à Levante, il confirme ses quelques problèmes depuis les onze mètres. En revanche, lorsqu'il s'agit de fixer quatre défenseurs devant la surface, puis de pousser le ballon au fond des filets au milieu de cette forêt de jambes, les problèmes disparaissent.


L'analyse définitive

Mestalla a la mémoire courte. Après une défaite européenne face au Zénith, l'enceinte des Chés n'a toujours pas assisté au moindre succès des siens cette saison - excepté le barrage face à Monaco - et l'a fait savoir à Nuno. L'occasion était pourtant belle face à un Betis réduit à dix dès l'entame du second acte. Le manque de réussite offensive, juxtaposé à une confiance perdue dans son jeu, a eu raison des velléités locales. Et de la patience de Mestalla. Sitôt le coup de sifflet final, l'aficion local s'est ainsi égosillé au rythme de « Nuno vete ya » ! - « Nuno, va-t'en » , en VF. Homme droit et soucieux du collectif, l'entraîneur portugais a « assumé (s)a responsabilité qui est le rendement de l'équipe » : « Le public démontre son mécontentement et le fait en me pointant du doigt. Il le fait parce que le but n'arrive pas. » Il ne faudrait tout de même pas que les supporters de Valence se la jouent gosses de riche. Grand artisan du retour au premier plan des Chés, Nuno Espirito Santo n'a que peu influé sur les problèmes internes qui ont frappé le club cet été.

Les déclas du week-end

« Je suis déçu par le résultat. Cela n'a pas été une bonne soirée, nous méritions le nul, nous avons travaillé dur à un de moins pour décrocher le nul, mais nous avons perdu à la dernière minute. Oier aurait dû arrêter ce troisième but. » Plus enclin à trouver des coupables que des solutions, David Moyes pointe du doigt son second gardien, entré en jeu suite à l'expulsion de Rulli. Sans doute la british touch d'une Real qui pointe en queue de peloton.

« Nous n'avons ni l'adresse ni le jeu pour être optimistes face au but. Quand des séries comme celle-là arrivent, beaucoup de choses en sont la cause. Je ne pense pas que ce soit la malchance dans notre cas. » Javi Gracia, entraîneur d'un Málaga qui n'a toujours pas fait trembler les filets, ne serait visiblement pas contre l'idée de faire sortir Ruud van Nistelrooy de sa retraite.

« Le match contre le Sporting est très important. Nous devons changer l'image que nous avons donnée contre le Depor. Les trois points face à Las Palmas sont vitaux pour que nous abordions ce match avec tranquillité et confiance. » Unique buteur face à Las Palmas, Javi Guerra a par là même offert sa première victoire au Rayo. Un Rayo qui espère bien rééditer telle performance contre Gijón pour le choc ouvrier de cette Liga.

Et sinon, que pasa ?

Alen Halilović, ouvrier du mois. Équipe besogneuse s'il en est, le Sporting Gijón peut compter sur la technique léchée d'Halilović. Prêté par le FCB, le jeune Croate a offert un récital, assorti d'une passe décisive, sur la pelouse du Riazor. Avant de retourner au Camp Nou en juin prochain, les Asturies profitent de son génie.


Keylor Navas écrit l'histoire merengue. Suite à l'énorme imbroglio entre Real et United, le Costaricien répond de la meilleure des façons : en étant le meilleur Madridista des prés. Une forme qu'il a tenu à répéter face à Grenade en conservant sa cage inviolée. Avec désormais quatre clean sheets en Liga, il devient le premier portier de l'histoire du Real à réaliser tel exploit.

Valence-Betis , le plus nul de l'histoire. Lorsque Valence reçoit le Betis, la Liga fête l'un de ses classiques. Une fête qui a fait pschitt ce samedi… Et pour cause, pour la première fois dans l'histoire du championnat espagnol, le déplacement sévillan s'est soldé par un 0-0.

Marco Asensio, première en Perico. À l'instar d'Halilović au Sporting, le Real Madrid a également prêté l'une de ses plus belles pépites. Marco Asensio a ainsi débuté, face à la Real Sociedad, sous le maillot de l'Espanyol. Une première réussie : à l'origine du penalty et de l'expulsion du portier txuri urdin, il a grandement aidé les Pericos à se relever du set encaissé face aux… Merengues.

Le chiffre inutile : 1

Comme le nombre de buts inscrits par Getafe cette saison. Une banderille, œuvre de la recrue Šćepović face à Málaga (1-0), qui offre ses trois premiers points à l'équipe de la banlieue madrilène.

⇒ Résultats et classement de Liga

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Junkhead1980 Niveau : Loisir
David Moyes : "Oier aurait dû arrêter ce troisième but."

Aussi grand soit-il, un gardien ne peut arrêter un but. C'est les frappes qu'il tente de repousser...
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Note : 5
Le but refusé est hallucinant quand même.

Dieg Simeone avait dit en début de saison que vu le Real n'a pas gagné depuis longtemps, tout allait être fait pour, je me demande si il n'avait pas raison...
Note : 1
Quelqu un a un debut d analyse pour le cas sevillan ? Ok pour les departs de Kramer and co chez Glabach mais Seville...? le depart de Bacca n explique pas tout.
Note : 3
Déja que le Réal affronte des Gijon, Betis, Espanyol ou Grenade pour débuter sa saison (histoire de prendre tout doucement leurs marques), si en plus, l'arbitre doit leur donner un coup de pouce....
En même temps, 1 seule liga sur les 7 dernières éditions, ça la fout mal pour le "PLUS GRAND CLUB AU MONDE".
Toute façon, les comptes se feront en fin de saison.
Pas mal l'enchaînement du petit Halilovic. J'espère qu'il aura du temps de jeu malgré le spectre de la relégation qui risque de planer sur le club. Après peut être qu'ils vont nous surprendre et faire une bonne saison.
Bah oui, tout est fait pour que le Real gagne ... Pareil en C1, Shaktior, Malmo, Paris, tout est fait pour qu'ils arrivent premiers aussi.

Et puis si Simeone l'a dit en plus, c'est qu'il a raison. C'est pas du tout de l'intox ni une façon de mettre la pression sur l'arbitrage et le club rival.
Note : 1
Pour Séville, je pense qu'il s'agit en partie d'une question d'effectif.

Le recrutement a certes été abondant, mais qualitativement, l'équipe y perd au change. A droite, Mariano ne vaut pas Vidal, devant, personne ne semble s'imposer malgré le nombre important de 9 (Gameiro, Immobile, Llorente...).

Il faut aussi peut-être un certain temps d'adaptation à certaines recrues, mais je trouve que le groupe a baissé en qualité.
Quelqu'un pourrait me transcrire les déclarations de Benitez après match ? Je serais curieux de comparer ses réactions aujourd'hui à ses propos lorsqu'il entrainait Naples.
Message posté par Telex
Pour Séville, je pense qu'il s'agit en partie d'une question d'effectif.

Le recrutement a certes été abondant, mais qualitativement, l'équipe y perd au change. A droite, Mariano ne vaut pas Vidal, devant, personne ne semble s'imposer malgré le nombre important de 9 (Gameiro, Immobile, Llorente...).

Il faut aussi peut-être un certain temps d'adaptation à certaines recrues, mais je trouve que le groupe a baissé en qualité.



Ok merci, je n ai vu que le match de supercoupe d europe donc ca ne vaut pas grand chose mais ca avait l air de tourner. Pour la qualité du groupe normalement ca devrait tenir la route, on va mettre ca sur le dos du faux départ. En espérant qu'il n y ait pas de démission derrière, ca serait bête. J ai l impression que c est une bonne équipe voir très bonne qui cale toujours quand c est le moment de passer de la 4-6 eme position au podium, alors que le football qu elle développe depuis plusieurs années peut etre très bon.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Message posté par Telex
Pour Séville, je pense qu'il s'agit en partie d'une question d'effectif.

Le recrutement a certes été abondant, mais qualitativement, l'équipe y perd au change. A droite, Mariano ne vaut pas Vidal, devant, personne ne semble s'imposer malgré le nombre important de 9 (Gameiro, Immobile, Llorente...).

Il faut aussi peut-être un certain temps d'adaptation à certaines recrues, mais je trouve que le groupe a baissé en qualité.



Il me semble aussi que Konoplyanka n'est pas vraiment titulaire en ce début de saison. Vu le niveau du joueur, je trouve ça surprenant, à moins que ce soit pour l'intégrer progressivement à sa nouvelle équipe... Après, Emery sait ce qu'il fait et l'a déjà prouvé par le passé donc je lui laisse encore le bénéfice du doute.
monclubcettebaltringue Niveau : CFA2
C'est dommage que Kakuta ne joue pas avec Séville, je suis franchement déçu je pensais qu'il aurait sa chance.
Ronypromomadrid Niveau : Loisir
Les haineux(simeone & co) vont beaucoup pleurer cette saison quand les merengués vont jubilés au "cibelès". Après avoir remporter la liga et la lDC....aaaaaahhhh il n'auront qu'une seule excuse "les abitres" j'ai hate de voir ça moi
Message posté par Ronypromomadrid
Les haineux(simeone & co) vont beaucoup pleurer cette saison quand les merengués vont jubilés au "cibelès". Après avoir remporter la liga et la lDC....aaaaaahhhh il n'auront qu'une seule excuse "les abitres" j'ai hate de voir ça moi


Tiens ! Un madrilène qui parle toujours en début de saison et qui disparaît en mai ! Une espèce très répandue chez les blancos. Ca me rappelle l'époque ...

Combien de saison blanche sur les 7 dernières ? Juste pour info !
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Message posté par monclubcettebaltringue
C'est dommage que Kakuta ne joue pas avec Séville, je suis franchement déçu je pensais qu'il aurait sa chance.

C'est vrai que Kakuta n'a pas beaucoup joué pour l'instant mais y a une grosse concurrence au milieu et en attaque au FC Séville, difficile de le voir prétendre à une place de titulaire pour l'instant... Après, Emery fait généralement pas mal de turn-over et entre la Liga, la C1 et la Copa, y aura moyen de gratter du temps de jeu.
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Message posté par Ronypromomadrid
Les haineux(simeone & co) vont beaucoup pleurer cette saison quand les merengués vont jubilés au "cibelès". Après avoir remporter la liga et la lDC....aaaaaahhhh il n'auront qu'une seule excuse "les abitres" j'ai hate de voir ça moi


Sauf que vous n'allez rien remporté du tout <3
Même avec des buts hors jeu et des pénos
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Message posté par groin
Quelqu un a un debut d analyse pour le cas sevillan ? Ok pour les departs de Kramer and co chez Glabach mais Seville...? le depart de Bacca n explique pas tout.


Gameiro Joker est devenu titulaire
C'est nouveau le concept des vines où on filme même pas le but?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
7 18