Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 22ème journée

Statu quo en Liga

Grâce à sa victoire difficile sur la pelouse de Getafe (1-0), le Real Madrid conserve ses sept points d’avance sur le Barca, tombeur de la Real Sociedad au Camp Nou (2-1). Messi a marqué, mais a vendangé en pagaille. A San Mamés, l’Athletic Bilbao et l’Espanyol Barcelone ont assuré le spectacle (3-3).

Modififié
Guardiola aurait-il déjà fait une croix sur la Liga ? Le onze de départ de ce soir pourrait le laisser penser. Avec Xavi, Busquets, Piqué, Abidal et Alexis Sanchez sur le banc, le Pep a envoyé un signe. Le match le plus important pour lui est bien celui de mercredi prochain, la demi-finale retour de Coupe du Roi face à Valence. Pour recevoir la Real Sociedad ce soir, place donc aux jeunes de la Masia. Autour de Messi, on trouve Tello, Cuenca, Thiago Alcantara et Dos Santos. Génération 91. Et Fabregas, quand même. Le Barca B n’a pas éprouvé de difficultés à archi-dominer les hommes de Montanier, mais jusqu’au bout, il est resté sous leur menace, tremblant même dans les dernières minutes. La faute à une incroyable maladresse de Messi devant le but. Attention, l’Argentin a offert à Tello son premier but en Liga, a systématiquement fait la différence par ses passes et ses accélérations et a marqué son 23ème but de la saison en championnat. Mais face à Bravo, il a vendangé. 4, 5, 6 occasions nettes. Signe que la confiance est touchée. La preuve, l’attitude de ses coéquipiers au moment de son but, tous regroupés autour de lui. La vraie mauvaise nouvelle de la soirée pour les Catalans, c’est la blessure de Busquets, cinq minutes seulement après son entrée en jeu. Le genou pourrait être sérieusement touché. Del Bosque doit commencer à flipper.

Le Real Madrid, lui, enchaîne. Huit victoires consécutives à l’extérieur en Liga. Ce Real est une impressionnante machine à gagner. Cette fois-ci, les Merengues ne sont pas allés bien loin. Quelques kilomètres un peu plus au sud de la capitale, pas plus. Mourinho se méfiait de Getafe, seule équipe à avoir battu le Barca cette saison. Il avait raison. Sans une absence de l’arbitre sur une énorme main de Pepe dans sa surface, les joueurs de Luis Garcia auraient pu pourrir la soirée du Special One. Il faut dire que Pepe a bien joué le coup. Une fois la frappe de Diego Castro détournée, il se jette par terre et se roule dans tous les sens. Malgré la multitude de précédents, il n’a toujours pas compris que la vidéo existe. Au fond, peut-être bien qu’il s’en fout complètement. A part ça, Getafe n’a en fait jamais été dangereux, ne cadrant aucune frappe. Un poil inquiet, le Mou sortait quand même l’équipe-type. Un coup de boule de Ramos sur un corner d’Özil aura finalement suffi (1-0). Devant, ce n’était pas la grande forme, notamment pour Cristiano Ronaldo, disponible mais approximatif. A noter le très bon match de Lass Diarra, énorme à la récupération, simple et efficace à la relance. Il doit forcément faire réfléchir Laurent Blanc.

Bilbao fait le spectacle

Sur les autres terrains aussi, il y a eu de l’action. A San Mamés, tout d’abord, dans le choc des équipes en forme et plus que jamais candidates à l’Europe, l’Athletic Bilbao et l’Espanyol Barcelone. Comme toujours avec ce Bilbao très joueur, il y a eu du spectacle (3-3). Au milieu de terrain, Muniain, l’Eden Hazard basque, et De Marcos, auteur de l’ouverture du score, ont fait du grabuge. Du débordement, du crochet en veux-tu en voilà, de la pénétration balle au pied. Les hommes de Bielsa ont logiquement pris l’avantage, mais du côté catalan, il y a du répondant. Une reprise de Romaric, un missile de Weiss, et l’Espanyol repassait devant. Entre alors en scène Monsieur début 2012, Fernando Llorente, qui inscrit de la tête son neuvième but depuis la reprise. La Catedral n’en est pas au bout de ses émotions. Inspiré par son buteur, Javi Martinez donne l’avantage aux Basques dans la foulée. A cet instant, Bilbao est 4ème, et tout San Mamés rêve de coupe aux grandes oreilles. Pour qu’il garde la tête froide, Juan Albin égalise dans les arrêts de jeu pour l’Espanyol. Avec l’état d’esprit et la qualité technique démontrés ce soir, tout espoir est néanmoins permis. Peut-être plus pour les Basques que pour les Catalans.

Moins de football, et plus de cartons sur l’île majorquine. Ici, l’Europe, on s’en fout. Le seul objectif, c’est le maintien. Dans cette optique, la venue du Bétis Séville était l’occasion de se payer la tête d’un concurrent direct. Ça a marché (1-0), grâce à une tactique simple et efficace. Une ouverture du score assez rapide du Chori Castro pour Majorque, puis une grosse heure de défense acharnée. Avec des sacrifices quand même, deux cartons rouges, en fin de match, pour Ramis et Victor. Le Bétis aussi a eu le droit au sien. A force d’avoir le ballon et ne pas quoi savoir en faire, on s’énerve. Enfin, à la Ciutat de Valencia, Levante accueillait Santander. Si on se fiait au classement, c’était un peu le choc des extrêmes. Le 4ème qui reçoit le 17ème. Oui, sauf que depuis fin 2011, Levante a un bon petit rythme de relégable, voire de dernier de la classe. Sa dernière victoire en championnat remonte au 10 décembre dernier. Ça date. Les Granotes ont encore été brouillons ce soir. Aruna Koné, toujours un peu au-dessus du reste, a bien inscrit son 7ème but de la saison, mais Arana a permis au Racing de ramener un point précieux pour la course au maintien (1-1).

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall