1. //
  2. // 22ème journée

Statu quo en Liga

Grâce à sa victoire difficile sur la pelouse de Getafe (1-0), le Real Madrid conserve ses sept points d’avance sur le Barca, tombeur de la Real Sociedad au Camp Nou (2-1). Messi a marqué, mais a vendangé en pagaille. A San Mamés, l’Athletic Bilbao et l’Espanyol Barcelone ont assuré le spectacle (3-3).

Modififié
1 23
Guardiola aurait-il déjà fait une croix sur la Liga ? Le onze de départ de ce soir pourrait le laisser penser. Avec Xavi, Busquets, Piqué, Abidal et Alexis Sanchez sur le banc, le Pep a envoyé un signe. Le match le plus important pour lui est bien celui de mercredi prochain, la demi-finale retour de Coupe du Roi face à Valence. Pour recevoir la Real Sociedad ce soir, place donc aux jeunes de la Masia. Autour de Messi, on trouve Tello, Cuenca, Thiago Alcantara et Dos Santos. Génération 91. Et Fabregas, quand même. Le Barca B n’a pas éprouvé de difficultés à archi-dominer les hommes de Montanier, mais jusqu’au bout, il est resté sous leur menace, tremblant même dans les dernières minutes. La faute à une incroyable maladresse de Messi devant le but. Attention, l’Argentin a offert à Tello son premier but en Liga, a systématiquement fait la différence par ses passes et ses accélérations et a marqué son 23ème but de la saison en championnat. Mais face à Bravo, il a vendangé. 4, 5, 6 occasions nettes. Signe que la confiance est touchée. La preuve, l’attitude de ses coéquipiers au moment de son but, tous regroupés autour de lui. La vraie mauvaise nouvelle de la soirée pour les Catalans, c’est la blessure de Busquets, cinq minutes seulement après son entrée en jeu. Le genou pourrait être sérieusement touché. Del Bosque doit commencer à flipper.

Le Real Madrid, lui, enchaîne. Huit victoires consécutives à l’extérieur en Liga. Ce Real est une impressionnante machine à gagner. Cette fois-ci, les Merengues ne sont pas allés bien loin. Quelques kilomètres un peu plus au sud de la capitale, pas plus. Mourinho se méfiait de Getafe, seule équipe à avoir battu le Barca cette saison. Il avait raison. Sans une absence de l’arbitre sur une énorme main de Pepe dans sa surface, les joueurs de Luis Garcia auraient pu pourrir la soirée du Special One. Il faut dire que Pepe a bien joué le coup. Une fois la frappe de Diego Castro détournée, il se jette par terre et se roule dans tous les sens. Malgré la multitude de précédents, il n’a toujours pas compris que la vidéo existe. Au fond, peut-être bien qu’il s’en fout complètement. A part ça, Getafe n’a en fait jamais été dangereux, ne cadrant aucune frappe. Un poil inquiet, le Mou sortait quand même l’équipe-type. Un coup de boule de Ramos sur un corner d’Özil aura finalement suffi (1-0). Devant, ce n’était pas la grande forme, notamment pour Cristiano Ronaldo, disponible mais approximatif. A noter le très bon match de Lass Diarra, énorme à la récupération, simple et efficace à la relance. Il doit forcément faire réfléchir Laurent Blanc.

Bilbao fait le spectacle
Sur les autres terrains aussi, il y a eu de l’action. A San Mamés, tout d’abord, dans le choc des équipes en forme et plus que jamais candidates à l’Europe, l’Athletic Bilbao et l’Espanyol Barcelone. Comme toujours avec ce Bilbao très joueur, il y a eu du spectacle (3-3). Au milieu de terrain, Muniain, l’Eden Hazard basque, et De Marcos, auteur de l’ouverture du score, ont fait du grabuge. Du débordement, du crochet en veux-tu en voilà, de la pénétration balle au pied. Les hommes de Bielsa ont logiquement pris l’avantage, mais du côté catalan, il y a du répondant. Une reprise de Romaric, un missile de Weiss, et l’Espanyol repassait devant. Entre alors en scène Monsieur début 2012, Fernando Llorente, qui inscrit de la tête son neuvième but depuis la reprise. La Catedral n’en est pas au bout de ses émotions. Inspiré par son buteur, Javi Martinez donne l’avantage aux Basques dans la foulée. A cet instant, Bilbao est 4ème, et tout San Mamés rêve de coupe aux grandes oreilles. Pour qu’il garde la tête froide, Juan Albin égalise dans les arrêts de jeu pour l’Espanyol. Avec l’état d’esprit et la qualité technique démontrés ce soir, tout espoir est néanmoins permis. Peut-être plus pour les Basques que pour les Catalans.

Moins de football, et plus de cartons sur l’île majorquine. Ici, l’Europe, on s’en fout. Le seul objectif, c’est le maintien. Dans cette optique, la venue du Bétis Séville était l’occasion de se payer la tête d’un concurrent direct. Ça a marché (1-0), grâce à une tactique simple et efficace. Une ouverture du score assez rapide du Chori Castro pour Majorque, puis une grosse heure de défense acharnée. Avec des sacrifices quand même, deux cartons rouges, en fin de match, pour Ramis et Victor. Le Bétis aussi a eu le droit au sien. A force d’avoir le ballon et ne pas quoi savoir en faire, on s’énerve. Enfin, à la Ciutat de Valencia, Levante accueillait Santander. Si on se fiait au classement, c’était un peu le choc des extrêmes. Le 4ème qui reçoit le 17ème. Oui, sauf que depuis fin 2011, Levante a un bon petit rythme de relégable, voire de dernier de la classe. Sa dernière victoire en championnat remonte au 10 décembre dernier. Ça date. Les Granotes ont encore été brouillons ce soir. Aruna Koné, toujours un peu au-dessus du reste, a bien inscrit son 7ème but de la saison, mais Arana a permis au Racing de ramener un point précieux pour la course au maintien (1-1).

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

la blessure de bousquet peu avoir l'air moche, elle n'est patres grave. Il a beaucoup de chances de jouer le mercredi.
Et puis, cette annee, si le real gagnaient, ils devront certainnement dire merci aux arbitres
Encore une fois Cristian Tello impressionant. Un bon griezman aussi. le real la reussite du champion, meme quand ils jouent pas bien ils gagnent. de toute facon au vu de ce que montre le barca en ce momment ils meritent pas d'etre champion, quand messi est en méforme et pedro bléssé il manque des tueurs capable de mettre des buts reviens et puis défensivement c'est de plus en plus fébrile
Stalin Rivas Niveau : DHR
... effectivement le Real et tout le monde du football pourront dire un grand merci aux arbitres pour moins favoriser le Barça cette annee! Esperons que ce soit aussi le cas en Ligue des Champions...
lol est ce que tu as vu la main de pepe dans la surface? Non? L'arbitre non plus apparement...
waynerooney Niveau : CFA
Ouais pour Tello c'est un joueur rapide, qui a pris le dessus sur Martinez les 15 premières minutes, mais son mode de débordement tellement prévisible tout le reste du match a grandement facilité la tache au défenseur qui ne s'est par la suite plus du tout fait surprendre. A voir sur le long terme pour ce gamin.
Stalin Rivas Niveau : DHR
... et toi, as-tu vu la main de Piqué dans la surface lors d'un desormais (honteusement) celebre Chelsea-Barça? Non? Ovrebo non plus apparemment...
Je ne parlerai meme pas celle de Pinto a l'exterieur de la surface lors du dernier match du Barça en Copa...
waynerooney Niveau : CFA
Et scfcb cesse donc de critiquer l'arbitrage du match du real et d'imiter tes dopés de joueurs qui se plaignent à chaque décision arbitrale contre eux et à chaque coup d'épaule d'un joueur adverse. Ils mettent une telle pression sur l'arbitre à chaque duel remporté par l'adversaire qu'ils en deviennent ridicules. Autant ça sait un peu jouer au ballon, autant pour simuler et se plaindre on a rarement vu mieux, ou pire au choix. Mais bon ils me font bien marrer avec leurs plongeons tous les week-ends. Le Camp Nou serait-il en fait une piscine?
Lol Wayne Ronney ta eu surement mal aux fesses en mai 2009 et 2011... Pour le Real Madrid, Apres achete le match contre Valence,Grenade, Rayo, Mallorca, Atletico Madrid, Bilbao. c'est au tour de Getafe... Porqué?
Moi Ronney j'aime bien aimer un certain soir de mai 2011 lorsque Wayne Ronney a comprit comment on jouais au foot.
Le barssa c la meyeur ekip du mond, Messi il va marké 100 buts cet anée et Cristiano Ronaldo c un tricheur il plonge tt le tant et il fai ke de se recoiffé. Le barssa au moins ils trichen pas et ils se font tapé car ils son plus petits, donc beaucou plus gentils que Pepe.
la vérité c est que real est beaucoup plus fort que barcelone cette année il faut être aveugle pour voir le contraire...un clasico ne fait pas une saison
C'est dommage que le football soit aussi corrompu avec la tricherie et la simulation de certains des meilleurs joueurs de la planete. Hélas, je ne suis pas non plus idéaliste... La derniere Coupe du Monde a encore prouvé qu'une équipe plus "morale" qu'une autre ne l'emporte pas forcément. Pour tous ceux qui sont décus, voire carrément énervés face aux simulations et aux manipulations des joueurs face aux arbitres, je conseille vivement de lire l'autobiographie de Bobby Charlton qui évoque un contexte et un football historiques tres différents du football moderne, et ou la simulation était séverement réprimée.
Je ne vise aucun club en particulier -sachant que c'est un article sur Barca-Real, ca risque d'en exciter certains- la question est simplement autour de l'évolution du football et des différentes équipes qui ont dominé l'Histoire.
http://www.amazon.fr/My-Manchester-Unit … 498&sr=8-9
Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le football d'avant, sur Duncan Edwards, sur Sepp Blatter, et sur le Real des années 50.
Cheers !
Did you know Duncan Edwards Dad, I mean really really know?
It’s just you’ve kept so many cuttings from all those years ago.
And were the babes the greatest, the greatest ever team?
Or just enshrined here in this history, just a bygone boyhood dream.
Now I know you idolised them Dad, you gave each one their own page,
the pictures are well faded now, but I suppose that comes with age.

Dad, did Tommy Taylor really head a ball against the bar,
which Harry Gregg collected, it had rebounded back so far?
And was Duncan Edwards really, the greatest of them all,
with silken skills and feathery touch, thirteen stone and six foot tall?
Now there’s a contradiction surely Dad, but I’m going to let it pass,
but Billy Whelan must have played once, without first going to Mass.
And was Harry Gregg a goalkeeper supreme?
Were Eddie Coleman’s hazy runs like red blurs on swards of green?
And Dad can you explain to me how it ever came to pass,
that Roger Byrne, just five foot nine, covered every blade of glass?
Or how David Pegg whose swerving runs, like a scorpion you said,
always struck the ball with venom, yet left no one for dead?
Or how it was that big Mark Jones could soar into the sky,
yet still patrol his area, so that nobody got by?

Then there’s the team of Sixty Eight, and Dad I’d like to know,
how George Best was always missing, yet played five hundred games or so?
And how was it Bobby Charlton, who played so many vital roles,
could be both a great goalscorer and a scorer of great goals?
Or how Denis Law had chipped a ball from forty yards or more,
it came back off the crossbar, and yet Law was there to sc ore?
What use was it that Pat Crerand could split defences with one pass,
when the ball only ever landed on a sixpence on the grass?
And was Stepney’s save at Wembley, the best you’ve ever seen,
or was it just that it resulted in the fulfilment of a dream?
So now to Matt Busby, or Sir Matt as he’s now known,
from a mining town in Scotland, yet still one of our own?
Then finally there’s the Munich clock, the disaster time still shown.
why do people say that they never intended coming home?

The boy looked up with pleading eyes, and his father gently said.
There’s a lifetime of old memories in the scrapbook you’ve just read.
And of course there is some fiction, most fact, some strange yet true,
that’s what makes players into legends, now I’ve passed them on to you.
Those pictures may be faded son, but I can see them all so clear,
as if it were just yesterday, and I hold each memory dear.
Now I’ve passed this scrapbook on to you, to treasure for all time,
And you too will find your heroes and build to them a shrine,
and you’ll add your bits of fiction, but don’t worry son that’s fine,
to make legends of your heroes and then place them alongside mine.
And you’ll understand in years to come, as you watch great United teams,
why it is we call Old Trafford, The Theatre of Dreams.
waynerooney Niveau : CFA
Mal aux fesses que mon équipe légendaire se fasse battre par des dopés? Du tout. Un Messi qui à ses débuts se blessait tous les deux matchs et qui depuis 5 ans n'a subi aucune blessure en tournant à plus de 60 matchs par saison? Mais oui on y croit, et qu'il ne vienne pas nous dire qu'il se blesse plus depuis qu'on lui a conseillé de manger du poisson.. et que dire de guardiola le dopé de son temps de joueur, qu'il ne vienne pas nous vendre le fair play catalan!
DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
hé bé!! Ca vole de plus en plus bas, les attaques anti-barca.

Statu quo en liga; le scoop de l'année quoi!

Ca ne me dérangerait pas du tout de voir le Barça détrôné, au contraire, mais si c'est pour voir le Réal, c'est blanc bonnet et bonnet blanc, aucune variété, la Liga a été achetée par le duo Barça-Real. D'ailleurs, où sont les autres clubs espagnols? Villaréal humilié avec un 0/18! Et ca a fini 4e du defunt championnat d'Espagne. On a peine à croire que ce club joue dans la même ligue que le Barca ou Real. Mais bon, ce n'est pas une impression, ils ne jouent pas dans la même ligue.

Finalement, supporter le Barça ou le real, c'est le culte de la facilité et de de l'ennui quoi, on se coltine 4 classicos par saison, le reste on ne regarde pas, on connait le résultat, du coup ca perd tout son intérêt. Bon le dernier paragraphe ne s'adresse évidemment pas aux supporters de longue date de ces clubs, je précise, avant qu'ils ne me tombent dessus à bras raccourcis, mais sur la masse de français naturalisés espagnols ou catalans, ils doivent pas être nombreux.
DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
Je précise quand même que ma petite diatribe vaut aussi pour les néo- britanniques et Italiens. Pour les autres championnats(Bundesliga, liga sagres) ben c'est déjà beaucoup moins sexy et quand même vachement plus authentique de supporter ce genre de clubs, bizarrement ils sont beaucoup moins nombreux.
Faut quand même avoir une sacré mauvaise foi pour pas reconnaitre que le Real à minimum une erreur d'arbitrage en sa faveur à chaque match de liga en ce moment.. Mais au moins ils ont de l'envie, ce qui commence à largement manquer au FCB. Sans compter le manque de chance (7 ou 8 poteau dans les match important, pas mal de blessure, pas mal de méforme). Bref, va falloir se resaisir pour pas être totalement largué en liga.. Et pas faire le con dans les coupes, sinon ça sent la saison vierge.
La saison est encore bien longue...Et pour le barca le but premier est de "survivre" à leur calendrier démentiel durant les mois de janvier-février.
Le pep va donc maintenir son turn-over jusqu'à la fin février avec comme objectif principal la qualif' pour la finale de coupe, gagner 6 points (coûte que coûte) contre Osasuna et l'atletico madrid afin de pas se faire distancer encore plus par le real et de bien gérer leur match aller contre leverkusen.

On pourra donc tirer un vrai bilan fin février.
Hier oui il y avait pénalty sur la main de Pepe MAIS il y avait aussi un péno non sifflé pour cr7 et un tirage de maillot sur Ozil d'un défenseur qui se trouvait en position de dernier défenseur donc rouge. Hier l'arbitre n'a avantagé ni le réal ni getafe. Parce que si l'arbitre avait mis le rouge au dernier défenseur à la dixième minute, on aurait probablement vu une manita et le péno non sifflé de getafe aurait été anecdotique. Avant de critiquer l'arbitrage, svp, regardez les matchs..
Je me permets d'ajouter que je partage le point de vue global de the cliff sur le comportement "anti-sportif" d'une grande partie des footballeurs pros.

Pour les remarques concernant Barcelone, il ne me semble pas que cette équipe, du moins depuis le début des années 90, ait été perçue par le plus grd nombre comme une équipe de simulateurs.

Je maintiens que c'est le comportement déplorable de mourinho sur et en dehors des terrains depuis son arrivée sur le banc du real qui est en majeure parti responsable du pourrissement des clasicos et de l'atmosphère "moviola hystérique" qui existe en espagne.

C'est tout, bon dimanche à tous.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1 23