1. // France – Ligue 1 – 36e journée – PSG/Rennes

Stade rennais : la défaite de trop ?

« … et à la fin, c’est Rennes qui perd. » Voici donc comment se termine chaque fois une pièce avec la formation bretonne au générique. Celle qui s’est jouée samedi au Stade de France face au voisin guingampais n’a pas dérogé à la règle, avec une innovation de la part des acteurs rennais : ils ont fait acte de présence sur scène, mais ont carrément oublié de jouer ! Comment réagit leur public après cette vilaine prestation ? Entre colère, détresse et incompréhension face à ce qui ressemble de plus en plus à un club maudit.

Modififié
258 85
Le match de samedi : « le supplice de Tantale »

« Être supporter rennais, c’est un sacerdoce. On aime profondément ce club, et pourtant on n’en retire quasiment que de la souffrance. » Ainsi parle Sylvain, supporter de longue date et rédacteur de Stade rennais Online, la principale communauté de fans sur Internet. Pour caractériser cette nouvelle désillusion, il évoque « le supplice de Tantale » , qui consiste à présenter à un homme soumis à la torture la nourriture dont il a besoin et à l'enlever au moment où il est près de se servir. Comme en 2009 déjà face à Guingamp, comme l’an dernier en Coupe de la Ligue face à Saint-Étienne, le public rouge et noir s’est déplacé en nombre au Stade de France, espérant follement décrocher ce titre qui lui échappe depuis tant d’années. Et comme d’habitude, c’est la frustration qui l’a emporté. « La clé du match, c'était de répondre en imposant notre rythme, en mettant de l'intensité et en profitant de notre surnombre au milieu, analyse Sylvain. Sauf que Konradsen, Makoun et Doucouré ont été parfaitement pris par les Guingampais et qu'on a été incapables de répondre dans l'engagement, de se sortir de cette situation. Ce qui est désespérant, c'est que c'était déjà le cas lors des deux matchs de championnat (deux défaites 0-2). Comme si Montanier n'avait jamais trouvé la clé pour répondre à Gourvennec.  » Bastien, autre supporter actif sur les réseaux sociaux, poursuit : « Comme tous les Rennais, j’ai fait le deuil dès la première mi-temps. Si l’on était rentré au vestiaire à 0-0, c’était jouable. À 1-0, c’était déjà impossible ; à 2-0 au retour des vestiaires, c’était fini. Je crois que le sentiment prédominant est la résignation. Ça tombe bien, c’est aussi ce que les joueurs rennais ont montré dès le début du match. »

De la résignation, c’est aussi ce que ressent Fabrice, du site Rouge Mémoire, mais ce n’est pas le seul sentiment qu’il exprime. « Il y a de la honte et de l’incompréhension aussi. Une honte liée à la prestation proposée samedi. Perdre une finale sans défendre ses chances, sans révolte et sans envie, c'est le pire scénario proposé à un supporter. Pour ce qui est de l'incompréhension, comment expliquer que plus on enchaîne les expériences en finale, plus on les aborde mal ? On pensait que les douloureuses expériences du passé serviraient pour construire l'avenir. Et bien non ! Le Stade rennais accumule les expériences pour produire pire encore. Dans l'avant-match, on avait un peu le sentiment de dernière chance. Et au final, ça casse ! Ça casse un processus de réconciliation entre le public et son équipe, ça casse aussi une énième opportunité pour le club de changer de dimension.  » Et de lâcher cette si collante étiquette de loser

Les coupables : Montanier garde l’impunité (pour l’instant)

Le pire pour les supporters rennais samedi a été d’assister à la faillite collective de l’équipe, incapable d’élever son niveau de jeu à hauteur de l’enjeu. Non seulement elle n’a pas gagné face à ce qui s’apparente de plus en plus comme sa bête noire voisine, l’EAG, mais elle n’a même pas essayé de gagner. Un engagement minime, pas d’esprit de révolte, peu de construction… Même les individualités censées pouvoir faire la différence offensivement ont semblé aspirées dans le siphon de l’inéluctable défaite. Face à ce constat, deux points de vue peuvent s’envisager : ou bien l’équipe n’a pas réussi à se mettre mentalement en condition pour jouer une finale – c’est notamment ce qu’a déclaré Kana-Biyik après-match – ou bien ils ont été paralysés par la pression, alors que les supporters s’étaient présentés en nombre au dernier entraînement à La Piverdière avant le départ pour Saint-Denis. « La pression, ils doivent pourtant savoir la gérer, s’agace Bastien. C’est aussi ça, leur boulot. La première chose qu’un joueur devrait apprendre en arrivant à Rennes est la mesure des attentes des supporters. Si le soutien des fans à l’entraînement suffit à leur faire perdre leurs moyens, c’est qu’il y a un gros problème dans la préparation mentale. Si les leaders ont les pieds qui tremblent, comment veux-tu que de jeunes joueurs comme Moreira, Konradsen ou Doucouré jouent sereinement ? »

Bousculé par des supporters en colère à la reprise de l’entraînement lundi, le groupe rennais termine encore sa saison d’une bien vilaine manière, alors que le staff à sa tête a pourtant changé. De quoi remettre aussi en cause la méthode de celui qui a été élu meilleur entraîneur de Liga la saison dernière avec la Real Sociedad ? Non, estime Sylvain, en tout cas pas tout de suite : « Je pense que Montanier aura encore une immunité pendant quelques mois, parce qu'on savait à l'avance qu'il avait besoin de temps, et qu'il y a eu énormément de changements dans l'effectif en l'espace de quelques mois. Si la saison 2014-2015 est aussi compliquée que celle-ci, par contre, ça risque d'être difficile pour lui. » Le coup de pression et l’impatience sont les mêmes chez Fabrice : « Les changements sont intervenus dans l'urgence l'été dernier avec le départ d'Antonetti et celui plus tardif de Dréossi. Avec ces douze mois écoulés pour bien préparer les choses, le prochain recrutement de Jean-Luc Buisine répondra au cahier des charges fixé par Montanier. Il aura le groupe qu'il a désiré de A à Z et devra donc confirmer que sa deuxième saison dans un club est toujours sa meilleure. »

Assurer le maintien, puis changer les mentalités

Pour assurer le maintien, un point devrait suffire au Stade rennais alors qu’il lui reste trois matchs à disputer. Même en jouant le premier au Parc ce soir face à un PSG qui veut fêter le titre, même en ayant la tête dans la lunette des toilettes, ça devrait pouvoir se faire. Si c’est le cas, reste ensuite à voir ce qu’il y a à changer pour apprendre à gagner. Pour Bastien, le chantier est énorme : «  Tu peux repeindre la coque de ton bateau tant que tu voudras, si elle est bouffée par la rouille, tu continueras à prendre l’eau régulièrement. Ce club est mou du genou, c’est dans son ADN. Le fait de n’avoir eu aucun objectif clairement défini depuis le milieu des années 90 n’aide pas non plus à se surpasser. On ne joue pas la promotion, rarement le maintien, on ne joue pas le titre, pas vraiment l’Europe et si on fait un bon parcours en Coupe, c’est bien. Ce club manque d’objectifs chiffrés et de pression à tous les étages.  » Fabrice évoque une cascade de maladresses ayant conduit à cette nouvelle faillite collective : « La direction qui communique sur une possible qualification en Ligue Europa avant même que l'EAG ne joue sa demi-finale, des supporters qui fêtent la qualification pour la finale comme une victoire finale, des joueurs qui ne prennent pas la dimension de l'événement même avec 2000 supporters pour le dernier entraînement public et enfin un staff technique et son coach qui annoncent en avant-match que l'on ne court pas après les trophées… Au final, la sanction est logique. On prévoit des T-shirts de la victoire, un bus impérial et son trajet... On oublie les fondamentaux. À Guingamp, tout est fait à l’arrache, mais ça sourit : on pousse les joueurs jusqu'au stade et, ensuite, on verra bien si on organise une fiesta. Un raisonnement plus pertinent au final. »

La comparaison avec le voisin breton fait mal, mais est nécessaire aussi selon Sylvain, à qui revient la conclusion : « Guingamp a dans son ADN le fait d'être une équipe de coupe, de se battre pour atteindre ses objectifs, de se dire que sur un match, il peut battre n'importe qui. Nous, depuis des années, on est une équipe de championnat qui obtient des résultats sur la durée. Le problème, c'est qu'il y a 0,0001 % de chances qu'on soit champion de France dans les prochaines années, et que les supporters n'attendent qu'une chose, une victoire en coupe. Alors certains dans l'équipe dirigeante du club doivent dégonfler un peu et arrêter de prendre le Stade rennais pour ce qu'il n'est pas. Il faut que le club s'ouvre à plus de proximité avec ses supporters, retrouve plus d'humilité, et en imprègne les joueurs.  »

Par Régis Delanoë, à Rennes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Syr_Odanus Niveau : CFA
Montanier, mais qu'as tu été faire dans cette galère ?
Tu avais tout pour réussir en Espagne, à la Sociedad tu étais le messie...
Et si ça se trouve tu aurais même pu un jour entraîner Messi & cie
(oui ça va je sors...)
"Le supplice de Tantale", c'est le résumé parfait aux parcours successifs du Stade Rennais en coupe depuis 5 ans... Autant faire comme d'autres équipes et perdre dès les 32èmes contre une CFA 2, on est moins en ligne de mire du gros foutage de gueule post finale ou demi.
Samson Siasia Niveau : District
"La première chose qu’un joueur devrait apprendre en arrivant à Rennes est la mesure des attentes des supporters"

J'ai rit.
Quel club de tocards. Mais c'est vraiment pour ça qu'on les apprécie.
KillerCroc Niveau : CFA
Note : -3
Lineker a dit : "le football est un sport qui se joue a 11 contre 11 et à la fin c'est Rennes qui perd".
Chat-banni Nonda Niveau : DHR
C'est juste inimaginable d'être aussi ridicule quand tout le monde attend cette équipe au tournant.
Je suis toujours sous le choc, vivement la coupe du monde pour qu'on passe à autre chose. Au moins tout le monde sait qu'on peut compter sur cette magnifique équipe de France pour se battre et nous faire vivre d'autres émotions que la honte, hein?
letitbe53 Niveau : DHR
Tout d'abord, il convient de signaler que le club est en L1 depuis 20 ans. L'actionnaire principal a peut-être des défauts, mais il assure au moins la stabilité financière d'un club qui n'a pas de difficulté financière particulière, et qui n'a rien à craindre de la DNCG. Certes, il y a eu des déceptions en coupe, mais beaucoup de clubs aimeraient bien être à la place du Stade rennais (Le Mans, Grenoble, Strasbourg, Amiens, Valenciennes, etc.). J'entends parler de honte, de catastrophe... Il faut relativiser, il y a largement pire.

Alors comment expliquer toutes ces déceptions en coupe ? Cela plusieurs années que l'on s'en prend à espérer, et à chaque fois, on est déçus. Comment expliquer cette incapacité à répondre présent dans les grands événements ? Je vais finir par penser que cette incapacité est inscrite dans les gènes du club.

En effet, quand on regarde l'effectif, on constate que plusieurs joueurs ont une expérience internationale et ont fait leurs preuves ailleurs (Makoun, Grosicki, Toivonen...). Montanier est arrivé à Rennes précédé d'une flatteuse réputation, mais finalement, on s'aperçoit qu'il n'a pas fait mieux que ses prédécesseurs (Antonetti, Lacombe). Un mec comme Danzé a été formé à Rennes, il a clairement l'amour de son club, c'est tout sauf un mercenaire : mais en fin de compte, il s'est chié dessus contre Guingamp, comme ses coéquipiers.

Est-ce que cela vient de la sociologie de la ville ? Rennes est une ville assez bourgeoise, avec beaucoup de fonctionnaires : il en résulte un manque de ferveur populaire qui rejaillit notamment sur l'ambiance au stade, donc sur les joueurs. Comme s'il y avait, à Rennes, une sorte de climat un peu émollient ou bloquant qui fait que les joueurs et le staff n'arrivent pas à se transcender dans les grands événements et finissent par décevoir à chaque fois qu'on attend quelque chose d'eux.

Le rôle de l'actionnaire est également important. Il convient de ne pas dénigrer François Pinault : il a déjà injecté beaucoup d'argent dans le club, peut-être pas assez, mais c'est mieux que rien. Il assure la stabilité financière du club. Mais on dirait qu'il n'a pas de grande ambition pour son club : il se satisfait du minimum, c'est-à-dire d'un club qui joue au milieu de tableau en L1. Et puis cet actionnaire n'est pas très présent au quotidien. Tout ceci rejaillit aussi sur les joueurs, le staff, habitués à gérer le minimum, mais qui ne sont pas préparés pour les grands événements.
Message posté par Samson Siasia
"La première chose qu’un joueur devrait apprendre en arrivant à Rennes est la mesure des attentes des supporters"

J'ai rit.


Et moi "j'ai ri" en lisant ta dernière phrase.
Samson Siasia Niveau : District
Message posté par breton


Et moi "j'ai ri" en lisant ta dernière phrase.



Merci beaucoup, grâce à toi je vais faire beaucoup de progrès. Bonne chance pour l'IUFM.
Anarchitectes Niveau : District
- En même temps, une victoire peut difficilement être de trop-

Sur la Finale, cela a été dit et redit, c'est avant tout mental. Après y'a aussi un "léger" souci au niveau qualité.
Virer Montanier ce serait se tirer une balle dans le pied... déjà qu'ils ont du mal à faire l'inverse.
Ou alors ils assument d'être LE club lambda du championnat et prennent un bonhomme en mousse style Gillot et des Makoun en veux tu en voilà.
Georges Profond Niveau : District
@ letitbe53, +1

Faut effectivement relativiser la situation du Stade...moi aussi je suis encore sous le choc, tellement persuadé qu'on ne pourrait pas se faire dans le benne une énième fois contre Guingamp, tellement sûr que cette nouvelle finale pouvait effacer celle de 2009...
C'est dur d'être supporter Rennais, clairement faut aimer la douleur. On a vu le club rater la troisième place à 1 minute près en 2007, on a vu le club loser en UEFA comme y a pas (je ne parle pas de la dernière campagne, les résultats n'étaient pas là, mais les couilles y étaient - ceux qui critiquent n'ont jamais vu le contenu des matchs), on a vu Eduardo mettre la misère à Hansson en finale y a 5 ans, on a vu Brandao nous enfoncer y a un an, et là on vient de subir peut-être la pire défaite du club, encore une fois parce qu'on était tous persuadés qu'on ne pouvait plus perdre.

Mais je continuerais à les supporter, parce que quand t'as vu Kaba Diawara nous sauver contre Toulouse un soir de Mai 98, et que t'as vu le club t'offrir la L1 chaque année depuis (comparé à l'état de délabrement du club avant), bah t'as pas le choix. C'est sur, j'aurais préféré naître à Paris...Mais rien à foutre, j'échangerais mes Lucas-Turdo pour rien au monde
Chat-banni Nonda Niveau : DHR
Message posté par letitbe53
Tout d'abord, il convient de signaler que le club est en L1 depuis 20 ans. L'actionnaire principal a peut-être des défauts, mais il assure au moins la stabilité financière d'un club qui n'a pas de difficulté financière particulière, et qui n'a rien à craindre de la DNCG.


Tu as raison letitbe, mais peut-on vraiment avoir comme unique ambition la stabilité financière? C'est un club de foot, pas une assemblée d'actionnaires! Et puis le maintien en Ligue 1 c'est bien beau, surtout après avoir fait l'ascenseur pendant des années entre D1/D2, mais quand on voit le potentiel du Stade Rennais c'est un énorme gâchis et une frustration permanente pour les supporters.
Je cherche les coupables de cette situation, tu en as cité quelques uns, et on ne peut sûrement pas blâmer F. Pinault qui a fait ce qu'il avait dit en 1997, ni plus ni moins. D'où viennent donc ce manque d'ambition et ce mental de Bisounours?
Message posté par Samson Siasia


Merci beaucoup, grâce à toi je vais faire beaucoup de progrès. Bonne chance pour l'IUFM.


L'IUSM semble plus adapté aux Rennais.
letitbe53 Niveau : DHR
Message posté par Chat-banni Nonda


Tu as raison letitbe, mais peut-on vraiment avoir comme unique ambition la stabilité financière? C'est un club de foot, pas une assemblée d'actionnaires! Et puis le maintien en Ligue 1 c'est bien beau, surtout après avoir fait l'ascenseur pendant des années entre D1/D2, mais quand on voit le potentiel du Stade Rennais c'est un énorme gâchis et une frustration permanente pour les supporters.


Certes, l'objectif de stabilité financière ne fait pas rêver. Mais est-il possible de faire autrement ? Le modèle économique du football professionnel en Europe n'est pas très sain : de très nombreux clubs professionnels perdent de l'argent.

Un club qui veut avoir de l'ambition est obligé de dépenser plus qu'il ne gagne : certains clubs comme le PSG ou Monaco ou l'OM à une époque peuvent compter sur la générosité d'un actionnaire mécène pour éponger les pertes. D'autres clubs qui ne peuvent compter sur un tel actionnaire sont obligés de prendre des risques financiers pour satisfaire les ambitions sportives. Des clubs comme Lille ou Bordeaux, par exemple, ont pris des risques financiers pour obtenir le titre, puis ont dû dégraisser. D'autres clubs ont pris des risques et ont fait faillite (Le Mans, Grenoble, Strasbourg...).

Pinault pourrait être cet actionnaire mécène. Il a déjà mis de l'argent dans le club (assurant une stabilité financière au club, ce qui est déjà bien), il pourrait mettre davantage, il ne le souhaite pas, mais peut-on le lui reprocher ? Et s'il s'en va un jour : quel riche homme d'affaires pourrait être motivé pour investir beaucoup d'argent dans le SRFC ? Il n'est pas certain que l'homme idoine existe...

Dans ces conditions, et si on veut assurer la pérennité financière du club, on est obligé de veiller à respecter un équilibre financier, et tant pis si ça ne fait pas rêver.

Pour le reste, je pense qu'il y aussi une dimension sociologique, psychologique et culturelle qui fait que le SRFC n'arrive pas à se transcender dans les grands événements (c'est ce que j'ai évoqué plus haut).
Faut dire merci à Dréossi d'avoir modelé l'équipe sur le modèle de nos centres de formations. En l'occurrence "On prend des gros renois et on blinde. Les buts on les marquera avec le talent d'un Pagis ou d'un Pitroipa".

Aujourd'hui les rennais continuent d'en assumer les conséquences. De toute façon j'ai envie de dire qu'ils ont le succès que leurs spectateurs méritent.

Ici c'est Paris c'est les mecs.
"Paname, Paname
Les criminels te passent le salam
Moi c'est Saddam, Saddam
Marine Le Pen c'est toi la racaille
Moi je fais le halla, je fais le halla
Pure comme la blanche du Guatemala
Mon pays va mal, va mal
Compte pas sur nous pour tirer l'alarme"
Moi je me marre en tant que Nantais, ils nous ont bien pris pour des cons pendant 4 ans, on remonte et on est devant eux malgré leur budget énorme par rapport à nous. À ça tu rajoutes la différence d'ambiance... Bref ils se voyaient déjà comme principal club de Bretagne Pays de Loire, ce qui est très prétentieux car dans l'immédiat le FCN pourrait jouer en national qu'il créerait toujours plus d'enthousiasme... Désolé les Rennois, c'était ma minute rageux, j'aurais préfère attendre la fin de la saison histoire d'être sur de finir devant vous mais bon j'ai pas réussi
ErminigMode2k11 Niveau : DHR
en vrac

* dire que les supporters pensaient la finale gagnée ... franchement dès la finale connue on chiait tous dans nos froques !
on savait que c'était quitte ou double et qu'on était pas favoris ! 1 titre 1 revanche les poules de l'Europa League Montanier sur de bons rails OU l'étiquette ultime de looser, une crise sur la durée, EAG et tout ce qui compte de neo-bretons, bonnets rouges et fans du petit poucet à nous charrier pdt 20ans

* on tape bcp sur Rennes m'enfin au hasard, Toulouse, club/ville/supporters comparables, c'est vraiment pas mieux en terme de perf. Au moins ils ont l'intelligence de pas faire de finales pour pas faire de vagues.

* 3 finales en 5ans et 20ans de L1 ça reste bien pour un club qui a peu d'histoire footballistique. On tourne autour du 6/8ème budget, je vois pas comment on peut prétendre jouer le podium en L1, hors coup de chatte à la Montpellier. Pour les finales on a un mental en bois donc on va arrêter de jouer les coupes et le pb est réglé.


Une fois cela dit, faut constater que nos finales sont de plus en plus pourries. Pour la prochaine je pense qu'on va rater le coup d'envoi suite à une panne de GPS du bus.
Note : 6
Message posté par IlhaGrande
Faut dire merci à Dréossi d'avoir modelé l'équipe sur le modèle de nos centres de formations. En l'occurrence "On prend des gros renois et on blinde. Les buts on les marquera avec le talent d'un Pagis ou d'un Pitroipa".

Aujourd'hui les rennais continuent d'en assumer les conséquences. De toute façon j'ai envie de dire qu'ils ont le succès que leurs spectateurs méritent.

Ici c'est Paris c'est les mecs.
"Paname, Paname
Les criminels te passent le salam
Moi c'est Saddam, Saddam
Marine Le Pen c'est toi la racaille
Moi je fais le halla, je fais le halla
Pure comme la blanche du Guatemala
Mon pays va mal, va mal
Compte pas sur nous pour tirer l'alarme"


Débile mental, mental
letitbe53 Niveau : DHR
Message posté par EEES
Moi je me marre en tant que Nantais, ils nous ont bien pris pour des cons pendant 4 ans, on remonte et on est devant eux malgré leur budget énorme par rapport à nous. À ça tu rajoutes la différence d'ambiance... Bref ils se voyaient déjà comme principal club de Bretagne Pays de Loire, ce qui est très prétentieux car dans l'immédiat le FCN pourrait jouer en national qu'il créerait toujours plus d'enthousiasme... Désolé les Rennois, c'était ma minute rageux, j'aurais préfère attendre la fin de la saison histoire d'être sur de finir devant vous mais bon j'ai pas réussi


A Nantes, la ferveur populaire est plus forte qu'à Rennes. Je t'accorde volontiers ce constat.

Mais cela ne suffit pas à assurer de bonnes performances sportives. Pour perdre trois finales au Stade de France en cinq ans, encore faut-il se qualifier pour ces finales. Les Nantais n'ont pas disputé de finale de coupe de France depuis 2001, et de finale de coupe de la Ligue depuis 2004. Ils ne risquent pas d'en perdre...

Par ailleurs, si on songe à l'interdiction de transfert, au match perdu sur tapis vert contre Bastia, ou aux polémiques Djordjevic et Trebel, alors on se dit que les Nantais sont très forts pour se tirer tout seuls des balles dans le pied...
letitbe53 Niveau : DHR
Message posté par IlhaGrande
Faut dire merci à Dréossi d'avoir modelé l'équipe sur le modèle de nos centres de formations. En l'occurrence "On prend des gros renois et on blinde. Les buts on les marquera avec le talent d'un Pagis ou d'un Pitroipa".


Mais du temps de Dréossi, le club terminait systématiquement dans les 9 premiers du championnat. Ce n'était pas toujours très beau à voir, mais les résultats étaient corrects. Il est parti, et comme par hasard, c'est un peu plus difficile cette année en championnat...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
258 85