En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Chelsea-Tottenham

Spurs bleue

Personne ne l’ignore, la saison de Chelsea a été, et est toujours autant pourrie. Pourtant, cette rencontre face à Tottenham a encore un ultime intérêt : précipiter le titre de Leicester et faire chier Tottenham. Ils ne devraient pas s’en priver au nom d'une rivalité profondément ancrée.

Modififié
Si l’on en croit les livres d’histoire, tout a commencé en 1967. Finale de la FA Cup à Wembley, la première de l’histoire entre deux clubs de Londres. En Premier League, Tottenham est loin devant au classement. Idem en matière de palmarès. Et les Spurs n’hésitent pas à le faire savoir sur le terrain. Très vite ils prennent les choses en main, contrôlent le jeu et ouvrent le score peu avant la mi-temps, grâce à une grosse patate de Jimmy Robertson à l’entrée de la surface. À l’heure de jeu, Frank Saúl double marque d’une reprise de volée dos au but. Et malgré la réduction du score en toute fin de match de Bobby Tambling, les Spurs remportent la cinquième FA Cup de leur histoire. Mais ce qui reste vraiment en travers de la gorge des supporters de Chelsea, c’est que Tottenham a obtenu ce nouveau titre grâce à deux anciens de la maison, Jimmy Greaves et Terry Venables.

Vidéo

Pire que tout, ce qui va vraiment décupler les haines respectives, c'est la lutte pour le maintien que les deux équipes se livrent en 1974-1975. Tottenham et Chelsea sont au plus mal et à trois journées de la fin, ils se retrouvent en confrontation directe. Et encore une fois, ce sont les Blues qui vont tout perdre et permettre aux Spurs de se maintenir. Dans le cœur des supporters de Chelsea, c'est impardonnable. Et quand ils reviendront sur le devant de la scène, ils feront toujours tout pour emmerder le voisin londonien. Pas le plus détesté, mais certainement le plus martyrisé.

Vidéo

Un plat qui se mange congelé


Et il faut également comprendre les Blues. Pendant deux décennies, ils flirtent avec les bas-fonds de la Premier League, passe même pas loin de la Football League One (3e Division) et ne sont pas vraiment aidés par le hooliganisme. Alors, quand ils reviennent au premier plan au début des années 90, grâce au premier investissement de l’homme d’affaires Matthew Harding, ils ne cherchent qu’un chose : se venger. Graham Roberts, ancien de Tottenham, confirme sur ESPN : « Je ne savais pas que les supporters de Chelsea haïssaient autant Tottenham. C’était n’importe quoi ! Quand j’y ai signé, (1988 ndlr), la seule équipe à qui ils ne ne voulaient rien concéder, c’était Tottenham. » Et c’est ce qui se passera durant seize longues saisons. Tout ce temps-là, les Spurs se font régulièrement marchés dessus par Chelsea. En témoigne par exemple cette fessée cul nul infligée en 97.

Vidéo

Mieux qu'une simple vengeance, Chelsea retrouve surtout le goût de la victoire et des titres. Ce qui exaspère forcément les supporters de Tottenham, bloqués tout ce temps-là en dessous de la septième place de Premier League. L’arrivée d’Abramovitch n’arrangera rien à ce nouveau rapport de force. Et il faut attendre 2006 pour voir les Spurs s’imposer à nouveau face à l’équipe de Mourinho. Une éternité. Mais voilà, Chelsea est désormais devant - en nombre de Premier League gagnées - et puis cette remuntada en FA CUP 2007, alors que Chelsea était mené 3-1 à la mi-temps, est également très dure à digérer. La vengeance est un plat qui se mange très, très froid.

« On ne veut pas que Tottenham soit champion. »


Mais le pire est encore à venir. Le sommet de l'inimitié est atteint fin 2012, quand l’improbable équipe de Di Matteo soulève les Grandes Oreilles. Explications : Tottenham est quatrième de Premier League et croit avoir gagné le droit de disputer les barrages de Ligue des champions. Sauf qu’il ne peut y avoir que quatre équipes anglaises qualifiées pour la compétition et que le vainqueur de la C1, Chelsea en l'occurrence, est automatiquement qualifié pour la prochaine édition. Résultat : malgré une sixième place peu avantageuse, Chelsea pousse Tottenham en C3. Amer. Et ce soir, alors que Tottenham a pour la première fois depuis très longtemps une micro chance de remporter la Premier League, les Blues l'assurent : ils n'ont toujours pas assouvi leur soif de revanche. La preuve avec les supporters de Chelsea qui, lors du dernier match, ont hurlé à leurs propres joueurs : « Vous avez intérêt à battre Tottenham » , ou encore avec Eden Hazard, qui n’y va pas par quatre chemins en zone mixte : « On ne veut pas que Tottenham soit champion. On, ce sont joueurs, le club et les supporters. » Clair, net et précis.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 7 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 7 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85