1. // Euro 2012
  2. // Quarts de finale
  3. // Espagne/France

Soyez grands ou disparaissez !

L’équipe de France se présente face à l’Espagne avec, sur son dos, des bagages alourdis par les casseroles de la semaine. Ce soir à Donetsk, les Bleus devront à la fois se délester de ces sentiments encombrants et trouver, enfouis en eux, ceux propices aux plus grandes ascensions. C’est indispensable, mais peut-être pas suffisant car, ce soir, ce n’est pas une montagne qui attend la France : c’est l’Everest.

Modififié
0 24
On annonce une température très élevée aujourd’hui à Donetsk. Mais le football a souvent sa propre météo et, ce soir, le climat risque d’être bien plus brûlant avec un risque sévère de très gros orage en cas d’ouragan. Celui-ci porte un nom connu de toute la planète depuis près de quatre ans : l’Espagne. Dire cela suffit à situer le défi immense qui attend l’équipe de France en quarts de finale de l’Euro, et on dit « défi immense » car les aléas du sport, et du foot plus particulièrement, nous empêchent de parler de mission impossible. Surtout quand on parle de la France et d’une tradition profondément ancrée, celle des exploits les plus improbables. Oui, en cette soirée moite, on attend des Bleus qu’ils renouent avec une certaine histoire plus que séculaire, mais pour l’heure, c’est davantage avec les réminiscences d’un passé sulfureux plus récent que l’on doit composer.

La semaine qui vient de s’écouler a vu ressurgir certains fantômes de 2008 et de 2010 que les plus naïfs pensaient évanouis dans la nature, alors qu’ils s’étaient seulement planqués dans les placards dans l’attente de la moindre occasion pour en ressortir. Cette occasion, le match face à la Suède l’a servie sur un plateau. Une rencontre où l’on a vu se promener sur la pelouse de Kiev nonchalance, individualisme et arrogance avant que les vestiaires du Stade Olympique ne résonnent de nouveaux fracas conflictuels entre histoires de portable (Ben Arfa), de reproches (Nasri) et de suspension (Mexès). Bien évidemment, le lendemain, Alain Boghossian, en fidèle soldat, est monté au front pour essayer de désamorcer cette nouvelle bombe. Mais qui peut croire que cette nouvelle secousse est tout à fait isolée, sans aucun rapport avec les turbulences de 2008 et le séisme de Knysna ?

Quelque chose de LeBron James en face

Vue d’Espagne, l’affaire fait bien marrer : «  Alors, c’est qui, les guignols ?  » Mais il ne faut pas compter sur les champions d’Europe et du monde pour prendre ce rendez-vous à la légère. La Roja aussi connaît sa part d’histoire douloureuse et particulièrement avec la France qu’elle n’a jamais vaincue en match de compétition. Le dernier souvenir, celui d’un huitième de finale du Mondial 2006 à l’issue duquel les Ibériques avaient rêvé d’envoyer Zidane à la retraite avant que celui-ci ne les envoie ad patres, est à la fois douloureux et fondateur. Comme LeBron James qui explique que la défaite humiliante des NBA Finals 2011 avait été la meilleure chose qui lui était arrivée pour conquérir le trône cette année, les cadres de la Selección situent toujours la leçon prise face aux Bleus en Allemagne, il y a six ans, comme le passage fondamental à leurs succès depuis. Mais bien évidemment, Xavi & Co ne seront pas là ce soir pour dire merci à Ribéry et ses potes, mais bel et bien pour leur infliger une belle raclée.

Et les raisons pour espérer y échapper se comptent sur les doigts d’une main, des raisons qui sonnent comme des poncifs : « La glorieuse incertitude du sport  » , «  Dominer n’est pas gagner » qui voisinent avec le mythique « En football, vous savez…  » Mais pour en arriver là, concrètement, il faudra courir. Beaucoup. Passionnément. Oui, passionnément, car s’il ne fallait que des jambes, des poumons et de l’abnégation pour faire chuter la Roja, l’Éthiopie et le Kenya figureraient le cauchemar de l’équipe d’Espagne. Il faudra aussi du panache, de l’audace à la récupération du ballon. Aller vite vers l’avant, mais intelligemment, et certainement qu’il faudra cibler la zone de Ribéry, meilleur offensif tricolore actuel, face à Arbeloa maillon faible défensif adverse. Et ce, tout en verrouillant l’axe défensif, zone préférentielle de l’animation espagnole précisément là où Koscielny fera ses grands débuts dans la compétition avec toutes les incertitudes que cela comprend. Énormément de soucis à régler avec très peu d’espoirs d’y parvenir, c’est une drôle d’équation à résoudre pour les Bleus, à la manière de ces magiciens qui font tout avec rien. Ce soir, il faudra beaucoup de magie…

Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

allez les gros ce soir on les bouffe
"Celui si"
"Dire ça"

C'est beau de vanner, mais revoyez la langue française quand même quoi !!
Arsène Holmes Niveau : DHR
L'ironie c'est que ce soir on peut être grand mais quand même disparaître...
On va pas faire chier pour les fautes, mais quand même ce genre-là, non !!! Il y a un minimum quand on est rédacteur, sinon il ne faut pas écrire mais faire de la radio :
"Et les raisons pour espérer y échapper se compte..."
sujet de "compter" = les raisons
donc "comptent" (niveau CM1 et encore...)
merci de corriger

Beau titre pour l'article ! Soit ils se bougent et gagnent, soit cette génération la ferme, empoche le fric de leurs clubs respectifs et oublie le niveau international...
La magie commence à prendre avec cette équipe, elle a quand même la capacité de nous faire espérer une victoire ce soir. C'est qu'elle à bien des qualités, l'EDF, au milieu de ces gros points noirs.
faut arrêter de se voir trop beau, ce soir ça sent la défaite, d'autant plus d'après la compo probable que réserve blanc: réveillère en ar dr et debuchy en milieu droit: le chelsea/inter du pauvre. j'espère mais sans grandes illusions. moi qui critiquait menez ou espérait valbuena, un des deux serait pas de trop, c'est pas avec les momies nasri ou malouda qu'on risque de les bouger. enfin je suis pessimiste de nature
Rien que parce que Mexès n'en est pas j'y crois :)))
Arsène Holmes : J'ai bien peur que ça arrive en effet. On y sera presque, mais il manquera un petit truc... Wait and see.
Finalement le plus grand drame çà serait de perdre l'euro si on bat l'Espagne. Apres çà, on se devrait d'aller au bout, rien que pour justifier cette victoire.
Le titre résume parfaitement la situation.
Mais je ne vois pas la France passer, il y a un déficit trop grand en attaque au niveau de l'efficacité.
waynerooney Niveau : CFA
Tant que Nasri et Ben Arfa sont pas titulaires, tout me va.
Note : 1
Je viens de voir la compo des bleus, c'est mort pour vous, condoléances.
Et Laurent Blanc est bien une quiche.
le problème c'est que même si chaque joueur se sublime il n'y en aura que deux qui seront, alors, au niveau de l'Espagne: Ribery et Benzema, en-dehors de ces deux-là, les autres sont en-dessous, c'est un fait.

Et nous manquons très gravement d'un créateur, de " cerveau " comme dirait Blanc Nasri n'est clairement pas celui-là ( on n'a même essayé de remplacer Gourcuff c'est dire... ) et ce n'est pas son match contre l'Angleterre qui risque de me faire changer d'avis ou en-dehors d'une frappe...

C'est LE manque principal de l'équipe de France, Ribery et Menez peuvent accéler le jeu, Benzema faire la finition mais ils ne peuvent pas créer.
En revanche, chez les Espagnols y'en a foison y comprit sur le banc de touche.

Alors après bien sur, un scénario rocambolesque, un carton rouge, un pénalty chanceux, une chance de coc* et ainsi de suite peut faire basculer le match mais ca ne marche que le temps d'un match, je ne nous vois pas gagner derrière.
Epictète Niveau : CFA
Si la compo qui traîne sur le Net est vérifiée, je donne pas cher de notre peau :

Lloris - Réveillère, Rami, Koscielny, Clichy - Debuchy, Cabaye, M'Vila, Malouda - Ribéry - Benzema

Ca m'a l'air tellement bétonné, tellement sans espoir face à l'Espagne. Densifier le milieu, OK, mais putain*, qui pour faire le jeu ?? Comment on construit avec Malouda qui repasse par le goal dès qu'il touche la balle, avec M'Vila qui fait chaque passe à son coéquipier le plus proche, si possible en latéral...

J'ai peur. J'espère me tromper.
M'enfin, ce n'est pas une équipe si défensive que ça, on a conservé Lloris dans les buts. Allez ! Il faut ce qu'il faut faut, les attaquants ont va les ressortir pour le tour suivant contre le Portugal. Sur PS3.
Soyez grand et c'est tout j'ai plutot envie de dire.
J'espère juste un grand match de la France, une France qui ose un peu et 0 regret à la fin.
C'est jouable, la France est capable de tout donc pourquoi pas ?!

Totalement d'accord avec toi WayneRooney !
j'savais pas que Lafarge béton avait repris la FFF.... vous avez vu la compo ?????

debuchy, reveillere, cabaye, mvilla, koscielny, rami, clichy, malouda, lloris... et benzema

on a compris le plan de jeu... chelsea-barca...

quelle ambition... m'enfin qui vivra verra...

allez la france quand même...
et ribery off course...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 24