1. //
  2. // Lille/Wasquehal

Sow Foot

« C'est à la fin du bal qu'on paye les musiciens » . Et si ce proverbe était débile ? Et si la vérité d'un championnat, long de trente-huit journées, ne dépendait en fait que de simples transactions estivales, d'une bonne affaire ou d'une banane ? A l'occasion de ce grand loto annuel, c'est le LOSC qui semble avoir touché le jackpot : Moussa Sow, 24 ans, 15 buts et zéro complexe.

Modififié
0 3
Cela fait quelques années maintenant que le LOSC est au football ce que le Modem de François Bayrou est à la politique. Un moyen de dire "merde" aux gros, tout en restant à peu près sérieux. Depuis 2009 et la cohabitation réussie d'Eden Hazard et Gervinho à la tête de la faction lilloise, le parti de Rudi Garcia fait office de trouble-fête crédible dans l'hémicycle de la LIgue 1. Mais cette domination technique a un prix. A trop baser son jeu sur ses ailiers virevoltants, Lille avait pris l'habitude de jouer sans véritable numéro neuf -no offense Pierre-Alain Frau ou Tulio de Melo. Cette saison, les Dogues semblent plus à même de tenir sur la longueur dans la course au titre et ce, notamment grâce à l'arrivée l'été dernier de Moussa Sow, avant-centre racé. Arrivée qui a légèrement bouleversé la philosophie de jeu du LOSC et qui explique peut-être le début de saison poussif des Nordistes.

Dréossi : « On n'a pas voulu déroger à une logique »

Il y a des transferts qui font couler l'encre et gaspiller la salive. D'autres qui passent inaperçus. Celui du Franco-Sénégalais n'a de curieux que son commencement. Devenu incontournable à Rennes, son club formateur, sous l'ère Lacombe, Sow est mis au placard par Frédéric Antonetti, qui lui préfère Ismaël Bangoura et Asamoah Gyan. Désireux de rester en Bretagne malgré son statut de joker, Sow souhaite simplement une légère revalorisation salariale. Un désir pas vraiment partagé par Pierre Dréossi, manager général du Stade Rennais : « On n'a pas voulu déroger à une logique » . Bad beat... Néanmoins, l'homme fort de la Route de Lorient assume son choix : « Je pense que tout le monde est surpris de son rendement actuel. Il a le mental et la qualité pour être un très bon joueur de Ligue 1, mais il profite aussi de l'animation offensive des joueurs autour de lui. A ce propos, le LOSC dispose d'une qualité offensive exceptionnelle » . Surprise ou pas, Frédéric Antonetti, désormais en délicatesse avec le poste d'avant-centre, peut tirer la gueule.

Le Barça du Nord ?

Dindon de la farce sur ce coup-là, Pierre Dréossi dit vrai. Si Moussa explose, c'est en grande partie grâce aux prédispositions offensives d'une équipe à qui il ne manquait qu'un vrai attaquant pour faire un bond en avant et passer d'un statut d'équipe poil à gratter à celui de réel prétendant au titre, au jeu léché orchestré par son trio magique Hazard/Sow/Gervinho. Ce fameux trident offensif qui n'en finit plus de faire jaser, tant chez les journalistes que chez les entraîneurs. Eric Roy, humilié à domicile (0-2) par un LOSC étincelant, évoquait en conférence de presse « une ressemblance avec une équipe espagnole qui joue pas mal au ballon » . Une comparaison hyperbolique, mais qui a le mérite d'être plus réaliste que celle qui faisait du Valenciennes de Montanier un as du tiki-taka...

A peine arrivé, déjà prolongé ?

Plus qu'un nom rêvé pour faire des jeux de mots vaseux, Sow est surtout un joueur de qualité. A tous points de vue. Ses quinze buts en vingt matches, qui font de lui le meilleur buteur de Ligue 1, ont de quoi faire taire les plus pragmatiques. Et pour les esthètes, Moussa a déjà montré que sa palette n'était pas limitée en plantant des banderilles de toutes les manières possibles. Des caractéristiques qui n'ont pas laissé insensible le directeur général du LOSC, Frédéric Pâquet, qui dans L'Equipe de mercredi évoquait déjà une éventuelle prolongation de contrat : « On en a déjà discuté. On veut continuer à travailler ensemble. On a prévu de se revoir au printemps ou à l'été » . En définitive, s'il y en a un qui n'est pas surpris par cette extraordinaire ascension, bah... c'est le principal intéressé, dans les colonnes de Nord Eclair cette semaine : « Je ne suis pas surpris de marquer autant de buts. Mes anciens entraîneurs m'ont toujours dit que j'avais une grosse marge de progression dans ce domaine. Avec Lille, j'ai franchi un palier important sur le plan personnel » . Avec lui, c'est même tout le LOSC qui pourrait bien passer un palier cette saison. D'ailleurs, ne dit-on pas "the Sow must go on" ?

Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il faur arrêter sur sofoot.com de faire autant de désinformation sur le cas Sow à Rennes, au lieu de vous fier à ce que vous croyez faite un peu de journalisme et renseignez vous sur le sujet. Antonetti n'a en aucun cas mis Sow "au placard" voici un lien vers ce qu'il a déclaré http://www.stade-rennais-online.com/+42 … sion+.html , tout le monde à rennes se rend bien compte que la vrai connerie à la base aura été de garder Bangoura qui est la vrai raison du départ de Sow : un joueur surpayé donc à faire jouer de temps en temps pour ne pas en faire une erreur de casting. Pour ce qui est du salaire Dréossi en parle ici (et de manière un peu plus détaillé que dans cet article) http://www.stade-rennais-online.com/+45 … sume+.html . L'émission pleine lucarne sur tvrennes éclaircie un peu le truc et parle d'un salaire passant de 70000 à 120000, ce n'est pas le double mais ce n'est pas non plus dans la politique du club de surpayer les jeunes sortant du centre de formation, à part si on veux envoyer un message de merde.
Un message de merde qui serait ?

Miser sur la formation plutôt que sur des mercenaires du football ? Quel message de merde en effet.
"Miser", c'est le terme.

Moussa Sow à Rennes en championnat, c'est 12 buts en plus de 55 matches, il avait certes du potentiel, mais de là à doubler son salaire, (ah ah, "légère revalorisation salariale", elle est bien bonne celle-là) et en faire un des joueurs les mieux payés du club, y a de la marge.

On pointe du doigt la gestion du Dr. Dre avec Sow et maintenant Marveaux, qui va partir gratis. Mais, est-ce qu'un mec formé au club, qui refuse de prolonger pour partir plus simplement, ce serait pas justement ça un mercenaire ? Au moins, Jimmy "les pieds carrés" Briand avait prolongé juste avant de partir.

Alors, si c'est pour se taper un ingrat prétentieux et surpayé (de plus) dans l'effectif, non merci. Bon vent à lui, comme dirait Georges Pernoud.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3