1. //
  2. //
  3. // Man.City-Southampton (1-1)

Southampton fait douter City

Quatre jours après la claque reçue à Barcelone, Manchester City n'est pas parvenu à faire mieux qu'un match nul lors de la réception de Southampton (1-1), ce dimanche après-midi. Empruntés en première période, puis guère plus inspirés en seconde, les hommes de Pep Guardiola enchaînent avec un troisième match sans succès en championnat et partagent désormais le fauteuil de leader avec Arsenal et Liverpool.

Modififié
461 11

Manchester City FC 1-1 Southampton FC

Buts : Iheanacho (55e) pour City // Redmond (27e) pour Southampton

Les coups, les déconvenues les plus marquantes et les sempiternelles critiques n’auront pas raison de lui. Pas encore. Touché, au centre de l’attention après la gifle mémorable reçue par le Barça (4-0) cette semaine, Pep Guardiola a dû faire face à une défiance de plus en plus palpable. Mais la ligne directrice ne varie pas, les principes, eux, restent immuables : « Je pense à changer ma façon de jouer. Mais la solution serait de changer tout ce en quoi je crois. Donc je ne peux pas. Je suis bon, mais je ne suis pas magicien. » Contre Southampton, ce dimanche, le style n'a pas changé mais il a été grandement bousculé. Confronté à une équipe solide défensivement, Manchester City n'a pu que constater ses propres limites. Sans idées lors des premières quarante-cinq premières minutes, les Citizens ont retrouvé un peu d'élan durant la seconde période. Sans pour autant que cela suffise pour s'imposer et être seul en tête de la Premier League.

L’offrande de Stones


Invaincu cette saison à domicile en Premier League, Pep Guardiola n’en reste pas moins un manager en quête de certitudes. Pour raffermir son assise défensive, l’Espagnol relance en défense centrale le capitaine Kompany, qui n’a plus démarré une rencontre depuis avril dernier. À ses côtés, dans une défense à trois, Stones et Kolářov l’accompagnent, tandis que Sergio Agüero retrouve une place de titulaire à la pointe de l’attaque. Tout aussi soucieux de faire du jeu et de rester fidèle à son style plaisant affiché jusqu’ici, Claude Puel ne bouscule pas son onze de départ. À l’exception de Targett qui cède sa place à McQueen au poste de latéral gauche, c’est du classique. En très grande forme, Charlie Austin mène l’attaque des siens devant le trio Tadić-Davis-Redmond. Dans un Etihad Stadium très largement clairsemé et à l’ambiance plus que feutrée, les débats peinent également à s’animer en début de partie. Comme un refrain inlassablement entendu, les Citizens s’installent d’entrée dans le camp adverse.

Avec ses défenseurs positionnés délibérément très haut, City amorce sa domination en construisant patiemment et lentement. De Bruyne et Sané, eux, s’adonnent tant bien que mal à déséquilibrer le bloc de Southampton dans leur couloir respectif. Les Saints subissent, sont réduits à jouer en contre-attaque et à user de relances longues, mais sont finalement peu inquiétés. Hormis un centre fuyant un poil trop long pour Sterling (15e), l’ennui gagne progressivement l’écrin mancunien. Jusqu’à ce que John Stones ne fasse basculer cette première période sur une bévue improbable. Auteur d’une passe manquée pour Kompany dans l’axe, Redmond anticipe et dribble Bravo avant d’ouvrir la marque (27e, 0-1). Coupable sans être totalement prostré, l’ancien défenseur d’Everton pense égaliser dans la foulée sur un coup franc de De Bruyne, mais l’arbitre signale une position de hors-jeu d’Agüero. La formation de Pep Guardiola cherche à se remobiliser. Sauf que la partition récitée à l’approche de la pause souffre d’un manque d’inspiration. À l’image de tirs lointains et pas cadrés de Gündoğan (38e) et du Kun (41e). City patine, tandis que S’ton réalise le coup parfait.

Le feu de paille d'Iheanacho et des Saints vaillants


Constamment en train de converser avec ses adjoints avant la mi-temps, Guardiola procède à un changement notable au retour des vestiaires. Visiblement touché lors du premier acte, De Bruyne cède sa place à Iheanacho qui vient épauler Agüero aux avant-postes. Ce qui a le mérite d’imprimer davantage de rythme au jeu de Manchester dans une entame émaillée de nombreux cartons jaunes distribués par Mark Clattenburg. Après un bon centre de Sterling non repris (53e), l’attaquant nigérian, tout juste entré en jeu, fait plier l’arrière-garde des visiteurs. Sur un superbe changement d’aile, Fernandinho trouve Sané dans la surface qui temporise et sert idéalement Iheanacho en retrait (55e, 1-1). Un premier tir cadré pour City synonyme d’égalisation. Surtout, les partenaires de Kompany utilisent enfin leur domination à bon escient.

Exposée, la défense de Southampton laisse les décalages se multiplier et les espaces s’ouvrent davantage. Pour le plus grand plaisir de Gündoğan (69e) et Silva (72e) qui mettent à contribution Forster. Si les Saints ne craquent pas défensivement, notamment grâce à un très grand Van Dijk, ils se montrent aussi dangereux à chaque contre-attaque négociée. Sous l’impulsion de Boufal entré à la place de Clasie et qui honore ses premières minutes en championnat, l’animation offensive retrouve du tranchant. Austin oblige Bravo à s’employer (75e), Davis s'essaie à la frappe lointaine (76e). Jusqu'au bout, City tente le tout pour le tout. Navas fait son apparition sur la pelouse et le Kun fait passer un frisson trop tardif au terme d'une percée en solitaire (84e). En vain. Claude Puel tient un point précieux. Pep Guardiola, lui, s'est donné raison à lui-même. Ce n'est pas encore un magicien.

  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Romain Duchâteau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
    Ah !! j'attendais ce moment avec impatience, le moment ou Guardiola aura pour la première fois de sa vie, une pseudo mini crise à gérer.
    A Barcelone et Munich il a tellement écrasé le championnat (et son équipe était à chaque fois tellement au dessus du reste des 16/17 équipes) qu'il n'y a eu aucun vrai moment ou il se faisait bousculer à chaque match.
    Moi je veux voir comment son équipe va réagir à un vrai passage à vide comme celui qu'il est en train de vivre. ça va être très intéressant de le voir confronté à une situation qu'il n'a jamais connu durant sa carrière de coach. (ça va faire pas mal de matchs sans victoire quand même...)
    Que d'espaces dans cette defense à 3 et quelle pauvrete dans l'animation offensive surtout en 1ere MT mais le principal est sauf, City a eu la possession. Sale mois pour Guardiola apres des debuts idylliques, c'est maintenant qu'on va voir si il a les couilles pour un championnat plus competitif que ceux qu'il a connu où il avait les joueurs et tout le temps de faconner ses equipes tactiquement!
    Gros match de l'equipe de Puel!
    Ca va finir par passer. Comme les débuts de Pep au Barca où ça jouait mais ça bloquait dans la finition. La semaine dernière Everton deux occaz un but, contre le Barca 4 buts ok mais 3 qui viennent de glissades/passes en retrait ratées, ajd idem, but sur Stones qui rate une passe en retrait...
    C'est une crise de confiance surtout, on sent que quand ça va bien cliquer ça peut faire mal.
    Le problème c'est que pour le moment ça peut faire mal devant mais ça peut tout aussi si bien se prendre une valise derrière.

    Bon après faut relativiser parce qu'au final ils sont toujours en tête de la PL...
    Ca commence à tester la défense à 3 aussi, ce qui n'avait jamais été fait sous Pellegrini, et j'ai pas souvenir sous Mancini non plus, même si ajd concrètement y avait aucun joueur def qui était déjà là sous l'Italien à part Kompany. C'est encore le début, et mieux vaut qu'il test des trucs tant qu'il a un peu d'avance au classement. Y a une petite crise de résultats, mais pas une crise de jeu je trouve.
    2 réponses à ce commentaire.
    Omar Listening Niveau : DHR
    Gros match de Van Dijk encore, malgré ce que Kompany lui a mis dans la gueule aller-retour
    Dragged down by the stone Niveau : Loisir
    Ca va commencer à se voir que Van Dijk est un des 5 meilleurs défenseurs centraux d'Europe.
    Omar Listening Niveau : DHR
    Laisse le finir la saison quand même :)
    Bitedamarage Niveau : CFA
    Mais oui il s'appelle Van quelque chose DONC c'est forcément un top 5 Européen à son poste. Hahahaha toi t'es un vrai monomaniaque dans toute sa splendeur, un cas d'école.

    Sinon très content pour Puel qui réussit bien ses débuts. Espérons que ça continue mais pour l'instant ça fait plaisir un coach Francais qui s'exporte de la sorte.
    2 réponses à ce commentaire.
    La derniere fois que Pep a connu une série de 5 match sans victoire, c'était au Barça en 2008/2009 et il avait fait le triplé cette annnée la.

    Donc le foo tix en haut qui dit qu'il n'a jamais eu de moment difficile en liga et en Bundes, renvoie tes classique
    Celmar2sailly Niveau : District
    Après la gifle contre le Barça, il s'en sort plutôt bien le Pep
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    461 11