1. // Coupe du monde 2014
  2. // 1/2 finale
  3. // Brésil/Allemagne (1-7)

Sous nos yeux, l'Histoire

L'Allemagne s'impose 7-1 en demi-finale de la Coupe du monde face au Brésil. Ce n'est pas une fiction, c'est bien l'une des pages les plus marquantes de l'histoire du football qui vient de s'écrire sous nos yeux. Gêne pour les vaincus, admiration pour les vainqueurs : forcément, il y avait de quoi passer par toutes les émotions.

Modififié
1k 111
Difficile de poser des mots sur ce qui vient de se passer à Belo Horizonte. Fou. Absurde. Historique. Légendaire. Monstrueux. Désastreux. Gênant. Jouissif. Les mots se bousculent, parfois incohérents, comme les émotions que les millions de spectateurs ont pu ressentir pendant 90 minutes. 90 minutes qui ont semblé durer une éternité. 90 minutes qui vont laisser une trace indélébile dans l'histoire du Brésil, de l'Allemagne, de la Coupe du monde, du football. Jamais une équipe n'avait inscrit 7 buts en demi-finale d'un Mondial. Jamais le Brésil n'avait pris une telle raclée dans toute son histoire. Jamais personne n'aurait imaginé un tel score. Mais comment est-ce possible, bordel ? Comment un match peut-il tourner à ce point à la démonstration, à en devenir gênant. Oui, pendant 90 minutes, on s'est tous sentis un peu pervers. Un peu vicieux aussi. On a assisté à une humiliation, une séance de torture en mondovision. Et on a aimé ça, on s'en est délecté. On aurait aimé que ça s'arrête immédiatement, et que ça continue éternellement. À chaque but, c'était un nouveau hurlement, un « oui » de plaisir mêlé à un « non » d'incrédulité. Une contradiction de tous les instants. Un moment d'histoire, dont on se souviendra encore dans 50 ans. Bon sang…

Sept buts, sept minutes, sept années


Une défaite 7-1 en demi-finale de Coupe du monde, à domicile. C'est historique. C'est éternel. On s'en souviendra dans 10, 20, 50, 100 ans. Et peu importe, finalement, quelle sera désormais l'issue de cette Coupe du monde. Car le point culminant a été atteint ce soir. On ne pourra pas faire mieux, on ne pourra pas vibrer plus. D'ailleurs, la finale sera certainement dégueulasse, mais qui osera s'en plaindre, après ce que l'on a vécu ce soir ? « Après ça, on peut mourir tranquille, le plus tard possible, mais on peut mourir tranquille » avait dit Thierry Rolland le soir du France-Brésil 1998. À croire qu'il faut toujours qu'il y ait une large défaite brésilienne dans l'histoire pour que celle-ci devienne légende.

Oui, les Allemands, qui participeront donc à leur huitième finale de Coupe du monde, ont écrit ce soir la légende. Un moment ahurissant, où la grâce a touché les joueurs de Joachim Löw pendant sept minutes. Peut-être les sept minutes les plus dingues de l'histoire du football. Les Allemands mènent déjà 1-0, et à la 23e minute, c'est la déferlante. Un deuxième but, Klose qui bat le record de Ronaldo, puis un troisième, un quatrième, un cinquième. Cela allait trop vite. Trop rapide. Trop collectif. Trop. Trop. Trop tout. Sans pitié, l'Allemagne n'a pas seulement fait exploser la défense du Brésil (coucou, Dante) : elle a fait exploser tout un pays, un public, un rêve, une attente qui aura duré des années et des années. Sept années, très précisément (le chiffre du soir, assurément), depuis l'annonce de cette Coupe du monde au Brésil. Balayées en sept minutes. Pire qu'un ouragan.

Damnation pour les vaincus


Que l'on en soit bien conscient : c'est un électrochoc tellement puissant que l'on n'a pas su comment y réagir. Fallait-il rire ? Pleurer ? Hurler ? Rester muet ? Un peu tout à la fois, peut-être. Il faut dire qu'il y avait de quoi… Dans les livres d'histoire, on avait bel et bien lu que des finales de Coupe du monde s'étaient terminées sur des scores de 5-2... C'était en 1958. On avait lu, aussi, que des équipes avaient marqué cinq ou six buts en demi-finale de Mondial, ou que la France avait battu les Allemands 6-3 lors d'un match pour la troisième place. C'était en noir et blanc, un autre temps. Mais un 7-1 en demi-finale d'un Mondial, on ne pensait pas en voir de notre vivant. Du moins pas maintenant, pas en 2014, pas avec ces deux équipes-là, pas dans un tel contexte. Déjà que l'on avait eu du mal à se remettre du 5-1 encaissé par l'Espagne championne du monde en titre face aux Pays-Bas, alors là… Cela dépasse l'entendement.

En 1950, l'Uruguay était venu s'imposer 2-1 en finale de Coupe du monde au Maracanã, contre le même Brésil. 64 ans plus tard, on se souvient encore de ce moment, les Brésiliens en conservent le traumatisme. À l'époque, il n'y avait pourtant pas 200 chaînes de télé, pas de commentaires sur Twitter, pas de vidéos sur YouTube. Alors, on n'ose imaginer les traces que vont laisser ce 9 juillet 2014. Un match que l'on racontera à nos enfants, à nos petits enfants. « J'ai vu le Brésil en prendre 7 devant son public en demi-finale de la Coupe du monde. » Il y a Schiaffino et Ghiggia. Il y aura désormais Müller, Klose, Kroos, Khedira et Schürrle. Les vaincus, eux, risquent bien de traîner ce boulet pour le reste de leur carrière. L'Histoire est aussi belle qu'impitoyable.

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Fred et Bernard, ces Jacky et Michel brésiliens.
Comment les mecs ont pu se laisser marcher dessus comme ça ? A 4-0 même pas de repli, pas de tacle pour limiter la casse et faire comprendre à l'Allemagne : c'est bon vous avez gagné mais maintenant vous approchez plus, on veut pas être plus humilié.
Les joueurs étaient dans l'espace ou ils pensaient déjà à ce qui allait leur arriver les prochains jours.
Après le 1er but les brésiliens ont failli tactiquement et psychologiquement.

Beaucoup de joueurs risquent de traîner ça encore longtemps (cf Toulalan; Gourcuff chez nous).

La seleçao s'en remettra s'est évident mais au prix de sacrifices: Je pense à Hulk (sorti à la mi-temps) et à Oscar.
Franchement, et même si c'est facile de dire ça après coup, c'était vraiment prévisible.
Pas dans ces proportions, c'est sur, mais depuis le premier match le Brésil fait un cinéma pas possible autour de l'union nationale (hymne a capella, entrée sur le terrain en se tenant par l'épaule, maillot de Neymar pendant l'hymne hier, pleurs à tort et à travers), au détriment du jeu. (Ils font un bon match de toute la coupe du monde, en quart contre la Colombie)

Donc, ça, ça marche contre des équipes à la con (Cameroun, désolé Sammuel), ca passe limite contre des équipes sud-américaines qui jouent aussi avec leur coeur (Chili, aux TAB, Mexique, un nul a suffi), ça marche avec l'arbitrage (Croatie), ça marche avec le quasi meilleur joueur de la compèt' (remember 2006, où l'EdF s'est appuyé uniquement sur ZZ) mais quand tu rencontres une équipe cynique, là c'est foutu.

Les allemands et leur rigueur devaient bien rigoler en voyant les brésiliens chialer et danser la samba dans le vestiaire pour créer de la cohésion. A ça, tu réponds par un pressing, du jeu sans émotion, mais parfaitement organisé, et ça marche.

Après, effectivement, on s'attendait (enfin, pour ma part, à un 3-0). En prendre 7, ça devient irrationnel - et pas vraiment analysable.
Davethesith Niveau : Loisir
Il y a donc des journalistes qui se délectent quand une équipe se fait humilier en mondovision ? Cela en dit long sur la mentalité détestable de la presse française !!

Pour ma part, je pense que si l'on aime le football, on aime le Brésil ! Et l'on ne peut pas se réjouir quand tout un pays est martyrisé ainsi.
L'histoire d'un naufrage collectif, d'une sorte d'imposture qui durait depuis le début du mondial et que les Allemands ont exposé brutalement.

Cette CdM aura vraiment agi en véritable catalyseur : une Espagne en fin de cycle, une Italie tâtonnante, un Brésil incapable de se remettre en question. Et une Argentine dépendante d'un seul homme incapable de se réinventer, qui je l'espère se cassera les dents ce soir sur des Pays-Bas pleins de fougue et d'envie.

Bref, bravo l'Allemagne. Et merci pour cette orgie...
FourFourTwo Niveau : Loisir
En tout cas, respect à Klose ! Le gars bat un record absolument gigantesque, assure le break en demi de coupe du monde et reste modeste dans sa célébration...
Ça change d'un certain Cristiano R qui dans une célébration des plus gênante nous apprend qu'il sait compter sur ces 10 doigts !
Aldosivimiamor Niveau : District
l'Allemagne c'est du lourd, tu leur mets encore 3 matchs après la finale, ils les gagnent tous. Je plains le finaliste.
Message posté par Davethesith
Il y a donc des journalistes qui se délectent quand une équipe se fait humilier en mondovision ? Cela en dit long sur la mentalité détestable de la presse française !!

Pour ma part, je pense que si l'on aime le football, on aime le Brésil ! Et l'on ne peut pas se réjouir quand tout un pays est martyrisé ainsi.


On aime le Brésil, celui qui joue au foot avec passion, créativité et qui fait nous révêr. Ce Brésil était tout simplement dégueulasse, brutal, sans idées.. Le pire Brésil qui m'ait été donné de voir, et de loin....
Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
Deutschland über à l'aise.
Le public bresilien est un ramassis de connards. Ils n'avaient pas vu avant que leur equipe ne faisait rever personne? Ils viennent juste de decouvrir que Fred n'est pas tres bon? Je me suis senti tres tres mal pour lui, et j'espere qu'il y aura une reaction de soutien apres ce match. Bande de merdes
Ce Brésil était prévisiblement merdique.

Sans garantie derrière depuis 3 semaines, sans imagination au milieu et sans vitesse devant.

Même avec Neymar, c'était la branlée. On se demande même si Th.Silva fait pas exprès de prendre un jaune contre la Colombie pour éviter de participer au massacre.

On se réjouit pas, on savait tous qu'il y avait 6 ou 7 sélections plus fortes que cette séléçao.

Le pire aurait été que ce Brésil là, gagne la coupe du monde.
The Truth Niveau : DHR
Anyway, triste pour les joueurs mais le Brésil reviendra encore plus fort, à condition qu'il ne renie pas leurs ADN footballistique (créativité, vitesse) tout y incorporant de la discipline et de la rigueur. C'est la tout le défi
Dire qu'il y a un joueur à 50 millions dans cette défense, en plus d'être méchant, il a été nul et en dessous de tout.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Note : 12
Retrospectivement, j'ai envie de penser un peu comme Mavuba que l'EDF n'a pas prit conscience à quel point, elle avait un coup à faire face aux Allemands. A quel point, la Manschaft la craignait mille fois plus (au point de changer de plan de jeu en avant match sur fond de déclas tapageuses) que cette Selecao insipide Neymar ou pas d'ailleurs. Ah là là si ils les avaient prit d'entrée à la gorge insouciamment.....Regrets éternels, comme ils disent.
Moi hier j'ai été choqué et très triste pour eux. Pauvres brésiliens...
Note : 2
Sinon je pense que le principal fautif c'est Scolari. Il s'est accroché à sa victoire en Coupe des Conf comme un naufragé à un bout de bois. Le souci cnest que du coup il a sélectionné des joueurs hors de forme et il a laissé plein de bons joueurs à la maison. Et en effet c'est quoi cette énorme pression qu'ils se sont mis tout seul les mecs.. N'importe quoi.
bentamaman Niveau : DHR
Dans 50 Ans ? non je ne crois pas, tant que ce sport existera, on se souviendra de ce match.
Bon courage aux joueurs brésiliens, va falloir vivre avec ça.
@Davethesith Oui quand on aime le foot on aime le Brésil et on déteste CE Brésil. Quel soulagement de voir cette fausse équipe brésilienne se faire sortir, cela aurait été honteux d'avoir un champion du monde si dégueulasse. Depuis le début le seul vrai brésilien était Neymar, les autres... Enfin ils sortent, je n'en attendais pas tant
*somagic* Niveau : CFA
Message posté par Davethesith
Il y a donc des journalistes qui se délectent quand une équipe se fait humilier en mondovision ? Cela en dit long sur la mentalité détestable de la presse française !!

Pour ma part, je pense que si l'on aime le football, on aime le Brésil ! Et l'on ne peut pas se réjouir quand tout un pays est martyrisé ainsi.


Euh.. si on aime le football on aime l'Allemagne d'hier...
et mon dieu qu'est ce que j'ai pu détester le cynisme allemand des années 80-90...
mais collectivement et tactiquement c'est l'une des plus belles odes composées footballistiquement
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 111