1. //
  2. // 5e journée
  3. // Liverpool/Manchester United

Sous le signe d’Hillsborough

Après la publication du rapport sur la tragédie de 1989, le choc le plus chaud et le plus emblématique d’Angleterre sera placé sous le signe du respect mutuel entre les supporters. Sur le pré, en revanche, il ne faut s’attendre à aucune trêve entre un Liverpool aux abois et un Manchester United bien décidé à enterrer son pire ennemi. Chaud time !

Modififié
0 5
Il ne faudra pas manquer ça. Ça, c’est ce moment juste avant le début du match. Souvent particulier, encore plus spécial à Anfield et toujours hors norme quand le visiteur s’appelle Manchester United. Mais ce postulat déjà alléchant risque de prendre une tournure carrément historique ce dimanche. Car le choc entre les deux plus grands clubs anglais de l’Histoire sera placé sous un signe terriblement singulier : celui du souvenir d’Hillsborough. Il ne s’agit pas d’un quelconque anniversaire de la tragédie du 15 avril 1989 qui avait entraîné 96 morts dans l’enceinte de Sheffield à l’occasion d’une demi-finale de FA Cup entre Liverpool et Nottingham Forest. Non, ce sera davantage une célébration de la vérité enfin faite sur ce drame, longtemps un fardeau funeste pour le peuple rouge, enfin dédouané officiellement par la publication d’un rapport accablant pour les autorités de l’époque. Et c’est tout un pays qui s’associe au club des bords de la Mersey ce week-end, après que le gouvernement et l’opposition ont en chœur présenté des excuses pour cette catastrophe désormais devenue un scandale national. Liverpool voit donc son honneur lavé par ces révélations, et c’est dans cette communion nationale autour des Reds que leur pire ennemi débarque dans la place. D’ordinaire, ce clash entre les deux caïds du football britannique est aussi l’occasion d’un sommet de haine et de propos outranciers entre deux camps qui se renvoient à la face les heures les plus tristes de leurs histoires respectives : ici le Heysel, là Munich 1958 ou encore Hillsborough, donc. Pourtant, cette fois, sir Alex Ferguson, pourtant pas le dernier à foutre de l’huile sur le feu, a appelé solennellement dans une lettre les supporters mancuniens à respecter leurs adversaires du jour. En ce sens, le boss de United doit être soulagé de ne plus compter dans ses rangs Gary Neville, l’homme qui a peut-être le plus haï le Liverpool FC sur ces vingt dernières années. Reste à savoir si ce calumet de la paix ne se fumera qu’en tribunes (ce qui n’est déjà pas certain) ou s’il fera son effet sur le pré. Là encore, ce serait une première.

Une immense bataille au milieu

Car Fergie ne s’est pas contenté d’appeler ses fans à la décence, il a aussi enjoint ses joueurs à garder leur self-control. Les stats sont assez terribles dernièrement pour MU à Anfield : trois expulsions de Red Devils lors des cinq dernières visites en championnat. Si on ajoute le différend nauséabond entre Évra et Suárez, chacun aura alors une idée précise de la tension qui se dessine une nouvelle fois. Cette indiscipline mancunienne a forcément des conséquences, puisque, toutes compétitions confondues, ce voyage à quelques dizaines de bornes de chez eux s’est soldé par quatre défaites et un nul pour Manchester. Le bilan est dur pour les vice-champions d’Angleterre, mais malgré ça, ils se présentent en immenses favoris cet après-midi. Déjà, parce MU monte en puissance avec quatre victoires de suite depuis sa défaite inaugurale chez Everton. Ensuite parce que Liverpool facture ce qui est tout simplement son pire départ depuis plus d’un demi-siècle : aucun succès lors des quatre premières journées. Bien entendu, le calendrier n’a pas exactement aidé les Reds, avec Manchester City et Arsenal au menu lors des trois premières semaines de compétition. Mais au-delà de ça, il faut bien le dire, la méthode Brendan Rodgers tarde à prendre. Liverpool joue plutôt mieux au ballon que ces trois dernières saisons avec une circulation de balle plus patiente, plus alerte, mais sa fragilité défensive et son inefficacité crasse en attaque le condamnent, y compris face aux plus modestes. Alors quoi ? S’il est évident que les Reds disposent de (beaucoup) moins de talent offensif que MU, les Red Devils eux aussi ont leurs fragilités arrières. Du coup, c’est fatalement au milieu que va se régler cette histoire et franchement, sur ce plan, dans un bon jour, Gerrard, Allen et Şahin (ou Shelvey) peuvent challenger Scholes, Carrick, Kagawa… Si Fergie opte pour ça, la vraie différence résidant vraiment dans le champ des possibles beaucoup plus large à MU qu’à Liverpool. Mais Anfield sait être une cour des miracles, parfois juste le temps d’un match. Juste le temps d’un match, dominer Manchester United. Juste le temps d’un match, voir les deux camps se respecter autour d’une douleur. Oui, juste le temps d’un match…

Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Allez les reds, une victoire contre united pour lancer la saison !!
Après le succès en europa league une victoire contre MU scellerait une semaine du tonnerre...Go Reds !
Un sup' de base.
nicococo67 Niveau : CFA2
Belle première période de Liverpool, mais visiblement l'arbitre doit coucher avec Ferguson, gros nul.
L' avant match fut effectivement extremement émouvant.J'en ai eu des frissons.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 5