1. //
  2. // Auxerre/PSG

Sorin : « Pas une revanche »

Dix jours après le quart de finale polémique en Coupe de France, Auxerre reçoit de nouveau le PSG pour le compte de la 31ème journée de championnat. L'occasion de remettre les pendules à l'heure mais surtout de s'installer durablement dans le trio de tête. Un match qu'Olivier Sorin, le gardien de l'AJA, attend sereinement...

Modififié
0 0
Après le quart perdu en Coupe, ce match de championnat sonne-t-il comme une revanche ?


C'était un match de Coupe. Il y a eu l'élimination, on ne peut pas rattraper ça avec le match de championnat. Si on était amenés à gagner le match de ce dimanche, ça ne nous donnerait pas de place en demi-finale de Coupe de France. La déception de l'élimination est passée, maintenant il nous reste le championnat. Il nous faut bien le terminer et pour ça, on doit passer par ce match de Paris où il va falloir prendre des points. Les deux matchs sont complètement différents. Les supporters nous parlent beaucoup de ce match car ils le voient comme une revanche mais nous, joueurs, nous ne devons pas le voir comme une revanche. Ça serait se tromper mentalement. On s'est fait éliminer, c'est du passé.

Maintenant que vous êtes sur le podium, vous ne voulez plus le quitter...


Bizarrement, ça étonne beaucoup mais dans le groupe on n'est pas obnubilés par le classement. On a une belle série, on espère la continuer la plus longtemps possible. Ce qu'on veut, c'est prendre le maximum de points ; après quand il restera deux, trois matchs de championnat, on verra quel objectif on peut atteindre. Mais pour l'instant, c'est trop précoce de parler de Champion's League, d'Europa League, de sixième ou de septième place.

Alors, quel était l'objectif de début de saison ?


Ça fait 30 ans qu'on est en Ligue 1. Le coach nous avait dit en début d'année que c'était la trentième année consécutive du club et donc pour fêter ça, on devait essayer de faire la meilleure saison possible. Après on verra ce que le football nous réserve à la fin. Pour l'instant, la place au classement est anecdotique. L'objectif était de terminer dans les dix premiers. Il y a pas mal de clubs qui, en début de saison, visaient la Champion's, ont changé de discours, et maintenant que ça va un peu mieux, ils revisent le haut... Nous on vise rien, on prend un maximum de points et on verra bien.

C'est quoi la méthode Jean Fernandez ?


C'est un passionné de football, il aime son métier avant tout. Pour les joueurs, il sert vraiment de bouclier quand tout va mal, il prend toujours tout quand les médias sont contre l'équipe, il nous protège beaucoup. Pour lui, le foot n'est fait que de détails, il n'en laisse aucun. Il veut faire au mieux, donc il protège son groupe et fait tout pour que les joueurs se sentent bien. Quand je suis arrivé la première année, le coach a dit qu'il nous fallait trois ans pour former un groupe à son image. Trois ans après, le club est troisième. Lui connaît le foot, il savait ce qu'il disait...

Il a une mentalité plutôt défensive ?


Non, je ne pense pas que ce soit sa méthode, parce que lui-même aimerait bien qu'on marque un peu plus de buts. On va dire qu'on est efficaces... On a pris beaucoup de retard à l'allumage, on a eu un mois d'août très difficile, donc on a essayé de rattraper ça. Pour l'instant, on a une défense qui tient bien la route mais ce n'est pas que la défense, c'est surtout un bloc défensif. On a les milieux de terrain et même les attaquants qui font plus que leur travail défensif, après ça nous facilite la tâche derrière mais on aurait pu marquer un peu plus de buts. On a gagné beaucoup de matchs avec un ou deux buts d'écart, ça veut dire que l'équipe a un très gros mental, et qu'elle est capable de gérer un résultat positif, même si parfois on aimerait gagner des matchs 3,4 ou 5-0...

Comment vous abordez le sprint final qui s'annonce acharné ?


Nous, ce qu'on se dit, c'est qu'on va tout donner dans la dernière ligne droite. Le plus important, c'est de n'avoir aucun regret. Après, c'est vrai, il y a Bordeaux qui est devant. Il y a Lyon, Marseille, Lille juste derrière. Les gros sont là. Nous on fait avec nos moyens, et pour l'instant on tient le choc. On verra ce que le foot nous réserve. Pour l'instant, on ne fait pas de calculs parce que ça ne nous a jamais réussi. C'est à la fin du bal qu'on paye les musiciens. A Auxerre, la saison est déjà exceptionnelle. Fin août, dans un journal national, il y a Guy Roux qui disait qu'on nous donnait que 20% de chances de rester en Ligue 1, et maintenant 20% chances de rester sur le podium...

Qui sera champion d'après toi ?


Il y a quelques semaines, j'aurais dit Bordeaux. Mais à l'heure actuelle, Marseille me semble en pleine bourre dans la dernière ligne droite. Je crois que la victoire en Coupe de la Ligue leur a donné des ailes. Eux aussi ont deux matchs en retard, même s'il faut les gagner. En plus, ils sont un peu cachés, un peu derrière... Et il vaut mieux être le chasseur que le chassé !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0