En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 10ème journée
  3. // Le Havre/Auxerre

Sorin : « Face à Auxerre, l'adversaire a un surplus de motivation »

D’abord prié de partir puis relégué sur le banc des remplaçants, Olivier Sorin vit un début de saison chaotique. Mais l’ancien portier nancéen, grand artisan de la dernière qualification de l’AJA en Ligue des champions, garde le moral et surtout un état d’esprit irréprochable pour permettre au club icaunais (8e) de vite reprendre sa marche en avant vers la Ligue 1.

Modififié
Quel est ton sentiment sur ce début de saison ?
C’est assez paradoxal parce qu’on fait quasiment carton plein à la maison, mais à l’extérieur on n’arrive pas à accrocher de points. Donc avant la trêve internationale, pour ce déplacement au Havre, on espère vraiment décrocher trois points. Et si on n’y arrive pas, il faut au moins repartir avec un point, contrairement à ce qu’on a pu faire à Guingamp (4-3).

Comment expliques-tu ces deux visages différents de l’AJA ?
On n’a pas trop d’explications. Il faut s’habituer à ce que les équipes qui reçoivent Auxerre aient un surplus de motivation. Il faut à chaque fois livrer une prestation de haut vol pour ramener des points. Mais malgré les défaites à Tours (1-0) et Guingamp, je pense qu’on est sur la bonne voie.

L’adaptation à la Ligue 2 n’est pas trop difficile ?
On n’a pas non plus beaucoup de joueurs qui ont une saison complète en Ligue 1 dans les jambes. On a beaucoup de jeunes joueurs qui ont goûté à la Ligue 1, mais s’ils veulent y retourner, il faut en passer par la Ligue 2. Les joueurs d’expérience doivent accompagner ce groupe. On a un groupe qui vit de mieux en mieux, avec un amalgame de jeunes et de plus anciens. Ça prend forme. Lors des deux derniers déplacements, malgré les deux défaites, l’ambiance générale dans le groupe fait penser qu’on tient le bon bout.

Le fossé entre l’ancienne et la nouvelle génération n’est donc pas si important que ça à Auxerre ?
Non, ça se passe très bien. On a la chance d’avoir des jeunes intelligents et qui ont envie de faire des bons résultats. Et puis on a des joueurs cadres comme Hengbart ou Coulibaly qui sont des gens calmes, un peu des sages, qui amènent toute leur expérience.

Avec les problèmes financiers du club et les rumeurs de départ, l’intersaison n’a-t-elle pas été compliquée à gérer ?
Personnellement, je n’avais pas envie de partir, même si le club voulait m’écarter. Le président (Gérard Bourgoin, ndlr) a appelé mon agent pour lui faire part de cette décision collégiale, mais j’étais encore sous contrat et je me suis mis dans le projet du club. J’ai accepté toutes les conditions du club (dont une baisse de salaire de 50%, ndlr), je ne pouvais pas faire plus. Et je n’ai qu’un objectif, c’est que l’AJA remonte en Ligue 1. Certains autres joueurs qui voulaient aller voir ailleurs sont restés mais ils étaient toujours dans l’ambiance du groupe. A aucun moment, ils n’ont montré leurs états d’âme, je pense notamment à Oliech, Mandjeck ou Boly. Il faut saluer cette bonne mentalité. Et les ventes de Ndinga et Traoré ont pu sauver, sur le court terme, les finances du club.

Comment vis-tu le fait d’avoir perdu ta place de titulaire au profit de Donovan Léon ?
C’est la loi du sport. Le coach fait des choix et, même sans vouloir les accepter, je ne peux pas faire autrement. Vis-à-vis de mes coéquipiers, il est hors de question que je fasse part de mes états d’âme. Mon cas personnel passe après l’AJA.


Jean-Guy Wallemme t’a donné des explications ?
Non, pas du tout. On a perdu au Mans (3-1) et il m’a retiré de l’équipe donc le message a été clair. Mais c’est un choix qu’il a fait et donc je bosse.

Essayes-tu de guider Donovan Léon (19 ans), qui débute sa carrière de titulaire ?
Je donne le maximum et le jour où on fera appel à moi, j’essaierai de répondre présent, comme j’ai pu le faire en Coupe de la Ligue contre Angers (2-0). Avec Donovan, il n’y a aucun problème, on connaît la loi de la concurrence. L’après-midi de son premier match contre Laval (2-1), je suis allé le voir en lui disant qu’il n’avait pas à se préoccuper de mon cas et qu’il avait une carrière à commencer. Je lui ai aussi dit que si un jour il avait besoin d’un coup de main ou de parler, il pouvait compter sur moi.

Pour terminer, qui vois-tu monter en fin de saison ?
Si je ne mettais pas Monaco, je pense qu’on me prendrait pour un fou, même si on ne sait jamais. J’espère que la deuxième place sera pour nous. Il y a beaucoup d’équipes qui prétendent à la troisième place. J’aimerais qu’Auxerre et Dijon montent car c’est toujours bien pour la région d’avoir un derby en Ligue 1, comme la saison dernière. Mais je mets une pièce sur Istres. Sur nos neuf premiers matchs, c’est l’équipe qui m’a le plus impressionné.

Propos recueillis par Alexandre Alain
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 30 minutes Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 2 il y a 1 heure Un gardien espagnol marque de 60 mètres 1
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4