En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Sony Mustivar : « J'ai vu les plus belles femmes de ma vie en Roumanie »

Considéré comme un jeune attendu du côté de Bastia, Sony Mustivar s'est finalement accompli en Roumanie, puis aujourd'hui à Kansas City, où il enchaine les belles prestations. Entretien détente avec ce milieu franco-haïtien.

Modififié
Tu restes encore attaché à ta ville natale puisqu'au Sporting Kansas City, tu arbores le numéro 93 dans le dos. C'est important pour toi de montrer que tu n'oublies pas d'où tu viens ?
Je viens d'Aubervilliers et j'ai commencé au Red Star Bobigny. Je suis resté jusqu'en benjamins puis, après, je suis parti directement au Centre de formation de football de Paris (CFFP). Je tenais à faire ce clin d'œil. Au départ, mon numéro fétiche est le 5, mais comme le capitaine de Kansas l'a déjà (Matt Besler, ndlr), ce n'était pas possible de l'avoir. J'ai donc choisi le 93, car on n'oublie jamais d'où l'on vient. Beaucoup de jeunes rêvent de devenir jeunes professionnels, et c'est une façon de leur dire qu'il faut lutter avant d'arriver là on veut. Il y a aussi une énorme part de fierté.

Depuis février dernier, tu as rejoint la Major League Soccer. Comment s'est déroulé ton départ vers les États-Unis ?
J'ai signé le jour de mon anniversaire, le 12 février (rires) ! Dans mon ancien club, Petrolul, en Roumanie, ça n'allait pas, car le président était en prison. On n'était pas payés depuis presque trois mois, on ne touchait plus de primes depuis l'année dernière non plus… Au début, le club ne voulait pas me lâcher. Puis le président m'a dit : « Tu as marqué l'histoire du club, tu as été capitaine et on a gagné la Coupe, donc je te donne ton passe-droit. » J'avais déjà noué des contacts avec le manager de Kansas (Peter Vermes, ndlr) qui me voulait vraiment. Mais je n'aime pas arriver en cours de saison quand l'équipe est lancée. J'ai pu effectuer toute la préparation grâce à la résiliation de mon contrat avec mon ancien club roumain. Ça s'est fait de manière très rapide.

D'abord sur le banc, tu as été titularisé contre Chicago (3 mai dernier) et n'as depuis plus quitté le onze de départ. Surtout, le Sporting KC n'a perdu qu'un seul match sur huit avec toi aligné d'entrée…
On a perdu la semaine dernière (l'interview a été réalisée le mardi 31 juin, ndlr) et c'était à la dernière minute (2-1 contre Salt Lake). Je ne sais pas s'il y a un truc ou si je suis un porte-bonheur… Mais, du coup, c'était ma première défaite en tant que titulaire sur le terrain et on a seulement encaissé cinq buts sur les huit matchs que j'ai débutés. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a un effet Sony quand même (rires). Le coach m'a dit qu'il était satisfait de mes matchs et plutôt impressionné des espaces que je pouvais couvrir sur le terrain.

À quel niveau évalues-tu le niveau de la Major League Soccer et l'ambiance qui règne là-bas ?
La première chose qui m'a frappé, ce sont les installations. C'est le top du top, vraiment. Il y a vraiment tout ce qu'il faut pour travailler. Les préparateurs sont aux petits soins. Chaque matin, tu dois faire état de ton humeur afin de voir si tu es stressé ou non. C'est très professionnel, très encadré. Rien n'est laissé au hasard. En ce qui concerne l'ambiance, c'est différent de l'Europe. Quand j'étais en Roumanie, les entraîneurs et le public mettaient une telle pression sur les joueurs… Tout le monde était crispé. Ici, ce n'est pas du tout le cas. Le niveau sur le terrain, c'est aussi différent par rapport à l'Europe. C'est physique, intense, les joueurs ne lâchent pas. En Europe, c'est plus technique et plus posé. Mais j'étais quand même surpris du niveau. Il est plus relevé que je ne le pensais.

« Je vis une vraie vie d'Américain. Et j'aime ça. » Sony Mustivar

Hors des terrains, de quelle manière s'est déroulée ton intégration au pays de l'Oncle Sam ?
Avant de venir, je croyais bien parler anglais. Mais quand je suis arrivé, je n'ai rien compris le premier mois ! Je ne comprenais pas un mot de ce qu'ils disaient. Ils mâchent des mots, utilisent des mots que tu n'as jamais entendus. Puis l'accent qu'ils ont en plus… Maintenant, ça va beaucoup mieux. Je comprends et j'arrive à me faire comprendre. Après, dans la vie de tous les jours, c'est cool. Kansas City, je crois que c'est l'une des villes où les gens sont le plus détendus. Ils t'accueillent à bras ouverts, tout le monde parle avec tout le monde. Je me suis fait au mode de vie américain. On peut dire que je vis mon « rêve américain » à travers le football. Puis, nous, on a cette chance de pouvoir voyager souvent. La dernière fois, nous sommes allés à la Maison Blanche, à Washington. Je visite plein de villes et voit les mentalités qui sont propres à chacune. Je vis une vraie vie d'Américain (rires). Et j'aime ça.

Et le Kansas où tu habites, c'est comment alors ?
Les gens, ici, disent que c'est la campagne et qu'il n'y a rien à faire. Moi, au contraire, je trouve qu'il a énormément de choses à faire. C'est beaucoup plus calme qu'à New York. J'y suis allé, c'est vachement peuplé et il y a des embouteillages de partout. Le Kansas, c'est plus relax, tu as ta petite famille. Ce n'est pas le désert comme à Salt Lake où je suis allé. J'y étais un dimanche et il n'y avait personne dans les rues !

Damien Perrinelle, défenseur français qui évolue au New York Red Bulls, nous avait confié en octobre dernier qu'il avait été frappé par la fibre patriotique des Américains. Est-ce aussi quelque chose qui t'a marqué à ton arrivée ?
Oui, c'est l'une des choses qui m'a le plus marqué. Tu sens qu'ils sont extrêmement attachés à leur pays. Être américain, défendre ses couleurs, ça prend une place énorme. Avant chaque match, il y a l'hymne américain et c'est quelque chose qu'il n'y a pas en Europe. Ils sont vraiment patriotes. Au Kansas, je crois d'ailleurs qu'il y a encore plus de drapeaux américains que dans les autres villes. Tu peux en trouver sur quasiment chaque maison.

À ton avis, pourquoi de plus en plus de Français décident désormais d'aller en MLS ?
Parce que le championnat devient meilleur d'année en année. Il n'y a pas que des joueurs qui viennent en pré-retraite. S'ils viennent, c'est parce qu'ils voient que le championnat est en constante progression. Ce n'est pas une ligue pour les amateurs, comme les gens peuvent le croire. À mon avis, ce qui fait que ce n'est pas encore un grand championnat, c'est le salary cap. C'est un élément qui empêche pas mal de joueurs de venir. Mais, d'un autre côté, je trouve que le salary cap n'est pas une mauvaise chose. Ici, toutes les équipes ont à peu près un niveau similaire. Le dernier de chaque conférence peut battre le premier. Et cela, c'est dû notamment au salary cap. Avant que je ne signe, le coach me l'avait signifié : « Écoute, on est un club qui bosse super bien et qui est ambitieux. On a l'objectif de remporter des titres et je ne veux pas que tu viennes dans l'optique de te reposer aux États-Unis. » Il avait recruté des joueurs l'année dernière et ils n'ont pas tenu, car ils étaient venus dans l'optique que ça allait être facile. Parce que c'était aux États-Unis. Le meilleur exemple, pour nous les Français, c'est Aurélien Collin (ex-Sporting KC et aujourd'hui à Orlando City, ndlr). Il a été élu meilleur défenseur de la Ligue et est une vraie star ici.

« Quand je suis venu en Roumanie, je voulais repartir direct. En pleine préparation, en montagne, on devait courir à six heures du matin, s'entraîner à 11 heures et tirer dans un ballon avec vingt centimètres de neige. » Sony Mustivar

Avant de t'envoler pour les States, tu as joué trois saisons et demie au FC Petrolul Ploiești (2011-2015), club avec lequel tu as notamment remporté la Coupe de Roumanie…
J'en garde de très bons souvenirs. De très très bons, même. Quand je suis venu en Roumanie, je suis arrivé dans l'inconnu, j'étais dans le trou, car je ne jouais pas du tout à Bastia. Je suis parti là-bas pour découvrir autre chose, pour quasiment commencer une nouvelle carrière. J'ai beaucoup appris en Roumanie. J'ai passé trois ans et demi là-bas, mais j'ai l'impression d'être resté cinq ou six saisons. En plus, on a gagné un trophée. Et cette sensation quand tu gagnes, ça te donne envie d'en regagner… Après, les Roumains sont un peu fous. On avait les meilleurs supporters du championnat et ils ont une place prépondérante dans l'histoire du club. Par exemple, la veille d'un derby, on était à l'hôtel pour la mise au vert. Et ils ont débarqué devant l'hôtel avec des fumigènes et en entonnant plusieurs chants. Les supporters là-bas, c'est énorme. Un truc de fou, vraiment. Si tu as l'occasion de regarder des vidéos des fans de Petrolul, n'hésite pas. Du coup, c'est pourquoi j'étais aussi content de quitter la France, parce qu'il n'y a pas cette ambiance survoltée. Quand je suis parti, on m'avait pourtant dit : « Tu pars en Roumanie, mais tu vas faire quoi là-bas ? »

Justement, tu as fait le choix de quitter la France pour partir là-bas à seulement vingt et un ans. Une décision pas commune tout de même…
Ce n'est pas anodin, c'est clair. Mais, en France, c'est compliqué. Si tu n'es pas dans la bonne équipe, dans le bon truc et que l'entraîneur ne te fait pas confiance… En Roumanie, j'ai vu des joueurs avec un niveau de malade alors qu'ils avaient joué au maximum en National. Je pense notamment à Damien Boudjemaa avec qui j'ai joué deux ans et demi et qui est désormais au Slavia Prague. Lui me disait qu'il n'avait jamais eu sa chance en France. Dans le championnat roumain, il y a trois, quatre équipes qui sont fortes. Le reste n'est pas terrible. Tu peux tomber sur des équipes complètement nulles. Il y a un grand décalage entre le top 4 et le reste des équipes.

Quant à l'acclimatation, n'a-t-elle pas été trop difficile ?
Lorsque je suis arrivé, j'étais le seul Français. Puis, pour te dire la vérité, quand je suis venu en Roumanie, je voulais repartir direct. L'équipe était en pleine préparation, c'était en montagne, il y avait vingt centimètres de neige. On devait courir à six heures du matin. On avait un autre entraînement à 11 heures et on devait tirer dans un ballon avec vingt centimètres de neige. J'ai rien compris. Je me suis dit : « Mais ce n'est pas du foot ça ! » Je suis finalement allé jusqu'au bout de la préparation. On était ensuite parti en Turquie. Et en seize jours passés là-bas, on a dû jouer environ huit, dix matchs. Ce qui signifiait qu'on jouait tous les deux jours. Je n'avais jamais vu une prépa pareille, un truc de fou ! Je me demande encore comment j'ai pu durer plus d'une semaine à la montagne. Sans doute parce qu'il n'y avait pas d'autres solutions qui s'offraient à moi. À la fin de la préparation, le coach m'avait surkiffé, donc il m'a nommé capitaine alors que j'étais arrivé il y a un mois et demi. Le roumain n'est pas si compliqué que ça à apprendre. Je l'ai appris en un an. Tu as l'impression que c'est compliqué au début, mais c'est un mix de plusieurs langues. Il y a beaucoup de mots qui ressemblent à d'autres langues. Puis la vie là-bas n'est pas chère. Six francophones ont rejoint le club ensuite et on s'est amusés comme jamais. On était une bande de potes, on allait partout.

Et les demoiselles, aussi charmantes et plantureuses que les chanteuses Alexandra Stan et Inna ?
Oui, oui (rires). Je confirme que la Roumanie est connue pour ses belles femmes. Elles sont même encore plus belles que les chanteuses qu'on connaît en France ! Les plus belles femmes de ma vie, je les ai vues en Roumanie. Crois-moi, elles sont très très bien (rires). Ça fait partie du charme du pays.

« Je n'aimerais pas trop avoir Georghe Hagi comme patron… Il est grave sévère. La manière dont il crie sur ses joueurs, ça fait peur ! » Sony Mustivar

Gheorghe Hagi, qu'on surnommait le « Maradona des Carpates » , ça doit être quelque chose en Roumanie…
Bien sûr, qu'on en entend parler. C'est une légende là-bas. Il est patron du Viitorul Constanţa, un club de première division. Et je peux te dire que je n'aimerais pas trop l'avoir comme patron… Il est grave sévère. On a joué plusieurs fois contre eux et la manière dont il crie sur ses joueurs, ça fait peur ! C'est un peu notre Zidane là-bas. À chaque fois que je le croise, je prends une photo avec lui d'ailleurs. C'est un homme très respecté.

Revenons à tes premiers pas en tant que professionnel à Bastia. Ça reste un regret de ne pas avoir réussi pleinement à t'imposer sur l'Île de Beauté ?
Au début, oui, c'était un regret. Mais je ne me plains pas de ce que j'ai vécu après. Je sais que si j'avais été plus intelligent dans mes choix et plus assidu, j'aurais peut-être pu réussir à Bastia. Je n'ai pas fait ce qu'il fallait. À partir du moment où tu as conscience que c'est toi qui n'as pas fait le taff... J'étais totalement responsable de cette situation à l'époque et je n'étais pas du genre à mettre la faute sur le coach. Même si le coach ne t'aime pas et que tu es le meilleur à chaque fois, il te fera jouer parce que son objectif est de gagner. J'ai fait toute ma formation à Bastia et j'aurais bien aimé faire partie de l'équipe qui est remontée en Ligue 1.

Tu as aussi eu la chance de porter le maillot de l'équipe de France puisque tu as disputé les Jeux méditerranéens, en 2009, à Pescara, avec les moins de vingt ans…
Ça s'est bien passé, j'en garde un bon souvenir. C'était une bonne expérience. Avec une bonne équipe, une bonne ambiance. Il y avait (Morgan) Schneiderlin, (Franck) Tabanou, (Djamel) Bakar…

Tu joues aujourd'hui pour une formation qui représente l'État du Kansas, là où la devise est : « Jusqu'aux étoiles par des sentiers ardus » . À vingt-cinq ans, aspires-tu encore à de grandes ambitions ?
J'ai pour ambition de jouer le plus haut possible et de continuer à progresser. Après, mon objectif personnel viendra avec l'équipe. Mais je veux gagner des trophées. Gagner un trophée, c'est une telle sensation… Je l'ai fait avec Petrolul et je veux vraiment revivre cela. Puis, si j'ai la possibilité, je rêve de pouvoir jouer en Angleterre.


Propos recueillis par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:25 OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement !
Hier à 18:04 Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 2
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 17:31 Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 55 Hier à 17:05 Énervé, il fait mine de se masturber 21 Hier à 15:27 Čeferin espère plus de soutien politique 13 Hier à 14:55 L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 14 Hier à 14:35 Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 Hier à 14:19 La douceur de Slimani 7 Hier à 13:19 Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 Hier à 12:06 Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6
mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 8 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 33 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 38 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 17 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10 vendredi 1er septembre Les folies du mercato anglais 20 vendredi 1er septembre L'improbable c.s.c d'Arturo Vidal 27 jeudi 31 août La volée magique de Thomas Lemar 14 jeudi 31 août Le joli but de Naby « Maradona » Keita 2 jeudi 31 août Griezmann perce la défense des Pays-Bas ! 6 jeudi 31 août Kylian Mbappé rejoint le PSG ! 66 jeudi 31 août Débat : De quoi la Juventus est-elle le nom ? jeudi 31 août Accord Benfica-OM pour Mítroglou 92 mercredi 30 août Pronostic France Pays-Bas : 580€ à gagner sur le match des Bleus ! 5 mercredi 30 août Xavi gagne à la loterie de sa banque 41