1. // Euro 2012
  2. // France/Albanie

Sonor : « Rami-Abidal, la meilleure charnière »

Des coups, il en a donné. Luc Sonor, neuf sélections au compteur dans les années 80, a déboité de l'attaquant adverse quand il évoluait à Metz et Monaco au siècle dernier. Aujourd'hui consultant sur Canal Plus, l'ancien stoppeur prend son pied quand on lui parle de charnière centrale.

0 6
Défenseur central de l'équipe de France, c'est quoi ?


Défenseur central tout court, déjà. C'est le poste le plus important je trouve. Le mec est le dernier rempart avant le gardien, il doit savoir défendre sans être trop agressif. On parle d'un poste clé car c'est souvent de l'axe que partent toutes les actions. Je trouve qu'il s'agit d'un poste à la fois ingrat et fondateur. Il n'y a jamais de grande équipe sans une charnière solide. La complémentarité est indispensable. Pour ce faire, il faut du temps et des matches. Beaucoup de matches.

A priori, en ne tenant pas compte des blessures et des suspensions, Laurent Blanc a misé, à la base, sur une charnière Mexès-Rami. Cela vous convient ?


Ce n'est pas la meilleure à mon goût. Rami - Abidal, j'aime mieux déjà. Les deux sont durs sur l'homme, rapides, avec un énorme jeu de tête. Philippe Mexès est meilleur en relance, mais la complémentarité me semble plus évidente entre Rami et Abidal. Et puis il y a un gaucher et un droitier.

On a souvent entendu ce postulat droitier/gaucher, en quoi est-ce si important dans une charnière ?


Pour les repères tout simplement. Tout découle du pied fort : la relance, les tacles, les courses, le placement par rapport à l'attaquant, l'attaque de la balle. Un gaucher aura plus de faciliter à relancer côté gauche qu'un droitier. Pour les tacles, je n'en parle pas. On ne lance pas le même pied en avant si l'on est droitier ou gaucher. Alors si vous êtes placé du "mauvais" côté de l'axe, vous avez beaucoup plus de risques d'être en retard sur vos tacles et, donc, de déboiter votre adversaire. Vraiment, la base est là : un gaucher pour l'axe gauche, un droitier pour l'axe droit. Même pour les courses face à un attaquant. Par exemple, un droitier placé à gauche attaquera systématiquement le ballon avec son pied droit, et ouvrira donc l'axe pour son adversaire plus facilement. Mais bon, on ne va pas se plaindre, on a des centraux très intelligents en France.

On a l'impression que la relève est déjà là en plus...


Mexès et Abidal ont du vécu en bleu. Rami, qui pour moi est le défenseur central de demain, arrive. Derrière, on a encore Sakho, Kaboul et un peu plus loin derrière, Varane. Même chez les jeunes, le potentiel est énorme à ce poste. A Saint-Etienne, il y a le petit Zouma qui a 16 ans. Il a tout pour être un crack d'ici quelques temps. Sur ce poste, je n'ai aucun souci. On est costauds pour 15 ans. Je me fais plus de soucis pour les latéraux par exemple.

Le poste a-t-il évolué depuis votre époque ?


Oh oui. On était beaucoup plus agressif et surtout, moins bon techniquement. On a toujours parlé de la technique de Laurent Blanc. Mais c'était le seul qui savait relancer. On était moins complet que les centraux d'aujourd'hui. Et ils apportent énormément offensivement. Et puis la multiplication des caméras a diminué les sales coups (rires). Quand je jouais, on se mettait des coups. Des trucs d'homme. Avec les caméras, tu ne peux plus défendre comme ça. Avec le recul, je méritais au moins un rouge tous les trois matches alors que j'étais un doux. Alors les Di Méco et autre Bolis... (rires)


Vous sentez les jeunes défenseurs impressionnés par le maillot bleu ?


Pas du tout. Surtout qu'aujourd'hui, avec trois bons matches, on peut être en équipe de France. Lors de ma première sélection, je n'ai pas dormi de la nuit. C'était un véritable événement. De nos jours, les jeunes sont imperméables à la pression. Tant mieux pour eux...

Contre l'Albanie, à cause des absences, Blanc devrait associer Rami à Kaboul. Vous en pensez quoi ?


C'est costaud, c'est certain. Kaboul m'a beaucoup plu en Ukraine. Mais les deux joueurs ont les mêmes caractéristiques. Ils jouent de la même manière, possèdent les mêmes points forts. C'est dommage.

Pour l'Euro 2012, quelle charnière alors ?


Une charnière, il faut lui laisser le temps. Quand Blanc est arrivé, il a du faire sans les suspendus de Knysna. C'est pour ça qu'un mec comme Abidal ne pouvait pas être du premier wagon. La blessure de Mexès a changé la donne. Blanc a du changer son fusil d'épaule. Mais bon, je ne me fais pas de souci. Quand on peut emmener dans ses bagages Mexès, Rami, Abidal, Sakho et Kaboul, on est plutôt serein. Les mecs jouent à Milan, Valence, Barcelone etc... Et ils sont tous titulaires en club. Je ne vois pas quelle autre nation peut en dire autant...

Propos recueillis par Mathieu Faure

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Je suis étonné de l'analyse de Sonor,
Abidal dans l'axe c'est juste une catastophe, rappelez vous l'euro 2008 (penalty + expulsion) le match en serbie pour les qualifs de la coupe du monde : énorme erreur de marquage qui entraîne un penalty et l'expulsion de LLoris.
Il a d'énormes saute de concentration et n'est pas très dur sur l'homme, c'est lui meme qui l'a reconnu dans une interview. A barcelone, ses prestations dans l'axe ne sont pas terribles aussi, je ne me souviens plus trop contre quelle équipe, il se rate dans son drible et fauche ensuite le type dans la surface (bon après avec l'arbitrage barca, ca n'a aucune conséquence). Sur le côté, même si je préfère Evra (capitaine à United quand même, un des joueurs les plus utilisés par Ferguson) , j'ai moins d'arguments contre Abidal qui est quand même un très bon arrière gauche
Par contre, +1 pour l'analyse du gaucher à gauche. Pour moi c'est fondamental. L'équipe de France de 98-2000 était très forte car elle avait des gauchers et notamment Petit pour la relance au milieu. Cela ouvre énormément d'angles de passe. Je suis vmt pas fan des ailiers inversés, genre ribbery Robben, contre des équipes repliées ca fait embouteillage dans l'axe, c'est sur que pour jouer en contre c'est pas mal. Mais l'équipe de France n'est pas une équipe de contre.
Abidal, les derniers matchs que j'ai vu de lui ou il jouait en défense centrale à Barcelone, je l'ai trouvé plutôt bon et serein, en tout cas, bien meilleur qu'en 2008.
Abidal dans l'axe a du mal à gérer la pression. Il peut faire de grand match avec Barcelone à ce poste quand l'ensemble de l'équipe marche sur l'autre.
Par contre se comporter en taulier de la défense quand l'équipe prend l'eau et n'est pas sereine, j'attends de voir. Il a plutôt fini de couler l'équipe dans ses situations là. Je préfère le voir latéral gauche.
La force de 98 dans l'axe, c'était surtout leur foi en eux inébranlable. Aucuns doutes comme ceux aperçus dès qu'Abidal joue dans l'axe. Après c'est sûr une très bonne complémentarité, du vécu ensemble... De toute façon, même individuellement on a pas d'équivalent actuellement ni à Desailly ni à Blanc.

Et de toute façon, Sonor est une pipe...
+1 biwi pour les gauchers à gauche et les droitiers à droite... que ce soit dans l'axe, mais aussi les ailiers. Permuter 5 min, pour perturber le marquage OK, mais tout le match c'est globalement contre-productif.

Des exemples, on pourrait en donner plein : Malouda à droite, le retour en forme de Bastos à gauche.
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Dans une interview parue ici il y a quelques semaines, qui pourrait expliquer les différences entre les stoppeurs d’aujourd’hui et ceux d’il y a deux décennies, Luc Sonor évoquait le nombre et la qualité accrue des caméras à l’affut des mauvais gestes ainsi que l’implication nettement supérieure des défenseurs dans les actions offensives.

On pourrait peut-être aussi penser (surtout ?) aux « croissement des inégalités » entre les clubs de nababs et les autres comme facteurs explicatifs de ces scores fleuves…

Il n’y répond peut-être que partiellement mais je trouve que cet article pose une très bonne question.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La Serbie sous surveillance
0 6