1. //
  2. //
  3. // Nancy-Monaco

Sonny Anderson : « Quand vous allez être champion de France, vous le sentez dès le début de la saison... »

Buteur de talent, Sonny Anderson a fait trembler les filets du championnat français durant huit saisons, empochant au passage une flopée de titres. Dans cet entretien, le Brésilien se confie, parle de son enfance, de sa famille, de ses succès et de certains moments plus difficiles. Monaco, Marseille, Lyon, dont il était l’emblématique capitaine, sans oublier son passage au Barça où il a dû plier face au caractériel Van Gaal.

Modififié
Tu as déjà eu peur d’être oublié ?
Non, c’est la vie. Les années passent, les gens oublient... enfin ce n’est pas qu’ils oublient, mais d’autres joueurs arrivent, d’autres choses se passent au club. On n’est plus dans l’actualité. Ça fait plaisir quand on ne t’oublie pas. Ça montre qu’on a marqué notre époque, le club, l’esprit des gens. Dans dix, vingt ans, on y pensera forcément moins et c’est comme ça. Mon dernier match à Lyon, c’était en 2003. Ils m’ont acclamé au Parc OL alors que je n’y ai jamais joué. Je ne bouderai jamais mon plaisir lorsque les gens m’accueillent de cette façon. Plus le temps passe, plus ce que je ressens est fort. Ils n’ont pas oublié ce que j’ai pu faire à l’OL.

Tu as a fait une très belle carrière en club, mais tu ne comptes « que » huit sélections avec le Brésil.
À l’époque, pour avoir des sélections dans l’équipe, avec les attaquants qu’il y avait, il fallait être au top. Rivaldo, Ronaldo, Romário, Bebeto. Vous voyez ces joueurs... avoir une place dans cette équipe valait très chère. C’est moins le cas aujourd’hui. Je suis fier d’avoir côtoyé ces joueurs et d’avoir marqué lors de ma première sélection contre la Corée. Le seul regret que je peux avoir est de n’avoir jamais participé à une Coupe du monde ou une Copa América. J’aurais pu participer à la Copa, mais j’étais blessé.

On a du mal à imaginer que ça ne te fait pas un pincement au cœur de ne pas avoir davantage goûté à la Seleção. En 1998, Ronaldo est intouchable, mais Edmundo ?
J’ai eu un petit pincement au cœur? d’autant que la Coupe du monde se passait en France. Mais je savais qu’au Brésil, Edmundo était un grand joueur. Il avait fait de bonnes choses. C’était sûr qu’il allait être sélectionné. Bebeto avait lui aussi fait une bonne saison. Romário n’était pas appelé. Ronaldo était là, Denilson aussi. C’était tous des bons joueurs, en forme à ce moment-là. La plupart jouait au Brésil. Ils étaient plus connus que moi là-bas.

Vidéo

Comment c’était une enfance à Goiatuba ?
Je n’avais qu’une seule chose en tête : jouer au foot. Mon père était entraîneur de l’équipe de Goiatuba. Je faisais tout pour quitter la maison et le suivre. J’étais tout petit, j’avais six ou sept ans. Je ne voulais pas rester à la maison. Je sortais tout le temps en cachette. Mon père me retrouvait au club et me demandait : « Mais qu’est-ce que tu fais là ?! » C’était trop tard pour rentrer. Alors il me donnait un ballon et je jouais. À chaque fois qu’on déménageait dans une nouvelle maison, il voulait qu’il y ait un stade à côté. Je faisais semblant d’aller à l’école pour aller au terrain de foot. À la maison, je jouais à dribbler les chaises, dans le garage, c’était le but. Je prenais beaucoup de chaussettes pour faire un ballon et j’aimais jouer avec mes frères.


Lorsque tu faisais semblant d’aller à l’école et que ton père s’en apercevait. Il passait l’éponge ?
Non, il m’a toujours grondé, ma maman aussi. Elle voulait que j’aille au foot, mais à l’école aussi. J’étais petit. On ne pouvait pas savoir si j’allais devenir footballeur, mais à treize, quatorze ans, j’ai décidé et dit à ma mère : « Il faut que j’aille jouer au foot ! » À partir de là, mon père m’a amené à Jaú, où il habite encore aujourd’hui avec elle. Il m’a fait entrer au centre de formation, et après tout est allé très vite, puisqu'à seize ans et demi, j’étais déjà professionnel. Ma formation, je l’ai faite dans la rue et avec mon père. Il m’entraînait avec les pros de son club alors que j’avais dix, onze ans.

« Une fois, en match, j’ai pris le ballon, dribblé toute la défense, même le gardien. Au lieu de marquer tout de suite, j’ai fait un peu comme Ntep à Rennes. J’attends pour marquer tout doucement et là, le défenseur arrive de derrière et m’enlève le ballon. »

Vous étiez très proche ?
C’est lui qui m’a transmis l’envie de jouer, avec la tête. Il me le répétait tout le temps. « Il faut réfléchir beaucoup plus vite que tout le monde. Travailler beaucoup plus dur que tout le monde. » Quand je ne travaillais pas assez, une fois rentré à la maison, il ne me faisait pas de cadeaux. À l’époque, j’avais quinze ans et il entraînait l’équipe dans laquelle je jouais. Une fois, en match, j’ai pris le ballon, dribblé toute la défense, même le gardien. Au lieu de marquer tout de suite, j’ai fait un peu comme Ntep à Rennes. J’attends pour marquer tout doucement et là, le défenseur arrive de derrière et m’enlève le ballon.


Il n’a pas dû être tendre.
Il m’a dit : «  Ta place c’est ici, à côté de moi, sur le banc ! » Il m’a sorti du match. Je pensais que c’était fini. En arrivant à la maison, il m’a dit : « Tu ne mangeras pas pendant deux jours ! Tu ne referas jamais ce que tu viens de faire. Tu y penseras toute ta vie. » Le premier jour, il ne m’a pas laissé manger. Le deuxième, je l’ai fait en cachette. Ma mère m’en donnait, mais mon père était toujours là et me disait : « Souviens-toi de ce que tu as fait ! » Ça m’a tellement marqué ! Mon père était exigeant. Le football, c’était le plaisir de jouer, mais il fallait être sérieux pour être le meilleur.

Peux-tu me parler de ton frère, Toninho ?
C’était l’exemple pour toute la famille, le premier qui a réussi. C’était un ancien neuf et demi, mais il portait le numéro 8. Il était exceptionnel au niveau football et humain. Il a commencé à Jaú, on prenait le bus pour aller le voir jouer. Il a beaucoup aidé la famille et puis il a fait un choix. Moi, j’ai opté pour l’Europe, lui a choisi le Japon. Pendant cinq ans, il était une star là-bas. Il a été en sélection brésilienne, mais, comme moi, il avait beaucoup de concurrence. Il était très élégant comme nous l’inculquait notre père : « Il faut respecter le ballon, le football, les gens. Courir avec la tête haute, sur la pointe des pieds. » Ce qui nous différenciait, c’est que mon frère n’avait pas de pied gauche. Il était obligé de faire le coup du foulard. J’avais un autre frère, décédé en 2009. À l’époque, on se disait qu’il serait le meilleur de tous. Il frappait fort du pied gauche comme du droit. Il avait la tête, la puissance, la technique. Mais il n’a pas supporté l’exigence de mon père. Il lui disait : « Lâche-moi, laisse-moi tranquille. » On était déçu pour lui.

Je te cite : « Le pied gauche était mon mauvais pied, mais à la naissance seulement ! Après, je l’ai tellement travaillé qu’il est devenu plus précis que le pied droit. »
Mon père était le premier à me dire : « Il faut travailler ton pied gauche. » Je m’entraînais à ne faire que des séances avec le pied gauche. Je refusais de taper du droit même lorsque je n’étais pas bon. J’ai tellement utilisé mon pied gauche qu’au bout d’un moment, mes frappes enroulées, mes coups francs étaient plus précis que lorsque j’utilisais mon pied droit.

En 1992, tu pars à Genève, comment appréhendais-tu ce changement de vie ?
Je ne m’y attendais pas du tout. Je ne savais pas du tout où c’était. Pourtant, j’avais déjà fait des voyages en Europe avec Vasco de Gama pour des tournois. Je ne savais même pas dans quel club j’allais atterrir. Mon agent, qui était au Brésil, devait accompagner un joueur au Servette, mais ce dernier n’a pas voulu venir. Il ne pouvait pas y aller les mains vides, alors il m’a proposé d’y aller. J’ai fait des tests. Ils ont trouvé que j’avais quelque chose de spécial et ils m’ont gardé. Une fois que j’y étais, je ne voulais plus rentrer au Brésil. C’était en Europe que je voulais faire carrière. Mes parents m’ont soutenu en me disant : « Ne pense pas à la famille, reste là-bas. » À l’époque, seuls les meilleurs Brésiliens partaient en Europe.

Vidéo

Lors de la saison 1993-1994, tu signes à l’OM. Sans les problèmes rencontrés par le club, ça aurait dû être un mariage parfait.
J’avais envie de rester à Marseille. C’était comme si j’y étais depuis longtemps, mais le club est descendu en deuxième division, il y a eu des problèmes. L’OM ne pouvait plus faire de transferts ni acheter des joueurs. C’était compliqué. J’ai eu la possibilité de partir à Monaco.

« Au moment de rejoindre le Barça, Bernard Tapie m’a dit juste une chose : "Souviens-toi que l’entraînement à Barcelone, c’est comme les matchs ici." »

Jouer au Vélodrome, c’est une ambiance que tu n’as retrouvée nulle part ailleurs ?
À l’époque, c’était vraiment quelque chose d’exceptionnel. Quand vous êtes bien, c’est merveilleux. Mais lorsque vous ne l’êtes pas, ils sont tellement exigeants que les joueurs ont du mal à jouer dans ce stade. C’est très compliqué. C’était la première fois que je rencontrais une ambiance qui ressemblait à ce que j’avais connu au Brésil. Je préfère l’ambiance d’avant, beaucoup plus chaleureuse, à celle d’aujourd’hui. Le stade a tellement changé. Je suis allé voir des matchs là-bas, je n’ai pas eu le même ressenti.


En 1995-1996, tu finis meilleur buteur avec Monaco et vous remportez le titre l’année suivante.
Quand vous allez être champion de France, vous le sentez dès le début de la saison. Vous vivez des choses extraordinaires sur le terrain et en dehors. On était des amis. On avait un groupe exceptionnel. Barthez, Dumas, Scifo, Benarbia, Ikpeba, Henry, Djetou... on est liés, solides sur le terrain. On est champions à quatre journées de la fin.

Qu’as-tu ressenti au moment de signer au Barça ?
Deux personnes m’avaient conseillé Barcelone. Tigana m’a dit : « Maintenant tu dois confirmer. Si tu vas à Barcelone, c’est que tu as le niveau. » C’était mon coach à l’époque de Monaco. Il m’a vraiment protégé de la presse espagnole au moment du transfert. Bernard Tapie m’a dit juste une chose : « Souviens-toi que l’entraînement à Barcelone, c’est comme les matchs ici. »

Et une fois arrivé ?
J’ai été bien accueilli par les joueurs, mais je suis arrivé à un moment compliqué, lors des élections présidentielles du club. Et j’ai dû remplacer Ronaldo. Dans l’esprit des socios, ils s’attendaient à voir un numéro 9 comme lui. Mais on n’avait pas le même style.


Le défi barcelonais t’a fait peur ?
Non, je venais d’être désigné meilleur joueur du championnat de France, meilleur buteur, champion. Je savais à quoi m’attendre à Barcelone. La première année a été compliquée. Van Gaal ne me faisait pas jouer où je le souhaitais. La deuxième s’est très bien passée et, même à la fin, lorsque j’ai signé à Lyon, les supporters du Barça ne voulaient pas que je parte. Ils m’aimaient là-bas. Je suis parti, mais j’ai réussi ce que je devais y faire.

Quitter le FC Barcelone pour Lyon, n’est-ce pas une régression ?
Pas du tout. Quand j’ai vu que Lyon était capable de mettre autant d’argent à l’époque et souhaitait faire partie des meilleurs en Europe et en France... le projet me plaisait énormément. C’était un challenge. Je suis arrivé à Barcelone pour jouer et, lorsque j’étais bien pendant la deuxième saison, Patrick Kluivert est arrivé en cours d’année. À la fin de la saison, je suis allé voir Van Gaal. Il disait vouloir deux équipes. Je lui ai demandé : « Est-ce que ce sera le meilleur de nous deux qui jouera vu qu’on est en concurrence ? » Il m’a répondu : « Non, il n’y aura pas de concurrence. Tu ne joueras pas, tu seras remplaçant. C’est lui le titulaire. » J’ai donc préféré partir.

Vidéo

Kluivert était-il meilleur que toi ? Ou sa nationalité néerlandaise l’a favorisé auprès de son compatriote entraîneur ?
On pouvait jouer tous les deux, mais Van Gaal ne voulait pas. On s’entendait super bien avec Patrick. On a fait des bouts de match ensemble. Ce n’est pas contre Patrick, mais vu le discours du coach, même si j’avais été en pleine forme et lui non, je n’aurais pas joué.

« Laigle, Coupet, Delmotte, Caveglia, Violeau... c’était vraiment mes potes de l’époque. Quand on se parle au téléphone, qu’on se voit... on a gardé cette complicité. Flo Laville m’a appris à jouer aux cartes dans le bus. »

Donc retour en France...
J’ai quitté Barcelone où on travaillait beaucoup tactiquement. En France, ce n’était pas vraiment le cas. Il y avait un système en place et si les joueurs s’entendaient entre eux, c’était compatible. On avançait comme ça. Notre plus grande force, c’était le groupe. Une bande de potes. Après les entraînements, on allait boire des verres, on discutait, on faisait des barbecues les week-ends où on ne jouait pas ou les lendemains de match.

Tes meilleurs potes ?
Laigle, Coupet, Delmotte, Caveglia, Violeau... c’était vraiment mes potes de l’époque. Quand on se parle au téléphone, qu’on se voit... on a gardé cette complicité. Flo Laville m’a appris à jouer aux cartes dans le bus. C’était toujours des moments de rigolade parce qu’au début je faisais n’importe quoi. Greg (Coupet) avait toujours le sourire, un mec disponible. Pierre (Laigle) était un peu plus timide, mais il était simple. Il n’y avait pas de disputes sur le terrain.


Tes meilleurs souvenirs à l’OL ?
Lorsqu’on a gagné la Coupe de la Ligue et le championnat. J’en avais discuté avec Jean-Michel Aulas et Bernard Lacombe. Je suis arrivé à Lyon pour gagner des titres et pour que le club devienne fort.


Après la défaite à Maribor le 25 mars 1999 en tour préliminaire de la Ligue des champions, des supporters se sont montrés violents à ton égard. Tu es monté au créneau.
Je suis contre toutes les violences. Je venais de Barcelone. J’arrivais blessé. Je n’étais pas encore à 100%, mais il fallait que joue ce match de Maribor. On s’est fait éliminer. Je suis allé tranquillement le lendemain avec mes enfants à l’entraînement et il y avait des gens cagoulés, violents, qui ont tapé ma voiture. À ce moment-là, je me suis dit qu'il fallait que je rencontre les supporters. J’ai dit : «  S’il y a encore une seule violence, je quitte le club, je m’en vais. C’est normal que vous ne soyez pas contents, mais laissez-moi retrouver la forme. » Le week-end suivant, on joue le Paris Saint-Germain à Gerland. Je provoque un penalty sur le côté du virage nord. Je frappe, on gagne 1-0. À partir de là, ils m’ont respecté et, par la suite, on a créé une relation très, très forte.

Vidéo

Palmarès :
Vainqueur de la Supercoupe d'Europe en 1997 avec le FC Barcelone
Champion du Brésil en 1989 avec Vasco de Gama
Champion de Suisse en 1994 avec le Servette FC
Champion de France en 1997 avec Monaco et en 2002 et 2003 avec Lyon
Champion d’Espagne en 1998 et 1999 avec le FC Barcelone
Vainqueur de la Coupe d’Espagne 1998 avec le FC Barcelone
Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2001 avec Lyon
Vainqueur de la Coupe Intertoto en 2004 avec Villarreal
Vainqueur du Trophée des champions 2002 avec Lyon
Meilleur buteur du Championnat suisse en 1993 avec le Servette FC
Meilleur buteur du championnat de France en 1996 avec Monaco et en 2000 et 2001 avec Lyon
Meilleur buteur du championnat du Qatar en 2005 avec Al Rayyan
Meilleur buteur de la Ligue Europa 2004 avec Villarreal
Meilleur joueur étranger du Championnat suisse en 1993 avec le Servette
Meilleur joueur étranger de l’année du Championnat de France en 1996 avec Monaco
Meilleur joueur du championnat de France en 1997 avec Monaco



Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

sonny la légende !
Merci pour tout
 //  08:49  //  Fidèle de Lyon
Note : 1
Personne ne va l'oublier !!! Il fait parti des footballeurs qui m'ont fait aimer le foot .
Mon but préféré de Sonny (et cette feinte, waouh):

Grand pont et petit pont dans la même action, respect!
D'habitude je suis fan de tes posts Zizou mais là...

Mettre ce but ou tous les bordelais sont ridicules, à Lescure en plus...

Mention spéciale à François Grenet, si je ne m'abuse, pour son tacle-évitement qui raviras tous les amateurs de fair-play :)

+1 mais un peu comme pour l'isoloir, c'est pas fait avec le coeur hein ;)
(Un gand pont, c'est quand on touche le ballon pour le faire passer d un côté de son adversaire avt de la contourner. Un petit pont, c est quand on récupère le ballon après l avoir passé entre les jambes de son vis-à-vis)

Perso, je préfère largement celui du gauche à Giuseppe Meazza. Du très haut niveau ds un match où il fallait un exploit individuel.
3 réponses à ce commentaire.
OM, Monaco, Barca, OL...

Belle carrière quand même, et joli palmarès.
Elchelito delgado Niveau : DHR
Légende,classe,talent,charisme , pour l'avoir croisé plusieurs fois sur Lyon, le gars est vraiment humble et accessible.

Est ce qu'un lyonnais but bien renseigné bien renseigné peux me dire pourquoi est ce que Lyon a arrêter de travailler et avec marcelo au brésil? (sans la réponse "les prix des bresiliens maintenant st trop haut pr l'OL svp).
Je trouve que Aulas et Lacombe oublient que sans Marcelo il y a pas le Grand Lyon.Enfin si c'était que ca, perso je déteste Aulas depuis 2 ans le charme est rompu,rien que le fait de savoir que le gars est tellement mégalo qu 'il ne mettra jamais un entraineur charismatique(et avec du palmares) sur le banc sa me déprime.Sinon pr rester positif Cris et cacapa sont au club depuis 2 ans en coach ou adjoint.
Je ne suis pas certain qu'ils aient arrete de travailler avec Marcelo.
Le gros souci c'est qu'il y a beaucoup plus de concurrence qu'avant pour recruter les Brésiliens et financièrement c'est plus compliqué qu'avant.
Elchelito delgado Niveau : DHR
Oui je sais mais sa fait par exemple 5 ans que Lyon a une défense dégueulasse, Marcelo a dit clairement qu'il avait proposer plusieurs défenseurs centraux a Aulas.
Yanga Mbiwa cest 10 millions !Nkoulou il a du prendre une prime a la signature de porc(8 millions d après une source proche du dossier lol) ,et tout ca en ayant 90% de chance que cela soit un échec.
Désolé mon club me déprime et me laisse dans l’incompréhension depuis quelques temps.
ps; Ghezzal et marine cassez vous.
2 réponses à ce commentaire.
sandro l'obèse Niveau : Ballon d'or
 //  10:59  //  Amoureux de Lyon
Juste une coquille dans le palmarès : la Ligue Europa n'existait pas en 2004.
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 1
Sonny thank you for the sunshine you gave to me
Sonny thank you for the love you brought my way
You gave to me your all and all
And now I feel that I'm 10 feet tall
Sonny once so true, I love you
Note : 1
Et du coup, quand on regarde ses matches, on se rend compte qu'il etait aussi bon du droit que du gauche.
Il a garde une sacrée humilité, au passage.
 //  11:52  //  Amateur de Lyon
Note : 1
J'ai découvert le football et la D1 avec lui. Je suis tombé sous le charme du footballeur et du mec. J'ai eu l'ol dans la peau avec cette génération.

Lui sur le terrain tout était possible.

Un mec en or. J'ai encore le souvenir de son sale geste sur gallardo et de sa gestion de l'après.

Sacré bonhomme. Ma légende de l'ol.

Merci pour l'article et les souvenirs
Romansochaux Niveau : Ligue 2
Note : 1
Les itw de Flavien sont toujours excellentes, il faut le souligner.
La légendaire gestion des joueurs de Van Gaal..

Quel tocard.
Le debut de la legende Lyonaise
Un joueur sous côté au Brésil, je n'ai jamais compris pourquoi il n'avait pas été sélectionné à la coupe du monde 98, je me disais que edmundo n'était pas meilleur, après quand j'ai vu la saison de edmundo avant la coupe du monde 42 matchs 38 buts avec Vasco, j'ai compris bébeto bof je trouve ca discutable un des idoles de ma jeunesse j'avais vu une cassette vidéo ou on le voit avec Marseille, je pense que si ils n avaient pas eu l affaire de Valenciennes avec un attaquant comme ca ils aurait pu restér au sommet en France une attaque Boksic anderson ca aurait été top ensuite à Monaco quelle équipe avec ikpeba scifo et henry à Barcelone un peu plus compliqué mais à Lyon quel joueur le début du grand OL c'est quand même en partie grâce à lui dommage qu'il n'ai pas réussi en sélection au Brésil tout comme rai en 1998 j'ai jamais compris alors qu'ils ont pris des joueurs défensifs discutable (Giovanni,emerson, doriva) mais la concurrence était rude des joueur comme elber et Jardel par exemple ont pas eu non plus cette chance au profit de joueur qui jouait au pays
Hier à 19:38 Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 22
Hier à 16:06 Le fils de Pelé retourne en prison 5 Hier à 15:15 La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 18 Hier à 14:32 Le beau geste de Boateng pour Nouri 8
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 10:17 Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 13 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 9
vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14