1. //
  2. //
  3. // Montpellier/Bordeaux

Sommet au mois doutes...

A la base, une bonne affiche, si on tient compte du statut de Bordeaux et de la très belle saison de Montpellier l'an passé. Sauf que... Les Girondins sont-ils encore « convalescents » après la dépression de la saison ? Et les Héraultais déjà dépouillés de Costa et Montano se sont fait éliminés cette semaine en Europa League par Györ ! Où en est Bordeaux ? Où va Montpellier ?

0 0
Donc, belle affiche a priori. Côté Bordeaux, outsider déclaré cette saison, une petite motivation à l'entame de l'exercice, les deux favoris OM et OL n'ont pas gagné. Et puis les matchs de préparation (pour ce qu'ils veulent bien dire) ont apporté plus de satisfactions que d'inquiétude, avec quatre victoires et un nul (onze buts inscrits, trois encaissés). Evidemment, la nouveauté bordelaise, c'est le retour du grand ancien, Jean Tigana, dont la philosophie de jeu est on ne peut plus claire : « jouer pour ne pas gagner est interdit dans la profession » . Avec en plus, comme son prédécesseur, un goût prononcé pour la gagne, un mot qui revient à chacune de ses interventions. De quoi se mettre à rêver des années fastes du Monaco qu'il a entraîné avec brio (brillant champion de France 1997) ? Peut-être...


Bordeaux B ou Bordeaux A' ?

Mais aujourd'hui, avant ce premier match en Septimanie, l'horizon bordelais est plutôt flou. Le départ très mal négocié de Laurent Blanc, parti coacher les Bleus, la terrible dépression au classement qui a flingué le club dès la deuxième partie de saison, le transfert « gratuit » de Chamakh parti à Arsenal, le bras de fer estival avec l'OM au sujet d'Alou Diarra et la baisse de forme persistante de certains leaders (Gourcuff et Chalmé, notamment) ont saturé l'atmosphère de sinistrose. Autre inconnue peu réjouissante : quid de l'état mental des internationaux qui ont vécu la catastrophe sud-africaine (Carrasso, Gourcuff, Diarra, Planus) ? Voilà le tableau plombé d'un groupe que l'on voyait s'engager il y a à peine un an dans un long cycle vertueux. Or, Bordeaux n'est même pas Européen, à cause d'une maudite 6ème place en championnat l'an passé. Cette saison en enfer, avec Championnat et Coupe du Monde, mazoute même ce début d'exercice 2010-2011 : Carrasso, Chalmé, Ciani et Henrique sont suspendus, alors que Planus et Ramé sont blessés. Comme si la scoumoune de l'an passé continuait de poisser le club...

Alors, du coup, équipe « expérimentale » , ce soir à la Mosson. Le jeune Espoir Olimpa (22 ans) gardera la cage, avec à sa droite le non moins jeune Sané (23 ans) qu'on sait meilleur dans l'axe. Fernando descend d'un cran en défense axiale pour épauler le « monstre » Vujadin Savic (Espoir serbe arrivé de l'Etoile Rouge de Belgrade, 20 ans et 1 m 94 !). Seul l'habituel Trémoulinas complète ce back-five totalement inédit. Pour le reste, c'est plus classique. Milieu en losange : Diarra derrière et Gourcuff devant, Plasil à droite et Wendel à gauche. Devant, Gouffran et Cavenaghi devraient faire la paire. Bellion pourrait entrer en jeu... Voilà dans les grandes lignes le Bordeaux de la saison, où apparemment aucune recrue n'est attendue mais sur lequel des OPA de grande envergure pourraient encore subtiliser quelques éléments (Gourcuff, Wendel, Diarra : tout peut arriver contre un gros chèque). Pour l'instant, Triaud a tenu bon : le groupe est conservé et il est quand même de qualité. On résume : pas de Coupe d'Europe donc calendrier allégé, un coach autoritaire mais charismatique, désireux d'aller de l'avant et qui connaît la maison, des attaquants revanchards un peu trop snobés l'an passé à qui on redonne leurs chances (Bellion, Cavenaghi, Gouffran, voire le petit Saivet) et surtout, surtout une palanquée d'internationaux réels ou potentiels qui se doivent d'accrocher le bon wagon chez les Bleus-de-qui-vous-savez : Carrasso, Gourcuff, Diarra, Planus et Trémoulinas (et Chalmé aussi ?)


Montpellier dans l'inconnu

On développera plus longuement le cas de Montpellier et de ses perspectives elles aussi un peu embrumées. Dans le cas du match de ce soir, la comparaison avec Bordeaux est saisissante : autant les Girondins souffrent d'une défense décimée donc qui doute, autant les Héraultais ont des inquiétudes en attaque. Normal, après les départs douloureux du meneur Costa (7 buts, 6 passes dèces mais parti à Valence) et du poison Montano (11 buts, mais parti à Rennes). Giroud, l'ex-Tourangeau de 23 ans alpagué l'an passé et point d'ancrage offre un profil différend de Montano, plus joueur de profondeur... Le manque d'efficacité offensive s'est déjà faite sentir contre les Hongrois de Györ en Europa League : en 120 minutes, à 11 contre 10 et 25 tirs au but, Montpellier n'a pas réussi à marquer (0-1, puis 3-4 aux tab). Le plus dur avait pourtant fait à l'aller (1-0)... Autre nuage noir : les velléités de départ de Spahic, taulier de le défense. Restent l'enthousiasme juvénile d'un groupe peu remanié en termes d'arrivées (Giroud, Estrada, Kabze) et surtout une lucidité sans failles de René Girard averti dès la dernière journée de championnat avec une 5ème place à la clef de la difficulté de confirmer une saison exceptionnelle. Finalement, les deux atouts maîtres de Bordeaux et Montpellier, ce pourraient bien être Jeannot et René, partenaires et voisins au Haillan pendant 7 ans (1981-88) chez les Girondins de Claude Bez...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0