1. //
  2. // 9e journée
  3. // Bordeaux/Sochaux

Sochaux : « Omar m'a réveiller »

Pour sa première sur le banc sochalien contre Valenciennes (2-0), Omar Daf a donné raison à Éric Hély, qui ne s'est pas accroché comme une sangsue à sa place pour redonner un nouvel élan. Le tout par des méthodes simples de vieux sage et quelques ajustements. Payants cet après-midi à Bordeaux ?

Modififié
5 13
Ce soir, Omar Daf en aura probablement fini avec sa mission intérimaire sur le banc du FC Sochaux-Montbéliard, comme un bon ouvrier qui aurait suppléé son ancien supérieur hiérarchique au poste de chef d’équipe dans les usines PSA accolées au stade Bonal. Avec, en cas de défaite, le sentiment d’un devoir en partie accompli malgré de maigres armes dans le métier, au mieux, la satisfaction d’avoir sorti le club de cette zone rouge qui colle à la peau des Lionceaux depuis très – trop ? – longtemps. Avec leur victoire contre Valenciennes, Cédric Kanté et ses partenaires ont en tout cas donné raison à l’état-major de la maison de filer les clés au lion de la Teranga pour le fameux choc psychologique, et non à Bernard Genghini, adjoint d'Hély, que la rumeur envoyait en remplacement de ce dernier. De l’ancien directeur sportif ou responsable de la cellule de recrutement, le président historique Jean-Claude Plessis dit qu’il « aurait déjà franchi le pas s’il l’avait vraiment voulu. Bernard, c’est une superbe carte de visite quand vous vous adressez aux grands clubs comme l’Inter ou le Real. Un ambassadeur doublé d’un œil particulier, mais pas un coach. Mais c’est un "bileux" pendant un match. » À partir de là, même néophyte, le choix de Don Omar se justifiait de lui-même, lui qui avait été rapatrié de Brest à l’été 2012 en vue de sa reconversion dans l’encadrement, après treize années à cavaler sous le maillot sochalien.

L’homme aux glaçons dans les protège-tibias

Calcul malin donc que d’avoir choisi l’homme aux 263 matchs sous le maillot franc-comtois. D’une part, il connaît la maison - autour de la formation et des jeunes pousses encadrés par d’établis anciens pour une éclosion des talents avant retour sur investissement – ou encore son histoire, lui qui n’a jamais été flamboyant, mais toujours là, dur sur l’homme. Aussi bien en D2 pour ferrailler à Gueugnon à la fin des années 90, après être débarqué dans le Doubs à 19 ans en provenance de CFA et du CS Thonon-les-Bains, que pour le jeu flamboyant des joutes européennes face au Borussia Dortmund en C3. Pour bâtir un discours, forcément, ça compte, comme le pense un autre illustre ancien, Michaël Isabey : « Il a toujours eu ce sérieux et cette rigueur, mais aussi un calme et cet esprit hyper posé qui font sa particularité. Pour un effectif en difficulté, ça ne peut être qu'un plus. » L’extrême sagesse et ce rôle de grand frère que personne ne saurait mettre en doute est l’autre grande force d’Omar Daf. Jean-Claude Plessis a un exemple qui lui vient en tête lorsqu’il s’agit d’illustrer cette aura : « Quand on avait des problèmes avec des jeunes Africains du centre de formation ou de l’effectif, j’en discutais avec lui et en peu de temps, tout était réglé. De par sa très bonne éducation ou sa conduite exemplaire, il dégage une autorité naturelle qui ne laisse personne insensible. » On parle là d’un garçon qui, en 2004, malgré une périostite aiguë qui lui mitraillait les tibias, ne refusait pas les convocations en équipe du Sénégal, pour aller jouer. Comment tenait-il ? En plaçant des glaçons dans ses protège-tibias.

Des retouches tactico-techniques

Trouver les mots, redonner confiance, responsabiliser des garçons en manque flagrant de confiance sur les sept premières journées, voilà à quoi s’est donc attelé le natif de Dakar durant les 48 heures qui ont précédé la victoire à Valenciennes. Et même si VA a frappé deux fois plus que les Doubistes (17 tirs à 9) ou eu la possession (41-59%), Sochaux a été chercher la victoire grâce à un engagement et un enthousiasme en partie retrouvé. « J’étais au stade contre Lille et contre Valenciennes et c’était vraiment le jour et la nuit dans les intentions. J’ai vu deux équipes différentes franchement  » , souligne Michaël Isabey. Aussi parce qu’avec son staff, Omar Daf a procédé à des ajustements bien sentis. D’abord pour les hommes, avec des choix forts, comme la titularisation de Guerbert derrière l’attaquant ; celle de Carlao, l’anti-défenseur par excellence, à la récupération ; ou celle de Dias, malgré son rendement limité dans le jeu, pour sa patte folle à cible chercheuse. En plus d’offrir le deuxième but à Carlao, celui-ci a manqué d’amener un autre but, pour Zouma cette fois, sur une autre phase similaire sauvée par Penneteau. Pour une équipe qui se cherche dans le jeu, forcément, les coups de pied arrêtés comptent beaucoup, y compris défensivement. Et là est précisément l’autre apport de Daf, avec un abandon de la zone pour un retour au marquage individuel, qui a engendré très peu de situations chaudes. « Quand on est en difficulté dans un domaine, changer les habitudes ou responsabiliser les mecs peut être une bonne solution. Et ça a marché » , retient Michaël Isabey. Et comme dans le jeu, Bordeaux est actuellement aussi sexy que Tatie Danielle, on peut penser que ces phases pèseront à Chaban-Delmas.

Par Arnaud Clement
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Bien joué la faute dans le titre
superslash Niveau : CFA2
@Javale : Va lire "Le Nouveau Détective" et tu comprendras ...
Bien joué la compréhension de la référence
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Javale : tu m'as tuer.
Et qu'on ne mette pas ça sur la faute d'Omar, parce que Vergès n'est plus.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
J’étais sur qu'un random noname allait fail dans les grandes largeurs sur la compréhension du titre, mais dès le premier post, la franchement, ça dépasse toutes mes espérances
un français irréprochable, aucune culture générale, le symptôme de trop d’éducation nationale...
L'enquête continue ! Pour rappel, voici sa première partie : Je viens de remarquer tout à l'heure, avec un grand étonnement, qu'il n'y avait qu'un "Onseca" de différence entre Omar Daf et Omar Da Fonseca...et comme cela sera sans doute la seule brève consacrée à Omar avant un bon bout de temps, j'ai tenu à vous le faire partager ici.

Par ailleurs, je me demande également ce qui a amené les parents du jeune Omar Da Fonseca, tous deux apparemment argentins, à le prénommer ainsi : Omar, prénom aux accents le plus souvent africains. Et c'est alors que j'ai découvert qu'un autre Omar célèbre était argentin, j'ai nommé : Gabriel Omar Batistuta (je fais ici abstraction volontairement de Pablo Omar pour éviter les confusions). Selon quoi, je me suis intéressé plus avant aux origines de ce prénom, synonyme de prospérité et de longévité.

Je me suis aussi intéressé au personnage d'Omar dans The Wire et à Omar Sharif car je dois avouer que ce genre de recherche, c'est ma grande passion.

Après quoi, j'ai repensé à Batistuta et j'ai compris pourquoi il avait quitté la Fio, feu de mon coeur, pour la Roma. Tout simplement parce que Roma et l'anagramme d'Omar et que Batigol le savait, comme Henri.

Et c'est là que j'ai découvert le plus grave ! Gab' Batistuta est né le 1er février 1969 soit deux ans jour pour jour après l'unification de la Marine royale du Canada. Or, Omar, est également l'anagramme d' Observatoire MArin de la Réunion...Bizarre n'est-ce pas ! Surtout quand on sait qu'Omar Daf est né à Dakar, au Sénégal, soit à 8821,7 kilomètres de la Réunion.

88 : 1988
21 : jour 21
7 : Juillet

21/07/1988. Soit 10ans avant le décès de l'astronaute Alan Shepard mais surtout 21ans après le premier pas sur la lune fait par Neil Armstrong ! Et 190 après la bataille des Pyramides ! Les Pyramides !

/ Deuxièmement et après avoir été suffisamment secoué par ces révélations, j'ai décidé de m'intéresser à celui qui a précipité Omar Daf sur le devant de la scène : Eric Hély. C'est là que j'ai découvert quelque chose de fameux, car Eric est né à Dourdan.

Dourdan ? Oui et alors ? Et bien Dourdan, comme Gary Dourdan, l'acteur afro-américain connu notamment pour sa participation dans la série plébiscité les Experts (CSI)(photo de l'acteur ici : http://www.hdwallpapersinn.com/wp-conte … ourdan.jpg). Or, ce dernier a été comme de par hasard aperçu pas plus tard que ce mercredi au Parc des Princes en compagnie de Paolo Maldini.

Ce qui est étrange, c'est qu'en dehors de sa présence au Parc, Gary n'avait jamais montré aucun signe d'intérêt pour le football en général et pour le PSG en particulier. Alors, coup de pub ? Ou mystère un peu plus profond que ça ?

Pour obtenir des éléments de réponse, retournons sur Hély, on sait de lui, qu'il a perdu le soutien du public sochalien au fil des défaites. On sait aussi, qu'un Kop est malgré tout resté fidèle à son coach : le Kop Terre. Eric Hély, le Kop Terre...Tout ça ne vole pas haut et j'en suis désolé.

Mes recherches m'ont fatigué et je me perds un peu, mes excuses, à bientôt peut-être (si je ne me suis pas fait enlevé d'ici-là) pour la troisième partie :

le Super Kop Terre.
volontaire82 Niveau : Loisir
Le premier commentaire de cet article est un bon coup de pied au Q à tout les Bernard Pivot du forum..
letitbe53 Niveau : DHR
Au-delà des querelles orthographiques, il convient de relativiser l'influence d'Omar Daf.

Pour l'instant, les Sochaliens n'ont joué qu'un seul match sous la direction d'Omar Daf, et c'était contre des Valenciennois encore plus mal en point qu'eux. Avec un peu de chance, les Sochaliens peuvent faire un résultat à Bordeaux, qui ne va pas très bien non plus. Tant mieux pour eux, tant mieux pour Omar Daf, qui est sans doute très méritant.

Mais la suite du championnat reste un sujet d'inquiétude. L'effectif semble très faible cette année, ça fait plusieurs années que le club vend ses meilleurs joueurs sans les remplacer par des joueurs de qualité équivalente, et quand un club qui vend ses meilleurs joueurs sans les remplacer comme il se doit finit toujours par en payer le prix sportivement au bout de deux ou trois ans. Daf ou un autre entraîneur ne pourront pas faire de miracle dans ces conditions.
Sochaux Stern des Ostens Niveau : Ligue 1
Faudra m'expliquer en quoi l'effectif est moins bon que l'année, excepté le départ de Sio. Mais bon vous kiffez répéter les discours pré-conçus pour vous donner un style.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
Pour Hemassy le pokémon au dessus, Omar est un prénom très porté en amérique latine, y'a même un chanteur de reggaeton portoricain mondialement connu qui s'appelle Don Omar, donc pas besoin d'être musulman pour s'appeler ainsi. C'était même un prénom usité en Italie au début du siècle dernier.

Et en Amérique du Sud, beaucoup de Omar sont d'origine syro-libanais, ceci explique donc cela.
letitbe53 Niveau : DHR
Message posté par Sochaux Stern des Ostens
Faudra m'expliquer en quoi l'effectif est moins bon que l'année, excepté le départ de Sio. Mais bon vous kiffez répéter les discours pré-conçus pour vous donner un style.


Cette saison, par rapport à l'an dernier, le club a perdu Sio, Daf, Privat, Boudebouz...

L'an dernier, le club avait perdu Martin, Davies, Maïga, Brown, Bréchet...

Au bout de deux ou trois ans, de tels départs finissent forcément par se faire ressentir.
Romansochaux Niveau : CFA
"Carlao l'anti défenseur par excellence", ça veut dire quoi l'anti défenseur ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 13