Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Six points après deux matchs, cela donne quoi sur une saison ?

PSG, Reims et Caen ont débuté leur saison de la meilleure des façons avec deux victoires en autant de matchs. Quelles garanties cela leur offre pour le reste de la compétition ? Réponse à la lumière des précédents depuis la saison 2010-2011.

« Ce qui est pris n'est plus à prendre. » Bien qu'ils aient des objectifs différents, le PSG, Reims et Caen doivent se répéter le proverbe depuis ce week-end et leur seconde victoire consécutive en autant de matchs cette saison. Car si démarrer le championnat en fanfare n'assure pas de finir tout en haut du classement (jurisprudence OM 2014), deux succès en autant de matchs sont souvent annonciateurs d'une saison réussie, plus particulièrement pour les gros clubs. En 2012-2013, alors qu'Élie Baup vient de remplacer Didier Deschamps et doit supporter une cure d'amincissement de son effectif, l'Olympique de Marseille lance sa campagne par une victoire à Reims (1-0), puis un succès devant Sochaux (2-0). L'OM finit la saison sur la seconde marche du podium derrière le PSG, hors catégorie, et s'assure un retour direct en Ligue des champions où il terminera fanny. Juste en dessous, Lyon échoue la même année à une satisfaisante troisième place après avoir lui aussi commencé sa saison par deux victoires à Rennes (1-0) et contre Troyes (4-1).

Montpellier 2012, l'exemple clé


Plus spectaculaire, en 2013-2014, reste le tour de force de l'AS Monaco. Bien que promue, l'ASM bénéficie des largesses de son nouveau propriétaire russe et s'offre quelques pointures dont Radamel Falcao (Atlético Madrid) et James Rodríguez (Porto). Avant d'annoncer la couleur avec une victoire à Bordeaux (2-0), puis une correction infligée à Montpellier (4-1). Au mois de mai, l'AS Monaco pointe seconde derrière l'intouchable PSG, et retrouve la Ligue des champions. Cette même saison 2013-2014, trois autres clubs décrochent six points durant leurs deux premières sorties, Saint-Étienne, Lyon et Marseille, lesquels finissent respectivement 4e, 5e et 6e, seulement perturbés au classement final par Paris (1er) et Lille (3e).

Le PSG peut donc déjà prévoir quelques caisses de champagne pour le mois de mai, qui s'annonce prometteur. Pour Reims et Caen, il faudra en revanche attendre un peu. Car si un bon démarrage est toujours propice à l'optimisme, le Stade Malherbe a expérimenté une relégation en 2012 malgré un début de saison canon. Mais avec un peu de réussite, Champenois et Normands devraient finir la saison à des positions flatteuses comme la plupart des équipes surprises dans pareille situation : le promu Bastia 12e en 2013, Toulouse 8e en 2011 et 2012 ou encore Saint-Étienne 7e en 2012. Avec peut-être le rêve fou d'imiter Montpellier, champion en 2012 après avoir débuté la saison par deux victoires, puis tenu la dragée haute au PSG durant toute la compétition.

Quid des équipes à zéro point ?


Dans le cas opposé, Guingamp, Montpellier et Marseille sont cette saison bloqués à zéro unité après deux matchs, qui plus est sans avoir marqué le moindre but. Même s'ils se sont maintenus brillamment et ont en prime remporté la Coupe de France en 2014 dans une situation similaire, les Guingampais ont de quoi s'inquiéter, car un retard à l'allumage est en général annonciateur du pire pour les candidats à la lutte pour le maintien. La saison passée, ce sont ainsi Lens (20e) et Évian (18e) qui ont fini dans la charrette, imitant Troyes (19e en 2013), Dijon (19e en 2012) ou encore Arles-Avignon (20e en 2011). Les bons exemples à suivre sont l'Évian TG (16e) et le Stade de Reims (14e) de 2013. Pour Marseille en revanche, la situation actuelle ne devrait pas s'éterniser, car le retard à l'allumage est presque une tradition dans les plus gros clubs de Ligue 1, surtout les années de changement d'entraîneurs.


C'est ainsi que l'AS Monaco s'est fait peur la saison passée après une défaite à la maison contre Lorient (1-2), puis une correction subie à Bordeaux (1-4), alors que Leonardo Jardim venait de prendre ses fonctions. Au final, l'ASM a repris du poil de la bête et assuré une place au pied du podium tout en brillant en Ligue des champions. Quatre ans plus tôt, l'Olympique de Marseille, alors champion en titre, a démarré avec deux revers et mis quelque temps avant de trouver la bonne carburation. Pour finir à une belle seconde place derrière Lille, alors sur un nuage et imprenable. Saint-Étienne (5e en 2013), Bordeaux (7e en 2011) ou encore Rennes et Sochaux (13e et 15e en 2013) sont d'autres exemples qui ne mentent pas : pour les cadors ou simples habitués de la Ligue 1, les débuts de saison foireux ne sont pas forcément annonciateurs de catastrophes. À condition de vite rectifier le tir.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)