1. //
  2. // 8e de finale Retour
  3. // Manchester United/Real Madrid

Sir Alex Ferguson - José Mourinho, la revanche des Titans

Quatre Ligue des champions à eux deux, du respect, de la gouaille et une certaine manière de coacher. Ce Manchester United - Real Madrid est avant tout un combat loyal entre deux entraîneurs exceptionnels.

Modififié
18 40
Sir Alex Ferguson, le bâtisseur

Inutile de rappeler le palmarès du vieil Écossais, il a tout gagné avec son club du Nord de l’Angleterre. Le mec a été anobli, on lui a érigé une statue et une tribune porte son nom. Que demander de plus ?

À 71 ans, Sir Alex Ferguson a encore cette rage de vaincre, cette haine de la défaite et cette capacité à galvaniser un groupe. Cette année, on sent même Sir Alex vexé. Humilié par la perte du titre à la dernière seconde au profit du voisin honni de City l’an dernier. Alors le mec a décidé de repartir au combat. La dizaine de points qu’il a mis entre lui et les Citizens démontrent sa détermination. Pas question de (re)laisser échapper le titre. Pour ce faire, Fergie a braqué Kagawa et Van Persie. Pour le moment, il est dans le vrai avant de rencontrer José Mourinho. Deux hommes aux méthodes opposées, mais avec la même envie de gagner. Pour Fergie, on est dans la durée. Il est de la race des bâtisseurs besogneux. À United, il a déjà connu plusieurs générations dorées : Robson-Hughes-Cantona, Beckham-Scholes-Giggs, Ronaldo-Rooney-Ferdinand et là, il est en train de gérer sa quatrième génération de jeunes loups emmenées par Rafael, Welbeck, Jones et Cleverley. Avec lui, pas question de se sentir au-dessus du club ni même de l’institution. Ainsi, CR7, Beckham, Roy Keane, Jaap Stam, Carlos Tévez ou encore Ruud van Nistelrooy ont dû se résoudre à quitter la maison quand ils estimaient mériter mieux. Maintenir un club au top pendant plus de deux décennies, dans un système ultra concurrentiel, c’est costaud.

Allez, on se mouille un peu, si United braque un vingtième titre de champion en cette fin de saison, on voit bien l’Écossais partir au sommet. Et pour le remplacer, on a souvent parler d’un certain... José Mourinho. Même Fergie l’a admis dans un entretien donné à ITV4 : « José peut entraîner partout. Je n’aurai jamais pensé qu’un mec n’ayant jamais joué au football puisse devenir un entraîneur de ce calibre, mais quand vous avez sa personnalité, ça change tout. Je me souviens de sa première conférence de presse à Chelsea. J’ai pensé : "Dieu, c’est un putain d’arrogant en pensant qu’il est le Special one." Il était si jeune en arrivant ici, mais quand on s’est vu en dehors des terrains, j’ai compris qui il était. Il a beaucoup d’humour et d’auto-dérision. Sans parler de son talent. Quel âge a-t-il ? 50 ans ? 20 de moins que moi. S’il continue à ce rythme, il aura 42 titres de plus à l’âge que j’ai aujourd’hui… C’est fou.  » Les deux hommes ont des points communs en dehors de leur palmarès : une gouaille, un certaine manière de gesticuler sur leur banc de touche et un profond respect l’un pour l’autre.

José Mourinho, le concepteur

« Je pense que nous finirons nos carrières en même temps. Lui, à 90 ans, moi à 70. » Toujours avec son phrasé si particulier, José Mourinho démontre à sa manière qu’il aime Alex Fergsuon. Pourtant, tout avait mal commencé quand, en 2004, le Portugais vient narguer son homologue pour fêter la qualification de son FC Porto à Old Trafford suite à un but de Costinha. Toujours dans l’exubérance. Dans la folie des mots, des gestes. Mais le mec est comme ça. Un peu fou mais terriblement bon stratège. Que ce soit avec Porto, Chelsea, l’Inter ou le Real Madrid, José a construit sur le moyen terme. Il est cyclique. Il prend un groupe, le façonne, le transcende, gagne et s’en va. Derrière, le club s’écroule, épuisé, éreinté, cramé. À Madrid, Mourinho essaie de remporter le plus grand défi de sa carrière. Faire vaciller le plus beau collectif de tous les temps : le FC Barcelone. En trois ans, il a presque réussi. Coupe du Roi et Liga ? Dans la besace. Il lui manque cette foutue Ligue des champions pour devenir le plus grand. La dixième du club, sa troisième personnelle. Avec trois clubs différents. Forcément, le huitième de finale contre papy Ferguson est le match le plus important de la saison. Pour le moment. Là où les Anglais sont avant tout en mission pour leur titre national, les Espagnols doivent surtout gagner la C1 pour valider une bonne saison et, par la même occasion, le passage de José Mourinho au Real.

En partant avec la coupe aux grandes oreilles sous le bras, le Portugais réussirait son incroyable pari. Sans, il lui resterait un goût amer en bouche et toujours un doigt perdu quelque part dans un œil catalan. À Madrid, Mourinho a fait du Mourinho. Des salves lyriques en conférence de presse, des coups de sang et des grognards dans le vestiaire : Casillas, Ramos, Alonso, Arbeola et, surtout, un génie : Cristiano Ronaldo. CR7 n’a jamais été aussi fort qu’au Real. Une véritable machine. Parfois, les relations entre les deux hommes ont été houleuses. Pour ne pas dire tendues. Mais ils savent qu’ils ont besoin l’un de l’autre. Au fond, c’est un sentimental, José. Et dans ce milieu où il ne respecte pas grand monde, s’il y a bien un coach qui a su trouver grâce à ses yeux, c’est bien Ferguson.

Le bilan de leurs confrontations : 6 victoires pour José Mourinho, 2 victoires pour Sir Alex Ferguson, 7 matchs nuls.

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
Vraiment hâte d'être à ce soir. Gros match en vue peut importe le résultat. Deux géants en plein forme pour un match retour décisif pour passer le prochain tour, faudrait ne pas aimer le foot pour ne pas voir ca.
La légende de la photo est fausse, c'était à l'époque des Chelsea-Man U en Premier League. Relisez vos stagiaires avant de publier!
Si Sir Alex est débout sur la photo, c'est qu'il perd ou qu'il y a match nul. Au vu des stats, je parie sur la défaite
Gagne ta C1 et reviens au Bridge José... Si tu veux tenter une suite de carrière à la Ferguson, fais toi plaisir la place est libre à Chelsea et on attend que ça.
Ca augure un superbe match, malheur au premier qui encaisse.
Le real arrive en pleine confiance, par contre ce sera une autre paire de manche comparé aux matches face au barça, déjà parce que les catalans sont anormalement mauvais en ce moment, mais aussi parce que Manchester ne leur donner pas des possibilités de contres (sauf si le real marque vite). Du coup attention au schéma de Manchester qui peut faire mal.
Côté real, je les vois difficilement ne pas marquer.
Beau duel tactique en vue, j'ai hâte de voir ça.
Enorme match qui n'est pas précédé d'insultes et provocations inutiles entre coaches, capitaines, supporters. De la combativité de deux côtés, de la passion mais avant tout du respect comme chez les gens bien élevés. Une vraie saine rivalité. Le foot loin des caricatures. Cela fait du bien d'attendre un gros match sans avoir peur des cris de singes, des pièces de monnaie lancées sur les joueurs, des banderoles insultantes,...
"Il est cyclique. Il prend un groupe, le façonne, le transcende, gagne et s’en va. Derrière, le club s’écroule, épuisé, éreinté, cramé."

Mouais. C'est surtout qu'il est un coach exigeant et un excellent psychologue dont les joueurs se dépassent quotidiennement et se sacrifient au nom de l'objectif ultime. Dès que Mourinho se barre c'est généralement parce que les objectifs sont atteints et que dans la tête des joueurs il n'y a plus la même hargne. On l'a vu à son départ de Chelsea et de l'Inter et c'est ce qui s'est passé à Madrid cette saison entre l'obtention de la Liga et les espagnols du vestiaire qui cherchaient à reprendre leur sacro-saint contrôle du Real. Mourinho a gagné face à Valdano et je pense que les querelles avec Ramos et Casillas sont de l'histoire ancienne.

Bref je m’éparpille. Ce soir le match va être plutôt ouvert vu qu'United ne peut pas se permettre de jouer à 10 derrière comme à Madrid. Et il suffit d'une seule ouverture pour un contre décisif. C'est du 50/50 mais j'ai bon espoir.
A mon avis... Ce soir, bon match des familles avec un Real qui va défendre et partir en contre comme contre le FCB et un Man Utd qui va gérer et faire tourner pour épuiser le Real et essayer planter des banderilles pendant les rares moments de déconcentration des joueurs du Real ...
Oui et non Ashram, Mourinho est juste un coach différent, dans les milieux d'entreprises, il serait comme un manager qui vient faire une restructuration, faire des quick wins, et puis s'en va avec un bonus négocié avant.
J'ai de l'admiration pour sa hargne, après, j'aimerais bien le voir rester durablement et montrer qu'il sait se maintenir au sommet après l'avoir atteint, c'est cela le plus dur.
Je ne dis pas cela pour le dénigrer, bien au contraire, chaque coach a ses qualités, Ferguson est fait pour Manchester et a aussi traversé des longues périodes de disettes, Guardiola doit encore prouver qu'il saura gagner en dehors du cadre barcelonais, et par ailleurs il avait du mal à gérer les melons compliqués. Mourinho est représentatif d'un autre style, c'est tout.
nononoway Niveau : CFA
Pour ceux qui ont une petite heure à tuer

http://www.youtube.com/watch?v=xLVI9-KBQHg
FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
@Nono: Merci pour la vidéo, je ne manquerai pas de la regarder avant ou après le match: 45min au taf c'est un peu trop long ^^
ElBuitre07 Niveau : DHR
Message posté par leolom
A mon avis... Ce soir, bon match des familles avec un Real qui va défendre et partir en contre comme contre le FCB et un Man Utd qui va gérer et faire tourner pour épuiser le Real et essayer planter des banderilles pendant les rares moments de déconcentration des joueurs du Real ...


J'aurais tendance à penser l'inverse, au coup d'envoi c'est Man Utd qui sera qualifié et je les vois rester organiser et pas partir à l'abordage puis jouer les coups à fond devant avec uniquement les joueurs offensifs (pour éviter les fameux contres). Après tout dépend si le Real réussit à marquer tôt, mais si c'est Man Utd qui ouvre le score, je vois un bloc mancunien à 20m de sa cage façon 2ème mi-temps à Madrid..
Difficile de pronostiquer sur ce genre de match.. Un match au sommet qu'il me tarde de voir ce soir.
nononoway Niveau : CFA
Message posté par Lacouste
La légende de la photo est fausse, c'était à l'époque des Chelsea-Man U en Premier League. Relisez vos stagiaires avant de publier!


Ils ont bon dos les stagiaires ...
Là où l'article dit juste et est objectif (ce qui est très rare chez sot fou), c'est qu'il existe un profond respect entre ces deux énormes entraîneurs. Ils se sont tous les deux construits seuls, leur réussite ils ne la doivent qu'à leur réel talent, avec les résultats que l'on sait. Ils sont tous les deux de grands psychologues. Raison pour laquelle ils se voient l'un dans l'autre. Entre grands esprits, on se comprend.

En effet, Ferguson travaille sur du long terme à Manchester, voyant parfois débarquer une génération plus talentueuse, qui lui permet d'être compétitif au niveau européen, car les reds jouent toujours le championnat anglais tous les ans. Tradition et structure obligent. Il érige, façonne, construit petit à petit, lentement mais sûrement, sur le long terme. Avec tout le soin apporté, l'édifice tiendra de longues années. Travail garanti.
A la manière d'un Roux ou d'un Wenger.
Après toutes ces années, l'écossais est toujours aussi motivé et sait parfaitement gérer une équipe. Respect.

Mourinho lui est un entraîneur différent. Il a cette faculté et ce talent incroyable de bâtir avec n'importe quoi très rapidement quelque chose de très solide, de presque parfait. Le problème c'est qu'il faut ensuite entretenir ce travail d'orfèvre, et que ceux qui le remplacent sur le chantier ne sont pas aussi bons et en tout cas pas à son niveau, c'est pour cela que ses équipes s'effondrent après son départ. Le boss, le Mister n'est plus là.
Son discours fédère et il parvient souvent à tirer le maximum de ses joueurs, d'atteindre l'acmé sur un très court terme. Il reste peu de temps dans un club car il suit également sa propre destinée et poursuit ses propres objectifs. Mourinho n'entraîne pas pour un club, il entraîne avant tout pour lui-même.

C'est devenu une habitude de dire que c'est lui qui flingue ses équipes, comme si le fait de les faire parvenir aussi vite à une sorte de perfection préfigurait leur déclin. D'un certain côté si, car il est difficile de faire mieux. Il place la barre très haut. Mais ce n'est pas de sa faute si lui est perfectionniste et tous les autres en dessous de son niveau.

Mourinho est le seul entraîneur free lance qui maintient le même rendement où qu'il aille. Mourinho défie tout le monde, avec les blancs ou les noirs. Au choix ou à n'importe quel jeu. C'est la compétition et le défi qui le font avancer, qui le motivent. D'où le fait qu'il poursuive de nouveaux défis après avoir gagné tout avec un club.

Ferguson écrit l'histoire de Manchester, Mourinho écrit la sienne.

Au Real, on a du mal à le comprendre plaçant le club au-dessus des hommes. Mais Mourinho, comme CR7 d'ailleurs, existent par eux-même. Ils ne doivent rien au Real, et n'ont pas besoin de lui pour être reconnus. S'ils partaient demain et ils le feront, chacun d'eux connaitrait le même succès, où qu'il aille. Le Real lui s'effondrerait tel un château de cartes, comme les autres clubs mentionnés dans l'article. Ca certains en raison de leurs qualités intrinsèques sont au-dessus des clubs par lesquels ils passent. Ils sont eux-même une institution.


PS : sot fou a beaucoup critiqué la mise à l'écart du "meilleur gardien du monde" par le diabolique Mou, mais force est de constater que c'est depuis qu'il n'est plus dans l'équipe que celle-ci redresse la tête.
Synthétise tes remarques stp...
*somagic* Niveau : CFA
Vraiment admiratif des deux...
Mais une tendresse particulière pour Fergie.
Là tout de suite je ne connais pas un club resté au sommet avec le même homme comme entraineur. Comment éviter la lassitude d'un discours ? bah il le fait en maintenant MU au sommet. Je pense qu'on a pas encore le recul nécessaire pour se rendre compte à quel point ce type marque l'histoire du football avec un grand H.
JeVousColleDesMoins1
@SEGA: autant je suis d'accord ac ta remarque sur le fait que les clubs s'écroulent après le passage du Mou parce qu'ils ne trouvent pas un bon remplaçant juste après. Autant il y a une chose contre laquelle je ne suis pas d'accord c'est l'idée de dire que Mou préfère les challenges et ne souhaite pas s'inscrire ds la durée.
Qd on regarde, il est parti de Porto car meilleur salaire et meilleure position a Chelsea, mais je crois qu'il voulait s'y inscrire ds la durée. Hélas il ne s'entendait plus ac Abramovitch dc il s'est fait jeté (et c'est pr ça que je suis persuadé qu'il ne reviendra jamais a chelsea).
A l'Inter je doute que le Calcio lui plaisait tant que ça et s'il est parti pr le Real c'est d'une parce qu'on ne refuse pas le Real Madrid et deux parce que je crois qu'il déteste le Barça depuis qu'il s'y est fait lourder (periode Van Gaal je crois).
Bwef tout ça pr dire je crois que Mopurinho aimerait se poser ds un club comme Ferguson mais au Real il pourra pas et a Chelsea c'est impossible aussi. Dc selon moi le Mou remplacera Ferguson qd celui-ci prendra sa retraite
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
Note : 2
Message posté par Steve Gunn
Synthétise tes remarques stp...


en meme temps, toi tu synthétises et tu es dans le faux
lui il ecrit long mais tout est pertinent. je prefere son style
Note : -1


Merci pour le lien, même si j'ai un peu de mal avec l'anglais c'est un très bon documentaire...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
18 40