1. //
  2. // 8es
  3. // Lyon-Tours

Simone s’ignorait

Alors, il va comment le gars Marco Simone ? Contrairement à ce qui se présageait, il semble disposé à apprendre le métier d’entraîneur patiemment, dans l’ombre, loin de ses années de gosse beau caractériel de la L1.

Modififié
175 18
S’ils se sont éloignés depuis cette époque de la chose footballistique, les suiveurs de la Ligue 1 au tournant du nouveau millénaire seraient très surpris d’apprendre que Marco Simone est encore aujourd’hui ici, en France, à 46 ans. Qu’il est désormais un entraîneur et qu’il squatte un banc pas franchement sexy, celui du Tours FC en Ligue 2. Parce que du souvenir que l’on garde du Marco Simone joueur, débarquant du grand Milan au PSG en 1997, c’est un gars qui n’avait pas forcément le profil pour occuper le poste qu’il occupe aujourd’hui. L’Italien était du genre flamboyant, assez m’as-tu-vu, volontiers caractériel. Du moins est-ce l’image qu’il renvoyait aux médias à cette époque. Un type doué devant le but, mais pas mal agaçant, le type de Transalpin que les Français aiment charrier comme Ravanelli chez l’ennemi marseillais à la même période. Non, vraiment, on ne l’aurait pas imaginé souffrir sur un banc de la deuxième division française, et lui non plus n’avait certainement pas ce scénario d’avenir personnel en tête. Puis finalement, il y a eu la fin de sa carrière sportive survenue il y a une décennie, et Simone s’est rappelé à notre bon souvenir d’abord comme consultant TV. Et là, déjà, il a fallu admettre que, peut-être, on s’était trompé. Ou en tout cas que la caricature du Simone râleur et beau gosse s’était muée en l’image d’un homme mûr et réfléchi, capable d’analyses posées et doté d’une solide culture de son sport. Culture qu’il a mise en application en relevant le très périlleux premier challenge qu’on lui a proposé, chez lui, à Monaco, de septembre 2011 à mai 2012. Lors de sa nomination, c’est difficile à envisager aujourd’hui, mais l’ASM craignait de descendre en National et Simone l’inexpérimenté a assuré un solide maintien avant de donner les clés de la maison à contrecœur à son compatriote Claudio Ranieri. C’était assez cruel, et ça a fait peut-être encore plus mal au cœur de voir ensuite Marco Simone s’engluer dans une mission plus difficile encore, voire impossible : tenter une nouvelle opération maintien d’un club à la dérive complète, Lausanne Sport en Suisse entre novembre 2013 et mai 2014. L’échec était cette fois-ci inévitable.

À Tours, enfin une mission moins dans l’urgence


Quelle ne fut pas alors la surprise de voir revenir Simone en France en juin dernier, mais cette fois pour s’occuper du destin du très peu médiatique Tours FC. Un choix de carrière surprenant mais avait-il le choix, lui qui n’avait pour seules lignes sur le CV que ces deux expériences : la première frustrante, la seconde éprouvante. « Je suis encore un jeune entraîneur, donc je suis ouvert à toutes expériences » , justifie-t-il dans une interview récente pour So Foot Club. « (…)Je ne suis pas encore en position de choisir mes projets à la carte. Je ne pense pas avoir la légitimité pour faire des caprices et refuser un projet cohérent comme celui de Tours. » Et s’agissant de cette dernière opportunité qui s’est présentée à lui, il ajoute : « C’est la première fois que je prends un groupe dès le début de la saison. J’ai la chance de construire moi-même l’équipe. Et ça, c’est un privilège. Tu peux faire ta préparation sans la pression du résultat, tenter des choses… Auparavant, j’ai toujours joué le pompier de service, où je devais reprendre des équipes à la ramasse. » Clairement posée, sa mission à Tours est également moins urgente que les précédentes : façonner un groupe équilibré la première saison de son contrat et tenter de jouer la montée la seconde avec ce même groupe parvenu à maturité. C’est relativement raisonnable et ce n’est pas complètement insensé ni hors de portée dans cette Ligue 2 tellement homogène dont s’est extrait vers le haut – et plutôt joliment pour l’instant – un club du profil du GFC Ajaccio.

Confronté à des problèmes offensifs, un comble…


Mais alors, près de six mois après son arrivée en Indre-et-Loire, quel est le bilan de Marco Simone ? Il est évidemment mitigé. Le contraire serait trop simple. Le principal aspect positif réside dans le fait que Tours est effectivement stabilisé en L2, comme c’était prévu initialement. L’équipe pointe actuellement à la 13e place, un rang conforme à son budget et qui lui permet d’envisager sereinement le maintien et pourquoi pas de s’imaginer une fin de saison sympa si ça veut bien sourire de nouveau. Tactiquement, c’est bien en place – Simone n’est pas l’élève de Sacchi et Capello pour rien – et dans le jeu, c’est moins vilain que la moyenne de Ligue 2. Comme il était convenu, Simone fait jouer les jeunes et essaie de préparer le terrain pour le futur du club. Parmi les huit joueurs les plus utilisés depuis le début de saison, six ont 23 ans et moins (Miguel, Belkebla, Gradit, Cillard, Maouche et Kamara), encadrés par les darons Bergougnoux, Bouhours et Agouazi. C’est cohérent, assez prometteur, mais est-ce que ce sera suffisant pour réellement jouer les premiers rôles la saison prochaine ? À voir, d’autant que Simone, confronté actuellement à un gros souci d’efficacité offensive de son équipe – un comble –, voit sa relation avec son président Jean-Marc Ettori se rafraîchir considérablement à mesure que la trêve hivernale approche. En cause, d’après le journal local La Nouvelle République, le recrutement manqué d’Alexy Bosetti (2 buts, un choix de Simone), des finances fragiles qui rendent l’avenir incertain à moyen terme et le caractère soupe au lait du président, pas forcément compatible avec celui de l’Italien. Des difficultés susceptibles de lui être fatales ? On n’en est pas encore là, mais il semblerait que, décidément, la carrière d’entraîneur de l’ancien privilégié des terrains à qui tout réussissait doive fatalement se construire dans la difficulté.


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

La Jonquaille Niveau : DHR
J'ai toujours aimé la Simone mais cette coupe 'Crazy About Mary', merde quoi...
c'est le château de Villandry non ? avec les jardins
Je crois que c'est "there's something about Mary" pour le coup hein..
De Simone-Trezeguet à El Shaarawy-Carillo. On a les mêmes nationalités mais pas le même talent...
haha quel titre ! Pas vu venir !
PôleScholes Niveau : DHR
La dernière fois que j'ai vu Bosetti dans une enceinte de football, il enchaînait les galettes saucisses à la mi-temps sous le chapiteau partenaire du stade Francis Lebasser. Jamais bon signe.
Message posté par ez'
c'est le château de Villandry non ? avec les jardins


Yep, c'est bien le château de Villandry.
C'est bien Villandry en effet !
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Superbe le titre, Régis!
Vu le titre, régis Delanoë doit trainer sur le topic foot d'HFR.

Rendons à Mac Lane ce qui appartient à Mac Lane. Dans le respect et sans rager.
Régis Delanoë Niveau : DHR
Ah non, vrai de vrai je n'ai jamais fréquenté ce forum. Ceci étant c'est pas très étonnant que je ne sois pas le premier à faire ce jeu de mots ! Donc bravo au dénommé Mac Lane s'il a eu l'inspiration avant moi.
Effectivement un des meilleurs titres de SF !
Le titre est magnifique, à la hauteur de l'erreur de français. "Qu’elle ne fut pas alors la surprise" c'est dégueulasse et ça s'affiche en rouge.
Publicité de plus en plus intrusive et intempestive : enlevez-moi ce putain de bandeau qui empêche la lecture de l'article.

On est là depuis le début de l'aventure, on achète le magazine papier et voilà comment Sofoot nous traite...
LeMagicienOz Niveau : DHR
Simone a donné a Tours une défense, et pour ça le mec devrait recevoir une grosse prime déjà, l'année dernière Tours avait la pire défense de L2, aucun achat, juste des mecs du centre de formation et voila qu'il en fait une défense solide et compact avec une moyenne d'age très jeune (Surveiller Miguel il est très prometteur !) Bref si le club n'avait pas vendu Adnane n'importe comment la question du N°9 et du problème offensif serait résolus, mais c'est certain que quand tu perd Delort, et que t’achète Bosetti et Miracoli ça apporte pas la même chose.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
J'aurais jamais cliqué sur cet article s'il n'y avait eu ce titre génial.

Chapeau bas.
Marco Simone vient d'Italie
Et il encule Ravanelli !!!

Les chants des années 90, engagés et profonds, c'etait autre chose que fredonner un vieux remix des white Stripes
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
175 18