1. // Groupe E
  2. // Cameroun/Danemark

Simon Kjaer, le Danois qui monte

Courtisé par les riches, Simon Kjaer (21 ans) veut profiter de son duel avec les attaquants camerounais pour mettre tout le monde d'accord.

0 0
Sa coupe du monde aurait pu s'arrêter en mai dernier. Lors des matches de préparation, Simon Kjaer se fait molester le genou durant la rencontre contre le Sénégal. Le sélectionneur danois craint pour son joueur mais décide quand même de l'embarquer en Afrique du Sud. Rétabli à temps pour se coltiner les attaquants hollandais, Simon a été moyen, comme son équipe d'ailleurs (défaite 0-2). C'est simple, Kjaer n'a plus le droit à l'erreur contre le Cameroun, autre loser de la première journée. Le sélectionneur Morten Olsen (ancien libero de la sélection dans les années 80) sait que le grand blond (1m91 sous la toise, une dégaine wehrmachtienne) peut mieux faire. Le défenseur central sort d'une saison remarquable. La récente cinquième place de Palerme, son club, est un signe. Solide défensivement, Kjaer a contribué avec son binôme défensif Bovo à la bonne tenue des Siciliens en championnat. Les clubs du Vieux Continent lui font la cour. Tous sans exception. Mais le Danois s'en tamponne. Il se plaît en Sicile. « Je suis bien en Italie. Je suis titulaire et je suis en confiance. Je pense que j'ai encore beaucoup à apprendre avec Palerme » déclarait-il en avril dernier. De toute façon, son contrat court jusqu'en 2013. De quoi voir venir...

Pourtant, sa carrière aurait pu être toute autre. Alors qu'il s'éclate avec les jeunes du club de Lund IF, il se fait remarquer très tôt par les scouts de Midtjylland (D1 danoise). Lors d'un tournoi de jeunes en 2006, il éclabousse les prés de son talent. On ne voit que lui. Élu meilleur joueur, il affole les recruteurs. Lille est sur le coup et tente d'enrôler le lascar et son compère de la défense centrale Jesper Juelsgard (porté disparu depuis). Le club danois refoule les avances françaises et préfère conserver ses deux bébés. Très vite lancé dans le grand bain (18 ans), Simon Kjaer remplit à lui tout seul les loges du petit stade du MCH Arena avec des observateurs étrangers. A son tour, le grand Real Madrid se fait éconduire courant 2007. Le club danois -qui a la particularité d'avoir retiré le maillot de Mohamed Zidan façon NBA- se veut intraitable. Il faudra du pognon pour son défenseur central. Mais après seulement 19 matches en équipe fanion, le grand blond est happé par les sirènes italiennes. Sans faire de bruit, Palerme s'invite à la table avec 4 millions d'euros et un contrat de cinq ans. Emballez c'est pesé, Simon jouera en rose à partir de juillet 2008.

Un sacré boucher


Deux saisons pleines dans le Calcio lui permettent de devenir incontournable dans la cité sicilienne. Pour son troisième match, il plante un pion lors d'une victoire contre le Chievo (3-0). Simon est dans la place. A coups de tacles, de duels aériens et de cartons (onze jaunes, un rouge en 2009/2010) Kjaer se drape d'une solide réputation de boucher. Tout sur le physique, une relance intéressante et le Danois est adoubé au royaume des défenseurs. Nommé meilleur joueur danois en 2009, il s'émancipe très vite. En sélection, il est de toutes les sauteries : U18, U19, U20, U21 et A (depuis 2009). Avec Mathias Jorgensen (stoppeur prometteur du FC Copenhague), le Danemark se prend à rêver d'un futur radieux façon Laudrup bros. Morten Olsen l'a compris, avec Kajer, il tient la future pierre angulaire de son axe défensif. Associé à Daniel Agger, la Danish Dynamite peut bomber le torse, elle présente une base défensive jeune et ambitieuse. Récemment, le patronyme du numéro 3 est revenu avec insistance dans les médias. Le Milan AC et Manchester United ont couché le Danois sur leurs short lists pour la saison prochaine. Quoi qu'il en soit, il faudra y mettre le prix. Une coupe du monde, ça peut aider à se mettre en lumière. Nul doute qu'une élimination au premier tour ferait tache dans le parcours du blondinet. Ce soir, Kjaer croisera un autre pensionnaire du championnat italien. Un certain Samuel Eto'o. Histoire de tester le bambino...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le cirque camerounais
0 0