1. //
  2. // 8es de finale
  3. // Atlético de Madrid-PSV Eindhoven (0-0)

Simeone : « Beaucoup d'anxiété »

Modififié
1 10
L'Atlético a eu chaud. Très chaud.

Poussés aux tirs au buts par le PSV après une double confrontation sans aucun but, l'équipe de Diego Simeone a pu compter sur sa maîtrise des tirs au but pour gagner le droit de jouer les quarts de finale de la C1. Mais ce ne fut pas chose aisée. L'entraîneur du club espagnol l'a bien fait comprendre en conférence de presse : « Cela a été un match dur, typique d'une rencontre de coupe. Celui qui faisait une erreur avait perdu et aucune des deux équipes n'en a commise. Au final, aux tirs au but, la chance a tourné de notre côté (…) Cela a été un match très réfléchi, presque une partie d'échecs, et celui qui était trop anxieux pouvait commettre des erreurs. »

Le technicien a aussi trouvé ses joueurs un peu stressés par l'enjeu :
« Il y avait de la tension parce qu'un résultat 0-0 à l'aller n'est jamais facile. Cela te donne toujours beaucoup d'anxiété et l'équipe en a souffert en début de match, se montrant imprécise.  »

En attendant, l'Atlético est toujours là...
FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Il est vrai que L'Atletico avait plus à perdre en prenant un but que le PSV. Le match a été fermé, on s'est un peu fait chier, mais franchement, difficile d'en vouloir aux deux équipes, la gestion de chacun était logique. Le PSV avait intérêt à attendre et espérer planter un but sur une erreur de l'adversaire, le jeu pour les Matelassier était justement de ne pas leur en donner l'occasion.
Et puis ce Simeone a quand même quelque chose de magique. Juste avant ce tir au but manqué fatidique, on le voit haranguer la foule pour mettre la pression sur l'adversaire, alors que sur l'ensemble des tirs précédent il se contentait de faire les 100 pas dans sa zone technique en s'appliquant à ne pas regarder. Et là, les supporters font un barouf de tous les enfers, et je pense que ça met la petite pression supplémentaire sur le joueur, qui met le ballon sur la barre. Voir cet entraineur vivre le match comme il le fait, souffrir comme un damné et être heureux comme un enfant au bout de compte, c'est quand même vachement beau.
Bizarrement je ne me suis absolument pas ennuyé pendant le match, certes c'était pas flamboyant dans le jeu mais tactiquement c'était une sacré baston. Grosse intensité, dépassement de fonction, gardiens décisifs, quelques décisions limites... Ce serait sympa d'avoir une analyse un peu poussée des 2 schemas de jeu d'ailleurs.
Un bon moyen pour eviter ce genre de situation monsieur Cholo quand on est sensé etre un grand club qui joue a domicile contre une equipe supposée inferieure c'est de prendre le jeu a son compte et de se mettre a l'abri le plus rapidement possible au lieu de jouer encore la solidité et les transitions rapides et vu les branlees qu'ils ont mis ils en sont capables!
Enfin bon je crois qu'il aime ca l'anxiété ce psychopathe! Felicitations au PSV qui a failli reussir son coup!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1 10