1. //
  2. // Demies
  3. // Bayern-Atlético (2-1)

Simeone à Milan pour soulever la Coupe

0 11
Diego Simeone n'a pas fini de faire parler de lui.

Déjà suspendu en Liga après avoir tenté d'interrompre une contre-attaque en lançant un ballon, puis attrapé en tribunes en train de faire passer des consignes à Gabi par oreillette, le Cholo, un brin stressé en fin de match, a vécu 90 minutes compliquées ce mardi soir.

Délivré au coup de sifflet final après avoir copieusement secoué un membre de son staff, l'Argentin a pris le temps de revenir sur la rencontre pour le Corriere dello Sport. L'intéressé a reconnu « avoir souffert en première mi-temps » et a admis avoir « réglé plusieurs choses à la mi-temps afin de retrouver son Atlético » lors du deuxième acte.

Encore en lice sur les deux tableaux les plus importants de sa saison, le Cholo « ne pense qu’à Levante » ce week-end, mais n'en demeure pas moins ambitieux, puisque l'objectif à Milan sera de « soulever la coupe » .

Et, peut-être, prendre une sacrée revanche face au Real Madrid. AJ
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Le plus dur est sans nul doute passé, mais je ne peux m'empêcher de penser qu'ils ont était très limites pendant 70% du temps contre le Bayern. Par limite, j'entends sur la brèche, prêts à craquer.

Déjà, pendant la seconde période du match aller, ils auraient pu prendre deux buts qu'on n'aurait trouvé rien à redire.

Ça ne sera "que" Man City ou "ce" Real Madrid en finale, donc des équipes très abordables (quoique le jeu de ManCity pourrait les perturber davantage), mais leurs nerfs vont être mis à rude épreuve.
PS : s'ils perdent à nouveau contre Madrid en finale, vous pensez que Courbis va s'engouffrer dans la brèche pour accentuer sa comparaison Stade Rennais / Atlético Madrid ?
Cafu crème Niveau : DHR
Savoir être " sur la brèche " comme tu dis c est l'apanage des grandes équipes ou collectif, ce petit supplément d'âme qui provoque la chatte, le sursaut d'orgueil etc

Contre exemple : La Roma face au Real ou Paris face à City^^
Message posté par Cafu crème
Savoir être " sur la brèche " comme tu dis c est l'apanage des grandes équipes ou collectif, ce petit supplément d'âme qui provoque la chatte, le sursaut d'orgueil etc

Contre exemple : La Roma face au Real ou Paris face à City^^


Bien d'accord. Mais auront-ils cette chatte en finale ? En 2014, ce sursaut d'orgueil leur avait échappé d'un rien.

Mais bon, là, vu le niveau des deux adversaires de ce soir, il faudrait être un Néerlandais vivant à Rennes pour perdre encore une fois.
Message posté par Cafu crème
Savoir être " sur la brèche " comme tu dis c est l'apanage des grandes équipes ou collectif, ce petit supplément d'âme qui provoque la chatte, le sursaut d'orgueil etc

Contre exemple : La Roma face au Real ou Paris face à City^^


Cela n'a jamais été prouvé scientifiquement
Note : 1
Message posté par WiL
Le plus dur est sans nul doute passé, mais je ne peux m'empêcher de penser qu'ils ont était très limites pendant 70% du temps contre le Bayern. Par limite, j'entends sur la brèche, prêts à craquer.

Déjà, pendant la seconde période du match aller, ils auraient pu prendre deux buts qu'on n'aurait trouvé rien à redire.

Ça ne sera "que" Man City ou "ce" Real Madrid en finale, donc des équipes très abordables (quoique le jeu de ManCity pourrait les perturber davantage), mais leurs nerfs vont être mis à rude épreuve.


Le problème avec ton analyse c'est que ça fait 3 ans qu'on dit ça de cette équipe. Il y a 2 ans, pour la Liga on disait qu'ils étaient sur un fil tout le temps et que ça allait finir par craquer. Ils ont fini champions et finalistes de LDC avec la fin qu’on connaît. Cette année, contre le Barça on a dit pareil. Contre le Bayern, pareil. Est-ce qu'à un moment, on peut dire qu'ils savent ce qu'ils font, que ce n'est pas tant du hasard que ça et qu'ils maitrisent plus les choses qu'il n'y parait? Parce qu'à vous lire, on n'a l'impression que c'est de la chatte totale sur toute la ligne. Je ne suis pas d'accord; Le changement de Simeone à la mi-temps et la réorganisation qui s'en suit changent beaucoup de choses. Les phases de pressing haut au mach aller etc. Tout ça est je pense organisé. Et oui, ils ont aussi un peu de chatte. Mais pas que.
souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
N'empêche ce que fait Simeone c'est juste extraordinaire, à mes yeux c'est même encore plus fort que Guardiola période barca qui avait déjà impressionné la terre entière.

Diego ne s'est pas appuyé et amélioré un style de jeu pratiqué depuis des années à tous les niveaux dans le club ainsi que sur des joueurs phénoménaux et mondialement reconnus, ou tout du moins pas à une si grande échelle et en moindre quantité.

Et ce qu'il y'a de plus extraordinaire c'est qu'il le fait sur la durée du coup exit l'excuse de la bonne année, du bon alignement des astres, de la saison où tout réussi, le groupe en osmose et les joueurs en pleine confiance tel un Leicester et comme ça arrive parfois dans le foot mais de façon éphémère.

Non avec Diego chaque année le miracle a lieu et ce en devant souvent faire face à la perte répétée d'éléments clefs de son effectif, ce n'est donc plus un miracle ou plutôt si ça l'est parce que Diego est simplement divin, c'est la seule explication plausible pour expliquer un tel génie.
Message posté par Briceleo
A vous lire, on n'a l'impression que c'est de la chatte totale sur toute la ligne.


Ah mais je ne dis jamais que c'est de la chatte totale. Leur qualification n'est en rien dû à un miracle. Je me demande simplement si cette prise de risque calculée ne va pas leur péter à la gueule au pire des moments, comme il y a deux ans.

En fait, la réponse est dans la question : toute équipe qui prend un risque se voit menacée.

Mais contrairement à toi, je pense qu'ils prennent vraiment beaucoup beaucoup de risques. Je persiste : hier, si le Bayern gagne par deux-trois buts d'écarts, y'a pas de scandales. Et si le Bayern leur en avait collé deux au match aller, ça n'aurait pas été une surprise non plus. Mais le football est ainsi fait (et ça n'est pas plus mal).
Il y a des matchs dont on dit "ils auraient pu rester sur le pelouse pendant deux jours sans réussir à marquer." Pour moi, l'exemple le plus frappant reste le France - Allemagne de 2014 (je n'ai pas vu la demie-finale retour Barça-Inter de 2010, mais ça semblait pareil).

Hier et il y a une semaine, le Bayern a eu des occasions très franches. mais encore une fois : c'était le Bayern, et je ne pense pas qu'une équipe puisse à nouveau leur faire du mal comme cela.
Message posté par WiL
Ah mais je ne dis jamais que c'est de la chatte totale. Leur qualification n'est en rien dû à un miracle. Je me demande simplement si cette prise de risque calculée ne va pas leur péter à la gueule au pire des moments, comme il y a deux ans.

En fait, la réponse est dans la question : toute équipe qui prend un risque se voit menacée.

Mais contrairement à toi, je pense qu'ils prennent vraiment beaucoup beaucoup de risques. Je persiste : hier, si le Bayern gagne par deux-trois buts d'écarts, y'a pas de scandales. Et si le Bayern leur en avait collé deux au match aller, ça n'aurait pas été une surprise non plus. Mais le football est ainsi fait (et ça n'est pas plus mal).


Là dessus je suis d'accord alors, merci d'avoir précisé ta pensée. Effectivement, si tu me dis que cette fâcheuse tendance à être en permanence dans le calcul peut finir par leur péter à la gueule, je te dis oui. Totalement d'accord aussi avec les occases du Bayern, et des risques que prend l'Atletico. D'ailleurs, c'est marrant parce qu'on dit souvent que l'équipe qui prend des risques c'est celle qui attaque. Bah je pense comme toi qu'en défendant très bas, on prend beaucoup plus de risques.
Bref, nous sommes d'accord.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 11