En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // 1/4 de finale
  4. // Hambourg/Bayern Munich

Silence ! Le HSV coule...

Le Hambourg SV est actuellement 17e du championnat. Jamais il n'a connu l'étage inférieur, d'où son surnom de « Dinosaure » de la Bundesliga. Mais après 51 années dans l'élite, ce pourrait être le clap de fin au printemps prochain. Ce serait une véritable tragédie pour le club de la Hanse. En même temps, quand on voit le bordel qui y règne en ce moment...

Modififié
Comme à son habitude ces dernières années, le Hambourg SV a du mal en Bundesliga. Malgré un effectif pléthorique, les Rothosen se sont fait maintes fois marcher dessus cette saison : défaites à domicile contre Hoffenheim (1-5), contre Schalke 04 (0-3), contre le Hertha Berlin (0-3) ou encore ce derby du Nord perdu contre Brême (0-2), et déroutes mémorables à l'extérieur contre le Borussia Dortmund (6-2) et le Bayer Leverkusen (5-3). Résultat, le HSV possède aujourd'hui la plus mauvaise défense de la Bundesliga avec 47 buts encaissés en 20 rencontres. Propre. Et ce n'est pas l'arrivée de Bert van Marwijk à la place de Thorsten Fink qui y a changé quoi que ce soit. La preuve, Hambourg reste sur des séries dont elle ne peut pas vraiment se vanter : une moyenne de trois buts encaissés sur les cinq derniers matchs, une série de six défaites consécutives et une victoire qui se fait attendre depuis fin novembre. Le Hamburger SV n'est pas frais, il est même avarié.

Vidéo

Des briquets et des larmes

Las de voir leurs joueurs faire n'importe quoi, les supporters ont demandé des explications. Le club a autorisé quelques fans (environ 300) à les attendre devant l'entrée principale de l'Imtech Arena. Heureusement que la police et les services de sécurité étaient présents, auquel cas cela aurait tourné au lynchage public. Le capitaine Rafael van der Vaart arrive et se fait grassement insulter, le père doit se mettre entre son fils et les fans pour éviter qu'il se fasse taper dessus. Des œufs, des pommes, des briquets, se mettent à pleuvoir. La nouvelle recrue Ola John a pu s'en sortir grâce à l'intervention d'une quarantaine de vigiles. Pour d'autres, cette confrontation était trop dure à soutenir. L'attaquant Jacques Zoua, lui aussi pris à partie, est retourné aux vestiaires en pleurant.

La solution Magath?

Jamais le Hamburger Sport Verein n'avait connu un tel chaos. Le club est criblé de dettes (on parle de 100 millions d'euros) et sa politique est à l'arrache depuis plusieurs années. À tel point qu'il a été décidé une restructuration prochaine. Pour l'instant, c'est le projet HSVPLUS qui tient la corde. Un projet qui permettrait de transformer la section pro du club en société d'actions, de l'ouvrir à hauteur de 24,9% aux investisseurs, ce qui pourrait ramener jusqu'à 100 millions d'euros. Un projet mené par Ernst-Otto Rieckhoff (ancien chef du conseil de surveillance du club) et soutenu par presque tous les anciennes gloires qui ont remporté la Coupe des Champions 1983. Mais pour le moment, ni les fans les plus durs ni le comité directeur ne veulent en entendre parler. Ce qui préoccupe le club, c'est le présent. Mais même là, rien n'avance. Certains membres du conseil d'administration voudraient éjecter le président Carl-Edgar Jarchow, le directeur sportif Oliver Kreuzer ainsi que le coach Bert van Marwijk et remplacer tout cela par un seul homme : Felix Magath. Lui aussi une légende vivante au HSV, et surtout gros spécialiste des opérations commando. Cette initiative est également soutenue par Klaus-Michael Kühne, le « mécène » du HSV, qui l'an dernier avait lâché 10 millions d'euros de sa poche pour faire revenir Rafael van der Vaart dans la cité portuaire (le club payant les 3 millions restants à Tottenham). Bien que Felix Magath affirme ne vouloir revenir dans un club que pour s'asseoir dans un bureau et ne plus traîner au bord d'un terrain, Kühne continue à mettre gentiment la pression, en s'estimant prêt à investir plus d'argent si le buteur de la finale de C1 83 consentait à mener les troupes dans leur lutte contre la relégation. Mais pour le moment, rien n'est joué. Van Marwijk reste en poste: il lui reste deux matchs pour convaincre: en coupe face au Bayern et en championnat à Brunswick, contre la lanterne rouge. Au delà de la victoire, c'est l'investissement des joueurs qui est demandé. Mais peut-être est-ce trop en demander au coach néerlandais. Peut-être que le HSV aurait dû déjà installer quelqu'un d'autre sur le banc, pour justement obtenir le fameux électrochoc que tout le monde attend sur les bords de l'Elbe.

Le fantasme d'un barrage contre... Sankt-Pauli

Ce genre de décision aurait pu être pris dimanche soir. Seulement voilà, après huit heures de réunion entre les membres du conseil d'administration, rien n'en est ressorti. Rien ne bouge, et le HSV continue ainsi. Jusqu'à quand ? Nul ne le sait. Statistiquement parlant, du fait de son très faible nombre de points à domicile (7), le HSV a 90% de chances de descendre. Et encore, il faut voir dans quelles conditions : si le club reste à cette 17e place, ce sera la D2 direct. Mais s'il finit 16e, et que de son côté Sankt-Pauli finit 3e de 2. Bundesliga, on pourrait assister aux barrages les plus dingues qui soient. Et c'est peu dire que la ville de Hambourg pourrait être mise à feu et à sang...

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 19
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18