Siem de Jong, nouvelle pépite d’Eredivisie

Milieu de formation reconverti attaquant pour les besoins d’un titre de champion, Siem De Jong est la nouvelle star de l’Ajax Amsterdam. Un produit du centre de formation, évidemment. Et surtout, un type complet dont on est amené à reparler.

Modififié
0 6
Des jeunes talents de l’Ajax Amsterdam, on connait surtout des mecs comme Anita, ou Eriksen (que tout fan de FIFA a recruté au moins une fois, juste pour voir comme il progresse). On a pourtant fâcheuse tendance à en oublier un, Siem De Jong. Encore un joueur avec ce fameux patronyme, si répandu aux Pays-Bas. En même temps, le parallèle est évident, puisqu’il est bien le frangin de Luuk, plus reconnu du fait de ses derniers faits d’arme avec Twente. Siem, lui, est un type plus discret. Mais plus complet. Capable d’évoluer à quasiment tous les postes au milieu, ainsi qu’en avant-centre esseulé. Sa polyvalence est un plus, tandis que son exemplarité lui a valu de gagner le brassard. A 23 ans, ce milieu-attaquant-capitaine a tout pour devenir la nouvelle star d’Eredivisie. Et ce n’est presque même pas la peine de parier là-dessus.

L’apprentissage De Boer-Bergkamp

Né en Suisse, rentré au pays, formé quatre ans à De Graafschap, puis à l’Ajax, Siem De Jong a le parcours d’un bon élève. Celui qui progresse, d’année en année, sans faire de vagues. Depuis sa première apparition chez les pros de l’Ajax en 2007, il n’a cessé de démontrer une certaine marge de progression. Un simple regard sur ses stats le prouve, après tout. Chaque année, il marque davantage, réalise des prestations plus abouties. Avec deux dernières campagnes particulièrement fructueuses. L’explication se retrouve à l’hiver 2011, puisque De Jong, ce milieu offensif de formation, est alors repositionné attaquant de pointe par son coach Franck De Boer. Lequel vient juste de débarquer au club, de rejeter Mounir El Hamdaoui, tandis que Luis Suarez s’est tiré à Liverpool. En panne d’attaquant, le technicien néerlandais fait un test. Ça marche plutôt pas mal, l’Ajax remporte un titre qui le fuyait depuis sept saisons, et De Jong d’inscrire un doublé lors de la rencontre qui scellera le sacre des Lanciers (3-1 face au dauphin Twente).

Il terminera sa saison avec le bilan flatteur de 12 buts en 32 rencontres. A la base, son positionnement est seulement temporaire. Il va pourtant se prolonger la saison suivante, le titulaire Kolbeinn Sigþórsson se pétant la cheville à mi-saison. Bis repetita, ce sera le même dessein : un Ajax victorieux, et un De Jong au centre des choses (cette fois-ci, 13 buts et 9 passes décisives en 29 rencontres). Utilisé en pivot, il distribue aussi bien qu’il ne score. Une sorte de Bergkamp, un neuf et demi plus passeur que buteur, mais qui sait sortir la panoplie quand l’équipe en a besoin. Étrange de faire ce comparatif, puisque ce bon vieux Dennis est justement le coach des attaquants amstellodamois. Tout sauf un hasard, assurément.

Futur oranje

Nommé capitaine de l’Ajax avec le départ de Vertonghen pour Tottenham, le numéro 10 est donc promis à une belle saison, en Eredivisie comme en Ligue des Champions. Peut-être sera-t-il un de ceux qui claqueront le plus en championnat, si on se base sur sa progression constante et le départ des deux meilleurs buteurs (Bas Dost à Wolfsbourg et son frère Luuk à M’Gladbach). Au pire, s’il doit redescendre d’un cran, sans doute sera-t-il de ceux qui distribueront le plus de bons ballons (déjà un assist sur le premier match face à l’AZ, d’ailleurs). En tout cas, sa polyvalence n’échappera sûrement pas au néo sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal. Lequel le testera peut-être, même si dans l’immédiat, De Jong ne figurait pas dans la liste des joueurs qui participaient à l’amical de mercredi face à la Belgique.

Il faut bien avouer qu’avec la sélection oranje, les places en attaque sont chères, Siem le sait bien (présélectionné par Wan Bert van Marwijk en vue de l’Euro, il a finalement sauté au profit… de son frère par exemple). Et si son futur proche en sélection devrait se situer plus logiquement au milieu, de toute façon, Louis attend des preuves. Mais quand on sait que l’entraîneur a passé neuf saisons à l’Ajax, on se doute bien qu’il saura apprécier le talent fait maison. Ce n’est pas son assistant Patrick Kluivert, une autre relique des Lanciers, qui dira le contraire. Alors voilà le topo, l’apprentissage imminent de De Jong sera orchestré par les duos De Boer-Bergkamp et Van Gaal-Kluivert. L’Ajax, quoi. Et on sait tous à quel point la famille est importante, dans ces cas-là.


Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'adore ce genre d'article où t as fini de lire puis tu dis Amen et puis c'est tout. Merci sofoot
Info Footmertcato365.fr, il serait en partance pour Brest où on lui offrirait un pont d'or. Le maire de la ville aurait même baptisé une rue à son prénom en vue de ce transfert. Mais c'est une information à mettre au conditionnel comme on le chante là-bas.
Je ne suis pas particulièrement fan de l'Ajax mais je dois reconnaitre qu'ils ont une très bonne équipe, et Siem De Jong est juste excellent à voir jouer, après ce n'est que Eredivisie et le niveau est un peu plus faible qu'en Angleterre, Allemagne and co, mais malgré tout je le trouve très bon à chaque poste qu'il occupe, son frère Luuk lui est moins polyvalent mais tout aussi bon, il pourrait y avoir 3 De Jong aux Pays-Bas ; Un boucher, un qui joue partout, un attaquant de folie, ça m'botte bien ça.
Moi, il m'impressionne pas des masses
Pour moi, l'avenir des PB, c'est Wijnaldum en 10 et Clasie en 8.
Avenir immédiat quand on voit le match de Sneijder hier!
Le_Touriste Niveau : DHR
À quand le FC De jong
Ce qui n'est pas dit dans l'article, c'est qu'un certain N. "The Butcher" de Jong serait leur aîné de, respectivement, 5 et 6 ans. À croire également qu'il n'a pas hérité des mêmes gênes "footballistiques"... (sa peau n'est pas naturelle, la famille a acheté un fort autobronzant pour dissimuler l'absence de talent chez ce fils caché...). Néanmoins, il cartonnait plus le c*n lorsqu'il était utilisé en 8 et parfois en 10 à l'Ajax (époque van der Vaart, Sneijder, Zlatan (on sait désormais d'où il tire tout son arsenal de coups bas...))
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 6