1. // Journée internationale du ninja

Si les personnages des Tortues Ninja étaient des footballeurs

Quand vous entendez Tortues Ninja, vous entendez résonner dans votre tête le générique de la mythique série animée de 1987. Et vous le fredonnez. « Tortues Ninja, Tortues Ninja. Kowabunga le cri, des ninjas ! » Mais au fait, ça donnerait quoi tous ces personnages sur un terrain de football ?

Modififié
110 13
  • Raphael

    « Quand j'étais gosse, j’avais deux obsessions : le foot et les Tortues Ninjas. On copiait leur gestes que l’on voyait à la TV et si n'importe qui d'autre voulait être Raphael, je m'asseyais sur eux jusqu'à ce qu'ils cèdent. Je plaçais Raphael tout là-haut, à côté d'Alan Shearer. » Qui d’autre qu’un jeune Wayne Rooney pour prononcer cette phrase ? Si les années l’ont assagi, le jeune Rooney, impulsif et bagarreur, avait lui-même choisi de devenir un croisement entre Shearer et Raphael. Mission accomplie.

  • Donatello

    Pour commencer, que les fans se rassurent : Donatello n'est pas vraiment mort. Le plus intelligent et le plus créatif des Tortues Ninjas ne s'est pas fait tuer par Beebop et Rocksteady. Avec ses inventions incroyables et son intelligence à toute épreuve, Donatello a des airs d'Andrea Pirlo. Avec ses passes laser, Pirlo n'a pas besoin d'être le plus costaud ni le plus endurant. Il a juste besoin d'avoir une arme - ses pieds - avec une bonne allonge pour trouver ses coéquipiers à l'autre bout du terrain.

  • Michelangelo

    Tortue préférée de pas mal d'enfants, Michelangelo est le petit rigolo de la bande. Toujours plus enclin à manger une pizza qu'à se battre, il sait toutefois parfaitement maîtriser ses nunchakus et est toujours le premier quand il s'agit de faire une blague potache, même en plein combat. En fait, Michelangelo, c'est un peu la fusion d'Ezequiel Lavezzi et de Nicolas Benezet. S'il peut paraître immature au premier abord, Michelangelo sait répondre présent quand ses coéquipiers ont besoin de lui et ne met jamais de string, lui.

  • Leonardo

    Après Splinter, Leonardo est sans aucun doute le personnage le plus sage de la série. Lui qui passe le plus clair de son temps à s'entraîner à manier les katanas et à méditer est un parfait meneur d'hommes. Un peu comme Steven Gerrard, qui n'est pas le meilleur footballeur seul, mais qui sait mener ses hommes à la victoire. Parmi ses nombreux combats, il est d'ailleurs aussi arrivé à Leonardo de glisser. Si si, contre Karaï, notamment.

  • Splinter

    Véritable figure paternelle de la série animée de 1987, Splinter est un homme sage, puissant et autoritaire. Il jouit d'une expérience incomparable dans son domaine, les arts martiaux, et entend transmettre son savoir à de jeunes êtres vivants. Exactement comme Arsène Wenger, qui aime recruter chez les jeunes, voire chez les très jeunes. Certes, Arsène n'a pas été transformé en rat par un puissant mutagène, mais il est quand même gardé au chaud par sa doudoune. Tout comme Splinter, qui est présent durant toute la série, Arsène Wenger était là quand vous avez commencé à vous intéresser au football et sera sans doute encore là quand vous mourrez.

  • Shredder

    Ayant accusé à tort Splinter d'avoir assassiné son ancien maître en arts martiaux, Oroku Saki poursuit le rat géant et ses tortues durant toute la série. Après chaque échec, il revient plus fort et plus déterminé, mais servi par des sbires bêtes comme Beebop et Rocksteady ou par les membres du Foot Clan, il finit toujours par échouer. Un peu comme Frédéric Antonetti qui vient de revenir au LOSC, Shredder parle fort, crie beaucoup et perd toujours, même si ce n'est jamais vraiment de sa faute.

  • Krang

    Un cerveau malade animé d’un désir de conquête du monde, vivant ses rêves au travers d’un corps bodybuildé qu’il contrôle à sa guise. Maléfique et génial, l’extraterrestre, détesté de tous, est un personnage incontournable du monde des Tortues Ninjas. Ainsi, Krang est évidemment l’association diabolique de José Mourinho et de Diego Costa, en qui il a trouvé le parfait exécutant des bassesses qu’il fomente.

  • Beebop et Rocksteady

    Ils donnent des coups, sont aussi bêtes que méchants, et exécutent les ordres, sans vraiment comprendre pourquoi. Inséparables, Beebop et Rocksteady sont chargés de faire le ménage, sans prendre de gants ni pincettes, mais font souvent échouer les plans au dernier moment. Un peu comme Nigel de Jong et Mark van Bommel, lors du Mondial 2010. Le vice en moins.

  • Technodrome

    Base arrière des personnages mal intentionnés de la série, le Technodrome est rarement mis en avant, jusqu’aux épisodes finaux de la saison 8 où les Tortues Ninjas parviennent à détruire son moteur, piégeant au passage Shredder et Krang dans la dimension X. De quoi nourrir la comparaison évidente avec le siège de la FIFA, à Zurich.

  • April O’Neil

    Elle est belle, journaliste et porte un décolleté plongeant dans une combinaison jaune. Kill Bill avant l'heure. Toujours prête à filer un coup de main aux héros, quitte à se mettre dans une position délicate avec son employeur, April O’Neil est évidemment Sara Carbonero. Ou Olivier Tallaron, c’est selon.


    Par Paul Piquard et Gabriel Cnudde
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
    Le commentaire sur De Jong et Van Bommel démontre une certaine incompréhension de ces joueurs et du foot en général.
    Puis d'ailleurs, la description que vous faites colle beaucoup mieux à un Matuidi, mais étrangement vous choisissez De jong et VB. Etrange.
    Effectivement assez affreux de rabaisser à ce point Van Bommel et De Jong.
    Début du post
    Van Bommel, footballeur intelligent et tactique.

    Fin du post
    Sinon j'aime bien Arsène en Splinter.
    April O'Neil :)
    Ça m'a arraché un sourire
    kim jung kill Niveau : CFA
    bizarre votre choix pour April O neil, moi j'aurai plutot voté pour Estelle Denis
    Pour April O'neil, il y a Anne-Laure Bonnet qui peut passer.
    Merci pour l'article. Je savais pas pourquoi Schreder en voulait tant à Splinter.
    Le roi des rats : Jorge Mendes
    Vernon : Olivier Tallaron
    Le boss de April : Charles Bietry
    Casey Jones : Edinson Cavani
    Steven Mac Servietsky Niveau : Loisir
    Tokka et Rahzar: Brandao et Jordan Ayew.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    Article suivant
    Au revoir, Gerland
    110 13