1. //
  2. // The Wire

Si les personnages de The Wire étaient des joueurs de foot

Créé par David Simon à l’aube des années 2000, The Wire est l’un des feuilletons cultes de la chaîne câblée américaine HBO. « Sur écoute » , en VF, est devenu mythique par sa réalité, ses scénarios et ses personnages. Mais si Avon, Stringer et McNulty étaient des joueurs de foot, ça serait une autre histoire.

Modififié

D’Angelo Barksdale : Assou-Ekotto


D’Angelo est le prince des rues de Baltimore. Ses occupations sont simples : régler les problèmes de ses points de deal, répondre aux questions de la police et récupérer les biftons amassés après une journée à écouler de la dope aux crackers du coin. Sauf que D’Angelo, c’est ce gars gentil qui a voulu suivre son cousin dans des business sombres. Et ça, malgré ses cas de conscience. En fait, D, c’est Benoît Assou-Ekotto. Le mec qui fait son taff uniquement parce qu’il sait bien le faire, et que ça lui rapporte. Rien de plus. Les deux personnages ont chacun une mission compliquée à réaliser. Pour D’Angelo, c’est d’apprendre à jouer aux échecs à ses petits protégés alors qu’ils commencent une partie de dames sur un échiquier. Pour Assou-Ekotto, c’est d’apprendre à ses petits camarades de Metz à défendre. Une tâche quasi impossible, donc.


Avon Barksdale : Jorge Mendes


Avon, c’est LE caïd par excellence. Celui qu’on ne voit presque jamais. Celui qui ne se salit pas les mains. En revanche, c’est l’homme qui mène la danse du crack à Baltimore. Que ce soit en prison, dans son appartement, ou bien dans un immeuble délabré, il gère ses affaires toujours épaulé par son bras droit, Stringer Bell. À y regarder de plus près, Avon, ça peut être Jorge Mendes, le super-agent discret, mais terriblement efficace. C’est l’homme qui arrive à convaincre les plus gros clubs anglais de se farcir à l'époque Falcao contre une somme mirobolante. Deux putains de génies du mal.


Stringer Bell : Zinédine Zidane


Avant d’être la référence ultime en matière de thug life pour bon nombre de rappeurs, Stringer Bell, c’est surtout un fin stratège quand il s’agit de rapporter du flouze à son clan. Qui dirige le business de dope ? Stringer. Qui blanchit l’argent sale ? Encore Stringer. Qui fait des placements immobiliers avec cet argent « propre » ? Toujours Stringer. Crucial pour son équipe, le personnage d’Idriss Elba ne peut qu’être Zinédine Zidane. Qui marque deux buts en finale de Coupe du monde ? Zizou. Qui claque sa reprise en finale de C1 contre Leverkusen ? Encore Zizou. Qui couche Materazzi sur un coup de tête ? Toujours Zizou. Deux putains de numéros 10.


Jimmy McNulty : Robin Friday


McNulty représente le flic foireux dans toute sa splendeur. Alcoolique, avec une propension à culbuter toutes les femmes qu’il croise et à faire des bavures qui auraient pu lui coûter sa place dans la police de Baltimore depuis belle lurette. Pourtant, Jimmy arrive toujours à s’en sortir. Comment ? Parce que le type est doté d’un sacré sens de l’investigation et d’une paire de couilles en titane. En fait, McNulty, c’est Robin Friday, star du foot anglais dans les années 1970. Un homme capable de sécher l’entraînement pour aller se mettre à l’envers, de mettre des droites à un défenseur adverse durant une rencontre pour, à la fin, claquer un doublé contre ce même défenseur. Les deux peuvent se vanter d’avoir été brillants durant leur vida loca respective, même si les attaques cardiaques peuvent mettre fin à tout ça. RIP Robin.



Frank Sobotka : Robert Lewandowski


Frank Sobotka est le vieux loup de mer du port de Baltimore. Son travail et sa ténacité font de lui le boss des docks. Dans les bons, comme dans les mauvais coups de son territoire, Frank est partout. Il permet surtout aux dockers de pouvoir survivre grâce aux différents trafics portuaires. En fait, Frank Sobotka, c’est Robert Lewandowski. Tous deux originaires de Pologne, Robert porte comme il peut son équipe nationale. Grâce à ses buts fous et son charisme, le buteur du Bayern est l’étendard polak par excellence. C’est grâce à lui que la Pologne existe sur la scène européenne. Frank, lui, peut compter sur son imbécile de neveu, Nick. Et c’est déjà pas mal.


Le Grec : Konstantinos Mitroglou


La saison 2 de The Wire se passe sur les docks de Baltimore. Dans ce coin de la ville, le Grec est connu comme le loup blanc. Surtout pour sa came pure dont il est le fournisseur de toute la ville. Comme tout boss, il ne se salit jamais les mains. Le Grec peut bien être Kostas Mitroglou. L’homme qui aura longtemps porté toute son équipe sur les épaules. Gagnant de toutes les compétitions nationales avec l’Olympiakos, Mitroglou a fait du Georgio Karaiskakis Stadium son port à lui avant de s'emparer d'un nouveau port portugais. En revanche, le Grec avoue à la fin de la saison qu’il n’est pas vraiment grec. Quand on voit la tête de Kostas, franchement, on peut se poser des questions.


Omar Little : Carlos Tévez


Les même gueules balafrées, les même paires de couilles et les même folies quand ils se lancent à l’attaque. En fait, Omar Little, c’est Carlos Tévez. Quand Omar se promène dans les sales coins de Baltimore en sifflotant, c’est pour aller braquer des dealers. Carlito, lui, quand il part tout seul dans le camp adversaire, c’est pour aller braquer des défenses. Deux types malins et vifs que la vie n’a pas épargné. Alors, ils ont décidé de prêcher leurs propres visions des choses. Que ce soit avec les partenaires particuliers d’Omar ou bien le Boca de l’Apache, les deux hommes font ce qu’ils veulent quand ils veulent. Little Carlos, pour eux.


Marlo Stanfield : Freddy Adu


Arrivé lors de la troisième saison, Marlo Stanfield est le petit nouveau du game qui entre pour essayer de devenir le nouveau roi de Baltimore. Accompagné de ses hommes de mains Chris et Snoop, Marlo va foutre la terreur aux gens du ghetto avant de partir en guerre contre le clan Barksdale, pour étendre son territoire. C’est l’histoire d’un jeune avec du potentiel, mais qui demande le respect après quelques belles prestations. Marlo, c’est Freddy Adu. À 14 ans, l’Américain devient le « nouveau Pelé » grâce à ses bons matchs avec le D.C United. Courtisé par les plus grands clubs européens, il signe avec le Benfica en 2007 pour le début de sa descente en enfer. Adu se retrouve remplaçant et devient un globe trotter des bancs de touche mondiaux avant de rentrer aux States, la queue entre les jambes.



Par Gad Messika
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Ce que j'ai vu de mieux en série télé. Sans débat possible.
J'ai été pris d'une immense tristesse et d'un vide quand je suis arrivé à la fin.
C'est avec émotion et joie que je vais lire l'article.
Pas mieux.

Une série monstrueuse qui se déguste et ne se binge pas. Un ou deux épisodes par jour maxi pour les digérer, parce que honnêtement, parfois, elle fout un peu les boules (notamment la fin de la plupart des collégiens, Duquan, Randy, Michael...)
Orso94210 Niveau : CFA
Putain, Duquan...

Avec Luke de Friday Night lights, c'est le personnage dont la fin m'a le plus déprimé.
La fin est en effet assez terrible au niveau de ces collégiens, surtout que c'est une sorte d'éternel recommencement, de reproduction sociale, Duquan -> Bubz, Randy -> Body, Michael -> Omar
Heureusement Namond s'en sort, j'avais fini par le trouver attachant ce gosse
WillyBrownSugar Niveau : District
En effet, c'est du génie, elle a d'ailleurs fait l'objet de nombreuses études et travaux universitaires. Pour ma part la saison 4 sur le système éducatif américain est simplement exceptionnelle! Une série immersive qui prend aux tripes avec de multiples angles de lecture!
Orso94210 Niveau : CFA
Voilà. C'est ce côté aussi profondément pessimiste qui fait la force de la narration.

Mais est-ce qu'il s'en sort au final Naymond ? Il sera poliment rentré dans le rang, et je le préfère au Naymond d'avant. Mais rien ne dit que son avenir ne sera vraiment rose.
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 1
Mais tellement !

Un vide que je n'ai depuis jamais su combler.
Orso94210 Niveau : CFA
En terme d'écriture de galerie des personnages, c'est en effet ce que j'ai vu de mieux. En plus, avec tous les différents types d'argot ou de jargon, c'est une magnifique célébration du langage américain.

Après, c'est une série exigeante. Je me souviens que j'avais maté le premier épisode en me disant "la vache, faut encore que je m'envoie une cinquantaine d'épisode comme celui-là."

Au final, c'est la seule série que j'aie revu par la suite.....trois fois.
Elle réussirai à te faire apprécier tous les personnages en épousant leur point de vue, sans pour autant créer d'ambivalence. C'est d'une profondeur extrême, dans le sens où je la regarderai encore à plusieurs reprises en y puisant à chaque fois de nouveaux éléments de lecture.
Une autre œuvre qui m'a fait vivre ça, c'est la saga des corto maltese, d'Hugo Pratt.
Orso94210 Niveau : CFA
Et c'est ça qui est fou, car vu que tu n'as pas de format vraiment épisodique, elle se regarde comme un roman.

Mais en même temps, si tu l'as déjà vue, tu peux te mettre n'importe quel épisode au hasard, et vibrer à nouveau. Tout est tellement authentique qu'on sentirait presque les odeurs, presque ressentir les textures...

La scène des échecs, la scène où Wallace prépare les petit déj pour les petits qui vivent avec lui. Le premier face-à-face Marlo/Michael. La scène où les petits trouvent un des macchabées à Snoop et Chris....

Pfff, je pourrais y passer la journée, y'en a tellement.
Dès la scène d'ouverture du 1er épisode de la saison 1, où un perso raconte à mc nulty pourquoi le macchabé au sol était surnommé comme ça (me souviens plus du surnom).
La fin de stringer Bell dans l'immeuble en chantier avec mouzone et Omar.
Chaque scène ou un perso est pris dans le tourment intérieur, très bref et subtil, d'une force et finesse inouïes à chaque fois.
Des acteurs amateurs issus du monde décrit par la série (le vieux pasteur noir qui aide la communauté est un ancien proxénète de Baltimore).
Le regard intense et d'une beauté époustouflante de Dennis "cutty" Wise (homonyme d'un célèbre footballeur, le lien est là). Un des perso qui m'a le plus touché avec Bodie...
Orso94210 Niveau : CFA
Je me souviens de la scène où le lieutenant (?) Colvin réunit les gamins dans le lycée pour leur expliquer la nouvelle donne par rapport au traffic.

C'est le bordel, le brouhaha. Aucun des gamins ne l'écoute.

Et là, t'as une actrice qui joue le rôle de la directrice qui arrive et qui d'une phrase les calme tous. Je me dis "elle est incroyable cette actrice, on y croit vraiment."

Et pour cause. Dans la vraie vie elle est la directrice de l'école dans laquelle la scène est tournée. Tous ces amateurs qu'ils ont castés apportent énormément.
P'tin de première scène, dès le début je savais que je serais accro à cette série :))

@boula
C'est "Snot" (ou pas loin, souvenirs embrouillés) pour "morveux", le surnom du gamin mort dans la 1ère scène:

"Mais pourquoi vous le laissiez jouer aux dés, s'il se barrait à chaque fois avec le fric?"
"Mec, c'est l'Amérique..."
@orso

Yep, plusieurs "rôles" de The wire sont tenues par des acteurs "amateurs" qui ont a peu près la même vie...
Snoop (la tueuse aux ordres de Marlow) est une vrai tueuse/soldat de Baltimore...
Orso94210 Niveau : CFA
Ca met en relief toute l'absurdité de ce système.

Pourquoi continuer à entretenir un système qui est voué à l'échec (prohibition, criminalisation de certaines populations...)?

Parce que c'est l'Amérique, mec.
Ce commentaire a été modifié.
Orso94210 Niveau : CFA
@Moi jeu

Yes.

J'avais vu un interview du mec qui joue Omar. Il raconte qu'il l'avait repérée dans une boîte de Baltimore. Il la trouvait incroyable et la fixait du regard.

Ni une ni deux Snoop déboule vénér à base de "qu'est-ce que tu me regardes?" Et là il lui explique qu'ils tournent une série et qu'il faudrait vraiment qu'elle passe un casting avec eux et lui refile l'adresse.

La plupart des figurants sont des profs, flics, mecs du ter-ter, etc... C'est de là que vient l'authenticité folle de la série.

Je pense vraiment qu'un The Wire à la française est faisable et plus que souhaitable. Après, comment, avec qui, et surtout sur quel media ?
@moi jeu
C'est exactement ça ! Avec un plan final de cette scène sur le cadavre. Tu le regardes plus de la même manière après cette tirade...
@ orso

Les "bonus" de la série sont très intéressants, pour une fois ^^, et de très bons "making-of" ou reportage/interviews ont été faits sur le sujet ;)

Je connaissais pas l'anecdote sur "snoop", merci :)

Je sais aussi que dans la saison sur le journal, beaucoup des rôles sont interprétés par des journalistes, idem pour les profs pour le milieu scolaire.
@boulaouane

j'étais déjà embarqué, avec un sentiment de regarder passer un ovni, au ralenti, devant moi, qui me fixe de son regard et de sa profondeur...

Je te réponds ici pour ton premier com' (plus simple), quand j'ai fini la série, ça m'a fait tellement bizarre, que je me la suis retapé depuis le début, pour tout me remettre en tête, et assembler toutes les pièces du puzzle...
Je pouvais pas rester sur cette fin, avec tellement de vide et de questions laissées là, comme ça...
Il fallait que je (re)vois la globalité de la fresque, ne pas rester sur une portion si restrictive :)
Orso94210 Niveau : CFA
@moi jeu

J'ai eu coffret Blu-Ray à Noël (joie).

Je me mettrai les bonus avec délectation du coup.
Henrik mot compte triple Niveau : DHR
morve !!
Cafu crème Niveau : Ligue 2
Note : 2
Meilleure série de tous les temps. Tu regardes le premier épisode tu te dis mouais ok.

Au deuxième tu te dis que c'est bien foutu quand même. Au troisième t'es accroc.
Avez vous capté? Pas une seule zic de toute la série (excepté le générique). Puis cette longue séquence musicale de fin qui dit adieu à tous les personnages et vous laisse dans un vide-spleen peu commun...
Au dessus d'une vidéo récapitulative de l'année des mes rochers rouge et blanc...
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 1
Une seule musique ?

Tu entends par là qu'il n'y pas une seule musique dans la série ?
Car je me souviens d'une scene Avon-Stringer avec "Akon - Locked Up" en fond.
En fait la serie à sa propre musicalité. Il y'a un travail de son remarquable car c'est la rumeur de la ville qui fait œuvre de bande son.
Je crois aussi que c'est un choix de mise en scène pour ne pas ajouter du pathos facile et rester documentaire.
Orso94210 Niveau : CFA
"Witness" de Roots Manuva.

Après, c'est vrai que la musique est plus présente dans les bagnoles des personnages qu'en fond sonore.
Roots Manuva qui est anglais ! (Et un tout bon du hip-hop)
En parlant d'anglais, j'en ai découvert un tout bon aussi, c'est casisdead.
https://m.youtube.com/results?q=casisdead&sm=1
Ce qu'il décrit dans ses morceaux est hyper raccord avec la serie, d'autant qu'il parle de ce qu'il voit et vit/a vécu.
Masta Ace "unfriendly game"...
c'est le souvenir que j'avais. Un mec un peu aviné me la confirmé dernièrement. Je me trompe peut être.
Si y'a un spécialo...
Il y a beaucoup de musique dans la série, mais elle est intégrée à elle, en fait, c'est la musique que les personnages écoutent, celle qui passe dans les bars, clubs etc...
Il n'y a pas de bande-son extérieur à l'environnement de la série, à part le générique, ce qui permet de toujours être immergé totalement.
Je me souviens de cette merveille qui passe à un épisode où Bubbles est dans une voiture https://www.youtube.com/watch?v=KDTXljIqxRE

Mais j'ai jamais retrouvé la scène

Ptain et vous avez même pas encore parlé de Bubbles quoi
quand je matais the wire, j'avais le wu tang et gil scott heron qui jouait dans ma tête.
gil scott heron qui a connu une déchéance comparable à celle des perdants pas magnifiques de the wire, avant de connaitre une magnifique résurrection musicale en 2010, avant de s'en aller définitivement sur cette dernière splendeur au titre très évocateur:
https://www.youtube.com/watch?v=v_VJrFZ … 5FE66FC10B
https://www.youtube.com/watch?v=SOcWlHE … 2&index=12

Pas de musique dans The Wire ? je sais pas comment vous faites pour parler de la saison 2 en oubliant cette scène incroyable: le dossier de Sobotka traverse les bureaux du FBI dans un caddie pendant que le grec se déchire la panse.
Je vous la mets la pour ceux qui ont l'estomac accroche.

https://www.youtube.com/watch?v=JBfxY8auhhI
Ce commentaire a été modifié.
Psychedelic Train Niveau : CFA2
@boulaouane,

Si ça n'est déjà fait, en fan de The Wire et de la musique de Scott Heron -que je ne suis pas-, je te conseille son roman Le Vautour.
Je ne connais pas, j'irai voir. Avec un peu de chance, ça peut me réconcilier avec la lecture.
Merci à toi.
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Arf, te réconcilier avec la lecture? Je te le souhaite de tout coeur, et c'est vraiment un bon polar, bien qu'autobiographique. Raison de plus de le lire!
j'étais un boulimique de lecture, et puis je ne saurai dire pourquoiu mais j'en ai perdu le goût.
y'a qqes rares bouquins qui m'ont scotché (despentes, mc liam wilson, fante), mais plus compliqué de trouver des feuilles qui m'absorbent.
denis brognard Niveau : Loisir
C'est le moment pour toi d’attaquer american crime...
La saison 3 vient de finir et c'est tjrs aussi grandiose.
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Très bon aussi, American Crime, mais à ce niveau-là, il y a quand même beaucoup d'excellentes séries. Bon, par rapport à la volée précédente de commentaires, celle-ci pèche un peu par son abus du pathos et en mettant systématiquement des extrêmes en regard. Mais c'est du bon, je te rejoins au moins là-dessus.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 1
Ce que t'as vu de mieux, carrément ? Putain, boula, t'as la mémoire courte. Papa Schultz, ça te dit rien ?
Hé hé
Crois le ou non alegria, mais je n'ai jamais regardé papa schultz. Comme beaucoup de series de l'époque dont mes potes se goinfraient et se racontaient les épisodes le lendemain. Petit sentiment d'exclusion, déjà...
P.S: je me joint à la cohorte des gens content de te revoir dans ces parages.
Keyboard Warrior Niveau : DHR
Pour les amateurs de lecture, il y a Baltimore de David Simon, le show runner de The Wire.
Il y raconte son année passé en compagnie des flics au sein du service homicide de la ville. C'est aussi jouissif et intelligent que la série, avec pas mal d'histoires et de personnages qui l'ont inspirée.
Simon est un ancien grand reporter du Baltimore Sun. Avec ses Burns, un ancien flic de l'homicide, ils ont écrit la serie.
Quand tu vois l'équipe d'élite des scénaristes, tu tripes....
Keyboard Warrior Niveau : DHR
On retrouve Burns dans Baltimore (le livre..).
Oui!
Je crois qu'en terme de justesse et de richesse scénaristique, il n'y a pas mieux!
et bien évidemment, +1 pour le pseudo
48 réponses à ce commentaire.
WillyBrownSugar Niveau : District
Et le sénateur Clay Davis c'est Sepp Blater ou Platini?
Shiiiiiiiiiiiiiiiiit !!
Copaiiiiiiiiiiiiin !
très difficile à retranscrire ce "shiiiiiit". Il part de très bas et s'envole.
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 1
Me suis toujours demandé ce que ça donnait en VF. Ça doit être tellement affreux
en fait il reste très bas. Bien au fond des couilles. une merveille
WillyBrownSugar Niveau : District
Idem! Je n'ai d'ailleurs jamais tenté de voir ne serait-ce qu'un extrait en VF! Surement le meilleur moyen pour désacraliser ce chef d'oeuvre je crois!
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 1
Magnifique scene de la saison 1 aussi ou McNulty et Bunk sont sur la scene de crime dans la maison et balancent je ne sais combien de "Fuck" / "Oh Fuck" pendant bien 3 minutes !
Cette scène est dingue ;))

La preuve (en théâtre) que peu importe les mots, le jeu d'acteur peut suffire à rendre une scène très explicite...
11 réponses à ce commentaire.
Maurizio ganz de zoilette Niveau : DHR
La meilleure série de l'univers. Une fresque absolument grandiose. Que ça soit au cinéma ou en série j'ai jamais connu mieux. C'est la crême de la crême.
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 1
Avant de rentrer dans la lecture de l'article, je tiens à dire et clamer haut et fort que The Wire est ce qui m'a été donné de mieux à voir (concernant les series Tv).

The Wire est ce que Zidane est à la roulette, ce que Garrincha est au dribble, ce que Totti et Maldini sont à la fidélité et ce que la coupe de Ronaldo à la World Cup 2002 est au craquage capillaire.
Orso94210 Niveau : CFA
Je m'inscris en faux. Tu apprécies des magiciens tels que les joueurs que tu as cité d'entrée. The Wire est plus dure à apprivoiser.

Par exemple. La saison 2, comme pour beaucoup, m'avait un peu laissé sur ma faim. Ce n'est qu'au deuxième visionnage que j'ai réalisé que c'est peut-être une des meilleures de la saga.

The Wire n'a pas les même ressorts scénaristiques classiques que les autres séries (pas de cliffhanger, pas vraiment de gros twists). The Wire, il faut apprendre à l'apprécier pour te rendre compte qu'elle est indipensable.

The Wire, c'est Matuidi en fait...
Ce commentaire a été modifié.
Hérétique !
Les limites de Matuidi tu les connais tout de suite.
Celle de the wire reste encore un mystère.
Champion-mon-frère Niveau : Ligue 1
J'ai eu un peu de mal à rentrer dans la saison 2 (sans doute le "changement" de lieu et l'ajout de nouveau perso). Mais au final, c'est l'une de celle que j'ai préfèré.

Mention speciale à Spiros "Vondas"
Ce commentaire a été modifié.
Cafu crème Niveau : Ligue 2
Note : 4
Matudi c'est Lost. Quand tu les vois arriver tu te dis putain ça à l'air énorme quand même.

Et après trois saisons non en fait valait mieux s'arrêter la.
Orso94210 Niveau : CFA
Je trouve les acteurs encore plus puissants.

C'est peut-être le contraste entre la saison une, plus centrée sur le game, les flics les gansgters et la deux dans l'ambiance plus calme des docks qui fait ça.

Nick au top. Ziggy en fusion (et le mec qui jour le père de Ziggy!!!), Spyros, le Grec...

J'étais franchement en bad au premier visionnage. Au deuxième ça prend du relief je trouve.
Orso94210 Niveau : CFA
Bon, Matuidi est peut-être pas le bon exemple. ^^

Zidane, Totti etc. C'est le perfection incarnée. Ce qu'on attend d'un joueur de foot. Ca remplit toutes les cases de cahier des charges d'un fuoriclasse. The Wire est plus subtil. C'est Breaking Bad, Game of Thrones...

Garrincha était un bon exemple ceci dit. Recoba ?
Garrincha aurait toute sa place dans the wire. Ça pourrait être le. Jeux ferrailleur qui prend duquan sous son aile et l'initie à la drogue pour supporter la vie de rue.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 1
Garrincha, je le vois comme un mélange entre Omar et Bubbles.
Orso94210 Niveau : CFA
Omar pour le côté assassin élégant, et Bubbles pour les excès. C'est juste.

Après, contrairement à Bubbles qui devient clean pour remonter vivre avec sa soeur, j'ai du mal à imaginer Mane devenir sobre pour reconquérir Elza. ^^
Bubbles est remarquable parce qu'il garde son humanité intact et son éthique perso en prenant sous son aile de jeunes junkies a qui il apprend la débrouille de rue. Old school !
Et sa relation avec Kima est bouleversante !
J'ai beaucoup d'affection pour Bubbles, qui est un des type les plus réglos de la série, tout en étant l'un des plus accros à la crasse de sa ville...
12 réponses à ce commentaire.
Si Benôit Assou-Ekotto avait vraiment prévu de lancer dans le porno, le générique "Way Down in the Hole" aurait été parfait pour son 1er film.
Serie légendaire en effet. Kylian M Bappe est Tony Carcetti, ce jeune prodige a l'ascension fulgurante, qui paraît inarretable , et qui pour le moment n'a pas dû abandonner son éthique et trahir ses promesses.
À voir comment ce sera lorsque l'appel d'un grand club, tel celui de l'état du Maryland, se fera plus pressant. Devra t il lâcher ses électeurs/ supporters monégasques ?

Marcelo Bielsa est le lieutenant Cédric Daniels. Sérieux, voire austère, ultra professionnel et compétent, il accorde une grande valeur à la parole donnée. Ses convictions l'emportent toujours au point qu'arrivé au sommet, il n'hésite pas à démissionner plutôt que subir l'ingérence et cautionner la médiocrité de ses supérieurs.
Mc nulty c'est suarez. Une tête brûlée qui a tout donné pour son job (la seule chose qu'il sache faire), quitte à se damner pour réussir son enquête.
Bien vu pour bielsa/Cedric
Bunk ce serait qui ?
Les épisodes du "tueur en série" (bracelet rouge) "inventés" par McNulty pour faire réagir sa hiérarchie sur les meurtres des "maisons vides" (Marlow) sont fous...

La scène dans la salle d'interrogatoire: où Bunk appelle Freemon pour raisonner McNulty, et quand celui-ci lui explique son plan et, au grand désarroi de Bunk, Freemon trouve ça génial, malgré sa grande intégrité, sur laquelle Bunk comptait pour convaincre McNulty de sa folie...

Ce serait le sauvetage, de la main, de Suarez, contre le Ghana.
2 réponses à ce commentaire.
Lucio = Brother Mouzone. Un tueur extrêmement pieux.
S. Govou = Bunk Moreland. Souvent bourré, mais toujours bon au turbin.
A. pirlo = Lester Freamon. Le mettre au placard fut la plus grande erreur de leurs managers.
et en plus il a piqué les jambes arquées de garrincha...
proposition joe serait mino raiola !
hé hé
4 réponses à ce commentaire.
Ibn Khaldoun Niveau : Loisir
Jolie idée. J'ai sauté sur le "papier", même si je ne suis pas le fan le plus fanatique de la série, mais je me suis vite arrêté, à cause de ceci : " « Sur écoute » , en VF, est devenu mythique par sa réalité"

Vous vouliez dire par son "réalisme"?

Qu'est-ce que ça donnerait Si les rédacteurs de so foot étaient les rédacteurs de so film? Rien. On ne verrait pas de différence.
Et bim ! L'ayatollah Ibn Khaldoon a encore frappé !
1 réponse à ce commentaire.
Ibn Khaldoun Niveau : Loisir
L'Apache va être furieux quand il apprendra que vous l'avez comparé à Omar. Vous touchez à un grand tabou, et dans le monde du foot et dans celui de la truanderie.
Elchelito delgado Niveau : DHR
J'ai adoré the wire ,mais aucun mec de la série n'a la moitié du charisme du gros Tony Soprano.

Quelle est votre saison préféré de the wire du coup les gars ?


Orso94210 Niveau : CFA
Oh, dur comme question.

La saison 4 se place là quand même...

La 5 aussi, car la boucle est brillament bouclée.
Je ne peux pas dire qu'il y'a une saison préférée. Disons que celle sur le système éducatif m'a particulièrement touché.
Mais the wire est un bloc avec un changement d'angle de vue. Le sujet c'est une ville-état (particularité de Baltimore) et en toile de fond, les États-Unis d'Amérique.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 3
Je suis d'accord, The Wire, c'est une cathédrale en kit. Chaque saison apporte un nouveau point de vue sur les événements, sur les personnages et tout ça s'accumule pour devenir une sorte de tragédie sociétale.
Ce commentaire a été modifié.
Keyboard Warrior Niveau : DHR
Quand j'ai entendu Najat Vallaud-belkacem expliquer son principe de cours à deux profs qui doit permettre de soutenir les enfants en difficulté sans les isoler (pas d'avis, je ne suis pas compétent), j'ai tout de suite pensé à cette incroyable saison de The Wire !
McNulty et Omar ont un T.Soprano dans chaque bouteille et chaque canon scié ;)
Elchelito delgado Niveau : DHR
Ouai je Omar c'est vrai mais pas Mcnulty ou alors tu pas vraiment regardé les sopranos!
Je parlais autant sur le perosnnage que sur l'acteur, franchement James gondolfini Il bouffe l'écran , Un depardieu mafieu italoamericain du New jersey crasseux
J'aime beaucoup les Sopranos, surement ma 2ème série préférée...
Et Gandolfino est fantastique, surement l'une des meilleures associations acteur/personnage :)

C'était aussi pour le bon mot, mais je trouve vraiment McNulty, et Omar, hyper charismatique, dans leurs rôles, sans entrer dans un comparaison futile ;)
Les 5 perso, et à souligner que la "fin" est brillante, ce qui est rare pour une série...
Seule Sopranos, The Shield s'en sont approchées. (à mon avis)
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 3
Mec, en matière de dénouement tragique, je dois être l'un des seuls en France a pouvoir le dire (avec quelques mères au foyer), mais le final de La Petite Maison Dans La Prairie se pose là.
Figure-toi que les mecs, après avoir passé 10 putains de saisons à remonter leur bled, à refondre une cloche pour l'église, à bâtir une école, à retaper cette foutue grange (Ingalls, il passe la moitié des épisodes à clouer des planches dans sa grange ; l'autre moitié, il coupe du bois pour faire des planches à clouer dans la grange), après avoir tout mis en oeuvre pour vivre enfin sereinement, les gars décident d'aller vivre dans la grande ville voisine et de faire exploser le village.

Ils pètent Walnut Grove à la dynamite !

Socialement, c'est très fort ce que dit ce punk de Michael Landon.
Merci pour la dissection de "la petite maison..." ;)

J'avoue n'avoir jamais regardé, ou y trouvé de l'intérêt, même pour la sieste, mais ton explication de texte est brillante :)
je regardai pour 2 raisons, le générique où la petite Carrie se gamelle en courant dans les prés, et pour voir les frasques de nelly olson.
goozigooze Niveau : DHR
@alegria
Le final de la petite maison dans la przirie. Les larmes véritables.
Émouvant
Oh merde, j'arrive après la bataille on dirait.

Pour moi la saison deux est la plus réussie pour une raison simple.

Après l'introduction à l'univers de la série que constitue la saison 1, dont le thème est assez classique (les bandits vs les flics), la saison 2 rentre dans le réel questionnement des auteurs, à savoir : qu'est ce qui cloche chez nous ?

Or la bataille de Franck pour obtenir la réfection du grain pier et le dragage du canal, dans le but de récupérer le potentiel industriel du port, se heurte à la volonté de la mairie de transformer la zone en condos pour yuppies.
Franck veut du taff pour ses gars et une industrie, le pognon veut des belles maisons pour ses sbires.

C'est dans cette saison qu'il y a cette citation qui est emblématique : "we used to build things in this country, now we just put our hand in the next guy's pocket" (à peu de choses prêt, je vous la fait de mémoire).
C'est ce principe qui coutera son projet et sa vie à Stringer : l'envie de legit alors que les meilleurs gangsters sont en costard.
Je fais ici un parallèle avec il était une fois dans l'Ouest ou un autre Franck essaie de devenir un homme d'affaire et en meurt, ce qui devrait te plaire @Alegria.

Et c'est d'ailleurs le nœud du problème qu'expose la saison deux : si tu files du taff aux gens ils vont pas faire n'importe quoi.
Si tu leur en file pas, ils vont plonger, même ceux qui, une ou deux générations plus tôt, ne tombaient pas : le personnage de Nicky est à cet égard très bien écrit.

Bref, l'emploi et de la répartition des richesses sont au coeur de tout.
Du déséquilibre découle sur tous les malfonctionnements évoqués précédemment (saison 1), et par la suite, sous des angles différents et non moins passionnants.

Une mention spéciale à la fin de la série.

il est extrêmement difficile de bien finir une série, et selon moi qui accorde autant d'important au voyage qu'à la destination, The Wire est à cet égard, le chef d’œuvre ultime.
13 réponses à ce commentaire.
Ibn Khaldoun Niveau : Loisir
Aucun des rapprochements faits, dans le "papier" et dans les commentaires, ne marche vraiment...
On essaie, on tâtonne, on va y arriver...
1 réponse à ce commentaire.
KyubiDesSurfaces Niveau : District
Lester Freeman = Claudio Ranieri. Sous-côtés toute leur carrière qu’ils finissent par un gros coup
Sénateur Davies = Blatter. Maîtrise le « game » dans toute sa laideur
Rawls = Flo Pérez. Exigent des résultats immédiats sinon tu dégages
Wallace = Vincent Koziello. Un jeune un peu trop naïf pour ce game
Cedric Daniels = Cristiano Ronaldo. Une ascension fulgurante méritée pour ces deux bourreaux de travail.
Bunk = Higuain. Des résultats toujours au rendez-vous malgré des méthode d’un autre âge et une hygiène de vie médiocre.
Kima = Nabil Fékir. Plus jamais les mêmes après leur grosse blessure.
Bodie = Russel Westbrook. C’est hors sujet mais la ressemblance physique est trop évidente
Orso94210 Niveau : CFA
D'Angelo = Jacques Glassmann

Il veut sortir du game et finit par en payer le prix.
Parfait ! Il ne se refuse pas une rédemptions prétexte qu'il a croqué dedans. Mais il le paie cher.
+1 pour la ressemblance Bodie/Westbrook ;)

C'est la même personne en fait mais chhhut....
3 réponses à ce commentaire.
MERCI pour ce papier Sofoot !!

Tant de souvenirs remontent et me réchauffent...

Bon, les comparaisons sont foireuses, mais peu importe, l'important était de nous faire parler de cette anthologie sociologique absolue qu'est ce chef d'oeuvre :))
Dans la même veine, si certains ne connaissent pas, D.Simon (et autres) a fait "The Corner": mini série de 6 épisodes, sur les drogués et dealeurs de Baltimore et "Generation Kill": sur les soldats cain-ri en Irak qui sont deux très bonnes mini-séries, on y retrouve tout le style "réaliste" et "sociologique" de The Wire" (Dans un environnement différend pour "Géneration Kill")
Je les recommande fortement :))
J'ai pas vu Treme, sa serie post katrina à la nouvelle Orléans. Tu connais ? Ça vaut quoi ?
Assez génial aussi, très musical, très coloré et assez apocalyptique (comme peut l'être The Wire..)
On retrouve pas mal d'acteurs en plus, moi j'ai kiffer ;), Bunk, Freemon et d'autres... (plus, par exemple, un John Goodman, que j'adore..)

La série (dans son fond) atteint pas le niveau de The Wire, mais comment le lui reprocher :), elle reste quand même très agréable et pertinente, avec cette fois, un centre du regard plus porté sur les "survivants" musiciens et carnavaliers, post-Katrina, plutôt que les ghettos de Baltimore...
Et la zique mec, la zique de Treme...
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Ah! Oui, la zique, les traditions, les gens, le quotidien, les touristes, la survie, l'espoir, la passion, les syncrétismes, le melting pot, Mardi Gras, la Funk, le Jazz, les cuivres, toute une ribamblelle de superbes acteurs, la vie! Je l'ai déjà dit plus haut ou plus bas, mais pour moi et pour des raisons différentes, The Wire et Treme se valent largement, Treme relevant encore plus de la fresque sociale que The Wire pour moi, ou en tous cas d'un autre genre, moins "sensationnaliste" ou du moins "exclusif". A voir, vraiment!
Jeune quille Niveau : CFA
 //  18:31  //  Socio de la Suisse
Treme, moins prenante à mon sens, mais rien que pour la musique et le fait de retrouver les acteurs de The Wire ça vaut le coup.
Ce commentaire a été modifié.
Keyboard Warrior Niveau : DHR
Generation Kill, c'est vraiment dingue !
Je l'ai revu il y a peu, la série t'attrape tout en étant traversée par l'inquiétude des conséquences de cette guerre dégueulasse. Une merveille.
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Il y 'a, un peu à la manière des deux films de Clint Eastwood, Lettres d'Iwo Jiwa et Mémoires de nos pères, enfin, juste sur le principe de regards sur des guerres, une série équivalente sur la 2de GUerre Mondiale : malheureusement, le titre m'échappe, qui pus est je me demande s'il n'y a pas une 3e série de ce type sur encore une autre guerre à une autre époque... Mouais, comm très très constructif, désolé.
Jeune quille Niveau : CFA
 //  18:33  //  Socio de la Suisse
"Show me a hero"

A regarder pour tous ceux qui ont vu The Wire avec un regard analytique sociologico-politique. J'ai adoré.
8 réponses à ce commentaire.
seanbateman@92 Niveau : Loisir
Superbe série mais je préfère quand même The Shield. Une rencontre Vic Mackey - Stringer Bell aurait de la gueule !
VanBaston Niveau : DHR
Meilleure série de tous les temps ? Peut être ...
Je vous envoie Rust il coffre tout le gang d'écorchés vifs, tout seul !
La Crampe Niveau : DHR
Certes, c'est une excellente série mais pour moi, The Shield est au-dessus et de loin. Il y a qu'à voir le rôle des deux protagonistes: Vic McKay defonce des guetteurs à coups de crosse de Beretta pour savoir où se trouve Armadillo tandis que McNulty se la joue gratte-papiers pendant que ses collègues répètent sans cesse que c'est "un sacré enculé mais un putain de bon flic" alors que concrètement, le fruit de ses investigations ne sont pas aussi déterminantes. Rien que de voir Forest Whitaker livré un des plus beaux rôles de l'histoire des séries américaines, The Shield est supérieur à The Wire. C'est Kobini et sens critique qui ont monté la hype sur The Wire, rien de plus.
Je ne connais pas les papiers de Konbini et sens critique, donc mon regard n'est pas biaisé.

The Shield (que j'adore, dans mon top5 série) est loin de The Wire, tout simplement en terme de complexité des personnages: The Shield se résume bien trop souvent à "le bien vs le mal", la complexité des flics de Shield est surfaite, les types qu'ils affrontent sont tellement sales que leur "crasse" est superficielle et vite oubliée.

De plus, sociologiquement, The Shield se contente des bas-fonds de LA, là ou The Wire s'aventure dans toute la société de Baltimore: Port, Journal, Politique locale, Ghettos..etc

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais si on analyse le fond des deux séries, il n'y a pas photo ;)
VanBaston Niveau : DHR
Si vous partez par là, complexité de l'univers, profondeur des personnages, intrigues politiques, je conseillerais à ceux qui ne l'ont pas vue, une série sur les gangs de Birmingham siècle dernier (plus évidemment un travail supplémentaire sur les costumes et décors, plus ici une B.O. anachronique - qui peut moins plaire) : Peaky Blinders. Franchement à côté au ghetto de Baltimore ou L.A. ils ont la vie tranquille, c'est confort.
Bon WE everyone.
Salut Van Baston, énorme déception pour moi peaky blinders.

Caricature totale, rebondissements cousus de fil blanc et accents ridicules.
Dommage parce-que les décors et les textures sont remarquables, mais je trouve qu'on sent la crasse factice...
Psychedelic Train Niveau : CFA2
J'ai regardé The Wire et The Shield en alternance à l'époque, en même temps, et j'ai préféré The Wire, bien plus fine et sur laquelle je partage le point de vue de Moi Jeu. The Shield, à côté, c'est assez bourrin, mais quand on aime l'action, c'est vrai que c'est appréciable.

Une série qui n'est pas sans me ramener à The Wire, quoique se déroule dans des lieux un peu moins glauques, c'est Power et, je crois, ses deux saisons à l'heure actuelle.

Peaky Blinders, je ne la rangerai pas dans le même sac : c'est pas mal, mais pour moi et tout en en étant assez friand, ça fait partie de toutes ces fresques XIXe siècle qui montrent autre chose, à savoir des eus et coutumes d'une autre époque.
Jeune quille Niveau : CFA
 //  18:37  //  Socio de la Suisse
The Shield est plus prenante dans son rythme et ses rebondissements sans fin. Et son final... En PLS sur mon canapé.

The Wire est plus... sage, d'une certaine manière. A la fin la boucle se boucle et il ne reste plus qu'à réfléchir sur le pourquoi, le comment.
5 réponses à ce commentaire.
quelle série de fous furieux!! saison 2 au-dessus pour moi, l ambiance glauque du port, la bande de polaks et leurs connexions douteuses, les débats sur l automatisation déjà à l époque. La scène de Jimmy qui de prend deux fois le même mur est juste magnifique. Seule la saison 1 de true detective s approche d un tel niveau, dans un style tres différent. Shiiiiiiiiiiit sorry pour la syntaxe
Veni Vidic Vici Niveau : CFA2
Personne pour dire "sérié surcotée gnagnagna?
Je suis hyper déçu!

Je me souviens d'un article pathétique qui s'appelait "A-t-on le droit de ne pas aimer The Wire? Un condensé de tout ce que je déteste.

Sinon, je me joins aux louanges, même si depuis, y a eu d'autres séries hyper bien écrites: Les Sopranos, True Detective, Fargo et d'autres séries du même mec (Treme et Show me a hero). Mais quelle claque!
treme !!!!!!!!!!!!!!!!par les memes ou presque de the wire,la saison 1 est d'une beauté!
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Les quatre ou cinq, ou je sais plus!

Fargo, c'est très très fort aussi, en effet. Quel pied!
2 réponses à ce commentaire.
DonAndresVerratti Niveau : DHR
The Wire, est très à part dans mon classement personnel. Elle occupe une place de choix, pour plusieurs raisons:

- Les acteurs dont l'immense majorité des débutants ou semi-débutants, dont un grand nombre sont issus du monde décrit dans la série, et les sent imprégnés et cela se ressent (en particulier les personnages de dealers). Cela me rappelle Marcello Mastroianni, décrivant son rôle de Marcello Rubini dans La Dolce Vita, en disant qu'il n'avait pas besoin de jouer ce rôle, qu'il était tout simplement le personnage, tant il était le reflet de sa personnalité. Dans The Wire, la puissance et l'exigence de la mise en scène (excellent article de Télérama à ce sujet: http://www.telerama.fr/series-tv/the-wi … ,88967.php) participent de la création d'un univers plus vrai que nature.


- Ensuite comment oublier cette galerie de personnages complètement folle, Omar évidemment, Stringer l'un des plus grands "méchant" de l'histoire des séries américaines, le charismatique Avon Barksdale, l'impitoyable Marlo, l'inaccessible "Grec", Chris et Snoop, les tueurs à gages (fantastique), mais aussi les jeunes fauchés en plein vol, Wallace, D'Angelo "D" Barskdale, Bodie...


C'est également, les cuites de McNulty et Bunk, l'humour de Herc et Carver, la fusillade dans laquelle est prise Kima, l'intransigeance du lieutenant Daniels...


Et enfin ce sont des scènes, marquantes, parce que puissantes, vraies, qu'elles soient drôles où tragiques:

- S01: lors de l'arnaque aux faux billets: https://www.youtube.com/watch?v=FgW4qiMkdqw

- S01: Cette scène, quelle classe, quel art de la mise en scène, de la musique, quelle style ahah: https://www.youtube.com/watch?v=rpUHa2rCWeA

- S05: SPOIL La puissance, le charisme de Marlo, résumés en deux scènes:
https://www.youtube.com/watch?v=UKDVPsjl2ns

https://www.youtube.com/watch?v=q2kWBB7k11Q
le sourire de Marlo, rappelle d'ailleurs cette phrase mélancolique d'Avon:

https://www.youtube.com/watch?v=Kn76iJ0DOpI

- S05: Ultra SPOIL à n'ouvrir que pour ceux qui ont vu la série: https://www.youtube.com/watch?v=v72bOQxGoUI, mais ce dernier dialogue "How my hair look, Mike?" "You look good, girl" priceless

Enfin ceci est un résumé non exhaustif, d'ailleurs ma série préférée est Breaking Bad.
la 2ème scène que tu proposes réponds à une question posée plus haut concernant l'utilisation de la musique dans the wire. c'est une des rares scènes (de mémoire) où il y'a une vraie bande son, et non pas les musiques que les persos écoute en voiture où dans les bars...
1 réponse à ce commentaire.
Et puis Method Man (Cheese), je viens de me rendre compte que personne ne l'a mentionné.
Rien que pour ça...
il est vraiment touchant quand son clebs se fait massacrer dans un combat clandestin.
Ce commentaire a été modifié.
Orso94210 Niveau : CFA
Bof. Je trouve que c'est une des rares fausses notes de la série en terme d'acteur.

Il en fait des caisses et n'est pas crédible. Sans compter que le personnage est éxécrable. Ingratitude crasse envers son oncle. Veut toujours péter plus haut que son cul...

Un personnage dispensable. Enfin, c'est mon avis. Celui que je détestais le plus juste après la mère de Naymond.
D'accord avec toi ;)

Mais Method Man...
3 réponses à ce commentaire.
vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM il y a 39 minutes La bastos de Marcos Alonso il y a 2 heures Il foire sa panenka à la 96e minute 9 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 5 heures La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 il y a 6 heures Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 41 il y a 7 heures Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 5 il y a 7 heures Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 7 il y a 8 heures La demi-volée de Gignac 7 il y a 9 heures Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 19:18 Le bonbon de Malcom 11 Hier à 18:18 Le lob fou de Fekir 30 Hier à 13:53 Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10
Hier à 11:59 Les ultras allemands répondent à la DFB 13 Hier à 10:07 Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16