En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // Insolite
  2. // Journée internationale de la frite belge

Si les footballeurs étaient faits de pommes de terre

Les joueurs de foot sont des patates. C’est à peu près ce que sous-entendent les ennemis du ballon rond. La journée internationale de la frite belge était l’occasion parfaite pour imaginer les héros de la pelouse sous forme de pomme de terre.

Modififié
  • La frite


    Oui, la superstar de la pomme de terre a fait ses preuves en France. Oui, après s’en être régalé pendant des années, les Français ont essayé de se l’approprier. Oui, les étrangers qui n’y connaissent rien pensent que les Français ont raison. Mais non, la frite est Belge, comme Eden Hazard, un joueur technique qui se déguste avec la sauce Brasil.

  • La pomme de terre à la cheminée


    Dans l’imaginaire collectif, c’est un régal. Il faut dire que les quelques souvenirs qu’on en a sont bons et même plus que ça. La pomme de terre à la cheminée, c’est rare mais précieux et surtout, c’est élégant. Emmitouflé dans le papier aluminium, on la voit en train de cuire et on se dit que ça va être dingue juste parce que ça ne peut pas être autrement. Mais la pomme de terre à la cheminée, c’est aussi le risque d’un gros raté en terme de cuisson : parfois trop dure, parfois trop cuite, parfois pas assez. Toujours attendue mais pas souvent réussie, en fait. De là à enduire Hatem Ben Arfa de beurre persillé, il n’y a qu’un pas.

  • La purée maison


    Un long processus. Quand on épluche les pommes de terre du côté de Cannes, on ne se dit pas encore que tout cela va être extraordinaire. Puis on met les patates dans l’eau, puis on les passe, puis on met du beurre, beaucoup de beurre. La purée, c’est technique et lent mais surtout, c’est respecté de tous, partout sur la planète. Peu importe les partenaires qui l’accompagnent, la purée rend les autres meilleures mais est capable de briller seule et de varier son jeu. Oui, il y a du Zinedine Zidane dans la purée.


  • La purée mousline


    La purée maison pour les flemmards. Du Zidane en flocon dans lequel on rajoute du lait. La purée mousline, c’est ce truc pas très bon dont on garde quand même un souvenir sympathique. Une bonne raison de ne pas oublier d’assaisonner Mourad Meghni.

  • La potatoe


    Différente et délicate, la potatoe se distingue tellement des autres qu’elle a parfois l’air de ne pas appartenir au monde impitoyable de la pomme de terre. Trouvaille au milieu d’un cornet de frites au McDo, elle montre sa différence avec fierté. Au fond, la potatoe ne laisse personne indifférent : certains disent qu’elle est l’une des plus grandes préparations à base de pomme de terre du monde, d’autres affirment qu’elle est surcôtée au possible. Si son adaptation en Europe n’a pas toujours été facile, elle n’en reste pas moins un met d’exception, délicieuse comme un petit-pont de Juan Román Riquelme.

  • Le hachis parmentier


    Jamais sans ses potes. La place de la pomme de terre dans le hachis parmentier à cela de fascinant qu’elle est à la fois indispensable au plat et à la fois l’ingrédient le moins attendu. Dans le hachis, la patate a besoin de la viande hachée et du gratin pour pouvoir vraiment éveiller les papilles. Grand classique à base de pomme de terre, le hachis est titré à de nombreuses reprises sans trop qu’on sache comment. Merci, Alvaro Arbeloa.

  • La pomme dauphine


    On croirait manger un nuage. Petit et léger, ce mélange de pâte à choux et de pomme de terre est surtout consommé pendant les fêtes. Au fond, c’est une douceur que l’on mange très rarement mais que l’on voit de temps en temps et qui ne déçoit jamais au moment de faire le show. Au fond, la seule différence avec Sebastian Giovinco, c’est que l’on ne peut pas encore en manger sur YouTube.


  • La pomme rissolée


    Toute carrée, pas incroyable, surgelée mais qui est capable de faire le boulot avec de bons partenaires et du ketchup. Thomas Gravesen au Real Madrid.

  • La patate à l’eau


    Celle sans qui rien de tout cela ne serait arrivé. La préparation dont on parle encore aux jeunes d’aujourd’hui, même s’ils la trouvent insipide. Les vieux disent d’ailleurs que le temps passe mais que la patate à l’eau reste. Pas de purée sans patate à l’eau, pas de raclette non plus. Pas de Zizou ou de Maradona sans Pelé. La légende veut même qu’il a mangé plus de mille patates au cours de sa carrière.

  • Les pommes sautées


    Le triomphe du goût et de la technique, rien d’autre. Les pommes sautées, c’est une affaire de cuisson, d’assaisonnement mais aussi l’éloge de la simplicité, de la beauté pure. Sur les cartes des restaurants, les pommes sautées ne font peut-être pas la carrière qui leur était promise, mais elles donnent du plaisir à tout le monde, comme Dimitar Berbatov.

  • Les chips


    La patate qu’on a transformé pour pouvoir prendre l’apéro. Une idée brillante qui, au fond, n’a plus rien à voir avec de la vraie pomme de terre. Juste un truc croustillant qui fait le show avant le vrai plat. Ou avant les matchs. Séan Garnier.

    Par Swann Borsellino
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1 jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
    il y a 3 heures Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 11 il y a 4 heures Les lumières s'éteignent en Argentine 4
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24
    À lire ensuite
    La fiche de Nice