1. // Journée mondiale du compliment

Si les footballeurs étaient des compliments

Le football est une allégorie du plaisir, et ses joueurs des incarnations de compliments que l'on aimerait distribuer tous les jours. Revue d'effectif.

Modififié
61 2

Affectueux

Non, ce compliment n'est pas réservé aux chats. Il peut aussi être destiné à une personne, et même être incarné par un joueur de football. En l’occurrence, qui d'autre que le félin Bernard Lama ? Un jaguar plus doux que Joey Starr, qui préfère s'adonner aux plaisirs cotonneux de l'herbe et sortir les OCB plutôt que la feuille de boucher. Un chat qui couve aujourd'hui les jeunes pousses de l'académie Diambars d'un œil bienveillant. Et s'il lui arrive parfois de sortir les griffes, ce n'est que pour remettre les choses à leur place, sur RMC en 2015 : « Pourquoi vous ne dites pas "le meilleur gardien du monde", mais toujours "un des meilleurs" ? Avouez qu’à un moment donné, j’étais le meilleur, tout simplement. Ce n’est pas compliqué à avouer, je pense. » Le matou aime qu'on le caresse dans le sens du poil.

Le compliment d'objet direct : « Sois affectueux mais dangereux, saute sur moi comme Bernard Lama ! »

Ambitieux

Parfois vicieux, l'ambitieux est mieux coté dans les buildings de Wall Street que sur les plages de Goa. Un compliment à double tranchant donc, à manier précautionneusement. L'ambition avec modération, soit ce qui caractérise Zoumana Camara. Passé en huit ans des terrains au banc du Paris Saint-Germain, le défenseur formé dans le Forez s'est contenté d'accumuler les trophées à défaut des matchs. En 2015, il a fait le bilan, calmement, et a décidé de tirer sa révérence sur un dernier petit plaisir : « L’un des plus beaux compliments de footballeur que l’on m’ait fait, c’est de me dire que j’étais le "Maxwell français". » Ambitieux, mais pas trop.

Le compliment à la coule : « J'aime ton ambition de Papus, de celui qui en veut mais pas plus. »

Exquis

Un compliment qui sent le whisky tourbé et respire les volutes d'un Havane. Un adjectif que les surréalistes ont accolé au cadavre pour définir une création collective et inconsciente : « Le cadavre exquis boira le vin nouveau. » Collectif et parfois inconscient était le jeu du Borussia imaginé par Klopp et mené par Shinji Kagawa. Mais, quand en mars 2015 Jürgen veut lancer des sakura à son Nippon, point d'Hibiki ou de Gewurztraminer. Non, pour le coach à casquette, son joueur est « comme une saucisse dans un sandwich » . Hop, un hot-dog et un Montecristo pour l'exquis japonais.

Le compliment gourmand : « Plus exquis que Shinji, plus extra que Kagawa, il n'y a qu'ici, il n'y a que toi. »

Indomptable

L'indomptable est glorifié. Il est celui qui ne se plie pas aux règles communes, celui qui trace sa route coûte que coûte, et peu importent les baveux. Un compliment périlleux, l'indomptable étant susceptible de se cabrer à tout moment, mais aussi une caresse pouvant faire mouche dans la crinière d'un lion. Et El-Hadji Diouf fait partie de ceux-là. Qu'il soit de la Téranga ne le rend pas moins indomptable. D'ailleurs, l'ordre des espèces, très peu pour Diouf qui sait à l'occasion se métamorphoser en lama. Ou en serpent, lorsqu'il dégaine un compliment maison à l'endroit d'Anton Ferdinand : « J’ai jamais vu quelqu’un avec deux pieds gauches comme lui. Et il n'est pas gaucher. » . Ainsi soit Diouf.

Le compliment naturel : « Ô mon sauvage, mon indomptable, tu es le Diouf de mon cœur, le roi dans ma savane. »

Mystérieux

À l'heure où tout se sait, où Facebook a de meilleurs souvenirs que vous de vos dix dernières années, où les caméras de surveillance peuvent retracer vos chemins quotidiens, le mystère est une valeur refuge. Mais, parfois, ce mystère peut masquer un vide insondable, une vacuité galactique. C'est malheureusement de ce côté que penche Mario Balotelli. Qu'a-t-il voulu dire en 2013 quand, à propos d'une comparaison avec Ibrahimović, il répond que « c'est un compliment pour Ibra » ? Que se passe-t-il dans sa tête pour qu'in fine il se demande « pourquoi toujours moi ? » Balotelli est un mystère non résolu et quelque part, c'est pour ça qu'on l'aime.

Le compliment incompréhensible : « Mystérieux comme Mario, sibyllin tel Balo', pour moi tu seras toujours toi. »

Sculptural

Quel homme ne serait pas heureux qu'on dise de lui qu'il est « sculptural » ? Sûrement pas Cristiano Ronaldo. Celui qui s'envoie des tranches de 3 000 abdos par jour, celui qui aime dessiner son corps pour mieux le montrer un soir de finale de Ligue des champions, est un monument dans son genre. Alors, sur l'île de Madère, on lui a dressé une statue bien montée et deux fois plus large que son melon. Une statue qui fait « suh ! »

Le compliment coquin : « La statue de Cristiano n'est qu'une pâle copie de ton membre sculptural. »

Sensuel

« Tous tes gestes en douceur, lentement dirigés, sensualité. Oh, stop, un instant, j'aimerais que ce moment fixe pour des tas d'années ta sen-su-alitééé » Il y a 22 ans (déjà...), Axelle Red célèbre mieux que personne l'homme porté vers le plaisir des sens. Ce n'est pas un hasard si, en 1993, Mickaël Pagis a 20 ans et débute dans le football professionnel. La légende veut que la rousse incandescente ait eu l'inspiration de sa chanson un soir d'avril devant un Stade lavallois – Chamois niortais de haute volée, malgré le score vierge. Depuis, Micka a défloré bon nombre de cages et continue à mettre des reprises dans tous les sens, sur le sable chaud des terrains de beach soccer. Car, à 42 ans, son maître-mot reste le plaisir. Le plaisir qu'il a donné pendant des tas d'années.

Le compliment chanté : « J'aime, j'aime ta sensualité, piqué Pagistral, caresse Pagicienne, sen-su-alitééé. »

Sincère

Qui n'aime pas la sincérité ? Le franc-parler, les yeux dans les yeux, l’honnêteté jusqu'aux tréfonds de l'âme ? Une vertu perdue par beaucoup, qui n'en retrouve que plus de valeur chez ceux qui la cultivent. Et si, au cultivateur Philippe Layat, Jean-Michel Aulas a préféré son Stade des Lumières, le patron de l'OL n'en demeure pas moins un amoureux de la franchise. Alors, quand en 2012 il compare Cris, Källström, Cissokho ou Bastos à des « pharaons » et des « dinosaures » , il prend rapidement soin de rétablir sa vérité : « Les remarques pouvaient aussi être prises comme des compliments. Après tout, qui n'a jamais eu envie d'être un pharaon ? Quant aux dinosaures, ils font encore rêver aujourd'hui. » Une vérité implacable sortie de la bouche d'un enfant. Depuis, JMA a découvert Twitter et laisse libre cours à son parler vrai.

Le compliment punchliné : « Tu es plus sincère qu'un tweet de Jean-Michel Aulas sur l'arbitrage »

Winner

Syn. : gagnant, Serge Aurier.

Le compliment mythique : « Oublie pas qu't'es un gagnant » , avec le sourire

Youtube

BONUS :

les compliments alimentaires, qui plaisent beaucoup à Ronaldo et à Jean-Claude Darcheville.

Auraient pu être cités : Brice Jovial, Johnny Placide, William Vainqueur, Jean-Michel Lesage, Jimmy Briand, Franck Queudrue...

Par Eric Carpentier, avec amour
Modifié

Hôtel avec Beauvue Niveau : District
Note : 1
Ah, Ouais, Quand même! L'autre jour je suis allé voir une expo sur un photographe qui représentait les sensations post-prises de LSD. Ca ressemblait un peu à ça.
weigl,weigl,weigl Niveau : CFA2
Mon japonais se limite à 3 ans d'aïkido, mais sakura c'est plutôt cerise que rose non?

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
61 2