“Si Blanc me convoque, je serai prêt”

A Majorque, il y a Michael Laudrup, l'oncle de Rafael Nadal et un jeune Français talentueux : Michael Pereira. Entretien avec l'une des révélations de la Liga en ce début de saison.

0 3
Tu peux nous raconter ton parcours ?


J'ai joué dans plusieurs clubs amateurs français, mais avant Majorque, je n'avais pas connu le professionnalisme. Quand les dirigeants de Majorque m'ont contacté, je jouais à l'UJA Alfortville en CFA... une autre planète que la Liga.

Comment as-tu été repéré par Majorque ?


J'avais réalisé une bonne saison à Alfortville où j'avais notamment marqué douze buts. A l'intersaison, j'ai commencé à faire quelques essais dans des clubs pros mais ça n'a pas marché. La Corogne, Carthagène, Boulogne-sur-Mer, Auxerre et Nancy ne m'ont jamais rappelé même s'ils se disaient intéressés. Avec Majorque en revanche, tout est allé très vite puisqu'il m'a suffi d'un seul match amical pour les convaincre de me garder.

Aujourd'hui les clubs qui vous ont recalé doivent se mordre les doigts en voyant votre bon début de saison...


Je ne leur en veux pas. Je pense qu'ils doutaient un peu de ma marge de progression, c'est ce qui les a freinés. Franchement, j'ai cru un moment que Boulogne-sur-Mer allait me garder, mais au bout de deux semaines, ils ont préféré ne pas prendre de risques avec moi. Quelque part, c'est tant mieux parce que si j'avais signé pour eux, je n'aurais pas connu la Liga.

Vous espériez avoir autant de minutes de jeu à Majorque ?


La moitié des joueurs sont jeunes et viennent d'arriver au club tout comme moi, j'étais convaincu que tôt ou tard, j'allais pouvoir défendre mes chances. J'ai beaucoup travaillé pour que le coach me fasse confiance et aujourd'hui je suis titulaire. Ce n'est pas pour autant que je vais me relâcher. J'ai 22 ans et je sens que je peux encore beaucoup m'améliorer.

Pour votre premier match en Liga, vous avez affronté le Real Madrid. Un sacré baptême du feu...


C'est clair. Quand je suis entré sur le terrain, j'ai ressenti beaucoup de pression, mais c'est vite passé. Contre le Real, t'as pas vraiment le temps de gamberger (rires).

Aujourd'hui, il y a beaucoup de clubs qui sont intéressés par tes services (Ndlr: West Brom, Newcastle, Girondins, Lyon...). Tu confirmes ? Qu'est-ce que tu comptes faire pour le prochain mercato d'hiver ?


J'ai entendu parler de ça. Je sais qu'il y a eu de l'intérêt de la part de plusieurs clubs français et étrangers mais je n'ai pas encore reçu d'offre concrète. De toute façon, je compte bien rester à Majorque. C'est ma première option. Ils m'ont fait confiance dès le départ en plus de m'avoir offert l'opportunité de jouer en première division. Je leur en suis vraiment reconnaissant.

Que penses-tu du niveau de la Ligue 1 vu d'Espagne ?


Le niveau est différent de celui qu'il y a ici, c'est sûr. Il y a moins d'argent, donc moins de stars. En France, on ne peut pas payer des joueurs 90 millions d'euros... Tout est beaucoup plus régulé. Quand tu regardes le classement, tu te rends comptes que c'est homogène, très ouvert.

Quel est ton favori pour le titre ?


L'OM a mal commencé mal commencé mais ça va mieux. C'est la meilleure équipe des deux dernières années. Après il y a aussi le PSG, très fort cette saison, mais ils ont l'habitude de s'enrhumer en hiver. S'ils ne ratent pas leur fin d'année, je les vois bien faire quelque chose.

Tu aimerais jouer en Ligue 1 ?


On verra en fin de saison mais tout dépend de mon club. La France, c'est mon pays, j'y suis né donc bien sûr que ça me plairait de jouer en Ligue 1. Mais si ça se fait, ça ne sera pas à n'importe quelle condition. Je ne veux pas faire de pas en arrière. Si je quitte Majorque, ce sera pour un club qui joue l'Europe.

Et les Bleus, tu y penses des fois ?


Si je joue avec Majorque, j'aurai des chances d'être appelé. Ça serait une belle récompense. Pour moi, les Bleus, c'est le summum ! J'apprends beaucoup de choses ici et si Laurent Blanc me convoque, je serai prêt. Mais bon, je ne me fais pas trop d'illusions pour le moment. Il y a beaucoup de concurrence et moi je n'ai que douze matchs de Liga sur mon CV...

Comment ça se passe avec Michael Laudrup ?


C'est un super entraineur qui comprend ce que ressentent les joueurs. C'est une chance d'évoluer sous ses ordres parce qu'il nous donne des conseils très précieux. Il ne parle pas beaucoup, mais quand il le fait, tout le monde l'écoute attentivement. Laudrup, c'est quelqu'un qui a énormément fait pour le football. En Espagne, c'est une star, d'ailleurs c'est lui qui signe encore le plus d'autographes. (rires)

Propos recueillis par Carlos Yague

Real Majorque/Malaga, Dimanche, 17H

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
ça serait bien pour les incultes dans mon genre d'indiquer le poste du joueur sur lequel on rédige un article... ça change peut-être pas grand chose sur le fond de l'article mais ça me semble être le minimum quand même

Mais merci pour cette interview
Pourquoi il y a du "vous" et du "tu" dans cette interview???
Par contre pas mal ce joueur pour en avoir déjà entendu parlé sur stade 2 y a un mois deja :)
Tu l'as vu joue un match entier?
Si Patrick Montel le dit alors..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Top 5 : Sankt Pauli
0 3