1. //
  2. // Gr. E
  3. // Italie-Irlande

Shane Long : made in Gaelic

Si l’Irlande veut passer en huitièmes de finale, elle devra compter sur un grand Shane Long. À 29 ans, l’attaquant de Southampton réalise sans doute la meilleure saison de sa carrière (28 matchs/10 buts en 2015-2016). L’homme sur qui repose aujourd’hui les espoirs de la « Green Army » aurait pourtant pu choisir une autre carrière, celle de joueur professionnel de hurling.

Modififié
177 6
Il le connaît bien, et il le redoute particulièrement. Dans un entretien accordé à la RTBF cette semaine, Jan Vertonghen, le défenseur de Tottenham, qui a fêté samedi sa 80e sélection avec les Diables rouges, a parfaitement identifié la menace qui aurait pu peser sur les Belges pour leur deuxième rencontre de la compétition face à l’Irlande, elle se nomme Shane Long. « C’est l’un des meilleurs attaquants de Premier League, il joue bien en profondeur, et possède un très bon jeu de tête. » Mais que Jan Vertonghen se rassure, il aura peut-être bientôt l’occasion de jouer sous les mêmes couleurs que son adversaire du jour. Depuis plusieurs semaines, la presse irlandaise et britannique se fait l’écho d’un intérêt persistant de Tottenham pour la pépite de Southampton. Mauricio Pochettinio a d’ailleurs été aperçu dans les tribunes de l’Aviva Stadium en compagnie de l’agent de Shane Long, lors de l’avant-dernier match de préparation pour l’Euro de l’Irlande face aux Pays-Bas (1-1).

Déjà dans l’histoire du sport irlandais


Éder, histoire d'une romance italo-brésilienne

Quelques années auparavant, ce n’est pourtant pas à l’Aviva Stadium que les recruteurs se pressaient pour voir évoluer l’attaquant irlandais. Mais plus au nord de Dublin, à Croke Park, le temple des sports gaéliques. Il est en effet le seul joueur dans l’histoire du sport irlandais à avoir évolué dans ce stade en tant que footballeur international et joueur de hurling. À l’âge de 18 ans, il avait participé à deux finales consécutives de la Munster Championship, en marquant à chacune d’entre elles. Avant de finalement opter de manière définitive pour le football. Pour parler de Shane Long joueur de sports gaéliques, qui de mieux que William. Cet Irlandais de 31 ans est aujourd’hui le secrétaire du club de hurling de Gortnahoe (village du centre de l’Irlande), là où a débuté Shane Long. Il a joué avec l’attaquant de Southampton pendant sept saisons, de onze à dix-huit ans. Il a gardé en tête les qualités dont disposait le numéro 9 irlandais dans ce sport. « C’était quelqu’un de très très rapide. Il était capable de sauter particulièrement haut. Mais il était surtout très fort physiquement, il était quasiment impossible de l’arrêter. »

John, le frère de William, est âgé de 29 ans. Il a commencé le hurling à 8 ans en même temps que Shane, un ami dont il est resté proche. Il se souvient de lui comme d’un leader, un peu particulier. « C’était pas un leader par la parole, mais par ce qu’il réalisait sur le terrain. Il jouait avec une telle agressivité et une telle rage que ça motivait tout le monde. » Des qualités qu’il doublait avec une grosse capacité de travail. « Il a toujours voulu être le meilleur, ou plutôt, il voulait toujours s’améliorer, il s’entraînait beaucoup, même quand il était très jeune, de ce fait il était régulièrement surclassé dans les catégories supérieures » , explique John. Mais le jeune Shane n’est pas seulement intéressé par le hurling. Il est également un talentueux joueur de football (appelé soccer par les Irlandais) et de foot gaélique. « Il était passionné par beaucoup de sports, il jouait au soccer et au foot gaélique dans des clubs locaux. Et il était également particulièrement doué. Dans ces deux sports aussi, les managers décidaient de le surclasser. Mais ce qui était impressionnant, c’est que, malgré tous les sports qu’il faisait pendant la semaine, il arrivait toujours en pleine forme le jour des matchs » , détaille William.

Soccer l’après-midi, sports gaéliques le soir


John Cremins, qui a été le manager de Shane lorsque ce dernier jouait au soccer dans le club de St Michels, juste avant qu’il ne parte à Cork, décrit des qualités similaires : « Ce n’était pas un leader, mais il guidait les dix autres joueurs par ses qualités sur le terrain. » Il parle de l’attaquant de Southampton comme le joueur que tout éducateur aimerait avoir. « Je dirais presque que c’était l’élève parfait, il a commencé réellement le football en club à 14 ans. Donc d’autres joueurs étaient meilleurs que lui. De ce fait, il me demandait énormément de conseils, et il en faisait toujours plus que les autres lors des entraînements. » Mais ce qui a le plus marqué John Cremins, c’est la condition physique du numéro 9 irlandais. « Le samedi après-midi, il jouait au soccer, puis le soir il allait au hurling, ou au foot gaélique. Je ne l’ai jamais vu blessé, je ne sais toujours pas comment il faisait. »


Tous sont d’accord sur un point. Si Shane Long est aujourd’hui un joueur au profil atypique, c’est qu’il a longtemps pratiqué les sports gaéliques. « Il ressemble à très peu de joueurs de Premier League. Il est très rapide, costaud physiquement, bon de la tête et a un jeu très agressif. Tout ça vient des sports gaéliques où vous avez besoin d’être agressif et très physique. » Un avis que partage le principal intéressé. Interrogé sur ce point il y a cinq ans par le site de sport irlandais sportjoe.ie, il avait confirmé que les sports gaéliques influençaient son style de jeu. « Ça demande d’autres qualités que celles pour lesquelles je m’entraîne normalement. Et les joueurs de sports gaéliques sont beaucoup plus en forme que ce que l’on pense. »

Hurling un jour, hurling toujours


Un sport qui l’attire toujours autant, même s'il est aujourd’hui footballeur professionnel. « Quand il jouait à Reading, il venait tous les étés s’entraîner avec nous. Maintenant non, il continue de venir, mais il ne fait que regarder, on lui a peut-être demandé de faire attention » , se marre William. « On a un groupe What’s App du club, pendant la saison, il envoie des messages toutes les semaines pour connaître les résultats, nous féliciter, avoir les dernières news du club » , explique John. Alors pourquoi ne pas avoir choisi le hurling plutôt que le soccer ? « Il faudrait lui demander, mais je pense que l’aspect financier est entré en ligne de compte. Dans les sports gaéliques, même les meilleurs joueurs sont très peu payés. » Ce mercredi soir en tout cas, Shane Long espère entrer un peu plus dans la légende du sport irlandais, en permettant à l’Irlande de gratter une qualification en huitièmes de finale. Ce qui n’est plus arrivé depuis 1976 en championnat d’Europe.



Par Charles Thiallier, à Dublin
Modifié

Dans cet article

TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Dans le même genre, il y a aussi Seamus Coleman qui a joué au football gaélique.
Mais c'est clair que le hurling, ce n'est pas fait pour les joueurs de football... Les caresses, c'est pas les même !

https://www.youtube.com/watch?v=RYhh1FHZYjg
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
"L’homme sur qui repose aujourd’hui les espoirs de la « Green Army» aurait pourtant pu choisir une autre carrière, celle de joueur professionnel de hurling."

Non, il n'aurait pas pu. Il n'y a pas de joueur professionnel dans les sports gaéliques. La GAA revendique le maintien du statut amateur pour tous ses membres.

Après, ça doit sûrement être comme le CFA de foot en France (ou d'autres sports d'ailleurs, le XV "corpo" d'Airbus Toulouse, ça envoie du petit bois à ce qu'il paraît...), les meilleurs joueurs doivent avoir des emplois (du temps) arrangés...

M'enfin, rien à voir avec un salaire de Premier League ou même de Championship, quoi.
Message posté par Il Ragno Nero
"L’homme sur qui repose aujourd’hui les espoirs de la « Green Army» aurait pourtant pu choisir une autre carrière, celle de joueur professionnel de hurling."

Non, il n'aurait pas pu. Il n'y a pas de joueur professionnel dans les sports gaéliques. La GAA revendique le maintien du statut amateur pour tous ses membres.

Après, ça doit sûrement être comme le CFA de foot en France (ou d'autres sports d'ailleurs, le XV "corpo" d'Airbus Toulouse, ça envoie du petit bois à ce qu'il paraît...), les meilleurs joueurs doivent avoir des emplois (du temps) arrangés...

M'enfin, rien à voir avec un salaire de Premier League ou même de Championship, quoi.


Tout a fait. Les grosses équipes ont une preparation quasi professionelle avec des stages pré-saison a l'étranger, entrainement quotidiens pendant les trois mois du inter-county championship. Et on retrouve pas mal de profs, étudiants, personel de banque ou assurance. Meme s'ils ne sont pas payés, ils profitent des kudos des sportifs de haut niveau: contrats pubs, voyages et goodies donnés par les sponsors, mediatisation, et des possibilités de reconversion en consultants ou VRP. Dans les années 50 il se disait qu'un titre de champion All-Ireland te garantissait un siege de député... Enfin ca ne concerne que tres peu de joueurs et les gains matériels par rapport aux efforts consentis sont minimes. C'est d'ailleurs pourquoi beaucoup des bons joueurs partent pour une carriere en rugby, soccer ou Australian rules.
Michel Drucker Niveau : DHR
Tous les joueurs irlandais ( nés en Irlande ) ou presque ont pratiqués à un moment donné un sport gaelic c'est une certitude.
On voit ainsi des joueurs avec des grosses capacités physique pour enchainer les efforts, et de manière plus spécifique au rugby une grande facilité sous les ballons haut ( merci le foot gaelic ). On peut citer Rob Kearney n15 en équipe d'irlande qui est l'un voir le meilleur réceptionneur sous les chandelles.
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
True fact : le Stade Toulousain a fait appel au club de foot gaélique local (tout frais double champion de France en titre) pour faire une démonstration de "high catch" gaélique après la Coupe du Monde de rugby particulièrement foirée par les Français dans ce domaine (non que ça ait été particulièrement brillant par ailleurs...).
Michel Drucker Niveau : DHR
Message posté par Il Ragno Nero
True fact : le Stade Toulousain a fait appel au club de foot gaélique local (tout frais double champion de France en titre) pour faire une démonstration de "high catch" gaélique après la Coupe du Monde de rugby particulièrement foirée par les Français dans ce domaine (non que ça ait été particulièrement brillant par ailleurs...).


Ah ouais c'est intéressant mais vu comment Médard joue pas sûr que ce soit été concluant.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Da Vinci Jankode
177 6