Shaka Ponk : « Les footeux n’ont pas à donner plus l’exemple que d’autres »

Né entre Paris et Berlin au début des années 2000 dans l’anonymat le plus complet, Shaka Ponk s’est fait une place de choix dans le rock alternatif français, au point d’en être venu à inonder les ondes des radios mainstream et d’écumer facile 90% des festivals de cet été. Rencontre avec Mandris et Steve, les deux frangins du combo.

Modififié
11 14
- Quel est votre rapport au football ? Vous y avez joué étant gamin ?

Mandris : J’ai joué dans un club pendant deux ans. Mais ça me prenait beaucoup de temps, alors j’ai arrêté pour me consacrer au skate. Mais j’en fais assez régulièrement avec des potes, ça permet de se faire du bien au corps tout en étant avec les copains. Ma star absolue, ça reste Cantona, un vrai punk. Il n’avait peur de rien, dès qu’un mec bronchait, un média ou un truc comme ça, il lui pétait la gueule. C’est punk, ça, mine de rien. Aujourd’hui, je suis ça d’assez loin, même si je joue pas mal à PES.

Steve : Moi, j’adore le foot, enfin surtout les compétitions internationales. Parce qu’en fait, pendant les matchs de Coupe du monde, tous les mecs sont rassemblés dans les bars, et du coup, dans la ville, il y a que des meufs. Donc, quand t’es le seul mec qui regarde pas le foot, tu te gaves. Mais même moi, qui ne suis pas un footeux, je me souviens de la Coupe du monde 98. C’était dément, je jouais dans des clubs à l’époque, on ne savait pas si on allait jouer ou pas, ça dépendait du résultat. Si on gagnait, on jouait, si on gagnait pas, on jouait pas, c’était rigolo, et je me suis pris grave au jeu. La force du foot, c’est que c’est universel. Même Les Yeux dans les Bleus, on dirait un groupe de rock en tournée.

- Depuis deux ans, on entend parler en mal de l’équipe de France, les discours, c’est « ils donnent le mauvais exemple pour la jeunesse » . Mais quand c’est une rock star comme Gallagher qui envoie chier tout le monde, personne lui dit qu’il doit être un exemple, c’est même « cool » . Pourquoi ?

Steve : Je pense que, dans la musique, il n’y a pas de chauvinisme comme tu peux en avoir dans le foot. Là, les mecs, ils ont la responsabilité de la nation, la Marseillaise, porter le drapeau, tout ça. Et les Français sont mauvais joueurs. En France, on est quand même très : « On a gagné » et « Ils ont perdu » . Et quand ton équipe perd, c’est de leur faute. Mais les footeux n’ont pas vocation à donner plus l’exemple que d’autres. Ils n’ont qu’à jouer, et pas à être exemplaires. Moins que les politiques, tu vois, qui eux donnent des leçons. Au moins, les footballeurs, ils ne font pas de promesses avant une compétition. Ils n’ont pas de discours du style : « On va aller en demies » .

- La chanson How We Kill Stars, ça parle un peu de ça ?

Steve : Ouais, c’est le même thème : comment faire et défaire une vedette. Comment, avec les médias, la télé, le fait que les caméras soient braquées sur un seul individu à tel moment, un mec va exploser et va laisser de côté des artistes qui se défoncent et qui n’existent pas. Les footeux, c’est un peu pareil, c’est très facile de les critiquer. Au final, ils ne savent pas ce qui leur arrive. Ça devient des stars, alors qu’à la base, c’est juste des génies sportifs. On n’a pas de culture foot ? Moi, je pense tout de même qu’on aime le foot en France. Après, la starification du foot est démesurée. Les mecs gagnent des millions et les gens ne comprennent pas pourquoi. T’as toujours des mecs pour dire « Ouais, ils sont payés à taper dans un ballon » . Alors que les mecs bossent durs.

Mandris : En fait, la différence avec la musique et le cinéma, c’est que, dans le foot, les sommes sont connues. Dès que t’as un transfert, on dit d’un joueur qu’il a coûté 40 millions et qu’il gagne tant. Quand Rihanna fait un concert, on ne sait pas combien elle gagne, ce n’est pas dit. Le problème en France, c’est que les gens mélangent tout.

- Pour un concert, le discours de masse, c’est de dire que les salles intimistes, c’est mieux. Mais en réalité, est-ce que le kiff ultime, c’est pas de jouer dans les stades ? Quand on pense Queen, on pense Wembley.

Mandris : Effectivement. Bon, il y a deux aspects. D’un côté, c’est vraiment ultra kiffant de jouer devant énormément de personnes et sur une grosse scène, c’est vraiment fort. Cela dit, on n’a jamais joué dans un stade, mais c’est tellement impressionnant que j’en aurais la crotte au cul. Après, voir un concert dans un stade, je suis moins fan. Parce qu’il n’y a pas trop de proximité avec l’artiste. Quand tu joues dans un stade, le kiff, il est plus sur la scène qu’en tribune, clairement.

Steve : C’est marrant, car on est actuellement pas mal critiqués par certains fans de base, parce qu’on est en train de devenir un groupe mainstream, ou inaccessible, et qu’on fait des grosses salles. Mais c’est faux parce qu’on continue à faire du club, quitte à faire deux jours dans la même ville, on continue à jouer dans des salles comme ça, plus intimistes. L’autre jour, on a joué aux Eurockéennes, devant 30 000 personnes, et c’est vrai que c’est génial. Mais en fait, tu fais un concert devant une personne, le public. Alors que quand tu joues dans une salle de 1500, tu commences à connaître tout le monde, un peu.

- Votre groupe s’est longtemps exilé à Berlin pour percer, avant d’être connu en France. Ici, on s’est toujours foutus de la gueule du PSG, qui a eu une équipe de merde pendant des années. Mais Berlin, c’est pire, c’est la capitale d’un pays qui a sept finales de Coupe du monde et ils n’ont jamais eu d’équipe…

Steve : Je ne sais pas vraiment pourquoi. Tout ce que je peux te dire, c’est qu’en musique, c’est une ville à part. Berlin, c’est pas l’Allemagne. C’est un truc différent, comme New York, un peu. Tout est mélangé, y a une espèce de tolérance sur tout. C’est une terre d’accueil, de mélange. Et je pense qu’on ne pense pas sport à Berlin. En tout cas, on ne va pas t’obliger à t’y intéresser. Chacun fait ce qu’il veut. Ça peut peut-être expliquer pourquoi il n’y a pas une grande culture sportive là-haut.

Propos recueillis par Marc Hervez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

michelangelo79 Niveau : District
On peut le regretter mais c'est comme ça.
Les rock stars n'influencent plus personne aujourd'hui ce qui n'est pas le cas des footeux.
Il est faux de dire que ces derniers pourraient tout se permettre sous prétexte qu'ils n'ont pas à être des exemples.
On sait très bien ce que le coup de tête de Zidane ou les insultes de Nasri peuvent avoir comme conséquences à la base. D'ailleurs le problème n'est pas d'être un exemple ou non ; ce qui se joue, c'est l'image véhiculée par ce sport. Il est tout à fait normal qu'on fasse tout pour la rendre lisse et irréprochable.
Pourrais tu développer ton argument ? Quelle sont les conséquences du coup de tête de Zidane ou des insultes de Nasri ?
"Les rock stars n'influencent plus personne aujourd'hui ce qui n'est pas le cas des footeux. "

Au mieux, les gens s'inspirent des footeux pour avoir un petit diamant dans l'oreille, ou le survet' relevé sur le mollet gauche.

Les "rockstars" influent sur le style de vie des gens, leur façon de penser, leurs 18 heures par jour à écouter de la musique, leurs idées politiques, leur style vestimentaire, leurs tatouages.

Cite moi un seul footballeur qui a eu plus d'influence qu'un Kurt Cobain, qu'un Marilyn Manson, qu'un Alice Cooper, qu'un Jim Morisson ou qu'un Justin Bieber...

A part Eric Cantona, et c'était pas pour ses talents de footballeur.
Je m'interroge : où sont les rock stars dont vous parlez dans cet article?
michelangelo79 Niveau : District
Je parlais bien évidemment des conséquences dans le milieu du foot.
Quand Zidane file un coup de tête et dit qu'il ne s'excusera pas, je suis navré, mais son attitude a beaucoup plus de répercussion sur le comportement des jeunes joueurs que celle de Cobain ou Morrison qu'aucun gosse ne connaît ou presque.
Lorsque Nasri se met à insulter tout le monde, il est évident que tu vois des mômes de 8 ans faire la exactement la même chose dès le dimanche suivant. Donc oui, les joueurs de foot ont obligation d'être exemplaire.
C'est même un enjeu majeur.
Un éducateur va avoir beaucoup de mal à expliquer à un jeune joueur qu'il doit bien se comporter si le jeune joueur en question voit que les mecs qui réussissent n'ont rien à foutre de bien se comporter.
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
"D'ailleurs le problème n'est pas d'être un exemple ou non ; ce qui se joue, c'est l'image véhiculée par ce sport"

Le problème EST l'image et l'importance qu'on lui donne en France. Le sport français est prisonnier de l'image.

Dans une compétition sportive comme l'Euro, la seule obligation que devraient avoir les joueurs est de mettre tout en œuvre pour gagner chaque match dans le but d'être le vainqueur final et puis c'est tout. De l'image, il est inutile de s'en préoccuper car ce n'est PAS leur métier. Sur le terrain, ils ne sont pas des marketeurs ni des communicants donc ils n'ont PAS d'obligation d'image à véhiculer, PAS d'obligation à donner l'exemple mais seulement celle de gagner tout simplement.

Le sport français est prisonnier de l'image qui joue un rôle parasite qui prend la place de sujets peu traités mais beaucoup plus essentiel comme comment gagner avec nos moyens et la question des compétences. J'ai plusieurs exemples à ce propos:
-Lors du match de barrage France-Irlande, on a beaucoup trop parlé de l'image véhiculée par le "fait du match" alors qu'il aurait mieux valu s’inquiéter du fait que l'équipe de France ait été incapable de maitriser les évènements dans ce style du match contre l'Irlande à domicile.

-Lors de la Coupe du Monde 2010, on a trop parlé d'image et du comportement hors terrain des bleus comme responsable de la déroute alors qu'il aurait fallu dire que l'équipe n'avait pas le niveau et s'interroger sur comment le retrouver.

-Lorsque Blanc puis Deschamps sont investigués, on leur demande de gagner et de restaurer l'image de l'équipe de France. Or le seul but d'un sélectionner est de faire gagner sa sélection en choisissant les bons joueurs et le bon système de jeu donc de l'image, on s'en fiche.

-Lorsque Montpellier gagne la Ligue 1 cette année, beaucoup trop de média ont versé dans l'image stupide de la victoire de David contre Goliath alors qu'il aurait été plus judicieux de mettre en lumière les compétences savamment utilisés par le club en matière de formation et détection des jeunes, par le coach dans le jeu et le talent des joueurs.

L'image prend trop de place dans le sport français et donne lieu à des effets pervers inhibiteurs vis à vis de la victoire comme le culte de la manière et du perdant magnifique. Tout cela est la faute de la crétinerie qui règne dans le journalisme sportif en France.
michelangelo79 Niveau : District
Il ne faut pas tout mélanger.
On parle d'un milieu (le sport) qui au plan médiatique n'obéit absolument pas aux mêmes règles que le milieu du rock (et des artistes en général d'ailleurs).
S'il est dans l'ordre des choses que les artistes se cament ou se bastonnent avec des paparazzi, un sportif ne peut pas se le permettre.
Et la sévérité à l'encontre de sportifs qui se comportent mal n'est pas une spécificité française.
Dans n'importe quel sport US, si Nasri parle à un journaliste comme il l'a fait, il prend cher.
Idem en tennis, idem en F1, idem dans tous les sports en fait.
Tout simplement parce que le sport véhicule certaines valeurs (don de soi, abnégation, humilité, esprit sportif, etc.) qu'il est pas acceptable qu'un joueur renie.
Ce qui est dommageable pour Nasri, c'est que le milieu médiatique français mélange tout et lui fait des reproches hors de proportion.
Mais il a fauté et il est normal qu'il soit sanctionné.
Voila ce qui se passe lorsque vous êtes influencés par Shakira... au moins elle a bon gout côté référence.
Attention à la différence sur ce qui se passe sur le terrain et en dehors du terrain. Est-ce qu'un enfant de 8 ans est au courant des frasques de Balotelli, de ce qu'a dit Nasri, des parties de jambes en l'air de Terry? Ca m'étonnerait qu'ils lisent So Foot. Ils voient les matches et ce que font les joueurs dessus. Et sur le terrain, si le gars est bon, il peut effacer toutes ses frasques, et on peut tout lui pardonner, l'exemple avec Balotelli après son doublé contre l'Allemagne. De toute façon le joueur n'existe que par le terrain, s'il est mauvais il ne joue plus, et s'il ne joue plus on ne parle plus de lui. Maintenant ok, quand Zidane met un coup de boule ça se passe pendant le match et là on retient ça comme image.
Mais ce qu'il peut se passer en dehors, les enfants s'en foutent sérieux, quand Nasri célèbre son but contre l'Angleterre ils captent rien. Je bosse avec des gamins, les garçons suivaient l'euro, ils ne parlaient que des matches, que du jeu, les histoires derrière, ils en savent rien, c'est "lui il est bon, lui il est nul". Moi, à 8 ans, la célébration de Dugarry contre l'Afrique du Sud, j'y avais rien compris, je devais trouver ça rigolo de faire une grimace. J'étais surtout super content que la France marque donc je devais sauter partout.
Après, les artistes, ils ont un rôle certain et je pense plus important que des sportifs. Les sportifs, tant qu'ils font leurs taf sur le terrain, c'est bon. Qu'est ce qui est mieux et qu'est ce qui influe plus sur le gamin. Qui sait qui reproduira le plus un comportement entre le petit garçon ou la petite fille qui voit 2 footballeurs se battre (qui dira surement que c'est nul, parce que lui veut voir du foot et des buts) ou un joueur jeter son maillot sans comprendre pourquoi ou la petite fille ou le petit garçon qui va voir Rihanna, Shakira ou Britney Spears se trémousser à moitié à poil à n'importe quelle heure de la journée ou un clip un peu trash ou suggestif qui passe en boucle sur certaines chaînes. On donne trop de responsabilités aux footballeurs, ils ont un exemple à donner mais n'ont pas à éduquer nos enfants, et encore moins à donner des exemples de bonne morale. A croire que tous les vices et les maux de la planète se retrouvent sur un terrain de foot. Et les artistes se cachent derrière en disant qu'ils n'ont plus d'influence. Mouais, un peu facile.
Ho Ho ! Doucement là jeune homme ! Mettre shakira entre Rihanna et spears !!!

Non je ne conçois pas celà ! Rihanna et spears sont des produits marketing en dehors de tout réflexion sur leur talent certain ou non ! Shakira c'est une musicienne !!!

Non mais c'est le plus gros QI de la scène mondiale hien ! Bah oui LOL !!

Alors que spears c'est nu(l) sé meme pas chanter !!!! trop lol MDR !!
Olala sofoot se la joue inrock...

Je deteste ca.

Pourquoi vouloir melanger culture et foot ??
Il serait peut être utile de préciser que le fan moyen de shakaponk n'as pas de poils au menton, et découvre à peine l'utilité primaire de sa main non ?
Mélanger culture et foot, c'est tout simplement le credo de SoFoot, non? Ca fait 3 ans que je ne comprends rien?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
11 14