1. // Enquête
  2. // Centres de formation

Sex and the Youth Academy

Avec des mots-clés comme sextape, call-girls, adultères, le footballeur professionnel est une mine d'or pour la presse à scandale. Entre les prostituées de Franck Ribéry, la sextape de Valbuena ou encore les coucheries révélées à fréquence industrielles, les affaires ne manquent pas. Des scandales sexuels qui complexifient la tâche des éducateurs, confrontés dans les centres de formation à l’éveil sexuel de leurs protégés. Des protégés qui ne peuvent ignorer les dérives de leurs illustres aînés.

Modififié
170 8
« Normalement, une personne qui fait la même chose, ça fait quatre lignes dans le journal local. La médiatisation fait passer des messages négatifs à nos jeunes. Il y a des comportements positifs dans le foot, il faut prendre les bons et mettre les mauvais de côté. » Jean-François Lemarchand fustige d’entrée les relais plutôt que les mis en cause. Responsable de la vie quotidienne et de la scolarité au centre de formation du Havre, l’homme n’ignore rien des affaires, comme de l’exposition de ses ouailles à celles-ci. Et en veut aux coupables : « Cette affaire (la mise en examen de Benzema, ndlr) est mal traitée. Sur L'Équipe 21, ça fait un sujet tous les soirs, et on ne parle plus de foot. » Certes. Reste néanmoins que le mauvais exemple est dans toutes les télés, mais aussi dans toutes les têtes. Faut-il en déduire que les jeunes évoluant en centre de formation risquent de tomber dans les mêmes travers ? Pas nécessairement. D’ailleurs, Le Marchand l’affirme : « Des joueurs modèles, il y en a plein, mais on n'en parle pas. Qu’on soit star du football ou pas, on est faillibles. » Et pour ces jeunes, confinés dans des centres de formation où ils évoluent en vase clos sur le plan relationnel, l’absence d’éducation sexuelle peut laisser le fantasme médiatique s’infiltrer. Le pédiatre Christian Spitz, plus connu comme le Doc sur Fun Radio depuis les années 90, livre sa méthode : offrir à ces jeunes des conditions de vie « normales » , avec petites amies, sorties et éventuels rapports sexuels. Si certains clubs en sont conscients, la mise en pratique n'est pas forcément simple.

« La pornographie complique notre travail. » Dr Julia Maruani, gynécologue intervenue à Marseille


« En déconnant tout à l’heure, on disait qu’on allait installer une pièce en guise de backroom. Mais ça serait un vrai lupanard ! Plus sérieusement, ils vont chez la petite amie, quand les parents ne sont pas là, mais c’est clair que chez nous, c’est pas possible. Ils sont 40, ce serait ingérable » , assure Jean-François Lemarchand. Il faut dire que, comme tout adolescent entre 12 et 18 ans, les gamins en formation vivent une période charnière. « C'est une période de transformation physique et mentale pour les garçons comme les filles » , explique Virginie Barbet, conseillère conjugale et famille, également cofondatrice du site internet Éducation sensuelle. « À cet âge, on développe le sentiment d'amour, ainsi que les pulsions sexuelles, inscrites dans notre ADN comme un réflexe de survie. » La question de l'éducation sexuelle est donc cruciale et la loi du 4 juillet 2001 contraint les établissements encadrant des enfants et adolescents à organiser trois séances annuelles avec des spécialistes. Autre mesure, la FFF, via la Fondaction, organise régulièrement des ateliers civiques et médicaux, au sein desquels la sexualité est abordée. Ainsi, à Marseille, c’est la gynécologue Julia Maruani qui est intervenue en fin d'année 2014. « J'avais deux groupes d'une dizaine de jeunes de 15-17 ans pendant une heure, mais c'était une séance non obligatoire, donc certains me tournaient le dos et jouaient à des jeux vidéos, même si progressivement, une partie des réfractaires s'est greffée au débat. » Pour la praticienne, les footeux ne sont pas différents des autres garçons du même âge : « Ils n'avaient pas tous commencé une sexualité, certains fanfaronnaient en revendiquant quelques conquêtes, mais surtout, leur principal repère, c'était la pornographie, ce qui est courant aujourd'hui, mais complique notre travail. » Exposés à une image de la femme soumise, confrontés à une palanquée de pratiques déviantes, et surtout, disposant d’un accès libre sur des vidéos scénarisées, les apprentis manieurs de ballon, comme l’adolescent lambda, ont le plus souvent une vision dévoyée du rapport : « Une sexualité épanouie ne peut dissocier le lien affectif de l'acte sexuel, or les films pornos montrent le partenaire comme un objet qui donne du plaisir, rien de plus » , ajoute Christian Spitz.

De la viande fraîche pour apprenties WAGs


Chez les jeunes footballeurs, cette tendance s'amplifie lorsque les contacts avec le monde extérieur sont restreints. Un piège auquel le HAC a tenté d’échapper : « Nous sommes logés à quelques minutes du centre ville et la plupart de nos gamins ont une copine à l'extérieur, donc ça va, ils vivent comme des adolescents normaux, ils ont des soupapes » , assure Lemarchand, qui précise néanmoins que « dans certains centres comme à Châteauroux, à 20 minutes en voiture de la ville, cela doit être plus compliqué à gérer » . D'où la pratique de plus en plus courante des clubs comme le FC Metz qui signent des partenariats avec des établissements externes mixtes pour que leurs joueurs puissent côtoyer le sexe opposé. Et éventuellement conclure. « De manière générale, pour qu'ils se construisent une sexualité saine, ces jeunes adolescents footballeurs doivent se fondre dans d'autres populations de leur âge » , assure Christian Spitz. Sans forcément les inciter à jouer à touche-pipi quand l'occasion se présente, le Doc estime qu'il ne faut surtout pas le leur interdire. Mais la disposition doit être accompagnée d'une vraie prévention, car les futurs footballeurs professionnels sont plus exposés, notamment face à des jeunes filles qui se rêvent WAGs. Selon Lemarchand, « souvent, il y a des groupes de 3-4 gamines qui sont là, à l’extérieur, en train d’attendre en espérant que l’un croise leur regard » . Autre exemple, ce jeune homme, harcelé pendant des semaines, page fan Facebook à l’appui, et coups de fils incessants sur son portable. Après intervention du club, il s’est avéré que la courtisane un peu trop pressante était en réalité une élève de l’établissement dans lequel le harcelé séjournait… Convoitise, jusque dans la salle de classe.

Lever de boucliers face à l'homosexualité


Il faut dire que le footballeur, au-delà du fait qu'il est athlétique et en pleine santé, a aussi la perspective de devenir riche et célèbre. « L'humain est un être social, pour être équilibré, il doit rencontrer de nouveaux amis et avoir des relations de qualité. C’est-à-dire sincères et non intéressées. Le problème pour des jeunes footballeurs, c'est qu'ils sont exposés, ils sont sollicités par des filles sublimes qui, en réalité, en ont surtout après leur argent ou leur célébrité. Ils doivent donc être matures plus vite pour comprendre que quand une ou plusieurs bombes leur courent après alors qu'ils n'ont pas été gâtés par la nature, c'est qu'il y a un souci. Ils doivent prendre du recul » , assure Spitz. Dans son esprit, une difficulté propre au monde du ballon rond : la violente bascule entre une fin de formation dans un anonymat relatif et l'arrivée chez les pros, où soudainement le jeune homme devient un personnage ultra-sollicité. Quand un footballeur professionnel est pris la main dans le sac avec une call-girl, « c'est qu'il s'agit d'un individu avec un déficit affectif, qui est plus fragile face aux pièges de sa renommée » , précise le Doc. Et cette solidité psychologique, ainsi que cette lucidité doivent se construire au centre de formation, « avec des adultes compétents qui viennent parler et éviter que la pornographie soit le seul support, un modèle qui dévalorise la femme et en fait un trophée » , s'insurge Virginie Barbet. Or, de son expérience à Marseille, le docteur Julia Muriani a ressenti que « les jeunes n'avaient visiblement pas ou peu d'opportunités de discuter de sexualité, il y avait des questions vraiment farfelues » . Mais aussi des tabous, comme le statut de la femme non vierge chez certains pratiquants musulmans selon Virginie Barbet, ainsi que l'homosexualité. « Je ne les ai pas sentis homophobes, mais ils étaient clairement mal à l'aise quand on en a parlé » , se souvient Julia Maruani. Au Havre, Lemarchand se souvient d'une intervention de la LICRA. Au moment de parler des minorités, pas de vague. Mais dès qu'il a fallu évoquer la question des gays et lesbiennes, « ça a été plus violent, ils condamnaient l’homosexualité, c’était une réaction forte. Ils n'ont pas voulu aller plus loin dans le débat » . Si, officiellement, aucun jeune homo ou aucune lesbienne n'est répertorié dans les centres français, l'éducateur havrais a du mal à s'imaginer « qu'il puisse ne pas y en avoir » . Et si un coming-out non prévu avait lieu, il ne sait pas comment cela se terminerait : « Déjà, s’il y en avait un là, au milieu des autres, je pense qu’il faudrait qu’il soit costaud. Mais même nous, on n'est pas formés à ça, avec la LICRA, il y avait eu une levée de boucliers. Mais bon, cela avance, certains joueurs ont fait leur coming out, dans dix ans cela aura peut-être changé. » Peut-être plus rapidement que les habitudes frivoles des footballeurs professionnels.

Par Raphaël Gaftarnik et Nicolas Jucha Tous propos recueillis par Raphaël Gaftarnik et Nicolas Jucha
Modifié

Dans cet article

" une palanquée de pratiques déviantes"

Ce choix de mot est pour le moins particulier.

Pour le reste un très bon article, merci.
Go_Scousers Niveau : CFA2
Sympa de citer les pratiques déviantes avec ta photo de profil ^^.
Très bon article. Ya un regain de qualité et de pertinence actuellement sur le site depuis quelques temps, pour ma part j'apprécie!

Sinon, merci de ne pas faire avec le porno ce qui se passe avec le jeu vidéo, cad l'accuser de tous les maux. Ca se saurait si tous les fans de Sasha Grey et de Call of Duty devenaient des déviants et des tueurs en puissance... La cause à chaque fois est la même : un esprit faible et/ou un manque d'éducation des parents.
Matthias Sa Mère Niveau : District
Super article !!
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Article un peu naif je dirais.

Comme si dans les années 70-80-90, t'avais pas des mecs qui allaient aux putes ou qui tirait des meufs à tire-larigot sans respect pour la gente féminine.
Ce qui change essentiellement de nos jours, c'est que c'est beaucoup plus médiatisé.
Message posté par pierre ménès 2.0
Article un peu naif je dirais.

Comme si dans les années 70-80-90, t'avais pas des mecs qui allaient aux putes ou qui tirait des meufs à tire-larigot sans respect pour la gente féminine.
Ce qui change essentiellement de nos jours, c'est que c'est beaucoup plus médiatisé.


Les putes oui mais les wags? La recherche de célébrité à tout prix? L'abondance du porno et son accessibilité? Beaucoup de paramètres ont changé.
un mec derrière son PC Niveau : National
Cet article me fait penser à une phrase, dont je ne me souviens plus l’auteur’ « avant de former es footballeurs, il faut former des hommes ». Et quand je vois le comportement de certains joueurs hors (et parfois sur) terrain, je me dis qu’il y a eu quelques loupés dans leur formation. On parle souvent des formateurs qui privilégient le physique à la technique, mais rarement de la formation « mentale » des futurs footballeurs.
Les jeunes footballeurs veulent une vie de rockstar, sauf que la rockstar elle peut arriver en studio défoncée et/ou à moitié bourrée après avoir sauté une demi-douzaine de call girl en boite de nuit que ça l’empêchera pas de l’enregistrer son morceau (même si ça prendra un peu plus de temps que prévu), le footballeur lui il aura du mal à être performant sur le terrain tous les week end.
Une des choses à prendre en compte, est que le footballeur se marie et a des enfants beaucoup plus jeunes que la moyenne souvent avec une des première fille qu'il rencontre à l'école. Sauf qu'avec l'argent et la celebrité qui viennent, le footballeur profite de la vie comme les autres jeunes qu'il n'a pas pu avoir étant au centre de formation, et donc il voit qu'il peut choper des meufs facilement, peut etre qu'il trouve qu'elles sont mieux que sa meuf etc... donc à partir de là, les medias se regalent.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
170 8