1. //
  2. // 3e journée

Séville s’endort, Bilbao décolle

Avec deux pénaltys manqués, le FC Séville peut regretter les deux points perdus sur la pelouse du Rayo Vallecano (0-0). Chez lui, Bilbao n’a pas brillé, mais a pris ses trois premiers points, face à Valladolid (2-0). Mené 2-0 à la mi-temps, Levante a finalement renversé l’Espanyol (3-2).

Modififié
0 0
Joueurs, entraîneur et président du FC Séville l’ont dit et redit pendant l’été. Après une saison ratée, le club doit absolument retrouver l’Europe. Encore faudrait-il s’en donner les moyens. Sur la pelouse du Rayo Vallecano, deux fois vainqueur lors des deux premières journées, les Andalous n’ont pas semblé avoir envie de gagner. Dominateurs de bout en bout (19 tirs), en supériorité numérique une petite demi-heure, ils repartent de la capitale avec un point (0-0) et deux pénalties ratés. D’entrée de jeu, Negredo est accroché par Amat dans la surface. L’international espagnol, mollasson, l’envoie sur le poteau. Sur les ailes, Manu del Moral et Jesús Navas apportent systématiquement le danger sur le but de Rubén, mais personne n’a le geste juste pour conclure. 69e minute, Rakitić est fauché par le portier local, qui prend sa double peine. Negredo baisse la tête, le Croate prend le ballon et frappe à côté. Sans conviction. À 11 contre 10, Séville est incapable de faire la différence. Sur un ballon anodin, Botía assène même un bon coup de tête à son pote Spahić, évacué sur civière. En fait, c’est toute l’équipe qui est K.O. Prochaine étape, le Real Madrid.

Bilbao sort de son été chaotique
Après des semaines de bordel généralisé, l’Athletic Bilbao n’est pas malheureux d’en finir avec ce fichu mercato. Au final, les Basques ont quand même limité la casse. Certes, Javi Martínez est parti. Mais 40 millions d’euros sont entrés dans les caisses du club (pour un avenir radieux ?) et Llorente, lui, est toujours là. Enfin, pas cet après-midi à San Mamés, la faute à des soucis musculaires. Pas non plus d’Ander Herrera, lui aussi blessé. Muniain est en revanche titulaire pour la première fois de la saison en Liga. Après 9 pions encaissés en deux matchs, l’objectif de la bande à Bielsa était avant tout de resserrer les lignes arrière face à un Valladolid qui a réussi son retour dans l’élite (6 points). Cela a été fait, l’Athletic signant sa première victoire (2-0), grâce à deux buts d’Aduriz et de Susaeta, suite à un bel exploit personnel. Les Basques n’ont toujours pas retrouvé leur jeu léché de la saison passée, mais ils ont assuré l’essentiel avec cette victoire qui lance enfin leur saison. Septembre s’annonce un poil plus tranquille à Bilbao.

Le cauchemar de l’Espanyol
Trois jours après sa première européenne, la Ciutat de Valencia retrouvait « la priorité absolue  » de ses petits protégés, la Liga, avec la réception de l’Espanyol Barcelone. Deux équipes au début de saison compliqué. Un point pour Levante, zéro pour les Catalans. Un match important, en gros. Un match en deux actes. Le premier est dirigé par l’Espanyol. Longo, le jeune espoir italien venu de l’Inter, se fait démonter dans la surface, mais l’arbitre regardait ailleurs. Il insiste, ouvre le score et est suivi dans la foulée par Tejera. 2-0, les Granotes prennent l’eau. Mais changent de visage pour le deuxième acte. En dix minutes, ils recollent au score, grâce au meilleur joueur granote de ce début de saison, Juanlu, et à Lell, leur recrue allemande. Tout est à refaire pour les hommes de Pochettino, qui lance deux autres nouveautés sur le pré : Simão et Stuani, ancien joueur de Levante. Le match se durcit, Iborra voit rouge et Tejera sort le crâne en sang. Dans le jeu, plus grand-chose. Aucune des deux équipes ne veut perdre, même si ce nul n’arrange personne. Le coup de massue vient dans les arrêts de jeu pour les visiteurs, avec le csc du pauvre Raúl Rodríguez (3-2). Avec trois défaites en autant de rencontres, l’Espanyol rejoint Osasuna tout au fond du classement.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0