Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finales aller
  3. // FC Séville/Fiorentina (3-0)

Séville roule sur la Fio

Dans un Sánchez-Pizjuán bouillant, le FC Séville est parvenu à sortir largement vainqueur de ce premier duel face à la Fiorentina (3-0). Un très gros premier pas vers la finale pour les Andalous.

Modififié

FC Séville - Fiorentina
(3-0)

A. Vidal (17'), A. Vidal (52'), K. Gameiro (76') pour FC Séville


Sur son banc de touche, Vincenzo Montella n'en croit pas ses yeux. Toujours très classe dans son costard cintré, l'entraîneur de la Fiorentina se laisse aller à quelques gestes de frustration. Bras ballants, bouche ouverte, l'Italien est comme tout le monde, impuissant face aux occasions manquées par ses joueurs. Alors bien sûr, lorsque Mati, absolument seul aux six mètres, envoie sa frappe dans le ciel sévillan, la déception se mue en colère. Car dans le fond, Montella le sait, son équipe est en train de manquer son rendez-vous européen. Surtout qu'en face, portés par leurs supporters, les Sévillans ont été beaucoup plus réalistes. Surtout Aleix Vidal.

La réussite de Vidal, le raté de Mati


Le coup d'envoi n'est pas encore donné que, déjà, le Sánchez-Pizjuán est chaud bouillant. En reprenant tous en chœur l'hymne du club, les supporters sévillans donnent le ton, cette soirée européenne sera chaude. Très chaude. Visiblement peu émoustillés par le magnifique spectacle livré en tribunes, les joueurs de la Fio sont les premiers à se montrer dangereux, mais Mario Gómez ne trouve pas le cadre, la faute à un contrôle un peu foiré (5e). Après une dizaine de minutes très délicates, les Sévillans sortent enfin la tête de l'eau, tirés par le talent de leur homme fort, Carlos Bacca, qui vient tester la fermeté des mains de Neto d'une belle frappe lointaine (12e).

Réalistes, les locaux rentabilisent rapidement leur temps fort à l'issue d'un superbe mouvement collectif que vient conclure Aleix Vidal d'une belle frappe croisée sans contrôle (17e). Loin de baisser les bras, les Italiens repartent directement au combat, mais Mati Fernandez, seul aux six mètres, ne parvient pas à trouver le cadre. Incroyable. En grande forme, le portier sévillan, Sergio Rico, dégoûte les joueurs florentins à lui tout seul en repoussant les frappes de Fernandez (24e), puis de Salah (25e). La suite de ce premier acte est tout aussi intense, les deux équipes se rendant coup pour coup, et malgré la domination italienne, c'est bien Séville qui file aux vestiaires avec un petit but d'avance.

Neto, ce généreux


Après quinze minutes de repos, les joueurs n'ont pas perdu leur soif de jeu. Galvanisés par leur but d'avance, les joueurs du FC Séville repartent à toute allure, à l'image d'un Aleix Vidal insatiable dans son couloir droit. Le néo latéral droit finit même par s'offrir un doublé en profitant d'un énorme travail de Vitolo, mais surtout d'une anticipation assez folle de Neto qui laisse un boulevard au buteur du soir pour creuser l'écart (52e). 2-0, Séville vient déjà de faire le break. D'autant qu'en tribunes, les supporters remplissent leur rôle à merveille en portant leurs joueurs au rythme effréné des chants qu'ils reprennent comme un seul homme. Le douzième.

Sur la pelouse, la Fio semble abattue par ce deuxième but, les hommes de Montella n'y arrivent plus, comme plombés par les regrets, déjà. Le FC Séville continue de dérouler, et Kevin Gameiro, tout juste entré en jeu, vient même aggraver le score en véritable renard (75e). 3-0, fin du bal. Les Sévillans gèrent tranquillement cette fin de match. Ils le savent : la route vers la finale est désormais dégagée. De leur côté, les Florentins peuvent s'en vouloir. Leurs occasions ratées vont venir hanter leurs prochaines nuits.


Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
À lire ensuite
Le roi des Deux-Siciles