1. //
  2. // Demies
  3. // Shakhtar-Séville (2-2)

Séville résiste en Ukraine et vise la Suisse

Un beau match de Coupe d'Europe à Lviv (2-2). Des buts, des temps forts, des temps faibles, des coups et un penalty tardif. Tous les ingrédients pour vibrer, et Séville qui repart confiant pour prolonger l'histoire.

Modififié
0 5

Shakhtar 2-2 FC Séville

Buts : Marlos (23e) et Stepanenko (35e) pour les Ukrainiens // Vitolo (6e) et Gameiro (82e sp) pour Séville

Rami – N'Zonzi – Gameiro versus Ismaily – Taison – Marlos. Un petit air de France-Brésil à Lviv et trois buts, comme au bon vieux temps. Cette fois, deux pour les Brésiliens Taison et Marlos contre un seul pour Gameiro. Mais dans ce duel ukraino-espagnol pour l'Europe, c'est bien Séville qui repart vainqueur avec ce match nul à quatre buts. Et c'est Séville qui rentre à la maison bien placé pour tenter d'aligner une 3e coupe consécutive sur l'armoire. Pour imiter le Bayern Munich, dernier triple vainqueur de Coupe d'Europe de 74 à 76. C'est dire la portée de ce que réalise l'équipe d'Emery. Surtout avec Rami, N'Zonzi et Gameiro.

Séville frétille, le Shakhtar repart


Le FC Séville n'a jamais perdu contre un club ukrainien dans ses voyages en Europe et ne compte pas s'y mettre à Lviv. Les Andalous pressent haut, étouffent, étranglent leurs hôtes pendant 15 minutes. Avec à la clé un but plein de simplicité et de maîtrise technique : lancé par Banega, Gameiro prolonge sur Vitolo. Feinte de frappe, crochet du droit, frappe du gauche, ça coule de source chez l'Espagnol et ça glace les supporters du Shakhtar. Mais leurs joueurs, eux, sont bien décidés à se chauffer. Mieux en place, plus tranchants, une première frappe de Marlos pour ambiancer Soria, les Ukrainiens reviennent dans le coup. Un retour matérialisé par Marlos et son pied bien ouvert. L'ouverture de Rakitskiy est parfaite, la défense menée par Rami bien trop écartée, Marlos peut placer un contrôle long comme un repas chez belle-maman avant de récupérer la balle pour conclure. À la demi-heure, le scénario s'est totalement inversé. Les offensives sévillanes sont facilement maîtrisées par la défense ukrainienne, la possession est au Shakhtar, les occasions aussi. Taison tente la frappe sans succès par deux fois. Pour la 3e, il décide d'envoyer Marlos défier Banega, puis centrer pour Stepanenko qui peut placer un gros coup de boule pour assommer les Sévillans. Les joueurs d'Emery sont groggy, ils peuvent s'estimer heureux de quitter le ring en restant à portée de crochet de leur adversaire.

Rotule en vrac et direct des 11 mètres


Le protège-dents bien en place, le FC Séville revient la tête haute, chaud pour la castagne. Comme en début de première période, le Shakhtar est acculé dans son coin, et Séville enchaîne les jabs. Sauf que, comme en première période, l'uppercut ne vient pas. Il s'abat au contraire sur la rotule de Krohn-Dehli, à peine entré et déjà en route pour l'hôpital. Et l'injustice, la souffrance, Kevin Gameiro ne peut les supporter. La fin de match sera la sienne, batailleur inlassable sur le front de l'attaque andalouse. Son premier but est refusé pour un hors-jeu très, très mince. Il lève les bras, balancé dans la surface, pour sa 2e occasion. Il balance sa frappe dans les nuages sur la 3e, se fait contrer au dernier moment par Kucher sur la 4e. Alors Vitolo, buteur sympa, vient lui montrer la voie en obtenant un penalty pour une faute inutile d'un Ferreyra plus à l'aise dans l'autre surface. Direct tout droit, puissant, et Séville obtient une égalisation très intéressante dans l'optique du match retour. Pour une 3e Ligue Europa dans le viseur ?

  • Résultats et classement de la Ligue Europa
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue Europa

    Par Eric Carpentier
  • Modifié

    Dans cet article

    Ce Shaktar a l'air bien redoutable quand même. Ca va être très chaud au retour, surtout si le Sanchez Pizjuan est aussi bouillant que d'habitude.
    Banega quand il s'y met, c'est un sacré joueur.
    Romansochaux Niveau : CFA
    Les ukrainiens ont trop reculés en deuxième alors qu'ils avaient pris l'ascendant sur les espagnols notamment au niveau physique. Gros match sinon, une finale avant l'heure.
    Gameiro a des appels d'une intelligence dingue même s'il ne concrétise pas toujours.
    Près des cimes... Niveau : CFA2
    Gros match de Gameiro. Il fait vraiment plaiz' depuis qu'il est à Séville.
    putain mais seville...
    ça ferait 5 coupes sur les 11 dernieres attribuées, c est deja 4/10
    et ils survolent pas mais tu les sens qui doutent pas. la finale de l année derniere dniepropetrovsk faisait flipper, ils jouaient super bien et jamais j ai douté.
    c est bizarre cette histoire de culture européenne. bien sur là ils venaient pour le doublé, le gros de l effectif avait déja vécu la victoire. mais l année d avant c etait pareil, c est comme le milan ac en champions ( enfin quand ils l atteignaient encore) quelque soit la saison de merde en cours en championnat ils etaient toujours dangereux

    hhhmmm bon bah meme soul c est mieux de se relire hein..
    mettons ça sur l enthousiasme

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    0 5