1. // Ligue Europa – Finale – Dnipro Dnipropetrovsk/FC Séville (2-3)

Séville remporte encore la Ligue Europa

Au terme d'une superbe finale, le FC Séville remporte sa quatrième C3, en disposant du Dnipro sur le score de 3-2. Les Sévillans se qualifient ainsi pour la Ligue des champions, portant à cinq le nombre de clubs espagnols en C1 la saison prochaine.

Modififié
10 83

Dnipro Dnipropetrovsk - FC Séville
(2-3)

N. Kalinić (7'), R. Rotan (43') pour Dnipro Dnipropetrovsk , G. Krychowiak (27'), C. Bacca (31'), C. Bacca (73') pour FC Séville.


Coincé aux avant-postes sous un feu nourri, Carlos Bacca a vu le ballon monter haut dans le ciel, pour redescendre en flèche, tel un obus, au milieu de la mêlée. Au sol, les jambes se sont croisées, les épaules se sont entrechoquées dans des râles de douleur, quand soudain le cuir, détourné de justesse par Vitolo, a pris la direction de la surface. Idéalement lancé, le Colombien n'a pas tremblé au moment d'exécuter le redoutable Boyko. Il a ensuite exulté, avant de regarder le ciel grisonnant, presque incrédule, d'un œil soulagé. Le héros andalou l'avait compris : il venait de gagner cette bataille de Varsovie. Après 73 minutes d'un combat acharné, l'affrontement du soir, digne des fresques épiques les plus connues, avait enfin basculé. Longtemps, le tableau était à la mesure d'une guerre : une pelouse abîmée pour terrain d'opération, une invincible armada espagnole d'un côté, une coalition orientale au nom barbare pour la stopper de l'autre. Entre oppositions de style, frappes létales et contacts musclés, tout aura basculé sur une ultime percée meurtrière des soldats espagnols, durement touchés mais finalement victorieux (3-2).

Dnipro poignarde


Irrespirable, l'entame de match est une véritable guerre de tranchées. Assoiffé de duels, le barbare Stéphane M'Bia tranche dans le tas au centre, quand le colosse Denis Boyko écrase de son poids les premières offensives ibériques. Entre deux formations bien organisées et égales en nombre, seule la force de frappe diffère. Pour déborder l'adversaire, les tacticiens espagnols ont œuvré pour des échanges rapides fait de passes redoublées, quand les soldats ukrainiens opposent une défense rugueuse et compacte, agrémentée d'une froideur clinique au moment de tuer. Trouvé dans les lignes ennemies sur une ouverture long courrier, Kalinić remet en pivot sur Matheus, avant de piquer victorieusement le ballon de la tête sur l'offrande de son camarade (6e). Un véritable coup de tonnerre dans le ciel polonais, annonciateur d'exploits homériques et de duels mythiques. Celui entre Rico et Rotan, sur coup franc, sera plus tard magnifiquement remporté par l'artilleur en chef ukrainien, au sang-froid et à la précision dignes d'un sniper (42e). Mais c'est finalement la double confrontation entre Bacca et Boyko qui aura le plus influencé le destin d'une guerre de position longtemps indécise.

Séville fusille


Déjà auréolés de gloire, vainqueurs de cent batailles européennes, les Espagnols n'ont jamais désarmé face à l'adversité. Au plus dur de l'affrontement, ils ont progressivement imposé leur science de l'offensive pour briser par trois fois le courage désespéré des lignes arrières ukrainiennes. Menés contre le cours du jeu, les hommes de Unay Emeri sont d'abord revenus au score sur un enchaînement rugueux de Krychowiak, qui avait déjà repéré les lieux en bon tacticien (28e). Trois minutes plus tard, c'est le commandant Reyes qui a parfaitement lancé Bacca d'une passe laser dans l'espace. Le Colombien ne s'est pas fait prier pour donner l'avantage aux siens (31e), avant de récidiver au retour des vestiaires, quand les débats redoublaient encore d'intensité (73e). Le coup de trop pour des Ukrainiens volontaires, mais finalement abattus dans une fin de match intense, où se succéderont les bombardements aériens, les tacles appuyés et les tentatives lointaines. Las ! Comme Napoléon Ier appela un jour le maréchal Grouchy, Myron Markevich héla désespérément un sauveur qui ne vint jamais. Presque sans vie, le soldat Matheus s'écroula finalement sur la pelouse, déposant les armes au milieu de la folie (87e). Sur la morne plaine de Varsovie, où se forgent les légendes, Séville était déjà lancé sans retour vers un deuxième doublé. Pour l'éternité.

Par le colonel Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Rothan, son prénom ne serait pas Jérôme ?

Voilà, j'ai pas pu m'en empêcher, fouetez moi
Thiago Silva qui met un doublé. Toujours précieux lors des grands matchs
Note : 19
Punaise la ligue Europa c'est champêtre, c'est exotique, mais les finales sont parfois mieux que celles de C1 quand même.

Entièrement mérité pour Séville, c'est tout simplement l'équipe la plus solide de la compétition, et qui en plus développe un jeu chatoyant, plaisant à voir. Très content pour eux.
Banega, t'as intérêt à avoir ce niveau pendant la Copa America.
Masche - Banega - Biglia/Pastore, du rêve!



Sinon dans l'équipe du soir, le FC Séville n'a pas marqué l'Histoire du foot, et Bacca est un joueur moyen, pas meilleur que Giroud.
Quels gros beaufs sérieux!
floyd pink Niveau : CFA
Pfff la peur quand il est tombé Matheus...puis le silence totale dans le stade pendant 4 minutes.

Sinon M Bia le psychopathe ne fera peut être pas une carrière dégueulasse au final... Je sais que Mourinho le voulait à Chelsea, ça pourrait être pas mal.
Sinon c'était un pur match..dnipro m'a surpris, a quand même bien emmerdé Séville même si ces derniers étaient supérieurs. Et quel match de banega, ce genre de profil fait vraiment plaisir
harry plotteur Niveau : DHR
Bacca quel joueur énorme bordel, et quand on sait d'ou il vient , respect à lui.. j'ai toujours cru en lui depuis sa période belge ( il a d'ailleurs venger son ancien club) et j'ai toujours adoré le joueur.. Il mérite clairement la CL l'année prochaine, et toute l'équipe aussi d'ailleurs.. Espérons qu'il reste à Seville encore une saison. Très belle image avec le drapeau colombien après son but et en pleur fin de match

Sinon Match vraiment bon , agréablement surpris par le jeu proposé par le Dnirpo..
Timorcheck Niveau : DHR
Pas mal du tout du Dnipro. Comme quoi on peut aller loin même avec de petits moyens. Petit comparatif des valeurs marchandes différents noyaux (transfermarkt):

OLYMPIQUE LYON 117,55 Mill. €
OLYMPIQUE MARSEILLE 130,25 Mill. €
AS MONACO 121,20 Mill. €
AS SAINT-ÉTIENNE 81,50 Mill. €
SEVILLA FC 155,80 Mill. €
DNIPROPETROVSK 82,70 Mill. €

Note : 6
Qual match, magnifique!!!
En esperant que la finale de Berlin soit du même acabit.

Sinon si Valence ne se merde pas dans les qualifs, on va se retrouver avec 5 clubs espagnols en C1, 5 clubs qui peuvent pretendre logiquement à une qualif' en 1/8ème!
Lourd.
M.Manatane Niveau : CFA
Note : 1
Finale intense et folle, à l'image de ce qu'a été la compétition tout au long de l'année: c'était pas l'Europa League mais bien la coupe UEFA que Séville vient de remporter.

Dommage pour Dnipro, Boyco a pris le bouillon.
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 17
Oh toi ma belle Andalouse
Aussi belle que jalouse

Pardon
J'ai beaucoup aimé ce Konoplianka, il m'a rappelé Franck Gava à ses plus belles heures.
rolls-reus Niveau : DHR
Quand on voit jouer Banega, on comprend pourquoi Pastore ne s'impose pas en équipe d'Argentine.
Sinon, Gameiro double vainqueur de coupe d'Europe, tranquillou
Note : 21
Et selon Duluc, la ligue 1 est plus compétitive que la Liga.

Mon dieu, un flingue, vite!
Note : 2
Lors de la dernière décennie Sevilla gagne une coupe d'Europe quasiment une année sur deux... (4 en 9 ans) Bravo.

Sinon 5 clubs de Liga en LDC si Valencia passe les barrages (ce que je souhaite ardemment).
Appelle-moi Jack !!! Niveau : CFA
#JeNeSuisPasJeanMarcFerreri
Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Reyes et Konoplyanka putain, ils ont de l'or dans les pieds je vous dis.

Sinon excellent match de Rotan et Krychowiak (lui il doit venir à Arsenal, avec lui on marche sur l'Europe) en milieu de terrain, vraiment une finale très agréable, comme souvent dans cette compétition.
Le foot, joué comme ça, c'est quand même sacrément cool. Merci, messieurs.
Ce soir, je pleure quand je repense aux rumeurs qui envoyaient Banega à l'OM...
KeithGainsbourg Niveau : District
Vendre Lavezzi à l'Inter pour 25 plaques et acheter Konoplianka pour 20 et le faire jouer sur l'aile gauche comme il le fait actuellement au Dnipro, est-ce qu'elle ne serait pas là la bonne affaire de Nasser pour le mercato?

Une vraie bonne qualité de drible, un bon frappeur et une bonne lecture du jeu. 3 qualités qu'on cherche encore chez Lavezzi.

Il me semble qu'on s'était positionné dessus il y a deux ans mais Liverpool avait fait une offre supérieure pour se retirer au dernier moment.
Appelle-moi Jack !!! Niveau : CFA
Kolo, le polonais, M'bia, Gameiro, Trémoulinas...

Qui a dit que les joueurs de Ligue 1 ne jouaient pas à fond l'Europa League ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
10 83