1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 31e journée

Séville l'indomptable, Mina puissance 4

La chaleur était de retour ce week-end, et forcément, le sang-froid a payé en Liga. Séville revient de l'abîme pour faire espérer le Real Madrid, Antoine Griezmann continue sa goleada, tandis que Chori Castro s'est pris pour Marco van Basten. Attention, coup de chauffe en approche.

4 8

L'equipazo du week-end


Dans nos ruelles, señor, ne vient pas qui veut. La Fonky Family, le FC Séville n'en connaît certainement pas l'existence. Dans la pratique pourtant, cette punchline du groupe marseillais représente bien l'atmosphère présente dans l'Estadio Sánchez-Pizjuán : dans ce chaudron andalou, les hommes d'Unai Emery ne se sont plus inclinés depuis 14 mois. Et ce samedi, le FC Barcelone a dû se contenter d'un partage des points avec son hôte pour rentrer en Catalogne (2-2). Une belle déception chez les Culés, quand on sait que le Barça menait 2-0 après 30 minutes de jeu grâce à Messi et Neymar. Peut-être trop faciles, les Barcelonais ont laissé l'opportunité aux Palanganas de refaire surface. Résultat ? Un but juste avant la pause d'Ever Banega pour sonner la révolte d'une frappe lointaine, puis un mouvement collectif parfait à six minutes de la fin, conclu par Kevin Gameiro. Avec ce résultat, Séville reste toujours dans les cordes pour accrocher une place en C1 via le championnat. Depuis le début de la Liga 2014/2015, le FC Séville est la deuxième équipe à revenir au score contre le Barça pour éviter la défaite. La première, c'était le Real Madrid, dans le Clásico du 25 octobre dernier. Dès ce jeudi en Ligue Europa, le Zénith Saint-Pétersbourg est prévenu.

Le Don Quichotte du week-end


Paul Pogba blessé, la crête jaune la plus connue d'Europe sévit désormais en Liga. Indice : elle est toujours française, et son sélectionneur national trouve que les médias en parlent trop. En même temps, comment ne pas aborder le sujet de la forme étincelante d'Antoine Griezmann ? Chaque semaine, l'international tricolore régale l'Atlético Madrid. La preuve : sur les trois derniers matchs, Toto a fait hurler de plaisir son coach Diego Simeone à quatre reprises. Et ce week-end, l'orgasme du Cholo était double : d'abord devant au score, puis menés dans un match à rebondissements contre Málaga, les Matelassiers ont donné les clés du camion au Woody Woodpecker blond pour arracher un résultat nul depuis La Rosaleda (2-2). Au final, les dix-septième et dix-huitième buts du natif de Mâcon permettent à l'Atlético de conserver quoi qu'il arrive sa place de troisième à la fin de la journée. Même si l'Atlético dit probablement adieu à la conservation de son titre, Griezmann est en train de devenir l'homme fort de Simeone. Et ça, c'est de bon augure pour le quart de finale de Ligue des champions contre le Real Madrid ce mardi, hein Diego ?

Le partidazo du week-end


- En Espagne, le Rayo Vallecano est l'équipe la plus portée vers l'avant du championnat. Intentions offensives annoncées, désir d'offrir du spectacle avec des moyens réduits… Bref, le Rayo, c'est avant tout prôner le jeu. Mais parfois, à trop jouer avec le feu, on finit par se brûler. Au troisième degré. Contre le Celta Vigo ce week-end, les Rayistas avaient pourtant commencé le match de la meilleure des façons possibles, quand Manucho ouvrait le score de la tête après 23 secondes de jeu. Peine perdue, puisque le dispositif mis en place par Paco Jémez, avec seulement trois défenseurs, allait rapidement prendre l'eau. D'un petit pont sur Amaya, Nolito commençait le festival des Celestes en servant parfaitement Joaquín Larrivey pour l'égalisation.



Le reste, c'est un véritable calvaire pour les Madrilènes. Cinq buts supplémentaires, dont un quadruplé du jeune Santi Mina (21e, 40e, 51e, 56e) et un massacre au coup de sifflet final (6-1). Une journée assurément pas comme les autres pour Mina, qui marque là ses quatre premiers buts en Liga. Mieux encore : à 19 ans et 125 jours, il devient le plus jeune joueur de l'histoire de la Liga à avoir inscrit un quadruplé en championnat. Pour info, Lionel Messi avait dû attendre ses 21 ans pour fêter un tel évènement. Petit joueur…

Le golazo du week-end


Pour sa centième sous la tunique de la Real Sociedad, Chori Castro avait envie de marquer le coup. Comment ? En marquant le plus beau but de cette 31e journée, tout simplement. Contre le Deportivo La Corogne (2-2), l'Uruguayen a soufflé ses 100 bougies à la 57e minute de jeu. Sur une longue ouverture de Sergio Canales, le buteur parvient à attraper le ballon d'une volée aérienne à la Marco van Basten. Du gauche, sa reprise part en direction du petit filet opposé. Pris de vitesse, Fabricio plongera uniquement pour la photo et les livres d'histoire des Txuri-Urdin. Vivement son 200e match.


La polémique de la machine à cafe con leche


CR7 a-t-il récupéré sa vista sur coup franc ? Autorisé à jouer après l'annulation de sa suspension grotesque en semaine contre le Rayo, Cristiano Ronaldo a trouvé le chemin des filets pour la 38e fois de la saison en Liga lors de la victoire du Real contre Eibar (3-0). Mais ce coup-ci, la manière avait une saveur toute particulière, puisque le triple Ballon d'or a marqué à l'aide de son traditionnel Tomahawk. Une technique plus que foireuse sur les derniers mois, sa dernière tentative réussie remontant… au 29 avril dernier. C'était en demi-finale de C1, face au Bayern Munich. Après tous ces boulets de canon plus dangereux pour les spectateurs que pour les gardiens, on peut donc se demander si le meilleur buteur de Liga va se décomplexer dans cet exercice pour les matchs à venir… D'autant plus que ce pion gardera une autre symbolique : avec son 216e but en Liga, CR7 égale par la même occasion la légende Alfredo Di Stéfano chez les Blancos. Alors, prêt à tout péter, Supersaiyan ?

L'analyse définitive du week-end


C'était Cordoue la semaine passée, ce sera Grenade aujourd'hui. Comme on pouvait l'envisager, la raclée 9-1 contre le Real Madrid au Bernabéu a eu un effet dévastateur sur le mental des Filipinos. En témoigne cette mauvaise semaine sur le plan comptable : rejoint à la dernière minute par le Celta Vigo mercredi dernier, Grenade s'est fait latter proprement ce week-end en déplacement à Almería, un concurrent direct au maintien (3-0). Mené juste avant la mi-temps après une réalisation du Ghanéen Thomas Partey, finalement auteur d'un doublé, Grenade s'englue un peu plus dans cette avant-dernière position du classement. Les ouailles d'Abel Resino pointent à quatre unités du premier non-relégable… Almería. On ne va pas se mentir, ça pue la descente.

Et sinon, qué pasa?


Dans la série Neymar est un joueur Youtube, aujourd'hui, Neymar marque un coup franc.



Toujours dans la série Neymar est un joueur Youtube, Neymar manque de respect à Grzegorz Krychowiak.

Youtube

- La grosse info du match nul entre Getafe et Villarreal (1-1), c'est la grave blessure de Mateo Musacchio, sorti avec une cheville en vrac. Victime d'une fracture du péroné, avec luxation de la cheville gauche, le verdict des médecins était sans appel après l'opération ce lundi : ce sera 5 mois d'absence minimum pour le roc argentin. Une vraie tuile pour Tata Martino en vue de la Copa América au Chili.



Onzième défaite consécutive pour Cordoue, à domicile contre Elche (0-2). Coucou, Liga Adelante.

Jamais deux sans trois. Après Nolito et Neymar, c'est Sofiane Feghouli, buteur contre Levante (3-0), qui s'occupe de la clôture de cette journée.



⇒ Résultats et classement de Liga

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Et voilà, la branlette est finie sur le Rayo, on range les mouchoirs et on rentre dans les rangs.
Sinon, si Seville passe devant Valence et fini 4ème (ça sera dur), et gagne l'Europa League (comme d'hab'), ils vont deux années de suite en C1 comment ça s'passe ?
Dans la catégorie Neymar joueur youtbe, je ne comprendrais jamais ceux qui pensent que c'est une insulte. Pour se retrouver sur youtbe faut faire des choses qui valent la peine et en football
Tout les joueurs ne se retrouvent pas sur youtube.
PS: c'est quand même agréable de voir son évolution comme sur la vidéo ou il met le petit pont et puis se fait tomber dans la surface mais se relève pour continuer le jeu. (Influence Leo Messi ça :p )
mixmaster Niveau : DHR
Ah bon ? Même Moussa Maazou est sur youtube.
Message posté par buju
Et voilà, la branlette est finie sur le Rayo, on range les mouchoirs et on rentre dans les rangs.
Sinon, si Seville passe devant Valence et fini 4ème (ça sera dur), et gagne l'Europa League (comme d'hab'), ils vont deux années de suite en C1 comment ça s'passe ?


Si ça arrive, la place supplémentaire est redistribuée au finaliste de la Coupe de France, Auxerre.

(En réalité j'en sais rien, c'est une bonne question.)
Si ça arrive, ils y vont comme s'ils étaient quatrième. Par contre, s'ils sont 5ème, mais qu'ils gagnent l'Europa League, là je crois bien que le 4ème de Liga (à savoir, surement Valence), l'aura dans le boul pour la C1.
Shevchenko Niveau : CFA2
Les images des ralentis, c'était quand même mieux avant Vine. Épileptiques s'abstenir.
Shevchenko Niveau : CFA2
Et si c'est pour voir la fracture de Musacchio toutes les 3 secondes, c'est encore pire. Pauvre Mateo, véritable Sisyphe des temps (audiovisuels) modernes !
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Note : 1
Message posté par buju
Si ça arrive, ils y vont comme s'ils étaient quatrième. Par contre, s'ils sont 5ème, mais qu'ils gagnent l'Europa League, là je crois bien que le 4ème de Liga (à savoir, surement Valence), l'aura dans le boul pour la C1.


Non si Séville gagne l'EL et finit 5e, y aura 5 équipes espagnoles en C1. C'est le même principe si par exemple, le Napoli ou la Fio remporte l'EL sans finir dans les 3 premiers, il y aurait 4 clubs italiens. J'ai vérifié le règlement y a pas longtemps. Par contre, s'ils gagnent et finissent 4e, ça ne changera pas grand chose sauf qu'ils accéderont direct à la phase de poules de la LDC et seront donc dispensés de tour préliminaire.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 8