1. //
  2. //
  3. // Résumé

Séville coiffe Las Palmas, Villarreal décolle

Modififié
297 2

Real Sociedad 1–1 Espanyol


Après avoir mené deux fois au score contre Séville et paumé deux points à domicile contre Málaga dans les arrêts de jeu, l’Espanyol a cette fois-ci été remonté par la Real Sociedad à Anoeta. Piatti a inscrit son deuxième but de la saison pour les Pericos à l’heure de jeu. Le problème, c’est que les hommes de Quique Sánchez Flores ont reculé, subi et ont encaissé un coup de tête de Willan José un quart d’heure plus tard. Pour couronner le tout, Javi Fuego a été exclu. Début de saison décevant pour les Catalans avec deux points en trois matchs et surtout sept buts encaissés.



Celta Vigo 0-4 Atlético de Madrid


« Pardonner à l’Atlético est un péché. » En une phrase, les commentateurs télé ont résumé le match du Celta, excellent tactiquement mais incapable de traduire sa domination au tableau d’affichage. On imagine que les murs du vestiaire visiteur ont tremblé vu comme les Colchoneros ont inversé la tendance en deuxième période. Un amour de centre pour Koke et deux têtes : Griezmann a été l’homme du match. Entré à l’heure de jeu à la place du Niño Torres, Gameiro a été à l’origine du quatrième but. Ce qui ne fera pas oublier un raté énormissime quelques instants plus tôt.


Trois matchs et trois défaites pour les joueurs de Toto Berizzo, cela devient inquiétant.


Málaga 0-2 Villarreal


Première victoire de la saison pour Villarreal sur la pelouse des Boquerones. Le succès du sous-marin jaune s’est dessiné dans le dernier quart d’heure de la première période avec des buts de Jaume Costa et de Sansone, l’ancien de Sassuolo. Malgré une fin d’été agitée, Villarreal est toujours invaincu et Fran Escriba imprime sa patte, ce qui était déjà perceptible lors du match contre Séville avant la trêve internationale. Pour Málaga en revanche, la première victoire se fait encore attendre.



FC Séville 2-1 Las Palmas


C'était LE match à ne pas louper de la journée et il a tenu ses promesses. Le leader se déplaçait au Sánchez-Pizjuán pour une belle opposition entre Quique Setién et Jorge Sampaoli. zquez, Correa, Nasri, Ganso et Ben Yedder titulaires : l’Argentin aux biceps beaucoup trop gros pour les manches de son polo a complètement délaissé la récupération. En revanche, les insulaires étaient privés de leur meneur de jeu Viera et du facteur X KP Boateng. Meilleur au duel, plus efficace dans les sorties de balle notamment grâce à un Roque Mesa qui s’affirme de match en match comme un futur international, Las Palmas a dominé l’essentiel du premier acte. Un golazo de Tana a une nouvelle fois mis en lumière la faiblesse de la défense palangana, et la rechute d’Adil Rami en fin de match est un coup dur pour un secteur très léger. L’entrée en jeu de Vitolo et le repositionnement de Nasri dans un rôle plus axial ont changé la donne en deuxième période. Certes, Séville joue au ballon, mais cela manque souvent de tranchant (première occasion nette à la 38e minute). On n’est jamais mieux trahi que par les siens : le natif de Las Palmas Vitolo a sorti une petite simulation pour permettre à Sarabia d’égaliser sur penalty à la 89e minute. Cramés et à dix, les Canariens ont cédé une deuxième fois, sur le dernier corner du match. Carlos offre trois points à Sampaoli qui peut continuer de développer son projet. Mais il faudra gagner en réalisme et en percussion pour convaincre réellement.


  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga Par FM Boudet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Pepèrearnaud Niveau : CFA2
    "[...] L’entrée en jeu de Vitolo et le repositionnement de Nasri dans un rôle plus axial ont changé la donne en deuxième période. [...]".

    Et la sortie de Ganso surtout. Très bon match de Las Palmas, aussi bien techniquement que tactiquement.

    Cela dit, à ne pas rater la deuxième mi-temps de l'Atlético. Simeone a clairement remporter son duel face à Berizzo en modifiant le schéma et mettant en disposition son équipe d'exploser le Celta.
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    Très belle équipe Las Palmas ! Ca joue au ballon, c'est propre, c'est technique, équilibré... Si Roque Mesa se maintient à ce niveau toute la saison et s'ils sont pas trop touchés par les blessures (hier, Viera leur a manqué, pour KPB j'attends de voir s'il arrive à être constant), je les vois bien capables d'accrocher une place en EL.
    Quant à Séville, c'est toujours aussi sexy et ça envoie du jeu mais j'ai peur que défensivement, ils soient un peu justes pour concurrencer les gros, il manque au moins un grand défenseur central selon moi. Et puis, Sampaoli dispose de pas mal de tripoteurs de ballons (Vazquez, Ganso, Nasri, Correa, et même Ben Yedder à un autre poste...) mais au niveau de la percussion, il manque le pendant de Vitolo qu'aurait pu être Konoplyanka (d'ailleurs je comprends pas trop son départ, l'Ukrainien ayant pu apporter une autre option tactique en étirant les lignes). Sinon la belle histoire, c'est celle du "cantanero" Carlos Fernandez, habitué de la tribune nord du Sanchez Pizjuan avec Los Biris, qui donne la victoire à Séville dans les arrêts de jeu !
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    297 2