1. //
  2. // 1re journée
  3. // Málaga/FC Séville (0-0)

Séville bute sur Málaga

Ça y est, la Liga est lancée. À l'issue de cette première de la saison, Málaga et Séville se quittent bons amis. Un match nul qui reflète une rencontre où les deux équipes ont eu leur chance. Toujours en rodage, la bande à Unai Emery peut tout de même s'en mordre les doigts.

Modififié
11 8

Málaga CF 0-0 FC Séville


Trois mois plus tard, la Liga a repris ses droits. Un retour de vacances qui s'est fait sans le moindre but. Mais, heureusement, pas sans spectacle. Pour ce premier derby andalou de la saison, les supporters de la Rosaleda assistent à une rencontre agréable et intense, quoiqu'un peu brouillonne. Málaga, pillé de ses pépites de la cantera lors de ce mercato, offre un onze rempli d'incertitudes. Aux nombreuses recrues s'ajoutent tout de même des valeurs sûres de la saison passée : Darder, finalement resté à quai, et Amrabat. Plus en retrait, le joueur un temps désiré par Lyon a surtout laissé son comparse Tessone faire le show au milieu de terrain. Des régalades également distillées par Éver Banega. L'Argentin, placé en numéro dix, a longtemps été l'éclaircie d'un FC Séville très peu inspiré dans le premier acte. Malgré une bonne entame, sa paire Iborra-Nzonzi s'est longtemps fait marcher dessus avant de monter en régime après la pause. Un changement de ton qui induit un changement de match. Plus haut après la pause, l'équipe d'Unai Emery a pris le pas sur les petits gabarits de Málaga. Malgré l'expulsion sévère de l'ancien de Stoke, elle poursuit son entreprise de domination.

Tissone frissonne


La Rosaleda, remplie jusqu'à la gueule, frôle la surchauffe. Le soleil, violent car andalou, fait transpirer chaque Boquerone. Les Sévillans, également, inquiètent tous ces aficionados qui n'attendent que le coup d'envoi de ce nouvel opus de Liga. En rodage, les deux onze mettent une dizaine de minutes à rentrer dedans. Le temps suffisant pour que Séville trouve ses marques. Par l'intermédiaire de Banega, toujours aussi juste avec ses passes entre les lignes, mais également à la frappe, des décalages se créent. À trois reprises, un Kevin Gameiro titulaire suite au départ de Bacca se rate. Des occasions gâchées qui permettent à Málaga de se remettre dans la rencontre. Les offensives locales surviennent presque toutes sur le flan gauche de Boka. Très actif offensivement, l'Ivoirien combine avec Tissone et donne quelques sueurs froides au néo-Sévillan Rami. La rencontre, plaisante et équilibrée, met définitivement en lumière l'Argentin Tissone : d'une justesse succulente, il trouve toujours la passe juste et décale parfaitement des attaquants peu en verve face aux cages. Un constat qui ne s'applique pas à la doublette adverse Nzonzi-Iborra, dépassée par la mobilité des hommes de Javi Gracia. Finalement, à la mi-temps, les supporters malagueños gagnent en optimisme, à défaut de gagner sur le tableau d'affichage.

Séville, de la domination à l'expulsion


Plus intenses, les premières minutes de la seconde période offrent des blocs plus dispersés, les deux équipes tentant de pousser leurs actions dans la surface adverse. De même, les tacles sont plus vivaces, les contacts plus véhéments. Un jeu qui sied aux grands compas de Nzonzi et d'Iborra. De plus en plus haut à la récupération, les Sévillans se risquent également à laisser des espaces dans leur dos. Les mobylettes des Blanquiazules se lancent alors dans des courses effrénées. Sans réussite. Justement, cette chance se rapproche pour Séville : Reyes, d'une frappe lointaine, et Rami, buteur signalé hors-jeu suite à une superbe montée de la défense locale, se chargent de refroidir l'aficion de la Rosaleda. Vitolo, lui, l'éteint totalement lorsqu'il se retrouve face à un Kameni qui repousse difficilement sa tentative en corner. Le salut intervient quand Nzonzi, plus habitué aux contacts anglais, reçoit un second avertissement. En infériorité numérique, les champions de la petite Europe reculent et offrent à Rosales, d'une reprise limpide, la chance d'ouvrir le score pour Málaga. Darder l'imite en fin de match, mais ne peut trouver la lucarne de Beto. La pression ne s'estompe pas jusqu'au coup de sifflet final, sans pour autant livrer un vainqueur. La Liga attend toujours son premier leader.

⇒ Résultats et classement de Liga

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Match très faible ... Le départ d'Aleix Vidal est trop sous estimé, sans parler de celui de Bacca. Les remplaçants ne sont pas à la hauteur (Mariano, quelle blague ...). N'Zonzi a été médiocre et prend un rouge ridicule. Y'a vraiment du boulot mais si le niveau de jeu est comme celui ci, Bon courage pour la Champions League.
monclubcettebaltringue Niveau : CFA2
On bute, Karadoc.
Comment ça on bute karadoc??
Le but de Charles est valable. La liga commence bien, 1er match 1ère erreur grotesque de l'arbitrage...
Quant à Séville, je comprend pas comment on peut jouer aussi mal avec des joueurs de cette qualité, espérons qu'ils se réveilleront contre l'Atléti le prochain match.
Un nouveu sur le forum! Je vous adore les gars, ça fait un bon moment que je vous lis.
Andreï Rublev Niveau : Loisir
Je ne sais pas combien de buts tous faits a raté Gameiro mais sur les 5 minutes que j'ai regardées, il la met à coté avec le but vide et il rate un face à face.
ca fait de la peine pour lui..
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Message posté par Andreï Rublev
Je ne sais pas combien de buts tous faits a raté Gameiro mais sur les 5 minutes que j'ai regardées, il la met à coté avec le but vide et il rate un face à face.
ca fait de la peine pour lui..


Seville va se mordre les doigts d'avoir vendu Bacca. Gameiro n'a pas le niveau et ce soir encore il a raté des buts tout fait.

J'espère que ce premier match ne donnera pas la couleur de la Liga, car ce match était une purge. Du vice, du vice et encore du vice, avec du cinéma a gogo et un arbitre totalement dépassé par tous ces acteurs.

Putain, j'en peu plus de ces mecs qui se roulent par terre a se tenir la tête au moindre petit contact. La liga commence vraiment a devenir chiante a regarder a cause de tous ces truqueurs.

Sinon, je crois que ce soir j'ai trouvé plus con que Menez et il se nomme Amrabat. Rarement vu un mec aussi perso qui fait tout a l'envers. Il tire quand il faut passer, il centre au troisième poteau quand tous ses coéquipiers sont au premier et en plus c'est un bouffeur de ballon qui ne pense qu'a sa gueule et qui ose engueuler les joueurs de son équipe.

Je souhaite bon courage aux joueurs de Malaga pour se taper un connard pareil durant la saison.
Message posté par Andreï Rublev
Je ne sais pas combien de buts tous faits a raté Gameiro mais sur les 5 minutes que j'ai regardées, il la met à coté avec le but vide et il rate un face à face.
ca fait de la peine pour lui..


D'après ce que t'as dit sur le live il en a raté trois
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
11 8