Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 22 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Atlético-Séville (0-0)

Séville bétonne avec succès chez l'Atlético

Très prudent, le FC Séville est allé chercher le point du nul sur la pelouse de l'Atlético Madrid, où Griezmann n'a pas créé l'exploit.

Modififié

Atlético Madrid 0-0 FC Séville


Depuis une dizaine d'années, le FC Séville a un gros capital sympathie en France. Pour ses victoires en Coupe d'Europe, mais aussi pour sa flopée d'anciens joueurs de Ligue 1. Ce dimanche, sur la pelouse de l'Atlético Madrid, il n'y avait pas de Kolodziejczak, pas de Mariano, pas de Kakuta, ni de Gameiro au coup d'envoi. Mais les autres sont allés chercher un nul en jouant une partie comme on en fait dans le championnat de France, lorsqu'on est « bien en place » . Tant pis pour le spectacle, mais cela fait aussi partie du football.

Séville ferme la boutique


Comme les spectateurs de Vicente-Calderón en ont l'habitude depuis trois ans maintenant, leur équipe se présente dans un 4-4-2 option pressing à tout va. Comme souvent, la principale arme offensive est bien connue puisqu'il s'agit d'Antoine Griezmann. Le Français râle quand on ne lui passe pas la balle, met la pression sur l'arbitre lorsqu'il subit le moindre petit contact, mais en attendant, les deux occases de la première période sont pour sa pomme. D'abord sur un centre à terre de Juanfran qu'il vient chercher au premier poteau, puis sur une déviation de la tête de Godín où il s'arrache pour reprendre de volée. Les deux fois, c'est dans le petit filet. Difficile de faire plus face à une équipe de Séville qui a fait le choix de fermer la boutique. Les Andalous sont organisés avec Llorente devant, Banega juste derrière, positionné en électron libre, puis deux rideaux défensifs qui balancent devant au moindre doute. Si la paire N'Zonzi-Krychowiak est vraiment pas mal en ce qui concerne la récupération, il y a logiquement de quoi attendre plus du dernier vainqueur de la Ligue Europa.

Poteau pour Griezmann


Au début de seconde période, les deux coachs essaient de dérider la rencontre avec les entrées de Yannick Ferreira Carrasco et Krohn-Dehli. Mais celui qui met un coup de pied dans la fourmilière, c'est l'arbitre, avec un deuxième jaune pour Vitolo à l'heure de jeu. Réduit à dix, avec un Unai Emery qui se fait également exclure, cela semble être plus simple pour les Colchoneros. Mais Rami est pourtant vigilant à la 73e pour mettre la tête, alors que Godín était juste derrière lui au second poteau. Un poteau que Griezmann a trouvé de la tête à la 55e. L'entrée de Jackson Martínez à un quart d'heure de la fin ne changera rien pour les Matelassiers, beaucoup trop maladroits dans leurs frappes. Finalement, ce nul, c'est plus de la faute de l'attaque du second de la Liga que de la stratégie du septième en déplacement. À noter que Gameiro est entré pour espérer devant une balle de hold-up à la place de Llorente. Sur un éclair de Banega, il a reçu le cuir dans la surface, mais s'est emmêlé les pinceaux. Il était meilleur dimanche dernier sur le plateau du Canal Football Club.

  • Résultats et classement de Liga

    Par Romain Canuti
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 3 heures La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 23 il y a 6 heures La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 23 il y a 6 heures River Plate devrait quitter El Monumental 10
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    il y a 7 heures Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 30 Hier à 11:08 Rooney, héros de la 95e minute 17 Hier à 10:21 Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 27
    À lire ensuite
    Ayew soigne Swansea