1. //
  2. //
  3. // Bilan

Séville a un roi, la Liga toujours pas

Longtemps indécis, le derby de Séville a finalement tourné en faveur des locataires du Sánchez-Pizjuán grâce à l’inévitable Kevin Gameiro. Un suspense encore plus insoutenable en tête de la Liga, puisque Barça, Atlético et Real l’ont tous emporté.

183 29

L’equipazo du week-end : FC Séville


Et la lumière surgit des pieds de Kevin Gameiro… Cette redite n’a jamais été ressentie avec tant de ferveur par les supporters du FC Séville, pourtant habitués aux buts à répétition de leur chouchou français cette saison. Auteur de son seizième pion en Liga, l’ancien Merlu a guidé ses coéquipiers, pour ne pas dire tout le barrio de Nervion, vers un succès dans le derby sévillan. Servi par un centre de Nzonzi, il n’a plus qu’à placer sa tête hors de portée d’Adán pour faire chavirer le Sánchez-Pizjuán. Aussitôt aux commandes, les Sevillistas ne font que resserrer l’étreinte jusqu’à faire exploser en mille morceaux de valeureux mais trop limités Beticos. Ainsi, à la suite d'une pluie d’occasions, le capitaine Coke envoie une lourde frappe à mi-hauteur qui donne à l’antre sévillane des airs de Bombonera. Le spectacle est total, la victoire méritée, et l’échauffement parfait avant le choc tant attendu en demi-finales de Ligue Europa face au Shakhtar Donetsk. Comme le suggère l’entraîneur du Betis, Juan Merino, « le FC Séville est deux, voire trois étages au-dessus de nous » . Et la capitale andalouse rouge et blanc.

Le Don Quichotte du week-end : Ángel Correa (Atlético de Madrid)


Longtemps, l’Atlético de Madrid s’est cassé les dents, les ongles et la tête contre la défense de Málaga - pour sûr, les Andalous forment la meilleure arrière-garde du Royaume derrière les trois intouchables de la tête du classement. Griezmann, Torres, ou Carrasco buttent, les uns après les autres, sur la muraille formée par les hommes de Javi Gracia. Pis, les Boquerones se montrent dangereux sur des phases de contre qu’ils maîtrisent aussi bien que leurs adversaires du jour. Un équilibre des forces qui tourne finalement en faveur des Colchoneros lorsque le Mono Burgos décide de faire entrer Ángel Correa. Virevoltant autant qu’électrique, il met au supplice la défense de Málaga de par ses changements de rythme et, surtout, son but, le seul de la rencontre. Entré sur son pied droit, il feinte un premier rival avant de décrocher une frappe, contrée, qui trompe Ochoa. « Angel a révolutionné le match, se réjouit le Cholo en conférence de presse. Surtout quand il sort du banc, il dispose d’un changement de direction très rapide. Si l’équipe a besoin de gagner, son désordre pour attaquer de n’importe quel côté génère des supériorités numériques. » Ah, l’amour.

Le partidazo du week-end : Rayo Vallecano - Real Madrid


Sept buts en moins pour le même scénario. Balayé dans la discorde lors du match aller (10-2) au Santiago Bernabéu, le Rayo Vallecano s’est une nouvelle fois incliné face au voisin royal (2-3). Et, comme lors de la première phase, les Rayistas ont mené la vie dure aux Merengues, et mené tout court. Sous des trombes d’eau et une ambiance, paradoxalement, survoltée, ils s’offrent un double avantage en l’espace d’un quart d’heure. Des banderilles signées Embarba, ancien canterano refoulé du Real, et Miku, servi bien involontairement par Varane, qui illustrent la schizophrénie chronique de la Casa Blanca. Comme à Wolfsburg, elle s’offre la première opportunité - un poteau de Bale - avant de s’écrouler par manque de concentration. Un bis repetita de la remontada face aux Teutons qui se déroule, cette fois, en une mi-temps. Meilleur joueur sur la pelouse, car à son niveau, Gareth Bale réduit la marque avant la pause avant de délivrer l’aficion blanche d’un contre assassin et décisif. Entre-temps, Lucas Vázquez, révélation de la saison blanche, envoie un coup de casque en pleine lucarne pour égaliser. Un Real Madrid à réaction, donc.

La polémique de la machine à café con leche : Pichichi, penaltys et polémique au Camp Nou


Le Barça avait-il vraiment besoin de ça ? Ce « ça » n’est autre qu’un coup de pouce arbitral qui prend la forme de trois penaltys en faveur des Blaugrana et de deux cartons rouges reçus par le Sporting de Gijón. Forcément, avec de telles décisions de l’homme en noir, difficile pour les Asturiens de contrer la mécanique, bien que légèrement grippée, du toujours leader de la Liga. Et pourtant, avec des absents en pagaille et une équipe remaniée, le Sporting donne longtemps du fil à retordre à l’armada azulgrana. Rentrés avec un petit pion d’avance estampillé Messi aux vestiaires, les Catalans prennent le large grâce à deux penaltys de Luis Suárez - tous deux contestables - et un dernier offert à Neymar. Les expulsions asturiennes aidant, le Barça donne au tableau d’affichage des allures de set blanc (6-0), tandis que Luis Suárez, auteur de son second quadruplé de la semaine, prend le large au classement des buteurs : « Mon objectif n’était pas le Pichichi, mais aujourd’hui, à quelques journées de la fin, et avec l’aide de mes coéquipiers… » El Pistolero et ses trois cachous d’avance sur Cristiano Ronaldo ont les dents longues.

Le golazo du week-end : Mubarak Wakaso (UD Las Palmas)


L’air de rien, l’UD Las Palmas réalise une deuxième moitié d’exercice prodigieuse. Une nouvelle fois vainqueur, le club insulaire s’est, cerise sur le maintien, offert un festival face à l’Espanyol (4-0). Et comme il ne pouvait y avoir plus belle conclusion, le Ghanéen Mubarak Wakaso a transpercé les filets pericos pour le pion final. Une minasse des familles qui fait rugir de plaisir Gran Canaria.

Youtube

L’analyse définitive : Levante, les carottes sont cuites (ou presque)


Le Ciutat de Valencia retient son souffle. Alors qu’il ne reste que deux minutes dans le temps réglementaire, Levante compte autant de pions d’avance sur l’Athletic Bilbao. La victoire se profile et promet de relancer totalement les petits Valenciens dans la course au maintien. Une éclaircie de courte durée dans les têtes des aficionados granotes : en l’espace de quelques instants, les Leones transpercent par deux fois les filets de Diego Marino. Mains sur la tête, yeux bouffis, regards hagards, supporters comme joueurs de Levante savent la descente en Segunda Division inéluctable. « Je n’ai pas de mot pour expliquer à quel point les gens souffrent, nous sommes les seuls coupables, s’autoflagelle Morales. Il reste 9 points, et il faudra tout donner pour que la maigre chance de maintien se concrétise. » Un vœu honorable mais pieux, puisque lors des trois dernières journées de Liga, Levante se doit de faire un sans-faute pour rattraper ses quatre points de retard sur Grenade, premier non-relégable se déplaçant à Vigo ce lundi. Bref, en août prochain, les Granotes devraient reprendre la saison en Liga Adelante.

La statistique futile du week-end : 18


Comme le nombre de matchs nuls concédés - ou arrachés, c’est selon - par le Deportivo La Corogne en cette saison de Liga. Avec un nouveau partage des points, cette fois sur la pelouse d’Eibar (1-1), les Galiciens s’offrent donc un record dans l’histoire du championnat puisqu’aucune équipe n’avait jamais enchaîné autant de score de parité. Un exploit dont ils se seraient bien passés, mais un exploit quand même.

Les déclas du week-end


« L’arbitre a pris la bonne décision en m’expulsant. Il a agi comme il le devait quand un ballon sort du banc des remplaçants. Mais c’était le ramasseur d’à côté. » Diego Simeone la joue repentance, il n’empêche, sa fourberie pour briser une contre-attaque de Málaga reste un must du genre. Un vrai gilipolla.

Youtube

« Je ne crois pas que nous allons gagner les trois derniers matchs. Nous allons nous concentrer sur une semaine d’entraînement, une chose à laquelle nous ne sommes pas habitués et qui nous permettra de travailler des choses que nous ne pouvons normalement pas. » Luis Enrique et sa positive attitude à la suite de l’élimination de la C1.

« Il est et il sera notre entraîneur, et il est désormais tourné vers la victoire contre Séville. » Lorsque Ramon Robert, conseiller délégué de l’Espanyol, affiche son soutien à Galca, le licenciement n’est jamais loin.

Et sinon, que pasa ?


Le Camp Nou et l’hommage à Quini. Héros du Sporting, et aujourd’hui délégué de l’équipe première, Quini a été reçu en grande pompe par le Barça, son second fanion de cœur. Décoré de l’insigne doré du club blaugrana, il a ensuite été ovationné par tout le Camp Nou avant le coup d’envoi. Classe, mais jamais autant que Quini.

Le FC Séville, une année pleine face au Betis. Une nouvelle fois vainqueur du derby de la capitale andalouse, Unai Emery peut se targuer d’un bilan presque parfait en cette saison à l’échelle locale. Avec trois succès et un nul - en prenant en compte la Copa -, les Palanganas ont écrabouillé leurs voisins.

À une superbe ouverture du score de Parejo sur coup franc, Valence enchaîne par deux bévues qui coûtent autant de pions encaissés face à Getafe. En soi, un succinct résumé de la saison des Chés, branchés sur courant alternatif, qui repartent de la banlieue de Madrid avec un point du nul grâce à Alcácer (2-2).

  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Robin Delorme
  • Dans cet article

    C'est quoi cette histoire de trois pénos et deux cartons rouge là?!

    Sérieux? Il s'est vraiment passé cela durant le Barcelone - Sporting Gijon?!

    (Désolé oui, je ne regarde pas trop les matchs du Barca).
    Message posté par -Dan-
    C'est quoi cette histoire de trois pénos et deux cartons rouge là?!

    Sérieux? Il s'est vraiment passé cela durant le Barcelone - Sporting Gijon?!

    (Désolé oui, je ne regarde pas trop les matchs du Barca).


    Il y a bien eu 3 penaltys (en 10 minutes), mais un seul carton rouge à la 85ème minute, l'auteur a craqué sur ce coup-là. Et sur les 3 pénos, il faut être honnête, 2 sont vraiment vraiment discutables.
    Cristiano Ronaldo 7 Niveau : CFA2
    Et même si on enlève les penalty, il y a toujours 4-0. Une belle polémique inutile.

    A la limite, on peut parler un peu plus du fait qu'on dira ce que l'on voudra du côté de Barcelone, on fait tout pour que n'importe quel joueur passe devant Cristiano au Pichichi, quitte à faire tirer les penalty par un joueur qui ne le fait jamais.

    Ceci étant dit, c'est de bonne guerre. C'est une compétition et tous les moyens légaux sont bons pour battre l'adversaire.

    C'est juste plus gênant qu'on le reproche fortement aux Merengues mais pas aux Culés.
    Les 2 premiers pénaltys de Suarez sont contestables ? Alors tous les pénaltys sont contestable à ce rythme là.

    Le 3e me parait effectivement très contestable, mais la main est absolument flagrante (décollée du corps + la main qui va au ballon) et l'obstruction sur Neymar parait aussi évidente.

    Enfin bon, c'est pas comme si le Barça en avait mis 6 de toute façon...
    Frenchies Niveau : CFA
    Note : -5
    toute façon,
    pour un arbitre qui se déchire en liga en étant bien trop intimidé par le contexte du nou camp,
    t'as 5 arbitres qui se mettent en tête de "montrer leur caractère" en défavorisant le barca derrière ... et assez souvent en ligue des champions (sisi) !

    ça c'est un simple constat,
    que seuls les supporters objectifs (reconnaissant quand un arbitre c'est mis du côté "du gros" pour pas avoir d'ennuis) peuvent dresser ...

    Pour les gens pas concernés,
    quand l'arbitre est "défavorable" cela devient "un arbitrage normal" du barca ... et à chaque exemple d'arbitrage favorable, c'est soi disant "la règle" concernant tous les matchs du barca.
    et par conséquent les titres sont forcément plus simples à aller chercher T.T

    au milieu, y a des arbitrages normaux évidement,
    mais 5 matchs "dans le dur" pour un "offert", c'est franchement pas un traitement favorable ...
    mais faut un brin de logique pour le comprendre, certes.


    le barca, comme le real, comme n'importe quelle équipe qui contient des monstres techniques ...
    obtient plus de fautes que les équipes lambda.
    faut être fini à la pisse pour pas le comprendre sous cet angle là (et faire sa pleureuse).
    Concernant la traduction des propos de Luis Enrique, c'est évidemment un grand n'importe quoi. Il a évidemment dit qu'il ne pensait pas que son équipe allait perdre lors des trois derniers matches.

    Si on se concentre à raison sur la lutte pour le titre, il convient aussi de jeter un oeil sur la lutte assez passionnante pour le maintien. C'est quasiment mort pour Levante, d'autant plus qu'il joue notamment Malaga et l'Atletico, mais on a 4 équipes qui se tiennent en 3 points devant pour le moment.
    Le Rayo Vallecano, 16ème avec 35 points va se déplacer 2 fois pour 2 matches compliqués, à Anoeta et à Vicente Calderon, avant de recevoir justement Levante. Granada, 17ème avec 33 points, jouera ce soir à Vigo, avant d'affronter Las Palmas qui s'offre une remontée exceptionnelle au passage, relégable il y a 2 mois et 9ème aujourd'hui, puis déplacement sur la pelouse du FC Séville avant de terminer à domicile face au Barça. Autant dire que gagner ce soir serait une bonne idée. Gijon, 18ème avec 32 points va accueillir Eibar, se déplacer à Getafe qui est 19ème et recevoir Villareal. Et Getafe qui a le même nombre de points que Gijon se déplace à La Corogne, reçoit donc Gijon et se déplace à Benito Villamarin face au Bétis.

    Le maintien devrait se jouer entre 35 et 38 points et je mettrais bien une pièce sur le sauvetage des deux clubs madrilènes. Pour Getafe, ça tiendrait quasiment du miracle mais ils ont l'air de se réveiller au bon moment, ils ont pris la moitié de leurs points sur la phase retour lors des 2 derniers matches.
    La fin de saison s'annonce très intéressante en tête de la Liga. l'Atléti a des matchs à priori abordables avec une réception du Rayo et du Celta et un déplacement à Levante.
    Le Barca c'est Espanyol Betis et Grenade, ils devraient conserver leur titre à moins d'un invraisemblable faux-pas. En revanche, ça risque d'être plus chaud pour le Real avec entre autres un déplacement à Anoeta et la réception de Valence.
    Toujours est-il que le suspens reste entier et le moindre point perdu pourrait se payer cash.

    Gimenez ne m'a pas pleinement rassuré sur ce match contre Malaga en vue de la demie de C1 contre le Bayern. Il m'a semblé ultra nerveux, il n'aura pas intérêt à péter une durite comme samedi, ça pourrait se payer plus cher. En revanche, Lucas Hernandez m'épate à chacune de ses sorties: serein, propre, bon dans l'anticipation et efficace dans le jeu aérien. Un tout bon.
    Message posté par MetekoO
    La fin de saison s'annonce très intéressante en tête de la Liga. l'Atléti a des matchs à priori abordables avec une réception du Rayo et du Celta et un déplacement à Levante.
    Le Barca c'est Espanyol Betis et Grenade, ils devraient conserver leur titre à moins d'un invraisemblable faux-pas. En revanche, ça risque d'être plus chaud pour le Real avec entre autres un déplacement à Anoeta et la réception de Valence.
    Toujours est-il que le suspens reste entier et le moindre point perdu pourrait se payer cash.

    Gimenez ne m'a pas pleinement rassuré sur ce match contre Malaga en vue de la demie de C1 contre le Bayern. Il m'a semblé ultra nerveux, il n'aura pas intérêt à péter une durite comme samedi, ça pourrait se payer plus cher. En revanche, Lucas Hernandez m'épate à chacune de ses sorties: serein, propre, bon dans l'anticipation et efficace dans le jeu aérien. Un tout bon.


    Il est vraiment bon ce petit Lucas Hernandez.

    En plus il évolue tous les jours avec Godin, ça doit aider quand tu aspires à devenir un bon défenseur central.
    Message posté par Cristiano Ronaldo 7
    Et même si on enlève les penalty, il y a toujours 4-0. Une belle polémique inutile.

    A la limite, on peut parler un peu plus du fait qu'on dira ce que l'on voudra du côté de Barcelone, on fait tout pour que n'importe quel joueur passe devant Cristiano au Pichichi, quitte à faire tirer les penalty par un joueur qui ne le fait jamais.

    Ceci étant dit, c'est de bonne guerre. C'est une compétition et tous les moyens légaux sont bons pour battre l'adversaire.

    C'est juste plus gênant qu'on le reproche fortement aux Merengues mais pas aux Culés.


    Ils font tout surtout pour que Suarez soit meilleur buteur, je pense pas que ça soit une focalisation sur Ronaldo. Il serait à la lutte avec un autre joueur, ça se passerait exactement de la même façon. Et en passant, Suarez avait déjà tiré 4 penaltys cette saison.
    Message posté par -Dan-
    Il est vraiment bon ce petit Lucas Hernandez.

    En plus il évolue tous les jours avec Godin, ça doit aider quand tu aspires à devenir un bon défenseur central.


    Ouaip, carrément. Tu peux y ajouter Savic & Gimenez, qui, même s'il m'a gonflé samedi est très très fort. Et il s'entraînait déjà avec les pros l'an dernier, donc il a aussi côtoyé Miranda. Même les latéraux Filipe Luis & Juanfran ça doit être pas mal.

    J'ai a peine percuté le truc mais la charnière samedi aprem c'était Gimenez/Hernandez, nés respectivement en 1995 et 1996.

    L'autre truc que je trouve dingue c'est le second souffle du Captain Gabi après son trou d'air en janvier/février. J'ai pas sa feuille de stat sous le pif mais il a pas du perdre un ballon et il a du en gratter une bonne vingtaine.
    Message posté par -Dan-
    Il est vraiment bon ce petit Lucas Hernandez.

    En plus il évolue tous les jours avec Godin, ça doit aider quand tu aspires à devenir un bon défenseur central.


    Ouaip, carrément. Tu peux y ajouter Savic & Gimenez, qui, même s'il m'a gonflé samedi est très très fort. Et il s'entraînait déjà avec les pros l'an dernier, donc il a aussi côtoyé Miranda. Même les latéraux Filipe Luis & Juanfran ça doit être pas mal.

    J'ai a peine percuté le truc mais la charnière samedi aprem c'était Gimenez/Hernandez, nés respectivement en 1995 et 1996.

    L'autre truc que je trouve dingue c'est le second souffle du Captain Gabi après son trou d'air en janvier/février. J'ai pas sa feuille de stat sous le pif mais il a pas du perdre un ballon et il a du en gratter une bonne vingtaine.
    Je pense que si le Barça gère le derby (qui peut être toutefois un match piège), ça devrait le faire.

    Je vois les autres craquer sur un match, le Real parce que son calendrier est compliqué et l'Atléti en raison de l'énorme dépense d'énergie que va engendrer la CL. Mais je suis pas devin.

    Ce qui est intéressant c'est que ça risque d'être indécis jusqu'à la dernière journée, et donc plutôt sympa à suivre.
    Skywalker Texas Ranger Niveau : DHR
    Et si c'était Hernandez l'énorme surprise de la liste de DD, surtout avec l'affaire Sakho ?

    Il est en Espoirs, joue régulièrement et surtout sort des grosses prestations, même face au barça en LDC. Ce serait dur pour Laporte et Umtiti, mais au final ces deux-là ont pas une expérience des gros matches dingues par rapport au jeune colchonero.
    Message posté par MetekoO
    L'autre truc que je trouve dingue c'est le second souffle du Captain Gabi après son trou d'air en janvier/février. J'ai pas sa feuille de stat sous le pif mais il a pas du perdre un ballon et il a du en gratter une bonne vingtaine.


    C'est vrai que Gabi avant du mal à relancer la machine en début de saison, mais ca peut se comprendre, ca fait trois saisons qu'il claque 35 matchs de LIGA. Le physique commence a avoir un peu plus de mal à récupérer (32 ans, bientôt 33 ans).

    Et puis le fait de devoir compenser la blessure de Tiago peut expliquer sa petite phase de moins bien.
    Message posté par Skywalker Texas Ranger
    Et si c'était Hernandez l'énorme surprise de la liste de DD, surtout avec l'affaire Sakho ?

    Il est en Espoirs, joue régulièrement et surtout sort des grosses prestations, même face au barça en LDC. Ce serait dur pour Laporte et Umtiti, mais au final ces deux-là ont pas une expérience des gros matches dingues par rapport au jeune colchonero.


    C'est exactement le sujet d'une conversation avec des potes hier, qui m'ont dit "T'es fou, il vaut rien, il a fait trois matchs et en EdF, lol!". Bah c'est une quinzaine de matchs cette année, toujours propre, jamais énervé même dans les grands rendez-vous. Il a été vraiment à l'aise en Ligue des Champions, et il est extrêmement propre.
    Après il viendrait faire le 4e donc je ne sais pas ce qui est plus intelligent, de prendre un joueur plus confirmé ou prendre un jeune...

    De toute manière ça va se jouer entre lui et Umtiti pour le 4e poste, étant donné que Mangala a plus ou moins redressé la barre.

    @Dan
    Il est vraiment kiffant ce joueur, en plus c'est vraiment la caution de l'Atléti. Le daron formé par les colchoneros, lâché à Saragosse et revenu en grâce à Calderon.

    La vraie satisfaction ces dernières années, c'est de pouvoir compter sur des talents émergents du centre de formation (ce qui n'est pas plus mal au vu des finances du club. C'est cool de voir Tomas, Oliver Torres, Fernando Torres, Lucas Hernandez, Gabi, Koke, Saul et se dire qu'il ont été formé a l'Atléti.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    183 29