1. //
  2. //
  3. // Tottenham/Sunderland

Sessegnon, l'Altesse a perdu son trône

Stéphane Sessegnon avait tout pour être le roi. Un physique hors-normes, une dégaine, des qualités techniques au-dessus de la moyenne et une réputation flatteuse. Aujourd'hui, le double "S" traine son spleen à Sunderland, seizième de Premier League...

0 5
Jay-Jay Okocha. Pendant deux ans et demi, les supporters parisiens pensaient avoir retrouvé leur perle du Nigéria. Deux ans et demi, c'est la durée de l'histoire d'amour entre le PSG et Stéphane Sessegnon. Une première saison parfaite, une deuxième moyenne et puis le trou. Six mois en enfer et une fuite pour Sunderland en janvier 2011. Depuis, on n'a plus de nouvelle de l'ancien numéro 10 aux cuisses de feu. Aussi large que haut, Stéphane Sessegnon est une boule de nerfs. Mais il serait réducteur de ne parler que de son physique. Au Mans, puis à Paris – avec parcimonie – et désormais à Sunderland, Sessegnon a en lui une faculté d'accélération au dessus de la moyenne. C'est simple, le Béninois est un buffle. Pour autant, on attend toujours qu'il franchisse un palier. Celui qui le ferait passer de la case "promesse" à "joueur confirmé". Car pour le moment Double S est avant tout un joueur sans lendemain. Bon une semaine, dégueulasse les trois suivantes. Et rebelote. A Paris, certaines rumeurs et mauvaises langues mettaient ses contre-performances sur le compte de la bouteille.

Au vrai, Sessegnon est un diamant brut. Il ne demande qu'à être poli. Façonné. Guidé. Un travail qu'Antoine Kombouaré a vite abandonné. La faute à une incompréhension entre le jouer et le coach. Peu de temps après son départ de France, AK avait égratigné pub « » liquement le joueur: « Je pense qu'il était irrécupérable. Il était têtu et le montant de l'offre reçue a fait que nous n'avons pas hésité à accepter. Mais il a eu un comportement extrêmement grave » . Depuis, Sessegnon se tient à carreau en Angleterre. Un championnat où son jeu tout en percussion correspond mieux à sa philosophie. Un mec qui voit le football avant tout comme un sport offensif. Autant dire que le repli défensif, il s'en cogne un peu, le Stéph'. Pendant longtemps, on a cherché sa meilleure position sur le pré. Sur un côté ? Devant la défense pour servir de lance de rampement ? Derrière les attaquants pour percuter et frapper ? C'est là où le bat blesse. Il est à l'aise nulle part et partout. Joueur polyvalent par excellence, cette mobilité l'a surement freiné dans sa progression. A un moment, le mec a stagné.

Putain de chat noir

Lorsqu'il le recrute à Sunderland pour 7 millions d'Euros, Steve Bruce, alors coach des Black Cats, attendait beaucoup du milieu de terrain. Cette confiance aveugle va lui coûter cher. Après 2 mois et 9 matches joués, Sunderland chute passe de la sixième place à la quatorzième place, conséquence d'une piteuse série de 8 défaites pour un match nul. Neuf matches disputés par Sessegnon. Une série en bois qui lui vaut le surnom de chat noir. Bien entendu, le milieu de terrain n'est pas le seul responsable. Depuis, Sunderland galère. Bruce a été viré et O'Neill est arrivé il y a quelques semaines. Une mauvaise passe collective qui cache un autre problème, plus personnel, pour l'ancien manceau. C'est simple, sa famille est restée sur Paris.

Récemment, il avouait au Daily Mail que cet éloignement lui pesait : «  C’est important pour moi de me concentrer sur mon football à Sunderland. Il n’est pas toujours facile de vivre comme ça, mais nous avons Skype, je vais à Paris dès que je peux et eux viennent pendant les vacances. Ils seront d’ailleurs bientôt là. Je serais effectivement plus heureux si nous obtenions de bons résultats, mais ça viendra. Le seul objectif c’est de faire mieux que l’année dernière  » . Une manière d'avouer que le joueur retrouvera bientôt son meilleur niveau. Pour ce faire, le milieu de terrain a commencé par se délester via la case confession. Dans les colonnes de France Football, il a avoué s'être un peu raté au PSG : « Je l’avoue à Paris, je n’ai pas été à la hauteur de mes ambitions. Sur le plan personnel, je me suis bien senti la première saison, mais on a fini sans trophée. J’étais libre dans le jeu. Je faisais peut-être moins d’efforts défensifs, j’avais plus de jus pour les phases offensives. (...) C’était peut-être aussi à moi de m’adapter, mais je n’ai pas été capable de montrer tout ce que j’étais capable de faire  » . De la part d'un joueur dont on fustige le comportement, c'est un geste fort. On attend maintenant de lui une réaction sur le pré. Et pourquoi pas dès aujourd'hui, contre Tottenham ?

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
au moins il admet qu'il avait été imbuvable à panam , c'est pas le cas de tt le monde.... après qu'il soit au fond du trou , il l'a bien mérité !
Un surnom de "chat noir", chez les Black Cats, c'est un peu normal...
Ce type est une bu.rne, il n'a ce qu'il mérite. La 1e année réussie ?? Par intermittence surtout, il n'arrêtait pas de prendre des cartons. La 2e est une cata, la 3e n'en parlons pas.

Je me souviens l'un de ses derniers matches (ou son dernier) contre Monaco en décembre dernier : il perd un ballon bêtement et pr pas n'avoir la honte simule une faute. Les Parisiens s'arrêtent de jouer le voyant par terre, l'arbitre ne siffle rien, l'ASM continue de jouer puis marque à la 90e ! Ils reviennent à 2-2, Steph se relève tranquille, pas blessé. S'en suit son vieux bras de fer pr partir à Sunderland parce que le mec a tellement le melon qu'il n'accepte pas d'être remplaçant alors qu'il est juste nul. Maintenant je souhaite que Sunderland tombe en D2 et lui avec et qu'il ait une carrière à la Achille Emana, autre melonite aïgue. Hasta luego Double S !
El Je Madrileño Niveau : DHR
Y en a beaucoup,des comme ça... Un gros talent, impressionnant à ses débuts,puis pouf... Vu son comportement à Paris,Il semblerait qu'il n'ait que ce qu'il mérite,même si nous avons peu de données pour juger réellement de ce qui a pu se passer entre AK et lui . Mais perso au début,au Mans puis à Paris quoiqu'avec beaucoup moins de régularité(et surtout d'exposition médiatique)il m'impressionnait vraiment,à l'instar d'un Gervinho,qui a en fait à mon avis simplement choisi des clubs au climat peut-être plus sain(Lille,Arsenal) où les supporters sont beaucoup plus indulgents pour commencer. Il était,en tout cas,beaucoup plus prometteur que ces pseudo-futurs cracks que sont ces grandes gueules comme M'Bokani par exemple. C'est pas fini il a encore les cartes en main.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ménez, le renard doré
0 5