Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Interview Jean-Luc Pardou

« Sérieusement, Pauleta a marqué son seul quadruplé contre nous ? »

Ce soir, l'Étoile Football Club Fréjus Saint-Raphaël reçoit Bordeaux. Comme il y a quatorze ans, lorsque Pauleta était allé planter le seul quadruplé de sa carrière, au cours d'un match délocalisé à Cannes qui avait vu les Girondins s'imposer 6-0. Jean-Luc Pardou, alors arrière droit de l'équipe fréjusienne, qui n'avait pas encore fusionné avec le Stade raphaëlois, ne garde pas un mauvais souvenir de la rencontre.

Modififié
Jean-Luc Pardou, en décembre 2001, vous prenez 6-0 contre Bordeaux. Vous avez cru à la qualification pendant combien de temps ?
Pas longtemps, on prend un but dès la neuvième minute (par Christophe Sanchez, ndlr)... À l'époque, l'Étoile sportive fréjusienne était vraiment un club amateur, on ne jouait pas dans la même cour que les Bordelais. Surtout qu'ils avaient Pauleta devant.

Vous étiez au marquage de qui ?
J'ai eu un peu tout le monde, sur mon côté droit. Mais je me souviens surtout de Dhorasoo.

Vous vous souvenez du camarade qui était au marquage de Pedro Pauleta ?
Oui, c'était Julien Desportes. Quel cauchemar, pour lui !

Vous savez que ce quadruplé inscrit contre vous est le seul de la carrière de Pauleta ?
Sérieusement ? C'est vrai ? Vous me l'apprenez, c'est incroyable. Alors ça, soyez sûr que je vais le dire à Julien, il va être content.

C'est le plus gros match que vous ayez joué dans votre carrière ?
Oui, parce que c'était la première fois que le club atteignait les 32es de finale de Coupe de France. Mais au niveau de l'intensité, j'ai connu plus fort en championnat. Surtout la saison où, sous les ordres de Jean-Marc Pilorget, on loupe de peu la montée en D2.

Vous avez réussi à prendre un peu de plaisir, durant cette rencontre ?
Oui, bien sûr ! Si on ne prend pas de plaisir là, on n'en prend jamais. Au début, on y croyait dur comme fer. Mais à partir de 2-0, on a surtout décidé de s'amuser. À la fin du match, nous n'étions pas du tout abattus. J'étais un peu sur la fin de ma carrière, mais pour les plus jeunes, c'était une expérience magnifique. Et pour le club, c'était super de jouer un 32e de finale. Tout le monde était super impliqué.

« En 1985, j'étais ramasseur de ballons lors de la demi-finale de C1 entre Bordeaux et la Juventus. Juste devant monsieur Platini. » Jean-Luc Pardou

Pour vous qui avez été formé aux Girondins, ça a dû être un match très particulier...
Oui. L'équipe était dirigée par Élie Baup, qui avait comme adjoint Pierrot Labat, mon entraîneur au centre de formation des Girondins. Donc ça m'a mis un peu de pression supplémentaire. Je suis de la même génération que Lizarazu et Dugarry, qui n'avait pas joué contre nous.

Vous gardez quels souvenirs de vos années aux Girondins ?
Pour un Bordelais, être pris dans le centre de formation du club de sa ville, c'est top. Et puis en 1985, j'étais ramasseur de ballons lors de la demi-finale de Coupe d'Europe des clubs champions entre Bordeaux et la Juventus. Juste devant monsieur Platini.

Comment vous êtes-vous retrouvé à jouer à Fréjus ?
Grâce au service militaire, qui était obligatoire à l'époque. Le bataillon de Joinville, ce n'était pas pour moi, donc j'ai négocié une formation au club de Fréjus. Et puis j'ai signé ensuite. Et quand on est bien quelque part, on y reste, tout simplement.

Et aujourd'hui, vous faites quoi ?
Je suis cadre chez Pizzorno, une entreprise de traitement des déchets, où je gère le secteur de Saint-Raphaël.

Vous serez au stade, ce soir ?
Je pense, oui. Je n'y vais plus trop, mais là, je pense que je vais y aller, quand même.

Alors, qui va se qualifier ?
Déjà, je souhaite aux joueurs de Fréjus Saint-Raphaël de prendre autant de plaisir que moi il y a quatorze ans. Après, ils ne sont pas bien du tout en championnat, donc la Coupe de France est secondaire. Mais si ce match peut les aider à rebondir pour tout donner sur la fin de saison, pourquoi pas ?


Propos recueillis par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 6 Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17
Hier à 08:46 Gignac plante son dixième but de la saison 24