En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du Portugal
  2. // Demies
  3. // Porto-Sporting

Sérgio Conceição, l'homme qui gueulait à l'oreille des dragons

En six mois passés en Ligue 1, Sérgio Conceição a laissé l'image d'un entraîneur pragmatique qui aime bien de temps en temps pousser deux trois gueulantes. Que les supporters nantais se rassurent, le Portugais n'a pas changé depuis son arrivée à Porto, où son discours musclé fonctionne à merveille, puisque les Dragões sont sur la bonne voie pour mettre fin à cinq ans de disette.

Modififié
« Je ne comprends pas pourquoi, je ne comprends pas... Il me lâche. On a tout organisé autour de lui pour la saison à venir... » Nous sommes le 30 mai 2017, et le tonnerre s’abat sur le FC NantesWaldemar Kita confirme à 20 Minutes le départ de Sérgio Conceição. Un coup dur pour des Canaris qui avaient enfin trouvé du bonheur avec ce technicien portugais qui les avait fait grimper de la dix-neuvième à la septième place en six mois. Trahis, les supporters nantais pensaient alors repartir pour une saison chaotique. Mais, c’était compter sans l’arrivée de Claudio Ranieri qui permet au FC Nantes d’enchaîner les victoires étriquées et d’être confortablement assis sur le cinquième strapontin de Ligue 1. Désormais, plus personne à la Beaujoire ne regrette le départ du bon vieux Sérgio. Et cela tombe bien, puisque l’ancien ailier de la Lazio ne regrette pas non plus son choix d'avoir rejoint le FC Porto où il assume les objectifs qu’il s’était lui-même fixés : « C'est pour l'amour du club que je me suis engagé. L'objectif désormais, c'est de gagner tous les matchs. »

Qui peut les stopper ?


Alors non, le FC Porto n’a pas réussi à remporter tous ses matchs depuis le début de saison, mais seules deux équipes peuvent se targuer d’avoir battu la bande à Sérgio : le Beşiktaş lors de la première journée de Ligue des champions et le Sporting Portugal qui a dû passer par les tirs au but pour battre les Dragões en demi-finale de la Coupe de la Ligue. Les autres ? Tous balayés ou presque par le FC Porto qui s’est qualifié pour les huitièmes de finale de C1 et qui est en passe de mettre fin à quatre ans d’hégémonie du Benfica Lisbonne en Liga Nos. Le FC Nantes peut en témoigner, Sérgio Conceição est un pragmatique qui aime avoir une base défensive solide. Et si sa défense reste la meilleure du Portugal (dix buts seulement encaissés après vingt journées), son attaque (49 buts inscrits), elle, est bien plus efficace que celle qu’il possédait du temps où il avait Emiliano Sala et Yacine Bammou sous ses ordres. Et ce n’est pas l’AS Monaco balayés à deux reprises en Ligue des champions (3-0 et 5-2) qui va dire le contraire.

Les anciens pestiférés titulaires, Casillas mis au banc


Et pourtant, peu de spécialistes avaient misé sur le FC Porto en début de saison. Sanctionnés par l’UEFA en raison du non-respect du fair-play financier, les Dragões avaient dû dire adeus à Rúben Neves, André Silva ou encore Bruno Martins Indi, sans pour autant pouvoir investir cet argent sur le marché des transferts. Un coup dur pour Porto, pas pour Sérgio Conceição qui a fait de cette sanction une force en s’appuyant sur les jeunes du club et les joueurs revenus de leur prêt comme Moussa Marega, Vincent Aboubakar ou Ricardo Pereira. Une tactique payante, puisque les deux premiers et leur esprit revanchard ont déjà marqué à quinze reprises chacun en Liga NOS cette saison.


Passé de pestiféré à titulaire indiscutable, Moussa Marega est la preuve que Conceição a décidé de remettre les compteurs à zéro. Et ce, peu importe l’expérience et le salaire, comme peut en témoigner Iker Casillas, désormais assis sur le banc à scruter les performances en dents de scie du hipster José Sa. À entendre le technicien portugais, le cas San Iker pourrait même servir d’exemple au reste du groupe : « Iker a voulu savoir pourquoi il était sorti de l’équipe et je lui ai expliqué, à lui et au groupe. Ils ont compris et n’ont pas été surpris parce qu’ils connaissent mes règles, la façon dont je dirige le groupe, et ils savent que j’exige que mes joueurs soient tout le temps à 100% aux entraînements. Si je fais des exceptions, je perds mon groupe. Je ne procède pas comme ça. Je ne peux pas fermer les yeux sur quinze jours d’entraînement qui n’ont pas répondu à mes exigences. Iker l’a compris. »

Le symbole Brahimi


Un discours musclé, sans passe-droit, qui convient visiblement parfaitement au jeune groupe du FC Porto. À l’image de Yacine Brahimi qui rayonne à gauche du 4-4-2 à plat de Sérgio Conceição où il est loin d’être bridé (troisième meilleur dribbleur d’Europe) et qui se régale sous les ordres du technicien portugais : « Il faut reconnaître que l’entraîneur Sérgio Conceição est pour beaucoup dans notre réussite actuelle. Il a su donner confiance, à moi, ainsi qu’à tous les joueurs. C’est quelqu’un qui a beaucoup de caractère et de personnalité et cela se sent à travers notre rendement sur le terrain. Il a su motiver le groupe en nous expliquant qu’on peut remporter beaucoup de choses. » Et cela tombe bien, puisque les Dragões n’attendent que ça, eux qui courent après un trophée depuis le 10 août 2013 et une victoire en Supercoupe du Portugal face au Vitória de Guimarães (3-0). Autant dire une éternité pour un club comme le FC Porto.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12 lundi 19 février 414€ à gagner avec Barça & Bayern 2 lundi 19 février 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 19 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1