Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real Madrid-Tottenham (1-1)

Serge, le grand frère

La rencontre de Serge Aurier face au Real Madrid est un parfait résumé du bonhomme. Une prestation solide, une passe décisive, mais un tacle sur Toni Kroos dans la surface de réparation qui empêche les Spurs de s’imposer au Santiago-Bernabéu (1-1).

Modififié
Serge Aurier n’aime décidément pas être au sommet de son art trop longtemps. Alors qu’il commençait à devenir un cadre du Paris Saint-Germain, le latéral ivoirien avait tout gâché en réalisant ce fameux Périscope. Idem lors de sa première titularisation en Premier League avec Tottenham, le 23 septembre dernier sur la pelouse de West Ham. Auteur d’une prestation extrêmement solide face aux Hammers, ponctuée notamment d'un centre décisif sur le Danois Christian Eriksen, Serjorié avait alors tout gâté en écopant d’un carton rouge à la suite d'un tacle absolument inutile sur Andy Carroll. Rebelote ce mardi soir face au Real Madrid. Cette fois-ci, pas de carton rouge, mais un penalty provoqué alors que sa prestation était jusque-là plus que parfaite.

Le penalty de la discorde


Positionné en piston droit du 3-5-2 offert par Mauricio Pochettino, l’international ivoirien a largement remporté son duel face au Brésilien, Marcelo. C'est simple : à chaque fois que le latéral madrilène a voulu déborder sur son côté, comme à son habitude, il s’est heurté au mur Aurier. Un mur qui enchaînait également les allers-retours dans son couloir. Et comme le vice-capitaine des Merengues avait décidé de laisser de l’espace dans son dos, Serge Aurier en a profité pour faire parler sa qualité de centre. C’est d'ailleurs sur l'un d'eux que les Spurs ouvrent la marque par l’intermédiaire d’Harry Kane, qui voit sa madjer contrée dans son propre but par Raphaël Varane. Omniprésent, l’ancien Parisien se permet même de jouer les grands frères en calmant Cristiano Ronaldo, irrité à la suite d'un contact avec Jan Vertonghen. Docteur Serge. Et Mister Aurier lorsqu'il tacle par derrière Toni Kroos dans la surface de réparation à quelques minutes de la mi-temps (43e).

Tout n'est pas bon dans le Sergio


Alors, oui, Toni Kroos aurait sûrement marqué sans l’intervention du latéral de 24 ans - même si rien n'est moins sûr vu la performance exceptionnelle d’Hugo Lloris dans les cages de Tottenham ce mardi soir -, mais l’image est là. Celle de Serge Aurier qui écope d’un carton jaune et qui permet au Real Madrid, jusque-là bien timide, de revenir dans la partie. Pourtant, résumer sa rencontre à ce penalty provoqué est d’une injustice totale. D’autant plus qu’en seconde période, le latéral ivoirien a de nouveau brillé. Un grand pont sur Sergio Ramos, un centre déposé sur la tête de Davinson Sánchez, une défense impériale face à Marcelo qui a tenté de faire joujou avec lui dans la surface de réparation... Oui, Serge Aurier a été très bon face au Real Madrid. Mais, oui, si Tottenham n’a pu faire mieux que match nul face aux Merengues, c’est malheureusement un peu de sa faute. Le diamant Serge est à ce prix. Profiter de son courage, de sa puissance, de sa vitesse et de ses centres, mais accepter et pardonner ses coups de sang et ses erreurs de jugement.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
À lire ensuite
City couche Naples