1. // Coupe du monde 2014
  2. // Finale
  3. // Allemagne/Argentine

Serge, champion du monde

Dimanche, un gardien remplaçant de Ligue 1 pourrait être sacré champion du monde. C'est la folle histoire de Sergio Romero, doublure de Danijel Subašić à Monaco et auteur d'une Coupe du monde d'une belle densité. Pourtant, le garçon ne sait toujours pas où il jouera la saison prochaine.

13 3
Janvier 2014, stade de la Rabine de Vannes. Il pleut. Monaco joue un 32e de finale de Coupe de France contre un club de National. Pour l'événement, Claudio Ranieri a sorti ses stars : Falcao, James, Moutinho, Toulalan et compagnie. Au nom de l'alternance, c'est Sergio Romero qui garde la cage monégasque. Et personne ne va oublier son match puisque l'Argentin va en prendre deux dans le buffet et livrer une prestation très moyenne, pour ne pas dire inquiétante. Par chance, l'ASM en marque trois et se qualifie. Six mois plus tard, l'Argentin s'apprête à disputer une finale de Coupe du monde et le garçon de 27 ans vient de recevoir le titre d'homme du match après sa demi-finale contre les Pays-Bas. En arrêtant les tentatives de Vlaar et Sneijder, le portier de Monaco a envoyé son pays en finale comme un grand. Pourtant, Romero sort de la pire saison de sa carrière : 9 matchs joués avec Monaco et 870 minutes de jeu. Prêté par la Sampdoria à Monaco – parce qu'il coûtait trop cher aux Italiens –, l'ancien portier de l'AZ Alkmaar était venu sur le Rocher pour devenir le numéro 1. Mais la folle saison de Subašić et ses prestations moyennes en coupes nationales n'ont pas fait changer d'avis Claudio Ranieri. Bizarre pour un garçon que Diego Maradona, du temps de son séjour sur le banc de l'Albiceleste, présentait comme le « gardien argentin pour les 15 prochaines années » .

Au final, Romero est titulaire au pays parce qu'il n'y a rien de mieux à proposer. Dès le départ, Sabella a décidé de se couper de Willy Caballero, phénomène de la Liga malgré ses 32 piges. Dès lors, les Sud-Américains sont partis au Brésil avec le triumvirat Romero-Orión-Andújar. Et dans ce ménage à trois, Sergio Romero fait figure de taulier. À son crédit, un certain charisme, une envergure dans les airs et une fougue pas toujours bien canalisée. À sa décharge, Romero a du mal à lire le jeu et manque de consistance et de régularité. Rien de grave pour Sabella puisque derrière les interrogations sur son niveau se trouve un vrai palmarès avec l'Argentine : Champion du monde U20, champion olympique 2008, à chaque fois avec Di María et le Kun Agüero. Avec le maillot national, il sait gagner des trophées et sur un CV, c'est ce qui compte le plus.

Le poulain de Van Gaal


Pour l'instant, même si son Mondial n'est pas du même acabit que ceux des Howard, Ochoa, Neuer ou autre Navas, l'armoire de 1,92m est néanmoins toujours dans le coup. Et son match face aux Pays-Bas l'a replacé sur le devant de la scène. « Ma gratitude pour Sabella est immense. Il m'a aidé dans les pires moments de ma carrière. J'étais sur le banc toute la saison et ce qu'il a fait pour moi a été très important » , a d'ailleurs lâché le portier après la demi-finale. Mieux, contre les Oranje, Romero a retrouvé un certain Louis van Gaal qui l'avait lancé dans le grand bain européen à Alkmaar. « Je suis allé le voir à la fin du match. Louis van Gaal m'a beaucoup aidé. C'est lui qui m'avait fait venir aux Pays-Bas. Comme je ne comprenais pas la langue, il me parlait en espagnol, il m'a tenu la main, il m'a aidé à grandir. Il n'est pas seulement un grand entraîneur, mais aussi un grand monsieur. Il a tellement compté pour moi en dehors du terrain... Je lui serai éternellement reconnaissant pour cela. » L'histoire raconte que c'est Van Gaal qui lui a même appris à arrêter les tirs au but. Ce que l'histoire ne dit pas par contre, c'est la réaction de Van Gaal quand Sergio Romero, vexé d'avoir perdu pour la première fois depuis six mois avec l'AZ, envoie une patate dans un mur du vestiaire avec une défaite en Coupe des Pays-Bas contre Breda. Résultat : fracture de la main. Six semaines d'arrêt. On imagine le pire en cas de défaite en finale dimanche face à l'Allemagne. Surtout que ce n'est pas le moment de se mettre en marge du marché. Actuellement, Romero ne sait toujours pas où il évoluera la saison prochaine. En effet, l'AS Monaco n'ayant pas levé l'option d'achat de son prêt, le portier retrouvera la Sampdoria dans un premier temps avant de poser ses guêtres ailleurs. Après tout, c'est quand même l'hypothétique titulaire des Champions du monde.

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Allemagne 2-0 Argentine

Je vous aurais prévenu
Merci de nous prévenir....Mr connard
C est noté connard.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
13 3