1. //
  2. // Schalke/Inter (2-1)
  3. // Notes

Señor Raúl

Ce soir, Madrilènes et Barcelonais, Marseillais et Parisiens, pros-Gbagbo et pros-Ouattara, tous pourront vous dire, qu'une fois dans leur vie, ils ont été d'accord sur un fait bien précis: Raúl incarne la classe. Ça mérite bien une bonne note.

0 7
Schalke 04


Neuer (8) : Des sorties propres comme un sou neuf, des relances de quarterback et un physique d'allemand... Pas de doute Manuel Neuer est bien le nouveau taulier de la Mannschaft. D'ailleurs, pendant que Sir Alex Ferguson, présent à Gelsenkirchen, se tâte à signer un gros chèque pour le faire venir à Old Trafford, Oliver Kahn fait du social en prison. La boucle est bouclée.


Uchida (6) : Un duel de Nippons avec Nagatomo, un petit corps, beaucoup de vitesse, un peu de technique et des centres. Alors c'est ça un vrai latéral japonais? Et Koji Nakata alors? Putain de contrefaçon...


Metzelder (6) : Belphégor, le fantôme de la Veltins Arena. Avec son masque incroyablement encombrant, le fantôme d'un soir n'a pas fait dans la transparence. Des coups de savates dans les chevilles de Milito pendant 90 minutes et des tacles de déménageur allemand. C'est bien, c'est beau, c'est boche.


Höwedes (7) : Une défense irréprochable, une célébration de but plus ridicule que Christophe Dugarry sur un pion refusé, et un cageot magnifique sur une louche de Raul. Le mec à tout fait en 90 minutes. Il a raison, la vie est courte.


Sarpei (5) : Le défenseur allemand le plus en difficulté a une excuse de poids: il avait en face de lui, en la personne de Maicon, l'attaquant milanais le plus dangereux. Et pour un vieux de 34 ans, il s'en est pas si mal sorti.


Baumjohann (6) : Ce type à un cul incroyable. A seulement 23 ans, en plus de courir aussi vite avec ou sans la balle, il est le petit protégé de Raul. Tout le long du match, l'ancien madrilène a essayé de le mettre bien. Résultat, un match plein jusqu'à sa sortie à la 73ème minute et l'entrée du jeune Draxler qui, à 17 ans, se payera une demie de C1 à Old Trafford.


Matip (5) : Intéressant à la récupération, le germano-camerounais est beaucoup trop disgracieux balle au pied pour avoir plus que la moyenne. En même temps, ces longs bras, il faut bien en faire quelque chose...


Papadopoulos (7) : Omniprésent. Efficace derrière, précieux au milieu et intéressant devant, le jeune Papadopoulos a l'avenir devant lui. Un Grec complet.


Jurado (7) : Précieux techniquement, l'Espagnol a pris un malin plaisir a briser les reins des vieux défenseurs milanais. Moins précis en seconde période, il a laissé sa place à Schmitz en fin de match. De toute façon, il ne peut y avoir qu'un Espagnol du match.


Raul (10) : Benjamin Button est Espagnol. Non, Raul ne vieillit pas. Un but sosie de celui qu'il avait planté à Canizares en finale de la C1 1999-2000, un amour de louche pour offrir le second but à Höwedes et surtout une classe indéniable. Monsieur Raul a fait une nouvelle fois étalage de tout son talent et salue ceux qui disaient qu'il avait fait une belle connerie en quittant Madrid pour Gelsenkirchen.


Edu (5+1) : Moins en veine qu'au match aller - la faute à Lucio, peut-être - le taureau brésilien s'est contenté de jouer en pivot, de manière sobre et efficace. Plus un parce que d'une, son doublé à l'aller a pesé dans la balance ce soir, mais surtout parce qu'il a participé au fait du match, l'entrée d'Angelo Charisteas. Oui oui, le mec qui s'est foutu de la gueule du monde à Arles il y a quelque mois. Un type en demi-finale de Champion's League.

[page]
Inter Milan


Julio César (-) : Aucun arrêt à faire, Julio César n'a pas pu lutter. Petit bémol quand même, l'ancien meilleur gardien du monde vient de passer le témoin au jeune d'en face. C'est pas donné à tout le monde de vieillir comme Van der Sar...


Maicon (6) : Pas mauvais en latéral droit, bon en milieu droit, très intéressant en ailier droit. Maicon a fait du Maicon, tout en puissance et en coups de gueule. Malheureusement, devant, ça ne suivait pas comme à Monaco en 2004. Mohamed Kallon, RIP.


Ranocchia (4) : Des tacles plus tranchants qu'à l'aller ne masqueront pas les nouveaux errements défensifs milanais. Personne n'est dupe, le fantôme de Diego Milito n'est pas le seul responsable de la faillite nerazzurra. Si les joueurs de Leonardo ont reçu une leçon d'allemand, c'est en grande partie à cause de la charnière centrale.


Lucio (4) : On y a cru pendant deux minutes. Mais quand Raul a commencé à le taquiner, Lucio a vu rouge. Passablement énervé, le buffle brésilien s'est vite calmé après sa connerie sur le premier but de Schalke. Non, quand l'équipe adverse lance un contre et qu'il y a Raul en face, ce n'est pas Maicon qu'il faut suivre de près.


Nagatomo (5,5) : Un duel de Nippons avec Uchida, un petit corps, beaucoup de vitesse, un peu de technique et des centres. Alors c'est ça un vrai latéral japonais? Et Koji Nakata alors? Putain de contrefaçon...


Zanetti (4,5) : On l'avait découvert en finale de la Coupe de l'UEFA face à Schalke, il a peut-être disparu ce soir à Gelsenkirchen. Une sortie de rideaux en short court, col roulé blanc. La classe jusqu'au bout.


Thiago Motta (6) : Un bon match, un but dégueulasse, comme sa dégaine. L'archétype même du mec utile mais en recherche d'identité. En même temps, un Brésilien en squadra azzurra, c'est toujours suspect. Amauri le sait mieux que quiconque.


Stankovic (6) : Le Serbe partait avec un handicap, il ne pouvait pas vraiment faire mieux qu'au match aller. Pas de but au bout de 30 secondes de jeu, mais une bonne première mi-temps. A la pause, Leonardo a cru judicieux de le remplacer par Pandev. Comme quoi, on peut porter un costard coupé à la perfection, avoir la classe sur un banc, et faire de belles conneries.


Sneijder (6,5) : En première mi-temps, Wesley s'est mis au niveau de ses attaquants. Un échec cuisant. En seconde, il a joué tout seul, mais ses passes en direction des piquets à maillot blanc étaient d'une précision incomparable.


Eto'o (5) : Un match dune tristesse incroyable. Le mec avait envie, mais n'y arrivait pas. Systématiquement bloqué devant Uchida, il a du admettre qu'une passe à Nagatomo était la meilleure solution. Pas de C1 cette année pour Sam...


Milito (3,14) : Une heure et demi de marche rapide. Pas mal. Sauf que ça, Yohann Diniz le fait mieux et pour beaucoup moins cher.


Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Quel triomphe pour Raul! Et quelle revanche!

Il manquerait plus qu'il atteigne la finale!

Quand je pense à tous ceux qui l'enterraient depuis tant d'années!

Finalement, il aurait dû quitter le Real bien avant!

Quand Ronaldo (le gros) est arrivé.
Manquerait plus qu'il ait fait toute sa carrière au Milan AC pour qu'il incarne définitivement la classe!
Petit bémol, les interistes l'ont bien aidé tout de même...
Ouais les titre comme sa sa fais un peu groupies...
C'est quand même fou que l'espagne ait du attendre de jouer sans Raul pour gagner des titres. La Roja n'aura jamais été aussi forte qu'en jouant sans son meilleur attaquant. C'est l'inverse de Klose ce mec: brillant en club mais beaucoup moins en sélection...
Hmouais enfin il a été pendant longtemps le meilleur buteur de l'histoire de la sélection quand-même...
Après, il ne colle pas très bien au nouveau système de jeu barceloniste, mais ça ne voulait pas dire qu'il n'avait pas le niveau. J'pense que ça lui aurait fait mal d'être sur le banc aussi...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'Inter n'a pas eu la force
0 7